Calcification of the Human Ghost

Koza

01/01/2021

Autoproduction

J’ai mis du temps à comprendre pourquoi certains musiciens aimaient jouer lentement. Je sais, l’adage populaire affirme que chi va piano va sano va lontano, mais en tant que fan de Thrash, Death et Grind depuis les années 80, j’ai longtemps été tenté de croire qu’il fallait taper le plus vite possible pour rendre une musique agressive et méchante. Jusqu’à ce que je découvre quelques albums clé, dont le séminal Souls at Zero de NEUROSIS, qui m’a prouvé que la lenteur pouvait être synonyme de malaise, avant que la vague des CROWBAR, EYEHATEGOD et autres ISIS ne me frappe de plein fouet. Et sans être devenu un fan de Doom ou de Sludge, je reconnais que cette mesure de tempo me parle beaucoup plus aujourd’hui, spécialement lorsqu’elle est prônée par des groupes s’y entendant come personne pour pilonner les sens de façon systématique MAIS intelligente.

Ainsi, les américains de KOZA font partie de cette catégorie, et le prouvent sans ambages sur leur premier longue-durée. Six ans après leur naissance à Chattanooga, Tennessee, ces quatre marsouins nous offrent donc trente minutes et quelques de souffrance sonore à la croisée des chemins, une œuvre tenant tout autant du Doom que du Sludge ou du Stoner. On reconnaît l’ouverture d’esprit à la saleté des riffs et à la cruauté de la voix, mais aussi à ce rythme faussement lancinant qui accepte les cassures régulières et les accommodations extérieures. Et six ans après leur premier EP éponyme, les KOZA démontrent qu’ils sont passés maîtres dans l’art de transformer la pesanteur en oppression maladive, un peu comme si un obscur combo de Virginie s’était exilé dans l’Oregon pour secouer les fondations de Portland.

Peu d’informations au sujet de ce quatuor (Bobby Rayfield - basse, Chris Ross - batterie, Russ Cannon - guitare et Brooks Rose - chant), qui sur ses pages officielles ne se répand pas en confidences sur ses influences ou sa genèse. Mais les influences sont réelles, la vague de la Nouvelle-Orléans, celle de New-York, une certaine vision d’un UNSANE encore plus maladif qu’à l’ordinaire, un poil de PRIMITIVE MAN en cure d’amaigrissement à Chattanooga, et vogue la galère, sur une mer de production sourde, abrasive, grave et grasse. La houle fait donc tanguer le navire sur tout le long de sa traversée, mais miraculeusement, on arrive à bon port, sans vraiment savoir pourquoi. Il faut dire que Russ Cannon tire de sa guitare des riffs dantesques aptes à ralentir n’importe quel voilier à la vitesse d’un croisé, trouvant parfois un axe Doom vraiment énorme pour alourdir un propos déjà fort peu digeste (« Dull Care Slain »). Ce morceau est d ‘ailleurs le haut fait d’un album qui peut donner des haut-le-cœur de son amplitude dévastatrice, avec son tracé d’oscilloscope tournant fou, entre saillies bluesy qui se greffent sur une basse Stoner, et si le chant monolithique et hurlé de Brooks Rose empêtre le propos dans les marais d’une âme trop noire, l’ensemble décolle miraculeusement, et évite le piège redondant d’un Doom trop fixé sur les obsessions de BLACK SABBATH.

Il y a pourtant du SAB dans cette musique, mais il y a autre chose aussi, de cette nouvelle vague de Sludge qui repousse les frontières du supportable, et qui ne tolère de limites que celles de sa vilénie. « Leeches » prévient d’ailleurs l’auditeur que la séance risque d’être fort désagréable, appuyant sur la lenteur comme un pneumothorax sur la plèvre, mais cette gravité de fond dans l’instrumental suggère que les KOZA ont une culture Hardcore, Death et Sludge qui mérite le respect.

Evidemment, la noirceur est omniprésente, parfois même dérangeante lorsque les premières notes déprimantes de « Hospice » vous heurtent de plein fouet, comme celle d’un EHPAD dans lequel des personnes âgées vivent leurs derniers instants de vie dans la solitude morale et la détresse physique la plus cruelle. Et de tout l’album, aucun moment n’offre de souffle salvateur, cette apnée se tirant sur trente-deux minutes éprouvantes, le corps essayant de regagner la surface alors que l’esprit a déjà compris que l’issue serait fatale. « A Cleansing Burst of Solar Fire » suggère quelques breaks fameux de NEUROSIS, ce que « Cosmic Mass » confirme de ses percussions tribales surprenantes. Mais pas d’équivoque, ici, tout n’est que névrose, analyse du désespoir face à une réalité de fond inévitable et tangible, et le groupe met un point d’horreur à terminer son effort par le pachydermique « Swine Lord », aux accents psychédéliques acides et à la wah-wah perverse.

Sortir un tel album le 1er janvier, un lendemain de fête est vraiment une déclaration d’intention. Mais cette lenteur obsédante permet justement de se mettre au diapason d’une année qui commence bien mal, et d’en anticiper peut-être les évènements les plus funestes à venir.

  

chi va piano va sano va lontano

  

            

Titres de l’album:

01. Leeches

02. Hospice

03. Narcissist

04. Dull Care Slain

05. Awaken

06. A Cleansing Burst of Solar Fire

07. Cosmic Mass

08. Swine Lord


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/07/2021 à 14:19
80 %    191

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16