En Australie, on ne passe pas son temps à chasser des razorback en vieux pick-up ou à jouer du Hard-Rock embourbonné, histoire de garder la tradition intacte.

Sus aux clichés, le continent Austral peut aussi être une terre de contrastes, et abriter en son sein des formations différentes, plus en phase avec les scènes Hardcore/Chaotic Core US et européennes, sans pour autant leur devoir toute son inspiration.

Alors, respiration.

A GHOST ORCHESTRA pourrait bien se présenter comme le candidat idéal à un leadership du bout du monde en matière de Hardcore vénéneux et rageur, et pour avoir attentivement écouté leur musique, je peux vous garantir qu’ils n’ont rien d’une assemblée de fantômes. Comparons-les plutôt à une bande de ninjas qui sortent de nulle part, frappent fort (très), vite (très) et s’en vont comme ils sont venus, laissant la lande rase et les mines satisfaites.

Mais d’où et quand sortent-ils au fait ?

La formation du groupe remonte à l’année 2012, mais en cinq petites années, ce quatuor acharné (Adam / Sean / Shane / Tim) a su se faire un trou dans sa terre d’adoption, et a même franchi des frontières, histoire de bien asseoir son nom.

Premières parties de valeurs sûres comme NORMA JEAN, EVERY TIME I DIE, THE AMITY AFFLICTION, IN HEARTS WAKE, PROTEST THE HERO ou SILVERSTEIN, premier EP histoire d’en devenir une aussi (Vile Hymns, en effet, tout ça ne sentait pas forcément l’amabilité), participation au Soundwave festival, puis préparation de ce premier longue durée, pour entériner les bonnes opinions générées par leur première démo et leur premier EP.

Bons sur format court, mais bons sur format long ?

On sait le Hardcore violent et chaotique assez capricieux sur la distance et difficile à aérer, mais la multiplicité des influences de ce quatuor Australien leur a permis d’éviter l’écueil du pamphlet en démarcage des DILLINGER et autres CONVERGE, tout en admettant leur importance sur la scène, et notamment la leur.

Alors, onze morceaux, tous différents mais reliés par un même allant, une puissance dévastatrice et une volonté créatrice, Blood est au final un véritable festival de poudre qui explose et des projectiles qui implosent, et qui vous ramonent les oreilles sans vous les laisser en sang.

La chose est complexe et pourtant simple comme un prétexte. En se basant sur des fondations Hardcore profondes, les quatre comparses ont érigé des murailles de son renforcées par des accents Indus, tout en assumant une surcouche Metalcore discrète, histoire de rester dans l’air du temps. Mais pas de jeunisme ou de modisme à craindre, l’affaire est solide, bien charpentée, et reste sur une terre Core bien aride, séchée par un soleil Austral sans pitié.

On sent bien sûr des réminiscences des combos avec lesquels les A GHOST ORCHESTRA ont tourné, mais en poussant plus loin l’analyse, leur personnalité propre émerge avec évidence, et les pose comme une future référence.

Production signée Julian Renzo et le groupe lui-même, qui ont su capter l’agressivité du quatuor en live, et la demi-heure passe très vite en alternant les rythmiques, tout en gardant le rabot en main pour affûter des riffs tranchants et malins.

Combinaison fatale pour ambiance radicale, qui se permet quand même quelques modulations plus qu’intéressantes, comme en témoigne l’ambivalent « Gutterslang », aussi empreint de Post-Hardcore que d’Indus light, pour un hymne total qui déchire ses convictions d’un chant vraiment carton.

Et si « Precursor », en bon précurseur, aiguille très tôt sur la piste d’un DILLINGER lookalike, de par ses heurts et ses contretemps permanents,  « Bad Blood » remet les pendules de l’indépendance à l’heure, et joue avec nos nerfs en assurant une patine tribale sur fonds de dissonances du diable.

Duo basse/batterie en pleine crise d’épilepsie, guitare instable et d’humeur de motifs changeants, chant qui survole le tout de ses intonations colériques, c’est un bon coup de trique qui nous remet sur la bonne piste.

Celle d’un combo à part, qui refuse de voir cloisonné au hasard.

En choisissant d’opposer les formats, les A GHOST ORCHESTRA sont tout autant capables de passer par un intermède énorme et Indus étouffant, dans la plus grande tradition NAPALM DEATH (« Delving »), pour dériver vers un long pamphlet qui impose une mélodie amère sur fond de Metal austère, qui suit sa thématique sans changer d’optique, en laissant une basse gigantesque et ronflante se taper le plus gros du boulot, tandis que la guitare tricote en arrière-plan des motifs discrets à la UNSANE. Instrumental qui en impose, « Panspermia » est assez symptomatique de la démarche des Australiens, qui passent du kangourou au kiwi sans prévenir, mais en gardant une cohérence indiscutable.

Hymnes choc qui vous plaquent contre le parquet (« Heroin In Heaven », encore une basse omniprésente et une rythmique imposante, très BREACH version omnipotente), accélérations soudaines qui brisent les chaînes (« The Wormhole », deux minutes et quelques de saine haine), compressions oppressantes et équilibrisme de circonstance (« Lovers Of Valdaro »), pour un final qui nous laisse la dalle (« Evacuate, No Farewell », circulez, y’a rien à voir, mais un gros Hardcore bétonné à écouter).

Avec son premier album, les membres d’A GHOST ORCHESTRA jouent la dualité. Puissance à décorner les bœufs nuancée de subtilité, et aisance Hardcore chaotique qui ne rechigne pas à se poser pour plus d’efficacité. Des titres qui sentent l’anarchie et d’autres qui osent le médium en furie, pour un ensemble qui ne laisse pas le temps de souffler et qui vous chauffe la nuque encore plus qu’un soleil plombé.

La chaleur dégagée par ce premier LP tient plus de la fournaise que du rayon de printemps apprécié, et pas étonnant que les Australiens soient déjà craints et respectés en leurs terres.

Gageons qu’après leur passage, les oiseaux cessent de chanter, et que le ciel commence à se refermer. Une vraie bombe venue du bout du monde qui éclate et vous fait trembler malgré les kilomètres qui s’obstinent à vous éloigner.


Titres de l'album:

  1. Platform- 13216
  2. Precursor
  3. Bad Blood
  4. Heroin In Heaven
  5. Delving
  6. The Wormhole
  7. Gutterslang
  8. Panspermia
  9. Lovers of Valdaro
  10. Queenhell
  11. Evacuate, No Farewell

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/03/2017 à 18:31
78 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Convictors

Atrocious Perdition

Hayser

Beige

Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Incantation + Defeated Sanity + Skinned

RBD / 25/03/2019
Brutal Death Metal

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Pulmonary Fibrosis je les ai loupés il y a quelques années, j'espère avoir une seconde chance.


Il me semble que je n'avais pas plus accroché que ça à Crimson Slaughter (découvert ici même, évidemment), par contre, Fusion Bomb, ça me parle carrément. Eux et Fabulous Desaster sont mes deux grosses découvertes récentes en thrash metal.


Pas con le pere Flynn, on rappel les gars de Burn My Eyes.


Vu, en effet, merci je connaissais pas du tout les Madrilènes. C'est en effet très bien foutu comme truc. Merci pour la découverte. C'est con, leur histoire de financement participatif, j'aurai bien pris leur CD si c'était déjà sorti. Je note pour plus tard.


Korpse, c'est le genre de truc que je n'écouterais jamais sur album, mais faut avouer que sur scène c'est vraiment ultra bœuf et frontal...


Et bien fonce parce que ça déboite sévère !


MorbidOM :Mais ça ils le comprendront plus tard !


CRIMSON SLAUGHTER, jamais entendu parler.


Vrai que AA se "mélodise" au fil des disques, avec de grosses ficelles à la Maiden les concernant. C'est la tendance des groupes qui commencent par du gros death en ce moment (Deserted Fear, Chapel of Disease...), c'est sans doute eux qui ont d'ailleurs instauré cette mode, avec le succès que l'(...)


Ça sent bon tout ça, entre les clins d’œil à The Key (pochette, titre de morceau - "Paleolithic") et musique qui renvoie aussi à ce premier album mythique, achat en vue.


@Buck Dancer : c'est pas nous qui sommes vieux c'est les jeunes qui sont cons..


J'aime bien Virtual de Maiden.


Le crowdkill ? C'est quand tu dois aller vérifier sur internet des mots que tu connais pas, et que en plus tu trouves ça débile comme "pratique", que tu te dis que tu te fais vieux....


"Car entre prendre une vie d'un animal et l'*nc*l*r sans son consentement... Il n'y a pas grand chose"
Phrase qui va me faire la semaine !


Je suis d'accord avec vous sur le faite que censuré le concert ne servirait à rien, et la dessus je vous soutient à 100%... Mais par pitié arrêter de vouloir défendre Hery parce que vous l'avez rencontrer et qu'il vous à dit tels ou tels chose... C'est plus logique de vouloir défendre la mu(...)


@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037