The Stench of Eternity

Cardiac Arrest

02/04/2024

Records Dk / Distrokid

Une valeur sûre. Voilà ce qu’on peut dire de CARDIAC ARREST, qui depuis le début des années 2000 se rappelle à notre bon souvenir en longue-durée. Aucune condescendance dans ces mots, bien au contraire. Une véritable marque de respect pour un groupe qui n’a que très rarement déçu, et qui n’a jamais dévié de sa ligne de conduite. On se souvient très bien des quatre gigantesques claques que le quatuor de Chicago nous avait assénées entre 2006 et 2012, creusant fermement les fondations de sa philosophie. Une philosophie très simple.

Jouer le Death Metal tel qu’il était pratiqué au départ par les brutes de Floride et de Birmingham.

On reconnaît immédiatement la patte des américains. Des titres qui en disent long sur les obsessions, des structures classiques, un fondamentalisme morbide, et une efficacité humble. Pas de démonstration inutile, l’essentiel, des passages rapides, des écrasements de vertèbres, et un batteur en constant roulement, comme s’il était assis sur un volcan très actif. Ainsi, The Stench of Eternity ne déroge à aucune règle et poursuit les travaux entrepris depuis les débuts du groupe, suivant de près artistiquement parlant The Day That Death Prevailed.    

    

Alors comme ça, l’éternité ça pue ? Visiblement et olfactivement oui, si l’on en croit les dix nouvelles histoires d’horreur racontées par ces maniaques. A la barre, l’indéboulonnable Adam Scott, toujours accroché à sa guitare et son micro depuis 1997, et toujours secondé par les mêmes comparses depuis plus d’une décennie (Dave Holland - basse/chœurs, Tom Knizner - guitare/chœurs et Nick Gallichio - batterie). Le cap ? Une sorte de digression sur les agressions de BENEDICTION, AUTOPSY, DEICIDE, CANNIBAL CORPSE, et même le NAPALM DEATH de Harmony Corruption. Du terroir donc, préparé avec haine, et qui sent bon les abats et les tripes légèrement faisandées.

Un véritable festin pour les asticots attachés à leurs racines, et qui préfèrent bouffer de la bidoche rance et mise en cercueil que des cadavres frais à peine trépassés. La beauté du geste chez CARDIAC ARREST, c’est principalement ce côté analogique qui nous éloigne des productions énormes et des compressions excessives. Ici, on entend un percussionniste jouer, et non une boîte à rythme humaine, et ce côté artisanal nous renvoie au meilleur des travaux floridien et anglais de l’orée des nineties. Car pour parler de la mort parfois, il faut être bien vivant.

Alors évidemment, tout ça nous donne parfois quelques décalages à la croche, des harmonies un peu hésitantes, mais c’est justement ces petites approximations qui font le charme d’un album comme The Stench of Eternity. Le Death propre et carré est évidemment très appréciable, mais celui joué avec les tripes et sans click est aussi délectable, au moins autant que ces démos que l’on s’échangeait en cassette il y a de ça quelques décennies.

Mais CARDIAC ARREST est toujours aussi féroce, et sonne toujours comme le groupe le plus anglais du marché américain. Il suffit pour s’en rendre compte d’écouter le monstrueux (dans tous les sens du terme) « Bullets Are The Only Cure », qui aurait largement eu sa place sur le séminal Subconscious Terror, et qui sonne encore plus roots qu’un remugle de John Tardy. Si la durée des morceaux est très variable, le contenu est cohérent, et suit une logique implacable. Une série d’à-coups, des soli qui sonnent parfois en dehors de la gamme mais qui font usage d’une utilisation très juste du vibrato, un chanteur/grogneur qui ne change jamais d’humeur, et évidemment, des riffs, encore des riffs, vendus par paquets de dix dans un linceul déjà bien moisi.

On savoure donc ce fromage musical qui coule, et qui dégage une très forte odeur de fermentation. CARDIAC ARREST n’est résolument pas un camembert pasteurisé au goût inexistant, mais bien une belle rondelle de tradition, que les vers finissent par investir. Le quatuor n’est donc pas comme le bon vin, mais plutôt comme le bon fromage, à la croute épaisse et légèrement marronnée. Chaque bouchée est donc une jouissance, lorsque les dents se plongent dans la part « In The Name Of Sufferring », avant que la langue ne caresse le moelleux de « Victims To The Blasphemy ».

De temps à autres, il presse justement, et le rythme s’emballe au son de l’acharné « Born To Be Buried » qui décrit en quelques mots choisis le destin funeste qui nous attend. Avec sa production qu’on imagine transfuge des souvenirs de Tampa, ses inclinaisons d’outre-Manche et sa façon de le manier, The Stench of Eternity ne cherche pas à créer la surprise, mais plutôt à nous en faire une belle.

Mais simplicité et franchise ne veulent pas dire manque d’ambition. Et avec un final de plus de dix minutes, CARDIAC ARREST nous comprime encore un peu plus le thorax, allant jusqu’à citer le feedback de SLAYER sur « Raining Blood ». La lenteur nous pèse sur les épaules, la gravité peinte en noir notre avenir, et le présent se transforme en dimanche interminable, entre un « Dimanche Martin » particulièrement pénible et un enterrement de troisième classe.

Et de la classe, le groupe en a. Celle de perpétrer l’esprit originel d’un style qui s’accommode toujours aussi bien de ses démons, et qui n’aime rien tant que retrouver ce son d’origine qui nous a un jour tétanisés avant de nous fédérer.

Sincèrement, j’aime bien quand ça pue. Et j’aimais bien « Dimanche Martin ». Alors, CARDIAC ARREST aura toujours une place dans les colonnes de mon Télé 7 Jours personnel. Et si vous avez manqué le début, ça n’est pas bien grave. La fin sera la même pour tout le monde.  

   


Titres de l’album:

01. Maggotbrain

02. Victims To The Blasphemy

03. Beg, Plead, Crawl

04. Means To An End

05. Bullets Are The Only Cure

06. In The Name Of Sufferring

07. Born To Be Buried

08. No Human Will

09. This Is How You Die

10. From Civilized To Sadistic


Facebook officiel


par mortne2001 le 27/05/2024 à 18:05
80 %    63

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49