Sardou la sardine chantait « qu’en France, on a pas de pétrole, mais qu’on a des idées ». C’est un fait, quoi que les idées en question soient de moins en moins viables. Je me permettrai donc de détourner son vers pour affirmer qu’en France, on n’a pas de pétrole, mais qu’on a des Thrasheurs. Et des bons, des furieux, des lions, qui ont complètement phagocyté les enseignements de maîtres pour élaborer leurs propres dogmes, tout aussi brutaux, techniques et efficaces.

Vous me direz, l’air éberlué, qu’on en était convaincu depuis longtemps, depuis au moins…les années 80. Mais justement, les années passent et confirment ce postulat de façon de plus en plus évidente, et le cas des Parisiens d’EXTRAVASION ne fait que confirmer cet état de fait, qu’ils entérinent de la plus violente et probante des façons avec leur premier EP Origins of Magma.

Mais avant d’aller plus en amont dans les explications, un peu d’histoire et l’énoncé d’une biographie somme toute assez brève. Reprenons donc les termes exacts de leur page Facebook, pour plus de clarté.

«EXTRAVASION, est un groupe de Thrash / Death technique formé en 2013. Fortement influencé par des groupes tels que MEGADETH, ASPID, VEKTOR ou encore UNLEASHED, EXTRAVASION a su se créer sa propre identité musicale. Les guitares sont lourdes et atmosphériques, la voix rugit des paroles virulentes. »  

C’est direct, sans fioritures, mais surtout, d’une vérité indéniable, et lorsque les sept pistes de cet EP introductif vous auront ramoné les conduits, vous serez bien à mal de contredire ce quatuor qui sait se montrer aussi efficace que persuasif.

Quatuor donc (Emil sir Grand-Duc – chant, Baptiste Pernette – guitare, Guillaume Pepin – batterie, Clément Berthou – basse), qui en trois ans a peaufiné sa vision d’un Thrash hautement technique mais pas roboratif tirant sur un Death allégé, pour proposer en mars 2017 un produit fini de très grande qualité qui n’a pas grand-chose à envier à ses aînés de LOUDBLAST, MASSACRA, et même GOJIRA pour placer la barre encore plus haute.

Si les influences sont manifestes, elles sont transcendées par un esprit frondeur qui ne tolère pas la tiédeur, et qui ose des plans acrobatiques sans pour autant avoir la prétention artistique d’un ATHEIST ou d’un MEKONG DELTA. Ici, la démonstration n’a pas droit de cité, et doit rester unique complément d’une concision brutale de tous les instants, qui transforme chaque piste de cet Origins of Magma en ballet d’ultraviolence savamment maîtrisé.

Un groupe, c’est avant tout une réunion de musiciens, et ceux formant les rangs d’EXTRAVASION sont tous d’un niveau incroyable. Ce qui leur permet d’ailleurs quelques fantaisies Jazzy plus qu’appréciables, comme celles qu’on trouve sur le phénoménal et ludique « Bankster », monument de lourdeur Heavy au groove lubrique, qui joue un sale jeu de cache-cache avec les références, pour mieux les adapter à une vision très personnelle de la puissance.

De çà et là, on pense à une version plus adoucie d’un MASSACRA qui aurait dilué sa véhémence Death dans un Thrash de haute volée à la MEGADETH, voire à un NO RETURN dopé aux amphétamines VEKTOR, soit le meilleur d’un extrême qui sait le rester tout en se voulant relativement abordable dans ses débordements agressifs.

Et après une intro toute en sobriété mélodique (« Castle »), les EXTRAVASION donnent immédiatement le ton, celui d’un énorme Thrash bouillonnant qui en effet n’hésite pas à accélérer la corrosion par l’adjonction de touches Death assez marquées (« Flames Of Industry »). Ce qui ne les empêche nullement de placer à intervalles réguliers de probants passages Heavy du meilleur effet qui offrent des pauses accrocheuses relançant constamment l’attention et la rétention.

La technique pour la technique n’est pas le propos des Parisiens, qui ne l’utilisent que pour jongler entre des plans saisissants d’efficacité, qui débouchent sur des parties en solo démontrant le talent constant et éclatant de Baptiste, toujours prompt à dégainer des interventions brûlantes et brillantes.

Section rythmique créative mais solide, et vocaliste qui n’a pas oublié comment hurler, tout en maintenant la pression d’un phrasé Heavy un peu Hardcore sur les bords, dans la plus grande tradition française du genre.

Contretemps à l’Allemande (école MEKONG et HOLY MOSES adapté à un contexte VEKTOR) sur le vertigineux «Origins of Magma », qui ose des circonvolutions de basse à la CYNIC/DEATH, harmonies présentées puis tailladées par des guitares saccadées et bien placées («Circle Of Life » et sa basse à la Dave Ellefson), ou accélérations sans pitié pour un massacre organisé (« Consume », qui une fois de plus parvient à tailler un refrain typiquement Germain expurgé de ses coulées de gras), le passage en revue des tics des styles affectionnés est exhaustif et parfait, et les EXTRAVASION tirent leur épingle du jeu sans forcer, mais en affirmant leur personnalité.

Et comme les mecs ont de l’ambition, celle de leurs moyens, ils terminent ce premier effort médium par une longue digression progressive, qui en dit long sur leur marge de manœuvre et de progression.

« La Nuit », qui ne doit rien à celle de Druillet, est plus qu’une simple chanson Thrash à tiroirs, c’est un tour de force qui passe en revue toute les ambiances Heavy disponibles pour créer un climat envoutant permettant aux musiciens de démontrer non seulement leur talent d’instrumentistes, mais aussi leurs capacités impressionnantes de composition. Bribes de Blues et volutes de Jazz, guitare solo aux accents ibériques, breaks atmosphériques, soudaines poussées de violence Death, basse en arabesque qui s’impose au premier plan, chant qui module, susurre, assure, et évolution qui se veut parfaitement logique et analogique, en point d’orgue d’un premier EP qui décidément, se veut valeur sure et carte de visite qu’on garde précieusement dans sa poche.

En sept petits morceaux (huit pour la version physique), les EXTRAVASION se placent d’emblée sous le soleil brûlant des espoirs de demain, et posent des jalons certains. Avec une musique qui se permet des emprunts à divers courants, il est certain que les Parisiens se préparent de jolis lendemains. Technique affûtée, interprétation inspirée, et inspiration effilée, Origins of Magma est une entrée en matière tonitruante qui prouve une fois de plus que la vitalité de la scène Française n’est pas qu’une légende trop chauvine.

Alors, non en France, on n’a pas de pétrole, mais on a des groupes qui décollent. Et l’un dans l’autre, c’est tout à notre avantage.     


Titres de l'album:

  1. Castle
  2. Flames of Industry
  3. Origins of Magma
  4. Circle of Life
  5. Bankster
  6. Consume
  7. La Nuit

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/03/2017 à 14:45
78 %    574

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).