Parfois, on écoute un album, sans faire attention au groupe, et on se pose de mauvaises questions. En jetant mes oreilles sur le premier morceau de ce Hang 'Em High, je me suis demandé si Steve « Zetro » Souza n’avait pas formé un nouveau combo sans que je ne sois au courant (ce qui est une possibilité, bien qu’il ait mon numéro ce petit saligaud)…

Puis, doutant quand même de mon assertion hasardeuse, j’ai regardé le nom de l’ensemble en question, et finalement, celle-ci resta ancrée dans mon esprit…

FABULOUS DESASTER, really ?

Hum…Gee, comme diraient nos amis anglophones…Si en plus vous ajoutez à tous ces indices un Thrash radical et hautement fluide et rythmique, une production digne de la Bay Area de 85/86, mon interrogation devenait de plus en plus légitime…Bandes exhumées d’un effort qui n’avait jamais vu le jour ? Tribute band déguisé ?

Que nenni, rien de tout cela, juste un groupe Allemand qui pousse l’hommage très, très loin, jusqu’à atteindre un niveau de mimétisme assez flagrant…tout en restant définitivement Allemand.

Mais au moins, les quatre bougres sont honnêtes. En effet, Jan (chant/guitare), Luke (batterie), Andi (basse/chant) et Matthes (guitare lead) n’hésitent pas à placer au sommet de la liste de leurs influences le nom d’EXODUS, qui effectivement est le plus ouvertement logique et évident. Ce premier LP, faisant suite à un EP six titres publié en 2010 (When The Silence’s So Loud) qui a lui-même entraîné le départ d’un des membres et poussé le combo au repos forcé, et une démo en 2014 (Chaos.Torture.Terror.Violence, puis nouveaux problèmes de line-up), est délibérément placé sous tutorat indirect de la bande à Gary Holt, et semble se faire un malin plaisir de réunir le EXODUS de Bonded By Blood à celui de Fabulous Disaster. Avec en sus, l’inimitable touche Allemande qui radicalise tout ce qu’elle effleure, pour aboutir à un sacré cocktail, dont le goût pas forcément original est assez costaud en bouche et en oreilles.

Les quatre originaires de Bonn ne sont toutefois pas là pour se prendre la tête. Ils n’hésitent pas à balayer du revers d’une simple déclaration toute question superflue à leur sujet, en affirmant jouer du Thrash et rien d’autre, ni passéiste, ni vraiment moderne. Selon eux, le mot « Thrash » devrait suffire à comprendre leur démarche, sans aller beaucoup plus loin, et force est de constater après écoute de ce très franc Hang 'Em High qu’ils ont complètement raison.

Du Thrash donc, et du très bon, qui se souvient très bien des leçons apprises il y a trente ans et moins, et que ces musiciens récitent avec une application non dénuée de personnalité, tout en suivant les traces des mentors dont ils vénèrent les dogmes. EXODUS bien sûr, mais aussi HEATHEN, DEMOLITION HAMMER, FLOTSAM & JETSAM, WHIPLASH, et autres ARTILLERY, soit le versant le plus Speed du Thrash, pour une énergie diabolique qui ne verse jamais dans le bruit gratuit.

Leur Metal en fusion est plutôt du genre joyeux et se base sur des riffs tournoyants à la DESTRUCTION, tandis que la rythmique n’accélère jamais plus que de raison, ce qui leur permet de rester sur des rails de compréhension sans risquer de dérailler.

Mais les bougres savent faire parler la poudre et provoquer l’euphorie, comme en témoigne ce morceau époustouflant de fun, « Thrash Bang Wallop », inondé de chœurs vaillants et de libertés de basse foudroyantes, le tout saupoudré de soli compétents et de lignes vocales hargneuses et entêtantes. A mi-chemin entre le DESTRUCTION de « Mad Butcher » et le EXODUS de « Toxic Waltz », FABULOUS DESASTER nous régale d’un festival de guitares mordantes et de clins d’œil savoureux, sans oublier de placer sur le chemin quelques breaks bien fumeux.

Ces Allemands jouent pour le plaisir, et nous en donnent beaucoup, sans pour autant nous prendre pour des billes. Leur Thrash est simple, mais pas simpliste, et l’ouverture tonitruante de « Death is Loud » le démontre en cinq minutes et quelques, du savant assemblage d’un mid tempo efficace et accrocheur, et d’accélérations modérées à la HEATHEN.

Du style de leur pays d’origine subsistent quelques traces, notamment lorsque les débats s’affolent un peu et que le tempo monte dans les tours, et « Wellness In Hell » en est le meilleur témoignage, avec son mélange de DEATHROW et d’ASSASSIN, véritable déluge de puissance qui s’abat sur votre manque de vigilance, avec toujours aux avant-postes ces chœurs guerriers qui ne faiblissent jamais.

Toujours prompts à trouver de petits arrangements qui les distinguent de la masse, les FABULOUS DESASTER présentent avec ce premier album un joli panel de possibilités, flirtant parfois avec le Techno-Thrash le plus percutant, sur un « Thrash Metal Symphony », qui mérite bien son titre et joue la folie. Succession de plans étourdissants, licks de guitares qui virevoltent en un ballet incessant, accalmies de basse qui une fois de plus nous ramènent dans le giron d’un EXODUS pas bidon, et au final, une identité qui s’affirme sans prendre forcément ses distances avec ses influences.

S’il est vrai que la voix de Jan est vraiment très proche de celle de Zetro Souza, son jeu de guitare aussi, mais le bât ne blesse pas vraiment puisque le résultat est diabolique et détonant. Et les morceaux de bravoure s’enchaînent sans temps mort, du terrassant « Warsaw » à l’écrasant « R.I.P (Rest In POWER) ».

FABULOUS DESASTER se lâche même sur un hymne total, « Toxic Nuclear War », qui de sa basse à la OVERKILL nous entraîne dans une explosion nucléaire de Thrash atomique, très proche d’une course folle à la mort entre les MUNICIPAL WASTE et WARBRINGER, adoptant ainsi une posture plus moderne et rééquilibrant le mélange.

« Customized » nous achève d’une ultime estocade portée en plein cœur de thrasheur, avec encore une fois cette succession de rythmiques typiques, jouant avec nos nerfs en passant du mid au up sans prévenir. Phrasé de chant précis au débit épileptique, refrain fédérateur, allez, c'est l’heure dans les heurts, on plie les gaules et on admet qu’on s’est légèrement trompé.

Non, Hang 'Em High n’est pas qu’un simple ersatz d’EXODUS, loin s’en faut, même si l’ombre des ex-compagnons de METALLICA plane au-dessus de leurs têtes mal coiffées. Ce premier album des Allemands de FABULOUS DESASTER n’est qu’une preuve supplémentaire de la mainmise de nos cousins germains sur le courant revival Thrash, et surtout, un bon moyen de se défouler au son de guitares enragées. 

Six ans pour enfin accoucher de ce premier né, la gestation fut longue et pénible, mais le bébé se porte bien et thrashe comme un petit vaurien.

 Effectivement. Thrash et rien de plus. Mais rien de moins non plus.


Titres de l'album:

  1. Death Is Loud
  2. Faster Than Light
  3. Warsaw
  4. Thrash Bang Wallop
  5. Midnight Fistfight
  6. Wellness In Hell
  7. R.I.P. (Rest In POWER)
  8. Thrash Metal Symphony
  9. Toxic Nuclear War
  10. Customized

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/12/2016 à 18:27
75 %    427

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes