At the Gates

Steve Grimmett's Grim Reaper

11/10/2019

Dissonance Productions

L’art comme guérison, le processus est connu de la médecine et largement utilisé. Mais l’art est aussi une échappatoire à une situation en impasse, et le réconfort dont vous pouvez avoir besoin lorsque tout va mal et que rien ne semble pouvoir s’arranger. On a connu des musiciens au fond du trou, de la bouteille et de la seringue, se sevrer avec l’espoir d’accoucher d’un grand œuvre en catharsis, et d’autres parvenant à accepter l’adversité en se jetant corps et âme dans la création, à l’image de Robert Wyatt enregistrant Rock Bottom complètement immobilisé. Le destin n’a pas épargné Steve Grimmett ces dernières années. Le pauvre a perdu une partie de sa jambe, et plus grave encore, son frère, ce qui aurait pu le mettre définitivement hors course et au tapis, mais c’eut été sans compter sur la foi Heavy Metal du vocaliste de légende. Et au lieu de s’apitoyer sur son sort, l’ex-LIONSHEART/ONSLAUGHT/CHATEAUX a préféré faire fi de cette adversité pour retourner en studio avec son groupe actuel, GRIM REAPER, encore frappé du sceau personnel STEVE GRIMMETT'S GRIM REAPER. Et si en 2019, le groupe porte le nom de son leader, c’est plus qu’une appropriation, c’est une incarnation. Car à l’écoute de cet At the Gates, on sent que le chanteur va mal, très mal. Pour une raison plus qu’évidente, celle de son incapacité à retrouver sa flamboyance vocale d’antan, et de devoir souvent se contenter de poussées poussives dans les aigus qu’il défiait avant de sa tessiture et de sa grandiloquence. .A l’image d’un Dickinson ou d’un LaBrie qui ont toujours eu du mal à tenir la distance live, Steve s’accroche en effet aux branches, fait de son mieux, mais doit la plupart du temps s’en remettre à ses compères qui le soutiennent de leurs chœurs puissants et bien présents. Mais malgré ce handicap plus que patent, atténué de circonstances plus qu’atténuantes, le jugement d’un chroniqueur ne doit se porter que sur des données factuelles. Seulement, sous cet aspect-là aussi, le résultat est plutôt bancal. La faute à des musiciens appliqués, qui donnent ce qu’ils peuvent, mais ne cherchent jamais à transcender ce Head n’Heavy trop classique pour décoller, et loin de la grandiloquence des premiers efforts.

Car accepter d’endosser encore le costume de la légende GRIM REAPER en 2019 n’est pas chose facile. Même si le groupe n’est jamais devenu un membre de la prestigieuse A-list du Heavy Metal, il a toujours incarné la royauté musicale anglaise dans toute sa splendeur, celle née de la NWOBHM. Les purs et durs n’ont donc jamais oublié les pamphlets virils que furent See You in Hell ou Fear No Evil, ces brûlots lyriques capables d’unir dans un même élan JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN et DIO, et la quintessence de l’inspiration Metal des eighties qui n’était pas encore consciente des concessions qu’elle allait devoir faire. En 2016, Walking in the Shadows avait permis au chanteur de se remettre en selle, presque trente ans après Rock You to Hell, et l’album du comeback avait su séduire les anciens passionnés comme convertir de nouveaux abonnés. Trois ans plus tard et des accidents déplorables en plus, At the Gates aura beaucoup plus de mal à fédérer les néophytes et les anciens, puisque sa musique s’en ressent moins inspirée, et plus destinée à remettre le brave chanteur sur les rails de la confiance qu’à établir de nouveaux records de fidélité. Fidèle pourtant, ce disque l’est, à une recette plus qu’éprouvée, celle d’un Heavy à tendance Power et légèrement lyrique sur les bords, qui saura contenter les plus classiques des quadra/quinquagénaires. On y retrouve parfois le talent du groupe d’origine, sur les morceaux les plus enlevés (« Rush », « Breakneck Speed »), mais malheureusement, les difficultés de Steve à maîtriser son timbre et à devoir en faire trop pour ne pas en faire moins plombent souvent des titres qui auraient pu devenir des classiques, mais qui ne restent que des moments agréables.

De fait, plus qu’un achèvement, At the Gates est à appréhender comme une guérison, une thérapie. Une manière pour Steve de se persuader qu’il a toujours sa place dans la grande famille du Heavy Metal des années 80 qui refuse de mourir et de laisser sa place aux amateurs de vintage qui tentent en vain de reproduire le passé. Sous cet angle-là, ce deuxième album de la formation STEVE GRIMMETT'S GRIM REAPER est appréciable, toutes proportions gardées. On sent que le quatuor (Paul White - batterie, Ian Nash - guitare, Martin Trail - basse et Steve - chant) a joué la sécurité, et a préféré s’en remettre à des réflexes conditionnés plutôt qu’à un sens de l’aventure qui n’avait pas lieu d’être, eu égard aux risques énormes qu’il induisait. Le problème étant que les dits réflexes marquent de leur systématisme l’intégralité ou presque de l’album, chaque morceau semblant un succédané du précédent, avec juste ce qu’il faut de variations pour marquer la rupture. Difficile en effet dès « Venom » de voir les nuances entre les titres suivants, si ce n’est sur quelques variations minimes de tempo qui font monter l’intensité d’un cran. Non que le résultat soit désagréable, mais déjà plombé par les difficultés de Grimmett à chanter certaines parties un peu trop techniques, il subit la loi de la linéarité qui s’apparente à celle d’une trop grande gravité, laissant l’inspiration au ras du sol. Bien sûr, avec ses faux airs de JUDAS PRIEST de transition, « The Hand That Rocks The Cradle » donne le change. Le Speed léger de « Line Them Up » dynamise un peu la stimulation, mais le final « Shadow In The Dark » retombe dans les travers déjà énoncés, et se contente d’un lick tellement classique et convenu que le DIO de la fin des années 80 n’aurait su s’en satisfaire. Restent des moments d’intensité, quelques soli bien troussés (mais une fois encore si formels qu’on a du mal à s’enthousiasmer), et le plaisir de constater que Steve s’accroche et ne compte pas raccrocher. Il aurait des raisons pourtant, mais le soutien des fans ayant récolté quatorze mille dollars pour lui permettre de se soigner (merci à sa compagnie d’assurance qui a considéré que son métier était « trop risqué » pour justifier un remboursement) a dû le galvaniser, et lui donner l’énergie d’y croire encore.

Sans savoir ce qu’il adviendra de lui, cette expérience l’aura rendu plus philosophe. Il a appris la patience, et s’est offert un nouveau regard sur sa vie. Qu’on lui souhaite longue, heureuse, mais plus créative que cet At the Gates qui ressemble à un pansement de l’âme, plus qu’à un classique du Heavy Metal.

 

Titres de l’album :

                       1.At The Gates

                       2.Venom

                       3.What Lies Beneath

                       4.The Hand That Rocks The Cradle

                       5.A Knock At The Door

                       6.Rush

                       7.Only When I Sleep

                       8.Line Them Up

                       9.Breakneck Speed

                       10.Under The Hammer

                       11.Shadow In The Dark

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/01/2022 à 17:49
72 %    88

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26