Macabre Sentence

Suffocation Of Soul

15/03/2018

Psicose Records

Le Brésil et le Thrash, voilà une très ancienne histoire d’amour. Nul n’a pu oublier la sauvagerie pratiquée en Amérique du sud dans les années 80, ne serait-ce qu’en ayant connu les SEPULTURA. Mais le groupe des frangins Cavalera n’était que le baobab qui dissimilait la forêt, et les initiés savaient très bien à l’époque que sous le feuillage de Schizophrenia et Beneath The Remains se cachaient les branchages des VULCANO, de DORSAL ATLANTICA, de MUTILATOR et autres fanatiques de la théorie quantique des univers musicaux parallèles. La brutalité était alors de mise, tout comme la sauvagerie, et l’héritage gigantesque qu’ont laissé ces groupes à leurs cadets trouve encore aujourd’hui capitalisation au travers d’œuvres qui font preuve d’autant d’hommages en oraisons. Le Brésil tente donc de conserver son leadership, acquis à la force des poignets, mais semble mâtiner ses efforts d’un semblant de subtilité, pour ne plus passer pour un pays de bouchers confondant rythmique et pilonnage systématique et atomique. Et en termes de référence, les SUFFOCATION OF SOUL se posent là, mais ici aussi, et peuvent s’enorgueillir d’une carrière sur la route assez fournie, ayant visité un maximum de pays, dont le nôtre. Fondé en 2006, ce quatuor exigeant (André - basse/chant, Tarcísio & Mauricio - guitares, et Marion - batterie) ne se contente pas vraiment du tout-venant, et nous a déjà offert quelques échantillons de ce son si dément, au travers d’une poignée de réalisations. Une première démo (Demoniac Empire en 2008), puis un EP (The Last Way Of Madness en 2012), un premier longue-durée (The First Attack, 2014), et quatre ans plus tard, un nouvel extended-play via cet impitoyable mais agréable Macabre Sentence, beaucoup moins Morbid Visions que son titre ne le laisse entrevoir.

Car si les SUFFOCATION OF SOUL sont indéniablement Thrash, ils tournent néanmoins le dos à l’aspect le plus bestial de la question. Pas forcément concernés par les débordements maniaques de leurs aînés, et plus foncièrement fascinés par les constructions à la METALLICA/EXODUS que par les déviances sadiques et lubriques de HELLHAMMER ou VENOM, les quatre lusophones préfèrent se concentrer sur une brutalité contrôlée que de se débaucher dans un barouf à peine agencé. On retrouve donc un peu de tout dans leurs influences, qu’ils nomment sans honte, et qui couvrent un spectre allant de TOKYO BLADE à SACRIFICE, en passant par RAVEN, CORONER DESTRUCTION, MERCYFUL FATE, GRIM REAPER et POSSESSED. Mais fiez-vous plutôt aux références les plus nuancées, puisque nos musiciens du jour sont plus des ciseleurs que des pilonneurs. Un peu d’attention portée au morceau le plus développé, « The Perpetual Lie » suffit d’ailleurs à s’en persuader, les brésiliens nous offrant à ce moment précis une belle démonstration de leur talent, tâtant même du Heavy progressif pour mieux dériver sur un Thrash agressif. Le contraste entre les parties nuancées et mélodiques et les accès de rage épileptique étant d’ailleurs très marqué, leur identité n’en est que plus affirmée, et l’ensemble se déguste alors comme un cocktail coloré et relevé mélangeant les ingrédients EXODUS, HEATHEN, METALLICA et FORBIDDEN savamment dosés. Duels de guitare à la tierce, breaks qui s’amoncèlent, mais qui ruissèlent, interventions en solo tout en brio, pour presque huit minutes de développement intelligent qui permet à Macabre Sentence de prendre ses marques et ses distances avec la production actuelle en outrance.

S’il est évident qu’ils n’ont, et qu’ils n’inventeront rien, ces brésiliens ne s’en montrent pas moins convaincants pour autant. En une poignée de titres suffisamment variés pour ne pas balbutier ou se répéter, le quatuor s’impose sur la scène Thrash sud-américaine, sans se reposer sur leurs glorieux lauriers pour continuer d’avancer sans oser. Pas étonnant dès lors qu’ils soient considérés comme des leaders potentiels, tant leurs morceaux charnels nous ramènent aux plus grandes heures d’un Thrash pluriel. Car lorsqu’on pense METALLICA, ils nous la jouent DESTRUTION, lorsqu’on ressent VIO-LENCE, ils nous la font MUTILATOR, et au petit jeu du qui-a-raison-a-tort, les originaires de Poções gagnent à tous les coups, en jouant leur va-tout. Doté d’une rythmique percutante mais fluide, d’une paire de guitaristes aussi à l’aise en solo qu’un duo, et d’un bassiste/chanteur au timbre frondeur et à la gravité nuancée, ce combo aux allures de classique nous enchante donc d’une violence intelligente, mais suffisamment adolescente pour ne pas faire fuir les plus branques. D’ailleurs, en combinant les éclairs et les zones de turbulence moins claires, Macabre Sentence offre un panorama changeant, toujours véhément et puissant, souvent agressif à tendance teigneux, et particulièrement nerveux. Et entre un archétype Thrash modelé avec attention (« Lifeinvader »), une saignée corsée et peu encline à cicatriser (« Dead Paradise »), et un morceau d’entame qui met les choses au point sans en dire trop sur les lendemains (« Crimes Behind The Influence »), le bilan est plus que positif, il est euphorique, et nous fait même regretter que le timing soit si serré.

En confirmant tout le bien qu’on a pu dire d’eux suite à la parution de The First Attack il y a quatre ans, les SUFFOCATION OF SOUL restent sur les bons rails, et incrustent leur nom dans notre inconscient. Il faudrait d’ailleurs l’être pour occulter leur existence, qui prouve que le Brésil reste toujours l’un des pays les plus productifs dans le genre, qui peut s’asseoir sur une crédibilité d’époque durement gagnée pour continuer à thrasher. Et le pays a de quoi être fier de ses représentants, qui en se montrant plus évolutifs que la moyenne, sans tomber dans les travers d’un techno-Thrash trop ambitieux, signent un EP de grande qualité, qui peut nous faire patienter jusqu’à leur prochaine production longue-durée.             

            

Titres de l’album:

                    1. Crimes Behind The Influence      

                    2. Lifeinvader

                    3. We Live in Pandemonium

                    4. The Perpetual Lie  

                    5. Dead Paradise       

                    6. Impios

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/06/2018 à 18:54
85 %    336

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59