Le Brésil et le Thrash, voilà une très ancienne histoire d’amour. Nul n’a pu oublier la sauvagerie pratiquée en Amérique du sud dans les années 80, ne serait-ce qu’en ayant connu les SEPULTURA. Mais le groupe des frangins Cavalera n’était que le baobab qui dissimilait la forêt, et les initiés savaient très bien à l’époque que sous le feuillage de Schizophrenia et Beneath The Remains se cachaient les branchages des VULCANO, de DORSAL ATLANTICA, de MUTILATOR et autres fanatiques de la théorie quantique des univers musicaux parallèles. La brutalité était alors de mise, tout comme la sauvagerie, et l’héritage gigantesque qu’ont laissé ces groupes à leurs cadets trouve encore aujourd’hui capitalisation au travers d’œuvres qui font preuve d’autant d’hommages en oraisons. Le Brésil tente donc de conserver son leadership, acquis à la force des poignets, mais semble mâtiner ses efforts d’un semblant de subtilité, pour ne plus passer pour un pays de bouchers confondant rythmique et pilonnage systématique et atomique. Et en termes de référence, les SUFFOCATION OF SOUL se posent là, mais ici aussi, et peuvent s’enorgueillir d’une carrière sur la route assez fournie, ayant visité un maximum de pays, dont le nôtre. Fondé en 2006, ce quatuor exigeant (André - basse/chant, Tarcísio & Mauricio - guitares, et Marion - batterie) ne se contente pas vraiment du tout-venant, et nous a déjà offert quelques échantillons de ce son si dément, au travers d’une poignée de réalisations. Une première démo (Demoniac Empire en 2008), puis un EP (The Last Way Of Madness en 2012), un premier longue-durée (The First Attack, 2014), et quatre ans plus tard, un nouvel extended-play via cet impitoyable mais agréable Macabre Sentence, beaucoup moins Morbid Visions que son titre ne le laisse entrevoir.

Car si les SUFFOCATION OF SOUL sont indéniablement Thrash, ils tournent néanmoins le dos à l’aspect le plus bestial de la question. Pas forcément concernés par les débordements maniaques de leurs aînés, et plus foncièrement fascinés par les constructions à la METALLICA/EXODUS que par les déviances sadiques et lubriques de HELLHAMMER ou VENOM, les quatre lusophones préfèrent se concentrer sur une brutalité contrôlée que de se débaucher dans un barouf à peine agencé. On retrouve donc un peu de tout dans leurs influences, qu’ils nomment sans honte, et qui couvrent un spectre allant de TOKYO BLADE à SACRIFICE, en passant par RAVEN, CORONER DESTRUCTION, MERCYFUL FATE, GRIM REAPER et POSSESSED. Mais fiez-vous plutôt aux références les plus nuancées, puisque nos musiciens du jour sont plus des ciseleurs que des pilonneurs. Un peu d’attention portée au morceau le plus développé, « The Perpetual Lie » suffit d’ailleurs à s’en persuader, les brésiliens nous offrant à ce moment précis une belle démonstration de leur talent, tâtant même du Heavy progressif pour mieux dériver sur un Thrash agressif. Le contraste entre les parties nuancées et mélodiques et les accès de rage épileptique étant d’ailleurs très marqué, leur identité n’en est que plus affirmée, et l’ensemble se déguste alors comme un cocktail coloré et relevé mélangeant les ingrédients EXODUS, HEATHEN, METALLICA et FORBIDDEN savamment dosés. Duels de guitare à la tierce, breaks qui s’amoncèlent, mais qui ruissèlent, interventions en solo tout en brio, pour presque huit minutes de développement intelligent qui permet à Macabre Sentence de prendre ses marques et ses distances avec la production actuelle en outrance.

S’il est évident qu’ils n’ont, et qu’ils n’inventeront rien, ces brésiliens ne s’en montrent pas moins convaincants pour autant. En une poignée de titres suffisamment variés pour ne pas balbutier ou se répéter, le quatuor s’impose sur la scène Thrash sud-américaine, sans se reposer sur leurs glorieux lauriers pour continuer d’avancer sans oser. Pas étonnant dès lors qu’ils soient considérés comme des leaders potentiels, tant leurs morceaux charnels nous ramènent aux plus grandes heures d’un Thrash pluriel. Car lorsqu’on pense METALLICA, ils nous la jouent DESTRUTION, lorsqu’on ressent VIO-LENCE, ils nous la font MUTILATOR, et au petit jeu du qui-a-raison-a-tort, les originaires de Poções gagnent à tous les coups, en jouant leur va-tout. Doté d’une rythmique percutante mais fluide, d’une paire de guitaristes aussi à l’aise en solo qu’un duo, et d’un bassiste/chanteur au timbre frondeur et à la gravité nuancée, ce combo aux allures de classique nous enchante donc d’une violence intelligente, mais suffisamment adolescente pour ne pas faire fuir les plus branques. D’ailleurs, en combinant les éclairs et les zones de turbulence moins claires, Macabre Sentence offre un panorama changeant, toujours véhément et puissant, souvent agressif à tendance teigneux, et particulièrement nerveux. Et entre un archétype Thrash modelé avec attention (« Lifeinvader »), une saignée corsée et peu encline à cicatriser (« Dead Paradise »), et un morceau d’entame qui met les choses au point sans en dire trop sur les lendemains (« Crimes Behind The Influence »), le bilan est plus que positif, il est euphorique, et nous fait même regretter que le timing soit si serré.

En confirmant tout le bien qu’on a pu dire d’eux suite à la parution de The First Attack il y a quatre ans, les SUFFOCATION OF SOUL restent sur les bons rails, et incrustent leur nom dans notre inconscient. Il faudrait d’ailleurs l’être pour occulter leur existence, qui prouve que le Brésil reste toujours l’un des pays les plus productifs dans le genre, qui peut s’asseoir sur une crédibilité d’époque durement gagnée pour continuer à thrasher. Et le pays a de quoi être fier de ses représentants, qui en se montrant plus évolutifs que la moyenne, sans tomber dans les travers d’un techno-Thrash trop ambitieux, signent un EP de grande qualité, qui peut nous faire patienter jusqu’à leur prochaine production longue-durée.             

            

Titres de l’album:

                    1. Crimes Behind The Influence      

                    2. Lifeinvader

                    3. We Live in Pandemonium

                    4. The Perpetual Lie  

                    5. Dead Paradise       

                    6. Impios

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/06/2018 à 18:54
85 %    188

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.