Dix-sept ans d’absence, ou comment se faire oublier avec élégance. C’est peu ou prou le leitmotiv que l’on pourrait attribuer au concept italien ALTAR OF PERVERSION, qui depuis From Dead Temples (Towards the Ast'ral Path) son précédent LP n’avait pas jugé utile de donner suite. Oh, bien sûr, nous avions eu droit à de petites oboles, sous la forme d’un split en 2005, et d’Adgnosco Veteris Vestigia Flammae, un EP édité en 2006, mais rien de vraiment consistant, juste des pis-aller, précédant un silence total. On pensait le duo (Cultus - guitare/basse/chant et Laran - batterie) disparu dans les limbes d’enfers personnels, et la réponse était d’ailleurs assez proche de cette hypothèse…Et si la tête pensante du duo a tenté de nous convaincre que le voyage entre les deux longue-durée fut si long pour cause d’immersion totale dans une quête non garantie d’un espoir de retour, il faut nuancer ses propos par les siens propres, lui qui a aussi affirmé avoir connu quelques problèmes personnels, et une instabilité de line-up plutôt classique dans les faits. De la fiction donc, histoire de pimenter l’absence, mais aussi quelques données plus prosaïques pour justifier l’écart temporel entre les deux œuvres du groupe, qui nous en revient aujourd’hui de sa Toscane pour nous lire son journal de bord, qui comme vous le constaterez n’a pas été laissé vierge de pages blanches immaculées…S’il est certain que presque deux décennies ne pouvaient être comblées de façon lapidaire, et en considérant le fait que le Black Metal a horreur du vide, nous étions quand même loin de nous douter que les italiens allaient aborder leur comeback en nous offrant presque deux heures de musique…Cent-treize minutes exactement, pour un second LP rempli à ras-bords de sons, d’idées, de breaks, et de variations. Publié en version triple LP et double CD, Intra Naos est donc un pamphlet conséquent, qu’on n’aborde pas vraiment l’esprit tranquille et le verbe dégagé, craignant sans doute d’avoir du mal à en faire le tour sans oublier quelque chose en route. Car loin de privilégier une optique facile de remplissage évident, ce deuxième tome s’autorise un survol quasiment exhaustif du BM des origines, tout en multipliant les allusions à ses digressions, évoquant l’avant-garde, mais pas forcément l’expérimental, tutoyant l’évolutif sans sombrer dans le progressif, et prônant un certain maniérisme sans oser l’emphatique assumé. Le bilan ? Un énorme pavé difficile à digérer une fois avalé, mais qui se montre conséquent, et qui satisfera les fans les plus exigeants d’un extrême tout sauf condescendant.

This great work is a compelling journey into the world of Pan-European Satanism, as defined and exemplified by the Order of Nine Angles, and as such, conceptually and lyrically, the album’s framework is thoroughly unique. Altar of Perversion have literally traversed the acausal abysses and realms to come back with experiences that have been moulded into these songs. The music is a result of these real-life magickal and sinister workings 

 

Pour les non-anglophones et les fainéants, ces quelques lignes promotionnelles se veulent plus ou moins explicatives de l’ampleur et de la genèse du projet. Sans vouloir rentrer dans des détails redondants, il faut y comprendre que l’essence même d’Intra Naos se situe en convergence des abysses les plus profonds du satanisme européen, et que le temps qui fut consacré à sa conception ne le fut pas en vain. Comme précisé plus en amont, il convient de modérer cet enthousiasme conceptuel de quelques données plus factuelles, mais il est certain par contre que la dimension de ce second LP est gigantesque, et à l’échelle de sa production. Celle-ci est à proprement parler dantesque, et fixée sur une fréquence que les analystes ont autrefois rattachée à l’art de la musique, et qui est de fait censée éveiller des sensations épidermiques, propres au ressenti le plus viscéral. Une accumulation de notions complexes, qui ne situeront pas précisément les contours d’un disque qui se veut éminemment dense et pluriel, et qui par sa durée aura de quoi rebuter les plus modérés. S’il est toujours facile de remplir un album au maximum pour donner aux fans de quoi se rassasier, il faut aussi varier son propos pour ne pas risquer l’indigestion. Mais avec six titres dont le plus court tape les treize minutes, et le plus long piétine les vingt-cinq, les deux italiens ont pris tous les risques, et surtout celui de se montrer un peu trop roboratifs et répétitifs. Je ne cacherai pas que cet écueil est parfois frappé de plein fouet, tant certaines pistes évoquent les précédentes par un choix de plans sensiblement similaires…Mais deux heures de musique étant ce qu’elles sont, il eut été difficile de trouver l’inspiration nécessaire pour les truffer d’inédit, et malgré les dix-sept années séparant les deux LP, on retrouvera les ALTAR OF PERVERSION presque dans le même état que celui dans lequel ils évoluaient lorsqu’ils nous ont quittés. Lequel ? Un mélange de rigidité faciale typiquement scandinave entremêlé de grimaces psychédéliques euro-américaines prononcées, pour une symphonie outrancière rappelant au bon souvenir des KATHARSIS et autres GOATFIRE, tout comme l’arrière-garde nordique des figures de légende, IMMORTAL en tête de liste. L’attente valait-elle le détour temporel exagéré ? Quelque part oui, mais autant avouer que le groupe malgré son ambition aurait gagné à condenser son propos, quitte à publier deux tomes à quelques mois d’intervalle.

Difficile toutefois de ne pas se montrer admiratif face à cette débauche de moyens, et ces structures complètement décomplexées, n’admettant aucune limite. Et il est aussi facile d’appréhender Intra Naos comme un tout, que comme la somme de ses parties. Celles-ci sont évidemment conséquentes, suggérant parfois une mémoire bloquée sur les ténèbres des CELTIC FROST et autres DARKTHRONE, et relativement peu complaisantes mélodiquement parlant. Beaucoup de brutalité, mais aussi des déviances prononcées, pour un festival de riffs concentriques ou anémiés, distordant l’harmonie pour la restreindre à un mode d’expression. Une alternance constante de tempi qui passent allègrement d’une chevauchée sauvage à une contemplation de ruines de l’humanité, et finalement, une incarnation d’un concept retranscrit plus fidèlement qu’on aurait pu le croire. Car au-delà de son aspect monumental, cette œuvre se veut aussi introspection ultime, et plongée dans les abimes de la pensée monothéiste. On ressent à chaque variation les étapes franchies, de ces guitares tournoyant comme des vautours à ces blasts incarnant le pas rapide de montures parcourant l’inconnu, en passant par ce chant se voulant narrateur sans complaisance d’aventures occultes, et de recherches absolues. Peut-être pas (et certainement d’ailleurs) le chef d’œuvre ultime d’un style qui en aura produit quelques-uns incontournables, mais un sacré retour à la hauteur d’une réputation que From Dead Temples (Towards the Ast'ral Path) avait solidement contribué à créer. Et il suffit de se plonger sans retenue dans le terminal et interminable « Through Flickering Stars, They Seep » pour comprendre à quel point le travail fut long, pénible et contraignant (ce que Cultus a confirmé lui-même), tant l’empilage de ces couches sonores, et la juxtaposition de ces textures a résulté d’une concertation fastidieuse, aboutissant certainement à un enregistrement par bribes. Impossible en effet de traiter un tel volume de musique sans y mettre les deux mains, et le résultat honore la patience de deux hommes que rien n’a semblé pouvoir arrêter.

De fait, il est difficile de savoir si c’est la musique elle-même qui inspire le respect, ou bien les efforts qu’il a fallu concéder pour y parvenir. Chacun trouvera sa réponse dans les deux heures d’Intra Naos, mais personne ne pourra rester indifférent face à un tel monolithe de haine et de misanthropie pourtant si généreuses.


Titres de l'album:

  1. Adgnosco Veteris Vestigia Flammae
  2. She Weaves Abyssal Riddles and Eorthean Gates
  3. Behind Stellar Angles II
  4. Cosmic Thule, Inner Temple
  5. Subcosmos Archetypes
  6. Through Flickering Stars, They Seep

Page groupe label


par mortne2001 le 14/04/2018 à 14:02
80 %    99

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Shed The Skin

We Of Scorn

Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Beyond Creation*


... ou alors 5 circle-pits simultanés au Wacken !! Ah non pardon, c'est interdit...


Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)