Pendant que certains musiciens essaient toujours de repousser les limites de la créativité, d’autres se contentent de satisfaire leur passion sans vraiment chercher à faire du neuf avec du vieux. C’est une option/position que je respecte, puisque après tout, la musique comme toute autre passion, se doit d’être sincère et non opportuniste. Et nous pouvons faire confiance aux Italiens de Frontiers pour soutenir ces musiciens ayant commencé leur carrière il y a quelques décennies, sans leur demander de céder à la pression des modes…

Le label nous propose donc en ce mois estival de juin une nouvelle découverte estimable, celle d’un « supergroupe », ou presque, qui nous présente donc son premier album éponyme sans complexes…

RADIATION ROMEOS, qu’est-ce donc ? Une version romancée et édulcorée des aventures de Melvin à Tromaville, qui rencontre l’amour la nuit, sa serpillère à la main ? Pas vraiment, quoique le parallèle a de quoi faire largement sourire.

Non, ces Roméo radioactifs seraient plutôt du genre romantiques, à la mémoire affutée, et qui se souviennent avec acuité des mélodies les plus épurées du Hard-Rock US des 80’s, et qui continuent d’en appliquer les recettes avec allant, pour nous proposer presque une heure de musique « classique », mais Ô combien jouissive pour qui aime les harmonies ciselées et les arrangements léchés.

RADIATION ROMEOS, c’est une nouvelle association de bienfaiteurs, qui se sont retrouvés ensemble afin d’assouvir les instincts Rock les plus tendres et mordants. On y retrouve au chant le légendaire Parramore McCarty, ex-chanteur des mythiques WARRIOR, et ex-accompagnateur de Steve « Billy Idol » Stevens sur son projet ATOMIC PLAYBOYS. D’ailleurs, l’inspiration pour le nom du combo viendrait d’un vers du premier album de ce dernier…

On retrouve aux côtés de ce vocaliste au timbre inimitable une sacrée brochette de requins, dont Dag Heyne à la guitare, Jogi Spittka à la basse et Gereon Homann à la batterie, pour un premier jet produit de main de maître par l’immanquable Michael Voss (PHANTOM 5, CASANOVA, Michael Schenker). Au menu ?

Rien de bien surprenant sur la carte, mais un joli étalage de mets corsés, salés avec équilibre, parfois un peu sucrés sur les bords, mais aux propriétés nutritives indéniables et à la présentation très soignée. En gros comme en détail, du Hard Rock de grande classe, digne de l’héritage de ce frontman toujours aussi alerte qui domine de ses intonations flamboyantes des compositions à la beauté formelle et à l’efficacité graduelle.

Un melting-pot de ce que le Hard-Rock d’antan a encore à proposer en 2017, et soyez-en sûrs, l’apport est tout sauf négligeable. Si l’écurie Frontiers avait montré quelques signes de flottement il y a quelques années, la barre a bien été redressée, et les sorties s’enchaînent sans temps mort ni faute de goût. Une fois de plus, Radiation Romeos maintient le cap sur l’excellence sans forcer son talent, et aligne les hits qui auraient fait les beaux jours des FM US d’il y a trente ans, celles-là mêmes qui ont la mémoire très courte…Nous, beaucoup moins, et après quelques écoutes, ce projet organisé autour de la personnalité attachante de Parramore McCarty s’avère être une excellente surprise de Hard à l’Américaine, empesé d’une bonne couche d’apprêté Européenne, et décoré de soli tout à fait respectables.

On pense évidemment à l’association Lande/Allen, mais aussi à beaucoup d’autres troupes de la caserne Frontiers, et même si McCarty commença sa carrière dans les mid 80’s, poussé par Robbin Crosby de RATT pour s’investir dans un certain nombre de cover bands, le talent de l’artiste est resté intact, et sa fougue aussi, comme en témoigne une ballade aussi pure et séduisante que « Like An Arrow », qui évite justement l’écueil de la mièvrerie grâce au talent hors normes du chanteur.

Niveau compos justement, le quatuor a soigné aux petits oignons le fond et la forme, et n’hésite pas à valser entre Hard-Rock bien burné, Heavy un peu plus allumé et AOR aiguisé. Les hymnes s’enchaînent à une vitesse folle, et le ton est donné dès la tonitruante ouverture éponyme, qui cavale d’un up tempo sautillant, pour mettre en valeur un refrain hautement mémorisable, qu’on imagine aisément repris en chœur live.

Production évidemment nickel, pas trop aseptisée et qui a su garder le tranchant de la guitare effilé, arrangements discrets mais efficaces, chœurs qui savent rester à leur place sans bouffer les lead, et breaks prévisibles, mais toujours appréciés pour ce qu’ils sont.

On sent que le ton est rapidement donné, et que le but était d’adapter des standards anciens à des exigences de production moderne, pour livrer une version customisée d’un Hard-Rock de tradition, sans le trahir, mais sans oublier de le dépoussiérer.

Cette méthode est palpable sur le second titre, le très efficace « Ocean Drive », qui mélange dans une même humeur collective le Hard le plus classique et l’AOR typique de ces dix dernières années, parvenant à évoquer dans un même ensemble la science infuse mélodique des HAREM SCAREM et le sentimentalisme radiophonique de la vague scandinave.

Mais les exemples sont tellement nombreux que tous les utiliser en devient un peu superfétatoire, même si chacun mérite sa tribune.

Tentons donc d’en mettre quelques-uns en avant, à l’instar du brûlant et plombé « Bad Bad Company » qui flirte avec l’esprit lubrique d’ALICE COOPER tout en invoquant le spectre d’un QUIET RIOT période Paul Shortino, le très long et progressif « Promised Land » et son parfum embrumé des landes d’Europe et plus particulièrement d’Irlande, ou « Ghost Town » qui de son acoustique développe un joli panorama désertique, à peine balayé par un vent au parfum légèrement Sleaze à la BON JOVI en phase de transition entre Slippery When Wet et New-Jersey.

Du travail de pro pour les amateurs que nous sommes, et si parfois, le professionnalisme excessif castre les ambitions instinctives, le résultat se veut quasiment imperfectible dans le style, eut égard au talent d’instrumentiste de ces musiciens au pédigrée remarquable (la guitare rappelle d’ailleurs un peu le style de Steve Stevens chez Idol ou en solo).

Mais ces quatre-là savent aussi lâcher la bride pour se laisser aller à des ambiances bluesy assez chaloupées (« Monstertraxx », final jouissif), tout en gardant sous le coude le contrôle global d’un projet enthousiasmant qui se situe dans une convergence entre Hard-Rock efficace, AOR de palaces et Glam de surface un peu salace.

Un premier album qui pourrait d’ailleurs se résumer à cette déclaration si sincère de Parramore :

« Notre but était d’écrire de grandes chansons mélodiques. Quelque chose pour chacun en fait… »

Et sous ce point de vue-là, le but est atteint avec un brio admirable, puisque Radiation Romeos n’est rien de plus ni de moins qu’un excellent album de Hard-Rock faisant la jonction entre le présent et le passé, sans prôner le passéisme ou le modernisme à outrance. Je prédis une belle carrière live pour ces RADIATION ROMEOS qui n’ont certainement pas fini d’irradier les foules de leur fougue nucléaire Rock affolant les compteurs Geiger de notre passion.


Titres de l'album:

  1. Radiation Romeos
  2. Ocean Drive
  3. Bad Bad Company
  4. Mystic Mountain
  5. Like An Arrow
  6. Promised Land
  7. Castaways
  8. Ghost Town
  9. Til The End Of Time
  10. On The Tight Rope
  11. Monstertraxx


par mortne2001 le 20/06/2017 à 17:26
80 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !