Pendant ce temps-là, à Santiago du Chili…Ben justement, quoi pendant ce temps-là ? Et bien les choses suivent leur cours, un peu comme partout ailleurs d’ailleurs, et pour le cas qui nous intéresse, les thrasheurs thrashent, les mosheurs moshent, et tout le monde se retrouve pour une belle sarabande en riffs massifs et rythmiques majeures, un peu pour suivre la tendance, mais surtout pour exhorter une saine colère envers un monde de plus en plus corrompu, injuste, et qui permet aux plus nantis de s’en mettre plein les poches pendant que le peuple souffre et peine à se rebeller.

Comment exprimer dès lors cette haine de l’autre ? Simple, en choisissant le créneau d’un Thrash Metal old school de celui qui nous déverse sa bile avec une régularité déroutante depuis une dizaine d’années.

Vintage Thrash ?

Vintage Thrash et vous l’auriez parié j’en suis sûr, puisque un bon quart de mes chroniques s’attachent justement à vous permettre de suivre l’avancée du mouvement.

Mouvement qui nous emmène ce matin du côté du Chili donc, pour y faire la connaissance d’un quatuor local se repaissant des émanations de la Bay Area des années 80.

En substance, les BLOODY ENGINE n’ont rien de plus, ni rien de moins que la plupart de leurs homologues du genre.

Formé en 2014, et auteur d’un premier EP en 2015, The Mind Disease, ce quintette (Nicolás Oyarce, Alvaro Perez, Jaime Lepe, Claudio Miranda et Diego Medina) nous offre avec son premier longue durée un joli survol de la thématique, en usant des codes en vigueur depuis trois décennies, et en les maniant à sa guise sans leur manquer de respect.

En ce sens, The Culture of Fear, de ses thématiques à son instrumental ne joue pas les provocateurs, mais suit les enseignements des anciens, en y apportant sa touche personnelle qui permet à l’auditeur potentiel de passer de longs plans en mid tempo à de subites accélérations pas si éloignées du Thrashcore qu’on aurait pu le penser. Tout ceci est très formel et imprégné de culture US épicée d’une petite touche de violence sud-américaine, mais reste assez modéré dans l’agression sans tomber dans le Heavy Thrash encore tiède alors qu’il vient juste d’être réchauffé.

Néanmoins, cette attitude ambivalente emprunte de formalisme radical n’est pas dénuée d’une certaine folie Hardcore symptomatique des groupes d’Amérique du Sud, comme le démontre un morceau aussi essentiel que « The Right To Decide », qui en moins de cinq minutes, compile l’approche mélodique de METAL CHURCH, la puissance de TESTAMENT, en jouant son va-tout lors de breaks impromptus flirtant avec les limites de vitesse des CRYPTIC SLAUGHTER et autres ASSASSIN. Et si l’entame « Still Alive » se plaît à nous introduire à l’univers des BLOODY ENGINE via des nappes acoustiques que le BLACK SABBATH de « Planet Caravan » n’aurait pas reniées, elle tombe vite dans un Metal mordant et sautillant mixant l’ironie rythmique de MEGADETH aux guitares mutines et tranchantes d’un LAAZ ROCKIT, moins complaisant qu’à l’habitude.

Les intonations vocales du chanteur de BLOODY ENGINE font penser à un mix de gorge entre la sourdine de HEXX et les médiums de David Wayne, et sur un morceau de la trempe de « The Last Link In The Chain », tout en contretemps, le mélange opère à plein régime, sans pour autant sortir des sentiers battus.

Pour cela, il faut plutôt s’orienter vers « Femicide », l’un des brulots les plus efficaces et ciselés du lot, qui après une très belle intro de plus d’une minute, concasse des riffs à la MORTAL SIN, avant d’accélérer le tout pour faire atteindre à l’intensité une vitesse de croisière tout à fait honorable.

Saccades précises, up tempo entraînant, chant qui gagne en agressivité, le cocktail s’agrémente de chœurs très bien placés et d’un refrain efficace et endiablé, et s’avale d’un trait, comme un classique de HOLY TERROR en pleine envolée.

Mais les Chiliens sont aussi capables d’être plus directs et concis, et l’enchaînement du diaboliquement catchy « Schizoul » et sa folie à la SEPULTURA/INDESTROY, alternant les broncas supersoniques et les écrasements Heavy/Core, et « Killing Flaites » et sa démence Thrashcore est imparable, et relance l’intérêt d’un album décidément pas avare de surprises.

Grosse basse qui claque, pluie de guitares en gouttes ordonnées qui se désassemblent soudain pour se concentrer en déluge plombé, chant vindicatif et concis qui exhorte ses textes à l’esprit revanchard, les quarante minutes de The Culture of Fear sont savamment exploitées, et parfois d’un feeling Speed savoureux (« Liquid Hell », aux mélodies malicieuses et à la rythmique très joueuse), ou au contraire d’un allant progressif ambitieux.

Le son plutôt sec sert parfaitement des compositions qui refusent l’esbroufe et préfèrent laisser parler la musique plutôt que les effets, ce que confirme le surpuissant « The Mind Disease », qui multiplie les plans tout en restant cohérent et d’une progression logique, rappelant de plus en plus le très mésestimé EP Quest For Sanity de HEXX, dans une version beaucoup moins linéaire.

« Bloodsucker » termine plus ou moins le travail de sape tel qu’il avait été entamé sur « Still Alive », mais en profite pour semer quelques accroches et autres gimmick qui dynamisent cette conclusion et nous laissent sur une très bonne impression.

Efficace, concis mais ne crachant pas sur quelques fantaisies, les BLOODY ENGINE affirment leur personnalité, et finissent par séduire sans astuce tape à l’œil, mais en se reposant sur des morceaux intelligents et sautillants, sans jamais tomber dans la mièvrerie ni la redite insipide.

Et dans un registre brutal couvrant un spectre intégral (Speed, Thrash, Thrashcore, Heavy Metal), et accumulant les changements de ton, The Culture of Fear se taille une jolie place au soleil d’un Thrash glouton et permet à ce sympathique ensemble Chilien de se faire un nom.

Un nom qu’on retient, et qui donne envie d’en savoir plus.


Titres de l'album:

  1. Still alive
  2. The Last Link In The Chain
  3. The Right To Decide
  4. Femicide
  5. Schizoul
  6. Killing Flaites
  7. Liquid Hell
  8. The Mind Disease
  9. Bloodsucker

Site officiel


par mortne2001 le 27/04/2017 à 17:41
75 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)


J'ai entendu THE QUILL quand je distribuais les flyers à l'entrée et ça avait l'air pas mal du tout! Du bon Heavy/Rock 70's avec un excellent chanteur!