Pendant ce temps-là, à Santiago du Chili…Ben justement, quoi pendant ce temps-là ? Et bien les choses suivent leur cours, un peu comme partout ailleurs d’ailleurs, et pour le cas qui nous intéresse, les thrasheurs thrashent, les mosheurs moshent, et tout le monde se retrouve pour une belle sarabande en riffs massifs et rythmiques majeures, un peu pour suivre la tendance, mais surtout pour exhorter une saine colère envers un monde de plus en plus corrompu, injuste, et qui permet aux plus nantis de s’en mettre plein les poches pendant que le peuple souffre et peine à se rebeller.

Comment exprimer dès lors cette haine de l’autre ? Simple, en choisissant le créneau d’un Thrash Metal old school de celui qui nous déverse sa bile avec une régularité déroutante depuis une dizaine d’années.

Vintage Thrash ?

Vintage Thrash et vous l’auriez parié j’en suis sûr, puisque un bon quart de mes chroniques s’attachent justement à vous permettre de suivre l’avancée du mouvement.

Mouvement qui nous emmène ce matin du côté du Chili donc, pour y faire la connaissance d’un quatuor local se repaissant des émanations de la Bay Area des années 80.

En substance, les BLOODY ENGINE n’ont rien de plus, ni rien de moins que la plupart de leurs homologues du genre.

Formé en 2014, et auteur d’un premier EP en 2015, The Mind Disease, ce quintette (Nicolás Oyarce, Alvaro Perez, Jaime Lepe, Claudio Miranda et Diego Medina) nous offre avec son premier longue durée un joli survol de la thématique, en usant des codes en vigueur depuis trois décennies, et en les maniant à sa guise sans leur manquer de respect.

En ce sens, The Culture of Fear, de ses thématiques à son instrumental ne joue pas les provocateurs, mais suit les enseignements des anciens, en y apportant sa touche personnelle qui permet à l’auditeur potentiel de passer de longs plans en mid tempo à de subites accélérations pas si éloignées du Thrashcore qu’on aurait pu le penser. Tout ceci est très formel et imprégné de culture US épicée d’une petite touche de violence sud-américaine, mais reste assez modéré dans l’agression sans tomber dans le Heavy Thrash encore tiède alors qu’il vient juste d’être réchauffé.

Néanmoins, cette attitude ambivalente emprunte de formalisme radical n’est pas dénuée d’une certaine folie Hardcore symptomatique des groupes d’Amérique du Sud, comme le démontre un morceau aussi essentiel que « The Right To Decide », qui en moins de cinq minutes, compile l’approche mélodique de METAL CHURCH, la puissance de TESTAMENT, en jouant son va-tout lors de breaks impromptus flirtant avec les limites de vitesse des CRYPTIC SLAUGHTER et autres ASSASSIN. Et si l’entame « Still Alive » se plaît à nous introduire à l’univers des BLOODY ENGINE via des nappes acoustiques que le BLACK SABBATH de « Planet Caravan » n’aurait pas reniées, elle tombe vite dans un Metal mordant et sautillant mixant l’ironie rythmique de MEGADETH aux guitares mutines et tranchantes d’un LAAZ ROCKIT, moins complaisant qu’à l’habitude.

Les intonations vocales du chanteur de BLOODY ENGINE font penser à un mix de gorge entre la sourdine de HEXX et les médiums de David Wayne, et sur un morceau de la trempe de « The Last Link In The Chain », tout en contretemps, le mélange opère à plein régime, sans pour autant sortir des sentiers battus.

Pour cela, il faut plutôt s’orienter vers « Femicide », l’un des brulots les plus efficaces et ciselés du lot, qui après une très belle intro de plus d’une minute, concasse des riffs à la MORTAL SIN, avant d’accélérer le tout pour faire atteindre à l’intensité une vitesse de croisière tout à fait honorable.

Saccades précises, up tempo entraînant, chant qui gagne en agressivité, le cocktail s’agrémente de chœurs très bien placés et d’un refrain efficace et endiablé, et s’avale d’un trait, comme un classique de HOLY TERROR en pleine envolée.

Mais les Chiliens sont aussi capables d’être plus directs et concis, et l’enchaînement du diaboliquement catchy « Schizoul » et sa folie à la SEPULTURA/INDESTROY, alternant les broncas supersoniques et les écrasements Heavy/Core, et « Killing Flaites » et sa démence Thrashcore est imparable, et relance l’intérêt d’un album décidément pas avare de surprises.

Grosse basse qui claque, pluie de guitares en gouttes ordonnées qui se désassemblent soudain pour se concentrer en déluge plombé, chant vindicatif et concis qui exhorte ses textes à l’esprit revanchard, les quarante minutes de The Culture of Fear sont savamment exploitées, et parfois d’un feeling Speed savoureux (« Liquid Hell », aux mélodies malicieuses et à la rythmique très joueuse), ou au contraire d’un allant progressif ambitieux.

Le son plutôt sec sert parfaitement des compositions qui refusent l’esbroufe et préfèrent laisser parler la musique plutôt que les effets, ce que confirme le surpuissant « The Mind Disease », qui multiplie les plans tout en restant cohérent et d’une progression logique, rappelant de plus en plus le très mésestimé EP Quest For Sanity de HEXX, dans une version beaucoup moins linéaire.

« Bloodsucker » termine plus ou moins le travail de sape tel qu’il avait été entamé sur « Still Alive », mais en profite pour semer quelques accroches et autres gimmick qui dynamisent cette conclusion et nous laissent sur une très bonne impression.

Efficace, concis mais ne crachant pas sur quelques fantaisies, les BLOODY ENGINE affirment leur personnalité, et finissent par séduire sans astuce tape à l’œil, mais en se reposant sur des morceaux intelligents et sautillants, sans jamais tomber dans la mièvrerie ni la redite insipide.

Et dans un registre brutal couvrant un spectre intégral (Speed, Thrash, Thrashcore, Heavy Metal), et accumulant les changements de ton, The Culture of Fear se taille une jolie place au soleil d’un Thrash glouton et permet à ce sympathique ensemble Chilien de se faire un nom.

Un nom qu’on retient, et qui donne envie d’en savoir plus.


Titres de l'album:

  1. Still alive
  2. The Last Link In The Chain
  3. The Right To Decide
  4. Femicide
  5. Schizoul
  6. Killing Flaites
  7. Liquid Hell
  8. The Mind Disease
  9. Bloodsucker

Site officiel


par mortne2001 le 27/04/2017 à 17:41
75 %    331

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.