Pendant ce temps-là, à Santiago du Chili…Ben justement, quoi pendant ce temps-là ? Et bien les choses suivent leur cours, un peu comme partout ailleurs d’ailleurs, et pour le cas qui nous intéresse, les thrasheurs thrashent, les mosheurs moshent, et tout le monde se retrouve pour une belle sarabande en riffs massifs et rythmiques majeures, un peu pour suivre la tendance, mais surtout pour exhorter une saine colère envers un monde de plus en plus corrompu, injuste, et qui permet aux plus nantis de s’en mettre plein les poches pendant que le peuple souffre et peine à se rebeller.

Comment exprimer dès lors cette haine de l’autre ? Simple, en choisissant le créneau d’un Thrash Metal old school de celui qui nous déverse sa bile avec une régularité déroutante depuis une dizaine d’années.

Vintage Thrash ?

Vintage Thrash et vous l’auriez parié j’en suis sûr, puisque un bon quart de mes chroniques s’attachent justement à vous permettre de suivre l’avancée du mouvement.

Mouvement qui nous emmène ce matin du côté du Chili donc, pour y faire la connaissance d’un quatuor local se repaissant des émanations de la Bay Area des années 80.

En substance, les BLOODY ENGINE n’ont rien de plus, ni rien de moins que la plupart de leurs homologues du genre.

Formé en 2014, et auteur d’un premier EP en 2015, The Mind Disease, ce quintette (Nicolás Oyarce, Alvaro Perez, Jaime Lepe, Claudio Miranda et Diego Medina) nous offre avec son premier longue durée un joli survol de la thématique, en usant des codes en vigueur depuis trois décennies, et en les maniant à sa guise sans leur manquer de respect.

En ce sens, The Culture of Fear, de ses thématiques à son instrumental ne joue pas les provocateurs, mais suit les enseignements des anciens, en y apportant sa touche personnelle qui permet à l’auditeur potentiel de passer de longs plans en mid tempo à de subites accélérations pas si éloignées du Thrashcore qu’on aurait pu le penser. Tout ceci est très formel et imprégné de culture US épicée d’une petite touche de violence sud-américaine, mais reste assez modéré dans l’agression sans tomber dans le Heavy Thrash encore tiède alors qu’il vient juste d’être réchauffé.

Néanmoins, cette attitude ambivalente emprunte de formalisme radical n’est pas dénuée d’une certaine folie Hardcore symptomatique des groupes d’Amérique du Sud, comme le démontre un morceau aussi essentiel que « The Right To Decide », qui en moins de cinq minutes, compile l’approche mélodique de METAL CHURCH, la puissance de TESTAMENT, en jouant son va-tout lors de breaks impromptus flirtant avec les limites de vitesse des CRYPTIC SLAUGHTER et autres ASSASSIN. Et si l’entame « Still Alive » se plaît à nous introduire à l’univers des BLOODY ENGINE via des nappes acoustiques que le BLACK SABBATH de « Planet Caravan » n’aurait pas reniées, elle tombe vite dans un Metal mordant et sautillant mixant l’ironie rythmique de MEGADETH aux guitares mutines et tranchantes d’un LAAZ ROCKIT, moins complaisant qu’à l’habitude.

Les intonations vocales du chanteur de BLOODY ENGINE font penser à un mix de gorge entre la sourdine de HEXX et les médiums de David Wayne, et sur un morceau de la trempe de « The Last Link In The Chain », tout en contretemps, le mélange opère à plein régime, sans pour autant sortir des sentiers battus.

Pour cela, il faut plutôt s’orienter vers « Femicide », l’un des brulots les plus efficaces et ciselés du lot, qui après une très belle intro de plus d’une minute, concasse des riffs à la MORTAL SIN, avant d’accélérer le tout pour faire atteindre à l’intensité une vitesse de croisière tout à fait honorable.

Saccades précises, up tempo entraînant, chant qui gagne en agressivité, le cocktail s’agrémente de chœurs très bien placés et d’un refrain efficace et endiablé, et s’avale d’un trait, comme un classique de HOLY TERROR en pleine envolée.

Mais les Chiliens sont aussi capables d’être plus directs et concis, et l’enchaînement du diaboliquement catchy « Schizoul » et sa folie à la SEPULTURA/INDESTROY, alternant les broncas supersoniques et les écrasements Heavy/Core, et « Killing Flaites » et sa démence Thrashcore est imparable, et relance l’intérêt d’un album décidément pas avare de surprises.

Grosse basse qui claque, pluie de guitares en gouttes ordonnées qui se désassemblent soudain pour se concentrer en déluge plombé, chant vindicatif et concis qui exhorte ses textes à l’esprit revanchard, les quarante minutes de The Culture of Fear sont savamment exploitées, et parfois d’un feeling Speed savoureux (« Liquid Hell », aux mélodies malicieuses et à la rythmique très joueuse), ou au contraire d’un allant progressif ambitieux.

Le son plutôt sec sert parfaitement des compositions qui refusent l’esbroufe et préfèrent laisser parler la musique plutôt que les effets, ce que confirme le surpuissant « The Mind Disease », qui multiplie les plans tout en restant cohérent et d’une progression logique, rappelant de plus en plus le très mésestimé EP Quest For Sanity de HEXX, dans une version beaucoup moins linéaire.

« Bloodsucker » termine plus ou moins le travail de sape tel qu’il avait été entamé sur « Still Alive », mais en profite pour semer quelques accroches et autres gimmick qui dynamisent cette conclusion et nous laissent sur une très bonne impression.

Efficace, concis mais ne crachant pas sur quelques fantaisies, les BLOODY ENGINE affirment leur personnalité, et finissent par séduire sans astuce tape à l’œil, mais en se reposant sur des morceaux intelligents et sautillants, sans jamais tomber dans la mièvrerie ni la redite insipide.

Et dans un registre brutal couvrant un spectre intégral (Speed, Thrash, Thrashcore, Heavy Metal), et accumulant les changements de ton, The Culture of Fear se taille une jolie place au soleil d’un Thrash glouton et permet à ce sympathique ensemble Chilien de se faire un nom.

Un nom qu’on retient, et qui donne envie d’en savoir plus.


Titres de l'album:

  1. Still alive
  2. The Last Link In The Chain
  3. The Right To Decide
  4. Femicide
  5. Schizoul
  6. Killing Flaites
  7. Liquid Hell
  8. The Mind Disease
  9. Bloodsucker

Site officiel


par mortne2001 le 27/04/2017 à 17:41
75 %    295

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)