Discharge

Electric Mob

10/06/2020

Frontiers Records

Quand on pense Brésil et Metal, on pense évidemment à la vague de Bestial Thrash des années 80, mais un pays ne se résume pas à ses pionniers, et 2020 n’est pas 1984, loin de là. Et avec un nom comme ELECTRIC MOB, il est évident que ces brésiliens-là ne s’affilient pas à la vague des SEPULTURA, VULCANO ou SARCOFAGO, mais plutôt à un Hard-Rock de facture classique, fin, débordant de feeling, et plus en adéquation avec la Californie de la fin des eighties et l’Amérique des nineties en général. Présenté comme l’écrin renfermant la voix fabuleuse de Renan Zontan, chouchou des spectateurs de The Voice Brazil en 2016, ELECTRIC MOB est quand même plus qu’un simple tribute-band à ce vocaliste mis en avant par la télévision, et un énorme groupe qui avec ce premier album risque fort de s’affirmer comme l’une des valeurs montantes du Hard-Rock mondial. Premier LP donc pour le quatuor, et immédiatement, une signature sur la référence Frontiers. Voilà qui laisse rêveur et augurer d’une musique de grande qualité, ce que les premiers morceaux confirment de leur classicisme enflammé. Autour du chanteur fameux, on retrouve d’autres musiciens qui sont tout sauf des sidekicks de luxe, et avec un guitariste de la trempe de Ben Hur (pseudo ? humour parental douteux ?), le quatuor possède une arme de première catégorie, le musicien n’ayant pas le médiator dans sa poche. Les deux acolytes sont ici secondés par une section rythmique solide et souple, avec Yuri Elero à la basse et André Leister à la batterie, et osons la comparaison qui tue : Discharge a plus ou moins le même impact que le premier GRETA VAN FLEET lorsqu’il heurta le marché. Mais à l’inverse des jeunots, les brésiliens ne s’arrêtent pas à une seule influence, et multiplient les références traditionnelles. Evidemment, comme tout groupe de Hard-Rock bluesy qui se respecte, le ZEP est assez présent dans les sillons de cet album, mais on retrouve beaucoup d’autres allusions, dont certaines assez poussées à AEROSMITH, KINGDOM COME, BADLANDS, GRAVEYARD, LOVE/HATE, CINDERELLA, et tous ces héros qui ont pendant des années représenté la première ligne d’attaque d’un Hard-Rock de grande classe.

Rendez-vous un fier service : oubliez immédiatement le gimmick « The Voice » qui plombe ce premier album de son étiquette fourbe. Car le groupe n’a pas besoin de ça pour se mettre en avant et faire sa propre publicité, puisque sa magnifique musique le fait à sa place. Dans les faits, Discharge est de cette caste de premiers albums qui imposent leur patte, de ceux qu’ont pu publier les TESLA, les GUNS, les BLACK CROWES, BLACK COUNTRY COMMUNION et autres SONS OF APPOLO. On retrouve dans les chansons de ce premier jet tout ce qui a toujours fait la magnificence d’un Hard Rock de classe internationale, et en mélangeant les influences anglaise et américaine, ELECTRIC MOB signe un manifeste de magnificence incroyable de feeling et de sincérité. Proposant un survol quasi exhaustif des tendances en vogue dans les seventies, eighties et nineties, le quatuor brésilien met le feu aux poudres, et développe un éventail de capacités impressionnant. On retrouve sur ce LP le groove de Boston d’AEROSMITH, la versatilité d’EXTREME, la pluralité du ZEP, les sinuosités sudistes de BLACKFOOT et du SKYNYRD, et les modulations de l’orée des nineties de LYNCH MOB et BADLANDS. Le tout enrobé dans une morgue incroyable à la STRUTS, ce qui fait de cette première étape un gigantesque saut dans le vide auquel vous êtes convié en toute sécurité. Sauvage comme tout premier chapitre se doit de l’être, maîtrisé comme un best-of de vieux briscards, Discharge est en effet un choc qu’on encaisse en plein dans le système nerveux, capable de proposer des morceaux complètement différents, sans sonner trop versatile et dispersé. Et c’est ainsi que les brésiliens passent de l’intimiste suranné et bluesy de « Your Ghost » à l’énergie débridée de « Gypsy Touch » sans sonner incongru ou indécis. Touches à tout de génie, les quatre musiciens refusent les barrières et les étiquettes, jouant le Rock libre et fougueux comme il devrait toujours l’être, et s’amusant de riffs classiques pour mieux se les approprier.

Evidemment, ce qu’on remarque au prime abord, est la complémentarité d’un chanteur hors-norme et d’un guitariste qui a apprivoisé son instrument il y a bien longtemps. On sent cette osmose à la Perry/Tyler sur le syncopé et diabolique « King’s Ale », qui mixe dans le shaker AEROSMITH et KINGDOM COME, mais on la respire aussi quand l’ambiance devient plus moite et confinée à l’occasion du débordant de stupre « Got Me Runnin’ ». Il est incroyable de penser que ce disque a été composé par de jeunes loups tant il respire le contrôle et le professionnalisme, sans que la spontanéité n’ait à en pâtir. Des burners comme « Far Off » sonnent aussi frais que le « Communication Breakdown » de LED ZEP, mais respirent aussi l’air alternatif des années 90 ; STONE TEMPLE PILOTS et AUDIOSLAVE sur le bord de la route, le pouce tendu vers un ailleurs moins connoté. Je déteste les postulats à l’emporte-pièce, mais concrètement, Discharge pourrait être l’un des meilleurs premiers albums de l’histoire. Avec sa variété qui ne se dément pas pendant quarante minutes, les démonstrations individuelles de talent et l’osmose collective, la sincérité qui en transpire, il représente la quintessence d’un Hard-Rock historique adapté aux méthodes de production modernes, ose à peu près tout et réussit tout, à l’image de ce surprenant « 1 2 3 Burn » à la rythmique bancale et à l’atmosphère lyrique. Ne cherchez pas, aucun défaut ne vient entacher le boulot, et cette perfection ne nuit absolument pas à l’authenticité. Et entre des envolées vocales dignes de Glenn Hughes, David Coverdale, Robert Plant et Lenny Wolf, des parties de guitare aussi épidermiques que celles de Slash, des accélérations de la nouvelle génération (« Upside Down », un hymne immédiat come on n’en fait que trop rarement), des concessions nineties au scat vocal époustouflant (« Higher Than Your Heels »), Discharge est un énorme choc électrique dans le cœur, qu’on déguste dans une souffrance délicieuse.

Mieux, on imagine l’impact de ces bombes live, lorsque la situation le permettra à nouveau. Quarante-sept minutes, pas un seul filler, pas un seul trou bouché à la hâte, et des classiques qui s’enchaînent à rythme fou. Citations alternatives plus vraies que nature (« Brand New Rope », subtilement psychédélique), final tassé et légèrement space-bluesy (« We Are Wrong »), le strike est permanent, et le score final impressionnant. Certains y verront la chance du débutant, d’autres le génie juvénile de musiciens qui n’ont rien à perdre, et tout à gagner. En tout cas, si vous ne deviez écouter qu’un seul album de Hard-Rock ce mois-ci, vous n’auriez aucune excuse d’en préférer un à ce Discharge. Il incarne tout ce que le meilleur Hard-Rock aurait toujours dû être, des années 70 à aujourd’hui. Un petit miracle en soi.              

                                      

Titres de l’album :

01. Awaken

02. Devil You Know

03. King’s Ale

04. Got Me Runnin’

05. Far Off

06. Your Ghost

07. Gypsy Touch

08. 1 2 3 Burn

09. Upside Down

10. Higher Than Your Heels

11. Brand New Rope

12. We Are Wrong


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/06/2020 à 17:18
95 %    437

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chemikill

le solo...

20/01/2021, 12:55

KaneIsBack

Pas mal, pas mal. En tous cas un peu plus varié que le tout-venant de la production Brutal Death. Maintenant, de là à retenir le nom du groupe, il y a un pas

20/01/2021, 10:34

Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23

Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45

Jus de cadavre

Assez d'accord avec Moshi concernant la réaction des autres membres du groupe. Personnes ne pouvait s'être préparer à une telle situation

19/01/2021, 17:23

poybe

Sérieusement, quand on s'intéresse un peu aux thèmes développés par le groupe ... et donc leur leader, ça n'a rien de très surprenant de le retrouver là dedans. Il a choisi de se rendre et d'assumer les conséquences de (...)

19/01/2021, 17:15

Moshimosher

Perso, qu'ils partagent ou non ses idées, je comprends la réaction des autres membres du groupe... Il font tranquillement leur musique, sans embêter personne (enfin, je crois), et, tout d'un coup (ou pas) en voilà un (et le leader en plus !) qui se met à(...)

19/01/2021, 16:26

Laurent

Qu'ils rouvrent déjà les cafés concert, les concerts devant un écran géant il n'y a pas urgence

19/01/2021, 15:38

Buck Dancer

Message coupé que je continue...Écoute toi un petit Deicide ça ira mieux   

19/01/2021, 15:34

Buck Dancer

Bones, dans ces conditions je comprends mieux

19/01/2021, 15:32

RBD

La différence de traitement entre Noël et le 31 décembre m'a également surpris. J'y vois d'abord une justification sanitaire (discutable) : le soir de Noël les familles ce sont plutôt les familles qui se rassemblent tandis que le 31 ce sont plut(...)

19/01/2021, 15:21

Bones

Désolé, je suis un peu raide sur la question mais j’ai été traumatisé par une famille trèèèès portée sur la religion. Depuis je bouffe un peu du curé et je vois des calotins partout, ne m’en voulez pas. :-)

19/01/2021, 15:15

Buck Dancer

Bones, peut-être parce que Noël se fête traditionnellement en famille et à la maison, alors que le 31 tout le monde est dehors à faire la fête ( et les cons)? Noël, ouvertement catho ? Pas dans mon monde moi, désolé.... 

19/01/2021, 14:47

Humungus

Je rejoins forcément totalement mon coreligionnaire du dessus !L'ajout de vidéos d'antan, c'est juste génial !PS : "Voyage au centre de la scène - Les 30 ans de CYTTYOLP !"...Putain, David, t'as fait tr&egra(...)

19/01/2021, 14:03