Il parait qu’aujourd’hui ce sont les soldes. Super. Mais ne croyez-pas pour autant que je vais brader mes chroniques du jour en vous refourguant des trucs de troisième zone.

Pas mon style ça. Et puis d’abord, la qualité, ça se paye. Surtout lorsque c’est gratuit, ce qui est le cas du premier EP de cette bande d’hirsutes émergeant d’Exeter, Angleterre, et pratiquant un drôle de mélange entre Thrash un peu compact et Heavy qui manque de tact.

Avec une pochette pareille, impossible de passer à côté de la chose. Un subtil mélange du graphisme des GAMMACIDE et de la philosophie éthylique des TANKARD, pour un résultat qui se situe à la croisée des chemins, bien vilain, mais mélodique et chafouin.

Le nom de ce combo aux délicieux accents rétrogrades ?

DECOLLATED.

Les mecs sont donc quatre (Jarod Frankum – chant/guitare, Jack Maddicks – basse/chœurs, Joss Baker – batterie et Theo Lezzeri – guitare/chœurs) se revendiquent d’influences diverses mais établies (EXODUS, NUCLEAR ASSAULT, LOST SOCIETY, SLAYER, MEGADETH, ANTHRAX, VEKTOR, TOXIC HOLOCAUST, MUNICIPAL WASTE, KREATOR, OVERKILL, OBITUARY), se targuent de « jouer du Thrash et de répandre l’amour », et proposent donc un EP un peu feignasse sur les bords qui se contente de cinq morceaux (dont une intro), pour même pas un quart d’heure de musique.

Sympa, concis, mais vous auriez pu faire un effort les mecs, parce que votre musique est quand même sympathique et on en aurait bien bouffé un peu plus…

Thrash donc, mais difficile à situer. L’approche est résolument nostalgique avec de fréquentes références à d’antiques labels de qualité, et l’interprétation fouillis comme il faut, avec breaks impromptus et soli interrompus, blasts qui tombent comme un thrasheur dans le pit et sonorités de basse légèrement Hardcore atypique. On pense à l’écoute de ce Death To Being Sober à pas mal de séries B fameuses des 80’s, de celles qui tentaient d’émerger au milieu de la masse, des INDESTROY au premier CEREBRAL FIX, en passant par les CRYPTIC SLAUGHTER en moins épileptiques, voire aux combos germains qui détestaient la bière qui pique.

C’est charmant, pas toujours carré, mais enthousiasmant en l’état, et suffisamment branque pour ne pas trop troubler votre gueule de bois.

Ne croyez-pas pour autant avoir affaire à des nostalgiques de TANKARD, le Thrash ici est légèrement poisseux et avec faux-col, et la tonalité générale, un peu bordélique, évoque plus la période charnière du Crossover, lorsque les tentatives de mêler le Metal et le Hardcore étaient encore un peu hasardeuses.

L’agencement même du EP est assez aléatoire, avec une intro, un morceau costaud de plus de quatre minutes, un truc lapidaire, et deux titres médium qui finissent l’entreprise.

Outre donc la mise en bouche sous la minute pour nous mettre dans l’ambiance, le gros morceau « Hellish Attack » développe de belles qualités 86/87, version underground bien sûr, avec mid tempo appuyé d’une basse qui sait se faire une place et qui claque, et une poignée de riffs un peu bricolés, régulièrement truffés de soli acides et digne d’un SLAYER en pleine descente placide.

Pas vraiment rapide, mais pas pataud du museau pour autant, avec des changements de thème intéressants, c’est une entrée en matière qui affirme la personnalité des Anglais, et un certain sens de l’amateurisme mélodique qui trouve son incarnation dans des guitares à la tierce tourbillonnant à l’unisson.

« Left Over Smoke » accélère un peu les choses, tout en restant modéré, et laisse ce chant si particulier tailler le bout de gras avec une bordée de chœurs bien Core, qui dynamisent le corps même de la compo. Un peu collé avec trois bouts de ficelle, mais efficace.

« Holocaust Denial » et son titre empreint de dénonciation du révisionnisme, ose le climat lourd et oppressant, laissant un riff malsain diriger les débats et un mid tempo bien gras se faire taillader par des blasts à bout de bras. Sifflantes, passages boostant un peu mosh, c’est certainement là le meilleur essai de ce premier EP, qui nous replonge dans les affres du Thrash bestial des 80’s, un peu braillard sur les bords, mais débordant de vitalité par bâbord.

«Entombed Mind » ne doit rien au combo homonyme en question, mais essaie une fois de plus de flirter avec l’ultraviolence, tout en bondissant d’un lick vraiment efficace à la VIO-LENCE/VIKING.

Staccato malin, breaks un peu plus fins, et enfin un quatuor qui ose se confronter au Thrash le plus efficace, sans perdre sa couleur un peu passée qui le rend si particulier.

Titre certainement le plus pro du lot, qui laisse augurer d’une suite un peu plus carrée, avec son « refrain fédérateur » qui découle sur un break en tourbillon. Vous avez recompté, c’est bon, toutes les billes sont là dans votre petit sac marron ?

OK, on rentre à la maison.

Alors soldes ou pas soldes, à vrai dire, pas grand-chose à carrer. J’aime mon Thrash gratuit, et celui des DECOLLATED décolle à intervalles régulier, même si son optique un peu brouillonne le cantonne encore pour l’instant dans une deuxième division aux rangs serrés.

Mais le tout est sympathique et s’avale d’un trait, en attendant de peaufiner un peu les angles pour revenir avec un bon longue durée.

A ne pas forcément écouter bourré pour en apprécier les quelques finesses régurgitées.     


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Hellish Attack
  3. Left Over Smoke
  4. Holocaust Denial
  5. Entombed Mind

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/01/2017 à 16:58
60 %    278

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.