Un combo Russe qui chante en russe, jusque-là, rien d’anormal. Un combo Russe qui se revendique des BROKEN BONES et qui choisit de s’appeler les UNBROKEN BONES, rien de particulier à signaler non plus. Mais un groupe Russe, qui se revendique d’influences Thrash/Hardcore des années 80, au point de les singer avec une application et un talent redoutables, c’est déjà beaucoup plus rare, et ça mérite largement une colonne dans votre webzine (forcément) préféré.

Les UNBROKEN BONES se sont donc regroupés en 2008, et se présentent aujourd’hui sous la forme d’un quartette à cordes, pas vraiment classique dans le fond ni l’exécution (Dmitriy, T. Rocket, Nikita, Sobby). Outre leurs qualités musicales intrinsèques, ils ont le mérite de ne pas tourner autour du pot et de nommer leurs influences les plus évidentes sans sourciller.

Ainsi, outre le clin d’œil appuyé à nos BROKEN BONES chéris, ils avouent sans honte une admiration globale pour l’écurie Combat Core qui hébergeait à l’époque les sauvages d’AGNOSTIC FRONT et des CRUMBSUCKERS, et tentent donc de recréer à leur échelle et à leur époque les mêmes sensations viscérales suscitées par des albums comme Cause For Alarm, F.O.A.D et autres Life of Dreams.

Et le pire, c’est que ces allumés hystériques y parviennent sans forcer, puisque leur premier album en idiome local Глобальный Театр (Theâtre Global/Mondial , selon votre traducteur online favori) est un sacré panaché de violence Thrash agrémentée de véhémence Hardcore salement velue, qui aboutit donc à un Crossover goûtu qui vous replongera derechef dans ces années infernales durant lesquelles les frontières entre les styles brutaux tombaient comme le mur de Berlin en 1989.

Alors, que dire de ce premier effort qui succède à une jolie pelletée de démos (trois, Unbroken Bones en 2009, RPHC en 2012 et Battalion Of Bones la même année) et un EP enregistré et paru en 2014 (The Last Weapon, en anglais cette fois-ci), et qui érige l’hommage en tant que dogme ?

Que du bien évidemment, puisqu’en à peine plus de vingt minutes, il parvient presque à se hisser à la hauteur des modèles qu’il se plaît à citer dans le texte, le verbe et l’assaut. Des rythmiques qui claquent d’un Punk/Core enthousiaste et frondeur, des riffs massifs taillés dans le Thrash incisif, et un joli élan dans les chœurs collégiaux qui raniment l’esprit farouche de la bande à Roger Miret.

On sent bien évidemment à chaque intervention l’ombre des classiques susnommés peser sur les compositions, mais loin d’un plagiat, parlons plutôt d’une adaptation de ton à une époque qui veut encore plus de « vrai » son. Alors, c’est intrinsèquement l’admission d’une influence US/UK sur les tonalités de l’Est, mais les morceaux font preuve d’un tel enthousiasme et d’une telle folie joyeuse qu’on en oublie les emprunts un peu trop flagrants et les références qui crèvent l’écran.

Dix titres pour vingt-trois minutes de Crossover qui n’en perd pas une seule, c’est une véritable épiphanie qui nous ramène directement en 1985/1986, lorsque les scènes Hardcore et Metal commençaient à salement flirter ensemble sous l’impulsion des SUICIDAL et autres CRYPTIC SLAUGHTER. Sauf qu’ici, la technique est plus carrée, que les riffs sont plus ciselés, et que le ballet prend des allures de valse à mille temps qui ne le prend justement pas (« В ловушке тоталитарной секты », mais c’est un exemple parmi tant d’autres)

Si la vitesse est la principale préoccupation de ces trublions, ils n’en oublient pas pour autant le mid tempo de bon ton, et « Самосбывающиеся пророчества » final béton le prouve pour de bon, avec ses gerbes de riffs d’aciers et ses chœurs guerriers en envolées.

Pas plus de deux minutes ou presque par intervention pour garder la concision, que la décision soit emportée et vous fasse virevolter (« Под фальшивым флагом » plus débridé qu’une jam entre les SLAUGHTER et les BROKEN BONES), ou qu’au contraire, les débats dégénèrent en Thrash solide et incendiaire (« Обман трансгуманизма », la tranche la plus personnelle de la découpe, qui rappelle les Thrash acts les plus véhéments de la fin des années 80), les UNBROKEN BONES sont à l’aise dans tous les registres, pourvu que ceux-ci soient focalisés sur une agressivité incontrôlée et une cadence d’avancée accélérée.

Le chant en Russe apporte LA touche d’exotisme qui rend ce premier album si irrésistible, mais c’est surtout le fun et la légèreté qui transforment ce premier essai en solide LP assemblé de guitares volubiles qui n’hésitent pas à partir en solo sans avoir à rougir, de rythmiques Core qui évoluent avec le sourire, et de lignes de chant exhortées comme à la parade sans en rajouter dans la harangue violente imposée.

Un joli travail collectif qui place le quatuor sur des rails bien huilés, qui permettent à leur locomotive de carburer à l’énergie nucléaire, sans regarder en arrière.

Là est leur leitmotiv, foncer sans se poser de questions inutiles, et ressusciter l’esprit des groupes qu’ils adorent et que nous chérissons aussi.

D’ores et déjà un classique du genre, un truc qui va exploser sur scène et vous entraîner dans un mouvement de masse dans le pit sans desserrer son étreinte Thrash/Hardcore.

Bravo les mecs, et Roger Miret, Chris Notaro et Anthony "Bones" Roberts peuvent être fiers de leurs rejetons de l’Est, qui ont tout compris aux leçons de violence radicale qu’ils souhaitaient inculquer il y a quelques années. En partant du principe qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien, Глобальный Театр vous en procurera beaucoup, ce qui à notre époque troublée n’est pas chose à négliger.

 Hardcore and Thrash baby. What else ?

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/12/2016 à 16:51
85 %    370

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)