Un combo Russe qui chante en russe, jusque-là, rien d’anormal. Un combo Russe qui se revendique des BROKEN BONES et qui choisit de s’appeler les UNBROKEN BONES, rien de particulier à signaler non plus. Mais un groupe Russe, qui se revendique d’influences Thrash/Hardcore des années 80, au point de les singer avec une application et un talent redoutables, c’est déjà beaucoup plus rare, et ça mérite largement une colonne dans votre webzine (forcément) préféré.

Les UNBROKEN BONES se sont donc regroupés en 2008, et se présentent aujourd’hui sous la forme d’un quartette à cordes, pas vraiment classique dans le fond ni l’exécution (Dmitriy, T. Rocket, Nikita, Sobby). Outre leurs qualités musicales intrinsèques, ils ont le mérite de ne pas tourner autour du pot et de nommer leurs influences les plus évidentes sans sourciller.

Ainsi, outre le clin d’œil appuyé à nos BROKEN BONES chéris, ils avouent sans honte une admiration globale pour l’écurie Combat Core qui hébergeait à l’époque les sauvages d’AGNOSTIC FRONT et des CRUMBSUCKERS, et tentent donc de recréer à leur échelle et à leur époque les mêmes sensations viscérales suscitées par des albums comme Cause For Alarm, F.O.A.D et autres Life of Dreams.

Et le pire, c’est que ces allumés hystériques y parviennent sans forcer, puisque leur premier album en idiome local Глобальный Театр (Theâtre Global/Mondial , selon votre traducteur online favori) est un sacré panaché de violence Thrash agrémentée de véhémence Hardcore salement velue, qui aboutit donc à un Crossover goûtu qui vous replongera derechef dans ces années infernales durant lesquelles les frontières entre les styles brutaux tombaient comme le mur de Berlin en 1989.

Alors, que dire de ce premier effort qui succède à une jolie pelletée de démos (trois, Unbroken Bones en 2009, RPHC en 2012 et Battalion Of Bones la même année) et un EP enregistré et paru en 2014 (The Last Weapon, en anglais cette fois-ci), et qui érige l’hommage en tant que dogme ?

Que du bien évidemment, puisqu’en à peine plus de vingt minutes, il parvient presque à se hisser à la hauteur des modèles qu’il se plaît à citer dans le texte, le verbe et l’assaut. Des rythmiques qui claquent d’un Punk/Core enthousiaste et frondeur, des riffs massifs taillés dans le Thrash incisif, et un joli élan dans les chœurs collégiaux qui raniment l’esprit farouche de la bande à Roger Miret.

On sent bien évidemment à chaque intervention l’ombre des classiques susnommés peser sur les compositions, mais loin d’un plagiat, parlons plutôt d’une adaptation de ton à une époque qui veut encore plus de « vrai » son. Alors, c’est intrinsèquement l’admission d’une influence US/UK sur les tonalités de l’Est, mais les morceaux font preuve d’un tel enthousiasme et d’une telle folie joyeuse qu’on en oublie les emprunts un peu trop flagrants et les références qui crèvent l’écran.

Dix titres pour vingt-trois minutes de Crossover qui n’en perd pas une seule, c’est une véritable épiphanie qui nous ramène directement en 1985/1986, lorsque les scènes Hardcore et Metal commençaient à salement flirter ensemble sous l’impulsion des SUICIDAL et autres CRYPTIC SLAUGHTER. Sauf qu’ici, la technique est plus carrée, que les riffs sont plus ciselés, et que le ballet prend des allures de valse à mille temps qui ne le prend justement pas (« В ловушке тоталитарной секты », mais c’est un exemple parmi tant d’autres)

Si la vitesse est la principale préoccupation de ces trublions, ils n’en oublient pas pour autant le mid tempo de bon ton, et « Самосбывающиеся пророчества » final béton le prouve pour de bon, avec ses gerbes de riffs d’aciers et ses chœurs guerriers en envolées.

Pas plus de deux minutes ou presque par intervention pour garder la concision, que la décision soit emportée et vous fasse virevolter (« Под фальшивым флагом » plus débridé qu’une jam entre les SLAUGHTER et les BROKEN BONES), ou qu’au contraire, les débats dégénèrent en Thrash solide et incendiaire (« Обман трансгуманизма », la tranche la plus personnelle de la découpe, qui rappelle les Thrash acts les plus véhéments de la fin des années 80), les UNBROKEN BONES sont à l’aise dans tous les registres, pourvu que ceux-ci soient focalisés sur une agressivité incontrôlée et une cadence d’avancée accélérée.

Le chant en Russe apporte LA touche d’exotisme qui rend ce premier album si irrésistible, mais c’est surtout le fun et la légèreté qui transforment ce premier essai en solide LP assemblé de guitares volubiles qui n’hésitent pas à partir en solo sans avoir à rougir, de rythmiques Core qui évoluent avec le sourire, et de lignes de chant exhortées comme à la parade sans en rajouter dans la harangue violente imposée.

Un joli travail collectif qui place le quatuor sur des rails bien huilés, qui permettent à leur locomotive de carburer à l’énergie nucléaire, sans regarder en arrière.

Là est leur leitmotiv, foncer sans se poser de questions inutiles, et ressusciter l’esprit des groupes qu’ils adorent et que nous chérissons aussi.

D’ores et déjà un classique du genre, un truc qui va exploser sur scène et vous entraîner dans un mouvement de masse dans le pit sans desserrer son étreinte Thrash/Hardcore.

Bravo les mecs, et Roger Miret, Chris Notaro et Anthony "Bones" Roberts peuvent être fiers de leurs rejetons de l’Est, qui ont tout compris aux leçons de violence radicale qu’ils souhaitaient inculquer il y a quelques années. En partant du principe qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien, Глобальный Театр vous en procurera beaucoup, ce qui à notre époque troublée n’est pas chose à négliger.

 Hardcore and Thrash baby. What else ?

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/12/2016 à 16:51
85 %    404

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.