Comment expliquer à un auditeur potentiel qu’on vient d’écouter un grand album d’AOR ? Ce style, si prisé, et extrême d’une certaine façon, répondant à des codes très précis, il est relativement ardu d’en défendre des qualités qui sont de toute façon déjà connues des fans. Alors, que faire ? Mettre en avant la beauté des mélodies ? L’excellence de l’interprétation ? La finesse des arrangements et la luxuriance de la production ? Arguer du fait qu’il tient éventuellement la comparaison avec les plus grandes œuvres du genre ? Autant faire la promotion d’une boisson rafraîchissante à quelqu’un qui a soif et qui souhaite se désaltérer…En étant sérieux, le public sait toujours à quoi s’attendre en écoutant un disque qui se réclame de JOURNEY, de REO SPEEDWAGON, et autres légendes du cru, ce qui rend la finalité de notre tâche encore plus dérisoire. Tout au plus pouvons-nous pointer du doigt telle ou telle sortie de manière informative, sans espérer que notre laïus enflammé convaincra quelques brebis Metal égarées…Car non, le second effort d’IMPERIUM ne s’adressera pas au plus grand dénominateur commun du lectorat de Metalnews, ses harmonies étant un peu trop prononcées, son penchant pour la sauvagerie s’articulant surtout autour de riffs de guitare coincés dans le mix, et ses textes étant un peu trop portés sur la romance et un certain manichéisme de surface. Mais comme tout travail mérite salaire, et que Beyond the Stars est sans doute appelé à devenir un modèle du genre, je m’obstinerai donc à fouiller ses arcanes afin de trouver des points forts à distinguer des autres réalisations, ce qui au vu de la qualité du produit en question ne sera pas trop difficile.

Pour l’histoire, signalons qu’IMPERIUM est un projet né en 2016, émanant de la créativité bouillonnante de Mika Brushane, batteur finlandais en poste depuis l’orée des années 80. Composant à l’époque pour son groupe STRIKE, le musicien s’aperçut vite qu’il avait mis au point un matériel trop conséquent, et décida donc de reverser une partie de cette obole musicale à un projet différent. Il faut dire que l’homme ayant un bagage artistique relativement dense, couvrant un spectre allant du Jazz au Metal, l’expérience n’avait rien d’inédit pour lui, et c’est ainsi que Dreamhunter vit le jour il y a deux ans. On y découvrait alors un multi-instrumentiste discipliné, capable de prendre en charge l’écriture, la composition, mais aussi une partie de l’interprétation, rôles qu’il endosse encore aujourd’hui en se chargeant outre des parties de batterie, de claviers, mais aussi des chœurs, et de la basse. Pour transcrire le reste des partitions, l’homme s’est encore entouré d’une fine équipe, qui comprend pas moins de trois guitaristes (Erkka Korhonen, Samuli Federley, et Toni Huovinen), ainsi que quatre chanteurs de gros calibre, Dennis Ward (Gus G, KHYMERA, UNISONIC, PINK CREAM 69, PLACE VENDOME, SUNSTROM), Markku Kuikka (CROW’S FLIGHT, AGONIZER, KENZINER, THE RAGGED SAINTS, STATUS MINOR), Antti Railio (gagnant du télé-crochet The Voice of Finland, Ex-CELESTY, RASKASTA JOULUA), et Rob Lundgren (THE MIDGARD PROJECT, BARQUE OF DANTE), ce qui donne donc à ce projet des allures de all-star cast, bien que chaque intervenant connaisse sa partie et la joue à la perfection, sans avoir besoin de mettre un quelconque CV en avant. Et le tout prend des allures de festival d’AOR de première classe, un peu comme une croisière nous laissant voguer sur une mer de mélodies…

Mélodies appuyées certes, harmonies assénées, mais puissance affirmée, puisque IMPERIUM n’a pas changé de recette en deux ans, et prône toujours un équilibre parfait entre hargne et douceur, ce qui confère donc à toutes les compositions une aura très particulière. La mièvrerie inhérente à tout débordement de romantisme est très intelligemment évitée, en laissant les guitares s’exprimer au même plan que les claviers, et autant dire que le travail vocal accompli est en tout point époustouflant, et surtout, cohérent, malgré la pléthore d’artistes se succédant au micro. Nous aurions pu craindre une trop grande disparité, les vocalistes ayant tous un timbre différent, mais il n’en est rien, et saluons de fait l’excellent boulot accompli par l’équipe de production qui est parvenue à donner à Beyond The Stars une logique et une continuité assez époustouflantes. On retrouve d’ailleurs aux postes-clé de la post-production les noms fameux d’Erkka Korhonen (DARK SARAH, URBAN TALE, NORTHERN KINGS, ARI KOIVUNEN, RASKASTA JOULUA) au mixage, et celui de Mika Jussila (NIGHTWISH, CHILDREN OF BODOM, STRATOVARIUS, HIM) au mastering, et autant dire que les deux ont bien compris quel était leur rôle, faisant briller les chromes et donnant à l’ensemble une patine évoquant à merveille la brillance d’étoiles dans le ciel d’un AOR concret, mais délicatement onirique sur les bords.

Une fois ces données en tête, dites-vous que le schéma qui vous attend est classique, mais une fois encore appliqué avec soin et passion. Si les plus honnêtes reconnaitront que certains morceaux distillent les mêmes idées en modulant simplement de quelques tons les mélodies, si le spectre de la redite menace donc en plusieurs occurrences la bonne avancée du projet, il faut admettre que les chansons en tant que telles sont d’une perfection troublante, même si parfois, les claviers ont tendance à empiéter sur le reste de l’instrumentation. Nous évoluons donc en terrain très connu, mais toujours apprécié, d’autant plus que Mika a donné consigne à ses solistes de ne pas se brider, et de nous délivrer quelques soli enflammés. Nous pouvons donc parfois déguster le versant le plus Hard de la montagne AOR, qui de temps à autres nous exhibe ses sommets les plus élevés (« Beyond The Stars », « World On Fire »), ou ses zones les plus érodées et accessibles (« Spread You Wings », « All Alone »). L’IMPERIUM ne cache toujours pas sa fascination pour les années 80, qui ont plus ou moins défini avec acuité les figures imposées, et les célèbre donc avec force effets de radio et autres motifs harmoniques et chauds (« Back In ‘85 », son « Summer of 69 » à lui…), et de fil en aiguille, l’homme derrière le projet se découvre comme tout auteur qui désire montrer un autre aspect de sa personnalité, et de ses capacités. Mika Brushane confirme donc avec Beyond the Stars qu’il a une place tout à fait légitime dans le monde de l’AOR, même s’il a parfois tendance à tomber dans la facilité de compositions légèrement calquées les unes sur les autres. Mais comme le moule ayant servi à leur élaboration est d’une forme parfaite, on ne saurait se plaindre de ces quelques similitudes…       

                     

Titres de l’album:

                      1. Beyond the Stars

                      2. Crash and Burn

                      3. Learning How to fly

                      4. Spread you Wings

                      5. Back in '85

                      6. King of the World

                      7. All Alone

                      8. World on Fire

                      9. Just a Dream

                     10. Higher

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/06/2018 à 14:52
80 %    188

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.