Après tout, quand le présent t’ennuie et que l’avenir ne te réjouit pas plus que ça, il n’y a aucun mal à se replonger dans le passé, histoire d’être heureux une poignée de minutes. Si ?

Non, je ne trouve pas.

Alors, si je me souviens bien, Bryan ADAMS chantait « Summer of 69’ », mais les COUNT'S 77 eux préfèrent entonner un « Summer Of '77 ». Chacun son époque, mais c’est assez marrant, parce que si je me souviens bien, 77, c’était l’année du Punk non ?

Pas très Rock’n’roll tout ça pourtant. Enfin si, mais pas le bon en tout cas. Mais 1977, c’est aussi l’année de The Grand Illusion de STYX, de Queens Of Noise des RUNAWAYS, de Cheap Trick, Next de JOURNEY, de Foreigner, de Let There Be Rock des frangins Young, de 38 Special, Lights Out d’UFO, Cat Scratch Fever, Love Gun, Foghat Live, Bad Reputation, Street Survivors, et puis des dizaines d’autres…Alors le Rock, oui, il était bien vivant aussi, et pas seulement malmené par des gamins hirsutes crachant sur les passants et vitupérant des slogans à épingles à nourrice sans vraiment savoir ce qu’ils voulaient vraiment dire…

Mais à la base, saine interrogation, qui sont donc ces COUNT'S 77 qui nous promettent un joli album de famille, souvenir d’une époque ou des guitares et un piano suffisaient pour prétendre faire un Rock à tendance dure ?

Un sextette (Danny Koker – chant, John Zito et Stoney Curtis – guitares, Barry Barnes – basse, Paul Disibio – batterie et Tommy Paris – claviers) nous en venant de la cité du vice et du jeu de Las Vegas, complètement traumatisé par le Hard Rock des seventies au point de lui consacrer sa carrière et son énergie.

Rien de bien nouveau me direz-vous, puisque les combos vintage fascinés par cette décennie d’intense créativité sont légion depuis quelques années…

Mis à part le fait que les COUNT'S 77 ont une approche bien différente de la plupart de leurs homologues, et ne restent pas campés sur un Rock ombrageux et soufflé d’amplis orange directement branchés sur les cieux, mais plus par un Hard à tendance Bluesy aussi empreint de Rock Soft que de Southern Rock délicat à la 38 SPECIAL, ALLMAN BROTHERS BAND, et finalement assez éclectique et varié dans le fond et la forme, avec cette très légère touche de psychédélisme qui ne tombe jamais dans le délire de jams interminables et finalement plutôt minables.

Non, ici, c’est le Rock qui parle, un peu BLUE OYSTER CULT dans les faits, mais assez personnel pour rester frais. Une musique simple, portée et jouée par des instrumentistes passionnés, qui ne font pas les choses à moitié. Autrement dit, une oasis de fraîcheur dans un désert de chaleur, qui vous offre la dernière goutte de la gourde pour ne pas que vous y restiez d’insolation.

THIN LIZZY, le CULT, tout ça est très tangible sur un morceau à la rythmique élastique comme « Soul Transfusion », qui rappelle le meilleur des bandes à Buck Dharma et Phil Lynott, sans perdre prise avec la réalité d’un Hard-Rock old-school qui ne renie pas son époque.

Soli incendiaires, duo basse/batterie en insert, et volutes de chant délicates qui savent moduler pour ne pas hurler ou couiner, mais bien chanter, histoire d’assurer aux mélodies suffisamment d’espace pour respirer.

Et d’ailleurs, ils l’affirment sans complexes, ils sont un « Hard Rock Band », un peu BLACK CROWES, un peu LYNYRD, un peu KISS, en gros, la quintessence des seventies, authentiques, sans les tics insupportables de tribute bands qui ne font pas la différence entre révérence et déférence, mais qui assument très bien leurs influences.

Motifs simples, guitares qui rugissent de déchirements bluesy, just an american band, mais le meilleur, puisque le plus honnête.

De là, que vous cherchiez un gros piano bastringue digne des plus grandes interventions viriles de Bob Seger (« My Detroit », que le chanteur à moustache aurait pu composer aux alentours de 73/74 pour revenir vers ’72), ou un binaire collant et gluant à la Malcolm/Angus, mâtiné de soft Rock lisse et planant de l’école Suédoise de maintenant (« Do You Feel Me », rampant, coulant et séduisant comme un essai solo d’Ace Frehley enfin à la hauteur de ses excès), tout est là, à disposition sur ce Soul Transfusion qui en effet, insuffle un gros supplément d’âme qui permet de ne pas le classer directement sur les étagères de la nostalgie pépère entre le prochain…et l’ancien…

Ça joue, plutôt smooth mais toujours avec le cœur et les souvenirs, et ça se veut parfois un peu plus sensible qu’un simple tribute libre pour tribune free, comme en témoigne le très délicat et FOREIGNER like (le meilleur, celui de 4 bien sûr) « Evil You Could Do », aux joues Blues à la Gary Moore, pour un énième flashback vers une décade qui n’en finit pas d’inspirer les anciens comme les nouveau-nés.

Tout ça respire bon les FOGHAT, les BLUE OYSTER CULT comme déjà précisé (« Weight Of The World », grâce à eux, le poids est plus léger à porter), mais aussi le gros Boogie qui fait transpirer, genre STATUS QUO sous speed RUNAWAYS, avec un Lynott déchaîné qui frotte sa basse à la guitare d’un Billy Gibbons inspiré et aspiré (« Sin City Boogie Man », ou comment délocaliser Las Vegas au Texas), sans oublier l’intimisme de fin de soirée, lorsque les flight-cases sont bouclés, que les visages sont fatigués et que la route attend que vous continuiez à l’avaler (« Find My Way Home », rideau tirés dans un bus aux lumières tamisées, et blues qui vous prend alors que s’achève la tournée).

Je pense que vous avez saisi le message, et j’espère que vous avez compris que ce Soul Transfusion est tout sauf un album de Hard Rock vintage de plus ou de moins.

Il va en effet beaucoup plus loin que ça, et se permet de retrouver le véritable esprit de cette époque, en faisant fi d’une quelconque authenticité, pour se concentrer sur des compositions racées et fignolées, qui respirent pourtant le feeling de l’instant à plein nez.

Comme quoi, on peut s’épanouir dans la cité du vice et du jeu sans rentrer dans celui de l’hommage trop pieux, et proposer un second album aussi valable que le premier, qui nous présente un groupe honnête et sincère, qu’on aime écouter et qu’on aime…aimer.

 A vous de voir si cette approche n’est finalement pas plus appréciable que les démarches sans cesse plus casher de combos qui traquent l’ampli d’occase et le jack torsadé pour faire plus vrai que les vrais. Moi, j’ai choisi mon camp ce matin, celui des COUNT'S 77, qui m’ont fait entrevoir d’autres lendemains. Et un sacré hommage à tous ces bar bands qui écument les salles des USA pour jouer jusqu’au petit matin.


Titres de l'album:

  1. Summer Of '77
  2. Hard Rock Band
  3. Do You Feel Me?
  4. My Detroit
  5. Soul Transfusion
  6. Evil You Could Do
  7. Heebies Jeebies
  8. Weight of the World
  9. Sin City Boogie Man
  10. Low Baller
  11. Find My Way Home

Site officiel


par mortne2001 le 28/03/2017 à 17:29
80 %    329

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes