Je ne suis pas certain (enfin si…), mais je crois que Donald T. vient de balancer de méditerranée cinquante-sept missiles Tomahawk sur une base Syrienne. Frappe presque chirurgicale en réaction à une attaque chimique pas franchement sympa de la part de Bachar el-Assad, décision impromptue et virile d’un président qui n’a pas les ogives dans sa poche.

Sauf que tout ça n’a pas fait très plaisir à Vladimir qui du coup, a tendu l’index vers le haut et subtilement menacé les USA d’une intervention à dos d’ours, et pas pour venir chanter du Folklore avec des balalaïkas en compagnie de babouchkas girondes.

Climat de détente ? Désarmement global ?

Tout l’inverse en fait, alors pour le DISARMAGEDDON, on pourra toujours repasser. Plus tard, mais genre bien plus tard.

Sorry les gars.

En d’autres termes, la volonté de cette bande sud-africaine de prôner la paix est légèrement mal engagée. Pourtant, ce quintette (Matt Jordaan – lead, Nick Muller – rythmique, Ash Seetharam – basse, Desmond Cook – batterie et Jay Troskie – chant) a fait preuve de bonne volonté en proposant une énorme démo qui était censée rapprocher les peuples au doux son d’un Thrash vintage travaillé, tombant au champ d’honneur des anciens héros un peu fatigués.

Alors oui, je le sais, on vous rebat (je vous rebats) les oreilles avec cette scène Thrash vintage qui n’en peut plus de renaître de ses cendres encore fumantes, mais c’est toujours pour la bonne cause, et celle des DISARMAGEDDON l’est peut-être encore plus que la moyenne.

Ces cinq preux chevaliers du riff aiguisé nous viennent donc de Johannesburg, d’où ils ont émergé début 2016 pour se fondre dans un Metal sans pareil, en fusion, Thrash comme il le faut, mais salement Heavy par défaut. Ils citent quelques influences qu’on jugera inévitables (TESTAMENT, MEGADETH, HAVOK, METALLICA, EXODUS, DEATH, ANTHRAX, ANNIHILATOR, EVILE, EVILDEAD, FLOTSAM AND JETSAM, HEATHEN, SLAYER, OVERKILL, NUCLEAR ASSAULT, DEATH ANGEL), et ressemblent d’ailleurs à s’y méprendre à ces derniers, puisque ce Contagion (officiellement, une démo, officieusement et qualitativement un EP), tend à nous faire penser à la séminale Kill As One de Rob Cavestany et consort.

Même penchant pour placer des mid tempo acérés au premier plan, même chant lyrique à la Mark Osegueda, et même dextérité instrumentale qui rend chaque morceau fiévreux et bien pulsé.

Et au milieu de cette vague de combos qui privilégient la vitesse, un peu de modération et d’efficacité ne fait pas de mal, loin de là. Le résultat ? Six morceaux qui se dévorent plus qu’ils ne s’écoutent, pour un joli voyage dans le passé, direction la Bay Area avec arrêt obligé sur des cases légendaires telles The Ultra Violence, Alice In Hell et autres Breaking The Silence.

Et pour un peu, on se croirait back in ’87, tant le feeling dégagé par les DISARMAGEDDON sonne cacher et plus Thrash qu’un vieux patch de SLAYER de ton grand frère. 

Mais faites le test vous-même, et envoyez-vous le phénoménal « Kill Order ». Et si au bout de quelques secondes, vous ne headbanguez pas comme un taré, alors inutile de chercher à vous soigner, votre cause est perdue, même pour la science Metal la plus pointue.

De tous les albums fleurant bon la révérence au passé Thrash assumé, Contagion est celui qui m’a le plus impressionné au niveau respectabilité et fidélité, ce qui n’est pas peu dire si jamais vous suivez mes chroniques déchaînées et enchaînées.

Tout, du son à l’interprétation me donne la sensation d’avoir retrouvé ma jeunesse périmée, de cette basse ronflante à la ANTHRAX/NUCLEAR ASSAULT à ces riffs d’airain, cognant comme un marteau sur l’enclume du destin.

Les DISARMAGEDDON ont décidemment tout compris à l’art des guitares volubiles mais assassines, à la magie des enchaînements véloces mais fluides, et à l’imbrication de plans qui coulent les uns dans les autres sans faux mouvement.

Et à ce sujet, « Zero Hour » et ses six minutes de démonstration font figure de pérennisation de la tradition, de la plus belle façon qui soit. Un peu DEATH ANGEL, un peu DEATHROW, salement MORTAL SIN et joliment HEATHEN mais pas trop, c’est une véritable démonstration de force qui transforme un petit CV en baroud d’honneur capable de vous faire décrocher n’importe quel poste en première partie.

Bluffant ?

Bluffé, et pas à moitié.

Et que le quintette se la joue direct et sans détour (« M.I.A. » et son intro mélodique imparable, « Contagion » et sa double grosse caisse qui mitraille impeccable), ou plus alambiqué et détourné (« Hiroshima », cris à la Rob Halford et ambiance LAAZ ROCKIT/DEATH ANGEL, pour un Thrash progressif massif et incisif), le tour est toujours joué et aucune question éludée.

Ajoutez en sus quelques brièvetés bien gérées («Nation Under Siege », et son feeling PANIC/DEATH ANGEL légèrement techno), et vous obtenez une démo qui n’en est pas vraiment une, et qui fait la nique à bien des albums officiels de groupes établis, qui tentent, mais jamais ne parviennent.

Le résultat est simple et l’explication tout autant. Alors que la plupart des combos essaient de retrouver le son et les sensations, les DISARMAGEDDON les ont, sans forcer.

Par leur talent, par leur allant, par leur manque de moyen peut-être, mais surtout, parce qu’ils ne cherchent pas à imiter, mais à rester eux-mêmes.

Et finalement, Contagion mérite bien son nom. C’est un truc qui se répand encore plus vite que des gaz mortels sans faire de dégâts, et qui pacifie plus efficacement qu’une bordée de casques blancs censés garantir notre sécurité.

Du Thrash Heavy, vrai, joué par des mecs qui connaissent la chanson et qui manipulent leurs instruments comme des drapeaux blancs.

C’est Vladimir et Donald qui ne vont pas être contents...Ils ne comptaient pas vraiment se lancer dans une entreprise de désarmement.

Mais on n’influe pas toujours sur le cours des choses…


Titres de l'album:

  1. M.I.A.
  2. Contagion
  3. Kill Order
  4. Zero Hour
  5. Nation Under Siege
  6. Hiroshima

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/04/2017 à 18:15
90 %    450

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?