Abraded

Abraded

19/11/2021

Maggot Stomp

Les catalogues de Noël sont déjà arrivés depuis le mois dernier. Les magasins et autres bazars voient déjà leurs rayons richement achalandés de décorations diverses, boules, petits personnages amusants, rennes, comme si, dès le mois d’octobre, l’unique obsession des chalands était de préparer cette fête chrétienne à grand renfort de cadeaux inutiles et autres buffets à volonté aussi gras et indécents qu’un remué de ventre de Carlos à la grande époque des Carpentier.

What. The. Fuck ?????     

 

Noël préparé en octobre ? Nous venons à peine de sortir des festivités débiles made in USA d’Halloween, avec cette horde de sales moutards venant sonner à votre porte pour vous délester de friandises bon marché et saturées d’édulcorants qu’il faut déjà penser à une autre célébration ridicule. Décidément le consumérisme n’a plus de limites, et il semblerait que le seul but de cette humanité grouillante soit d’oublier son destin funeste via quelques coupes de champagne tiède et de présents qui inévitablement, finiront sur les plateformes de vente en ligne. Alors, je vous donne un gentil conseil de vieux con : au lieu d’investir vos deniers durement gagnés dans un jouet qui finira dans le placard dès le 28 décembre, achetez plutôt le premier album des bouchers américains d’ABRADED qui lui pour le coup, est vraiment bradé au vu de sa qualité.

Mais on peut toujours faire confiance à une horde de barbares qui viennent de Cleveland dans l’Ohio. Et celle-ci, même fraîchement formée a déjà du métier, puisqu’il y a trois ans, elle a mis sur le marché une première démo à la pochette immonde. Descendants of the Swamp nous tirait dans la boue de l’inhumanité, et nous étions nombreux à nous demander quels sévices ce trio allait nous réserver par la suite. La réponse est claire aujourd’hui, un premier longue-durée aux allures d’EP, avec seulement neuf morceaux pour moins de vingt minutes de bonheur braillard, et cette fois-ci, un artwork signé Wyrmwalk, totalement délicieux et sans doute plus alléchant qu’une énième couronne sur la porte d’entrée arborant un provocant « Joyeux Noël ».

Noël, je l’emmerde, et je préfère m’immerger dans l’underground pour ne plus penser à cette réunion de famille qui m’attend avec du foie-gras bon marché et du saumon plastifié trop salé. Distribué en tape par Maggot Stomp, le « plus petit label mais le plus Heavy des Etats-Unis », Abraded est une sacrée branlée Death/Grind, analogique en diable, et fomentée par le trio le plus maléfique du marché actuel.   

Anthony Allen (guitare), Nick Nedley (basse/chant) et Patric Pariano (batterie) sont donc allé enregistrer cette horreur aux Rock and Roll City Studios de Cleveland, en deux jours en mai dernier, et nous livrent tartares leurs impressions sur une époque troublée et vouée aux gémonies de la surconsommation qui nous pousse doucement vers la tombe. Mais ne vous inquiétez pas. Ici, le gras est sain, la violence de terroir, le malaise local et l’ingestion sans risques. En pratiquant un Death très sombre et joué avec les tripes encore fumantes d’un chevreuil étalées sur le sol boueux d’une cabane de chasse, les ABRADED perpétuent cette tradition totalement américaine héritée de l’Angleterre des CARCASS, mais aussi des influences nationales de MORTICIAN et autres défenseurs d’un chaos maison, le meilleur en terrine.

Riffs prétextes qui nous rappellent que NAPALM DEATH a produit assez de licks pour alimenter la discographie d’une centaine de groupes différents, chant régurgité façon lapin chasseur qui reste sur l’estomac, soli complètement débridés et sans aucune honte harmonique, cris de belette prise au piège dans la forêt, accélérations mach 3 pour briser les cervicales, ambiance glauque avec lourdeur suffocante et empesté d’émanations putrides, tout y est, et la sensation est plus qu’agréable. Dans la saleté morale la plus sévère, les trois compères s’épanouissent comme des psychopathes en villégiature, et s’expriment par une série de borborygmes, lignes de guitare à peine discernables, basse noyée dans le mix, et batterie qui martèle un peu en vain dans l’arrière-plan (« Poison Of The Steel »).

Les hits ne manquent donc pas, et « Corpse Acquisition » met immédiatement au parfum : on est là pour rigoler et pour tourner en dérision les réflexes les plus stupides de consommateurs avides de gadgets dont ils n’ont pas besoin. ABRADED, c’est l’anti esprit de Noël par excellence, et justement ce dont on a besoin pour oublier que cette fin d’année sera aussi gonflante que les précédentes, avec pléthore de photos de chiards ouvrant leurs cadeaux minables sur les réseaux sociaux, et autres clichés d’une dinde fort marrie de se retrouver là aussi mal découpée.  

Le père Noël ? Un beigne, « Unsavory Appetite » et au lit.

             

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Corpse Acquisition

02. Unsavory Appetite

03. Obsidian Soul

04. You Can't Take Me Alive

05. Ineffable Suffering

06. Tecpatl

07. Poison Of The Steel

08. Abraded

09. False Valor


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/06/2022 à 15:39
78 %    42

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44