Sovereign

Deadwood Tree

06/02/2017

Autoproduction

Accueillons-donc des nouveaux venus dans la grande famille Metal européenne, qui aujourd’hui nous proposent leur premier EP mélangeant plusieurs courants pour les fondre en un seul.

C’est donc avec grand plaisir que je vous introduis aux joies de Sovereign, premier EP des espagnols de DEADWOOD TREE, quintette de Palma de Majorque, Baléares, qui dans un créneau de Sludge à tendance Doom ne rechignant pas à franchir la frontière d’un Post Metal lourd et compact, s’impose en cinq petits morceaux.

Je l’avoue, une fois de plus, c’est la pochette qui m’a aiguillé vers la musique et non l’inverse, et je salue donc en préambule le fabuleux travail graphique de Gonzalo Aeneas, que je vous invite d’ailleurs à admirer en jetant un coup d’œil à sa page officielle du même nom.com.

Une étrange et fascinante créature rousse sur un vestige de trône de pierre underwater, le regard fixe ignorant les murènes et autres poissons passant près d’elle, quelques épées plantées dans les bas-fonds, et surtout, de l’admiration et des interrogations.

Que peut donc cacher cette splendide œuvre qui annonce le meilleur tout en pouvant abriter le pire ?

Comme je l’ai plus ou moins dit en préambule, ce quintette (Curro Maestre – chant, Gonzalo Æneas et J. Olivencia – guitares, Isidro Moron – batterie et Joan Mayol – basse) semble obsédé par une forme mouvante de Sludge qui peut parfois se vouloir aussi inamovible et incolore qu’un Doom vraiment oppressant, tout en taquinant le spectre lumineux d’un arc-en-ciel Post Metal assez abrasif, mais toujours mélodique.

Difficile donc de situer les DEADWOOD TREE, même si ces cinq morceaux donnent quelques indications assez précieuses.

Cinq morceaux seulement, mais une vraie variété de ton, des changements qui ressemblent plus à des variations sur un même thème, et pas mal d’intelligence de propos. Certes, la pesanteur et la lenteur semblent être des obsessions évidentes, mais l’utilisation qu’en font ces espagnols n’est pas inintéressante, dès lors qu’ils la mâtinent d’impulsions nerveuses et de breaks assez inventifs et soudains.

Ainsi, l’ouverture «Afterglow » vous aiguillera sur une vraie/fausse piste avec ses cassures, son chant hurlé façon Post, et ses guitares dissonantes. On pense alors à une adaptation Sludge des standards d’UNSANE, avec un tempo général ralenti, mais pas écrasé, et surtout, des incantations vocales assez effrayantes. Amertume mélodique, rythmique atypique, on se demande à ce moment-là où les choses vont nous mener, jusqu’à ce que « Abnova » entre en scène et casse le moule à peine formé.

Influences MY DYING BRIDE, VIDA, ORTHODOX, pour une longue litanie de plus de six minutes, qui malgré un tempo martelé parvient à garder une certaine légèreté, pour mieux symboliser la beauté dans la douleur. Certes, le développement est classique, mais les espagnols ont le mérite de ne pas rester figés sur une trame plombée, en s’y accrochant comme une dernière bouée avant la noyade fatale.

« Canaan » avance à pas prudents sur la même ligne d’horizon, tout en assombrissant quelque peu son ciel d’un Doom à la CATHEDRAL. Riffs à la limite d’un BM lacéré, chant qui va puiser dans ses ténèbres la gravité requise pour quelques grognements effectifs, et lente procession qui profite d’un surplus de puissance conféré par une double grosse caisse apathique et épuisée…

« Larvae » suggère une accalmie amère avec ses arpèges acides, qui se laissent avaler goulûment par des percussions, avant que les DEADWOOD TREE ne fassent la jonction entre leurs différentes options, réunissant en un même élan le Sludge poisseux, le Doom souffreteux et le Post Metal lumineux.

Dernière salve « officielle » de cet EP (la version 12’’ ne contient en effet que quatre morceaux), c’est une conclusion synthétique qui résume assez bien la vision de biais d’un quintette beaucoup moins prévisible que bon nombre de ses homologues encore traumatisés par le SAB’.

En bonus digital, le groupe nous offre un épilogue qu’il eut été dommage d’occulter, avec un « Son Of Myself » qui cette fois-ci semble dériver, porté par des courants à la NEUROSIS/CULT OF LUNA, sans pour autant sacrifier la précision à la contemplation.

Du Post, Sovereign n’a retenu que les mélodies étranges et l’ampleur d’influences, qu’il applique à une structure plus Doom que Sludge. Mais l’équilibre est relativement intéressant et finement développé, même si certains réflexes gagneraient à être atténués.

Je vous conseillerai évidemment de vous procurer la version vinyle de cet EP, ne serait-ce que pour cette fabuleuse pochette de Gonzalo Aeneas, qui comblera aisément le vide créé par le titre bonus laissé sur le carreau.

 Pour dix petits euros, il serait dommage de se priver d’une fine tranche de Doom/Sludge ibère, peut-être annonciatrice d’un renouveau de la scène locale.


Titres de l'album:

  1. Afterglow
  2. Abnova
  3. Canaan
  4. Larvae
  5. Son of Myself (bonus track)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/03/2017 à 14:24
68 %    637

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

J'ai d'abord eu peur en pensant qu'il était décédé, et vu ma réaction cela m'aurait fait un vrai choc, mais bien mauvaise nouvelle.
Allez LG, nique lui sa gueule à ce putain de cancer.

09/08/2020, 20:17

Buck Dancer

Vu en 2012 au Bataclan et j'ai pris un pied énorme. Et au contraire de toi RBD, j'ai eu cette sensation de spontanéité, qui manque cruellement a 99% des groupes metal que j'écoute. Phil hésitait pas à stoppé un morceau en plein milieu, pour mieux le recommencer ensuite, parce que le public ne(...)

09/08/2020, 16:32

KaneIsBack

Dans le genre LDOH-worship, c'est plutôt bon. Dommage que ça soit si court !

09/08/2020, 11:33

Jus de cadavre

2009 était sans doute l'une des meilleures année pour voir Down sur scène. Phil était sobre, son chant redevenu plus juste (forcément sans abus c'est plus facile), le groupe dans son ensemble était touché par la grâce. Ils avaient sorti 2 ans auparavant un album cathartique ou toutes leurs t(...)

09/08/2020, 11:01

LeMoustre

Deja épuisé

08/08/2020, 13:32

Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43