Sovereign

Deadwood Tree

06/02/2017

Autoproduction

Accueillons-donc des nouveaux venus dans la grande famille Metal européenne, qui aujourd’hui nous proposent leur premier EP mélangeant plusieurs courants pour les fondre en un seul.

C’est donc avec grand plaisir que je vous introduis aux joies de Sovereign, premier EP des espagnols de DEADWOOD TREE, quintette de Palma de Majorque, Baléares, qui dans un créneau de Sludge à tendance Doom ne rechignant pas à franchir la frontière d’un Post Metal lourd et compact, s’impose en cinq petits morceaux.

Je l’avoue, une fois de plus, c’est la pochette qui m’a aiguillé vers la musique et non l’inverse, et je salue donc en préambule le fabuleux travail graphique de Gonzalo Aeneas, que je vous invite d’ailleurs à admirer en jetant un coup d’œil à sa page officielle du même nom.com.

Une étrange et fascinante créature rousse sur un vestige de trône de pierre underwater, le regard fixe ignorant les murènes et autres poissons passant près d’elle, quelques épées plantées dans les bas-fonds, et surtout, de l’admiration et des interrogations.

Que peut donc cacher cette splendide œuvre qui annonce le meilleur tout en pouvant abriter le pire ?

Comme je l’ai plus ou moins dit en préambule, ce quintette (Curro Maestre – chant, Gonzalo Æneas et J. Olivencia – guitares, Isidro Moron – batterie et Joan Mayol – basse) semble obsédé par une forme mouvante de Sludge qui peut parfois se vouloir aussi inamovible et incolore qu’un Doom vraiment oppressant, tout en taquinant le spectre lumineux d’un arc-en-ciel Post Metal assez abrasif, mais toujours mélodique.

Difficile donc de situer les DEADWOOD TREE, même si ces cinq morceaux donnent quelques indications assez précieuses.

Cinq morceaux seulement, mais une vraie variété de ton, des changements qui ressemblent plus à des variations sur un même thème, et pas mal d’intelligence de propos. Certes, la pesanteur et la lenteur semblent être des obsessions évidentes, mais l’utilisation qu’en font ces espagnols n’est pas inintéressante, dès lors qu’ils la mâtinent d’impulsions nerveuses et de breaks assez inventifs et soudains.

Ainsi, l’ouverture «Afterglow » vous aiguillera sur une vraie/fausse piste avec ses cassures, son chant hurlé façon Post, et ses guitares dissonantes. On pense alors à une adaptation Sludge des standards d’UNSANE, avec un tempo général ralenti, mais pas écrasé, et surtout, des incantations vocales assez effrayantes. Amertume mélodique, rythmique atypique, on se demande à ce moment-là où les choses vont nous mener, jusqu’à ce que « Abnova » entre en scène et casse le moule à peine formé.

Influences MY DYING BRIDE, VIDA, ORTHODOX, pour une longue litanie de plus de six minutes, qui malgré un tempo martelé parvient à garder une certaine légèreté, pour mieux symboliser la beauté dans la douleur. Certes, le développement est classique, mais les espagnols ont le mérite de ne pas rester figés sur une trame plombée, en s’y accrochant comme une dernière bouée avant la noyade fatale.

« Canaan » avance à pas prudents sur la même ligne d’horizon, tout en assombrissant quelque peu son ciel d’un Doom à la CATHEDRAL. Riffs à la limite d’un BM lacéré, chant qui va puiser dans ses ténèbres la gravité requise pour quelques grognements effectifs, et lente procession qui profite d’un surplus de puissance conféré par une double grosse caisse apathique et épuisée…

« Larvae » suggère une accalmie amère avec ses arpèges acides, qui se laissent avaler goulûment par des percussions, avant que les DEADWOOD TREE ne fassent la jonction entre leurs différentes options, réunissant en un même élan le Sludge poisseux, le Doom souffreteux et le Post Metal lumineux.

Dernière salve « officielle » de cet EP (la version 12’’ ne contient en effet que quatre morceaux), c’est une conclusion synthétique qui résume assez bien la vision de biais d’un quintette beaucoup moins prévisible que bon nombre de ses homologues encore traumatisés par le SAB’.

En bonus digital, le groupe nous offre un épilogue qu’il eut été dommage d’occulter, avec un « Son Of Myself » qui cette fois-ci semble dériver, porté par des courants à la NEUROSIS/CULT OF LUNA, sans pour autant sacrifier la précision à la contemplation.

Du Post, Sovereign n’a retenu que les mélodies étranges et l’ampleur d’influences, qu’il applique à une structure plus Doom que Sludge. Mais l’équilibre est relativement intéressant et finement développé, même si certains réflexes gagneraient à être atténués.

Je vous conseillerai évidemment de vous procurer la version vinyle de cet EP, ne serait-ce que pour cette fabuleuse pochette de Gonzalo Aeneas, qui comblera aisément le vide créé par le titre bonus laissé sur le carreau.

 Pour dix petits euros, il serait dommage de se priver d’une fine tranche de Doom/Sludge ibère, peut-être annonciatrice d’un renouveau de la scène locale.


Titres de l'album:

  1. Afterglow
  2. Abnova
  3. Canaan
  4. Larvae
  5. Son of Myself (bonus track)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/03/2017 à 14:24
68 %    1271

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01