Sovereign

Deadwood Tree

06/02/2017

Autoproduction

Accueillons-donc des nouveaux venus dans la grande famille Metal européenne, qui aujourd’hui nous proposent leur premier EP mélangeant plusieurs courants pour les fondre en un seul.

C’est donc avec grand plaisir que je vous introduis aux joies de Sovereign, premier EP des espagnols de DEADWOOD TREE, quintette de Palma de Majorque, Baléares, qui dans un créneau de Sludge à tendance Doom ne rechignant pas à franchir la frontière d’un Post Metal lourd et compact, s’impose en cinq petits morceaux.

Je l’avoue, une fois de plus, c’est la pochette qui m’a aiguillé vers la musique et non l’inverse, et je salue donc en préambule le fabuleux travail graphique de Gonzalo Aeneas, que je vous invite d’ailleurs à admirer en jetant un coup d’œil à sa page officielle du même nom.com.

Une étrange et fascinante créature rousse sur un vestige de trône de pierre underwater, le regard fixe ignorant les murènes et autres poissons passant près d’elle, quelques épées plantées dans les bas-fonds, et surtout, de l’admiration et des interrogations.

Que peut donc cacher cette splendide œuvre qui annonce le meilleur tout en pouvant abriter le pire ?

Comme je l’ai plus ou moins dit en préambule, ce quintette (Curro Maestre – chant, Gonzalo Æneas et J. Olivencia – guitares, Isidro Moron – batterie et Joan Mayol – basse) semble obsédé par une forme mouvante de Sludge qui peut parfois se vouloir aussi inamovible et incolore qu’un Doom vraiment oppressant, tout en taquinant le spectre lumineux d’un arc-en-ciel Post Metal assez abrasif, mais toujours mélodique.

Difficile donc de situer les DEADWOOD TREE, même si ces cinq morceaux donnent quelques indications assez précieuses.

Cinq morceaux seulement, mais une vraie variété de ton, des changements qui ressemblent plus à des variations sur un même thème, et pas mal d’intelligence de propos. Certes, la pesanteur et la lenteur semblent être des obsessions évidentes, mais l’utilisation qu’en font ces espagnols n’est pas inintéressante, dès lors qu’ils la mâtinent d’impulsions nerveuses et de breaks assez inventifs et soudains.

Ainsi, l’ouverture «Afterglow » vous aiguillera sur une vraie/fausse piste avec ses cassures, son chant hurlé façon Post, et ses guitares dissonantes. On pense alors à une adaptation Sludge des standards d’UNSANE, avec un tempo général ralenti, mais pas écrasé, et surtout, des incantations vocales assez effrayantes. Amertume mélodique, rythmique atypique, on se demande à ce moment-là où les choses vont nous mener, jusqu’à ce que « Abnova » entre en scène et casse le moule à peine formé.

Influences MY DYING BRIDE, VIDA, ORTHODOX, pour une longue litanie de plus de six minutes, qui malgré un tempo martelé parvient à garder une certaine légèreté, pour mieux symboliser la beauté dans la douleur. Certes, le développement est classique, mais les espagnols ont le mérite de ne pas rester figés sur une trame plombée, en s’y accrochant comme une dernière bouée avant la noyade fatale.

« Canaan » avance à pas prudents sur la même ligne d’horizon, tout en assombrissant quelque peu son ciel d’un Doom à la CATHEDRAL. Riffs à la limite d’un BM lacéré, chant qui va puiser dans ses ténèbres la gravité requise pour quelques grognements effectifs, et lente procession qui profite d’un surplus de puissance conféré par une double grosse caisse apathique et épuisée…

« Larvae » suggère une accalmie amère avec ses arpèges acides, qui se laissent avaler goulûment par des percussions, avant que les DEADWOOD TREE ne fassent la jonction entre leurs différentes options, réunissant en un même élan le Sludge poisseux, le Doom souffreteux et le Post Metal lumineux.

Dernière salve « officielle » de cet EP (la version 12’’ ne contient en effet que quatre morceaux), c’est une conclusion synthétique qui résume assez bien la vision de biais d’un quintette beaucoup moins prévisible que bon nombre de ses homologues encore traumatisés par le SAB’.

En bonus digital, le groupe nous offre un épilogue qu’il eut été dommage d’occulter, avec un « Son Of Myself » qui cette fois-ci semble dériver, porté par des courants à la NEUROSIS/CULT OF LUNA, sans pour autant sacrifier la précision à la contemplation.

Du Post, Sovereign n’a retenu que les mélodies étranges et l’ampleur d’influences, qu’il applique à une structure plus Doom que Sludge. Mais l’équilibre est relativement intéressant et finement développé, même si certains réflexes gagneraient à être atténués.

Je vous conseillerai évidemment de vous procurer la version vinyle de cet EP, ne serait-ce que pour cette fabuleuse pochette de Gonzalo Aeneas, qui comblera aisément le vide créé par le titre bonus laissé sur le carreau.

 Pour dix petits euros, il serait dommage de se priver d’une fine tranche de Doom/Sludge ibère, peut-être annonciatrice d’un renouveau de la scène locale.


Titres de l'album:

  1. Afterglow
  2. Abnova
  3. Canaan
  4. Larvae
  5. Son of Myself (bonus track)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/03/2017 à 14:24
68 %    686

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50