L'avis de Mortne2001 : 78%

Attention, publicité (légèrement) mensongère. En labellisant cet EP sous l’étiquette Sludge, les responsables de la promotion ont pris un grand risque, parce qu’après écoute attentive, je n’ai toujours pas réussi à trouver la moindre trace de Sludge dans le premier mini album des frenchy de FREEHOWLING, mis à part quelques séquences tellement diluées que le style se veut méconnaissable. Alors fans du genre, ne vous laissez pas bluffer, mais ne tombez pas non plus dans le piège du rejet immédiat. Car si la bande n’abuse pas des lourdeurs inhérentes à votre créneau d’affection, ils n’en sont pas moins aussi puissants que n’importe quel groupe du cru, même si leur optique reste résolument plus extrême que Heavy. Après, on va encore me dire que je prends le train en marche, puisque ce A Frightful Piece of Hate est paru en novembre 2017, mais actant du fait que sa version physique ne sera disponible que dans quelques jours, je suis encore largement dans les temps. Et si dans l’étang on trouve des vieux pneus et des bouteilles vides, dans la mare d’inspiration de ce quatuor (Guillaume Nicolas - guitare/chant, Samuel Nicolas - guitare, Nicolas Guerrault - basse et Romain Wilczeck - batterie) on trouve un peu de tout, puisque les musiciens se réclament d’une pluralité effective, citant volontiers le Doom, le Hardcore et plus généralement le Metal extrême comme composantes de sa musique sombre aux propos lucides et réalistes. Fondé par les frangins Nicolas en 2010, mais actif depuis 2015, FREEHOWLING est le genre de groupe assez difficile à cataloguer, ce qui est toujours bon signe au moment de coucher sur papier ses réflexions. Agréable de découvrir un groupe qui échappe à tout carcan, mais difficulté de retranscrire ce qui vous attend, autrement qu’en plaçant l’ensemble sous une chape de plomb Loudcore, classement un peu flou leur allant à merveille…Et dans les faits, la musique de ces quatre-là n’est pas du genre festive, mais plutôt crue et lourde comme une réalité vous tombant sur le coin de la gueule à l’orée d’une vie bientôt terminée.

Hardcore donc ? Oui, mais pas que, un peu comme si la vague NOLA avait fait un détour par les bas-fonds de New-York pour humer un air encore plus vicié que celui de la Nouvelle-Orléans. Musiciens impliqués, et investis dans le multimédia (ou trouve dans leurs centres d’intérêt le cinéma, la bande-dessinée, les jeux vidéo ou la peinture), truffant leurs compositions de citations et effets divers, les FREEHOWLING ne sont pas du genre à céder à la facilité, et traitent de sujets variés, de l’oppression d’une société vous obligeant à rentrer dans le moule, au contrôle de masse à la Orwell, en passant par la véracité de l’information ou des libertés personnelles, dans la plus grande tradition des revendications du Hardcore des années 80, dont les quatre musiciens empruntent une partie des thèmes et du vocable. Un EP beaucoup moins linéaire que le tout-venant donc, et assez difficile d’accès, pas seulement à cause de la pluralité de son inspiration, mais aussi de l’opacité de sa production et de sa versatilité. Le groupe a d’ailleurs l’intelligence de ne pas citer d’influences trop précises pour ne pas se voir raccroché à un quelconque wagon, et c’est la surprise qui domine cette première réalisation, autant que l’aspect massif de ses compos qui provoquent la gravité pour s’extirper des ténèbres de l’anonymat. Et si les cinq premiers morceaux (en dehors de l’intro « Children of Society », efficace et percussive pour planter le décor) jouent l’unité pour dégager un consensus de style, le faux final « Freedom » nous surprend de ses ambitions et nous laisse sur une note un peu amère, conclusion en porte ouverte et porte-à-faux pour un futur qu’on pressent assez fascinant.

Au menu de cette première invitation, des guitares évidemment, noires comme une nuit sans fin, des riffs amples et déliés, parfois méchamment compressés, pour une relecture moderne d’un Hardcore vénéneux, et aussi poisseux qu’un Beatdown maîtrisé pour ne pas lasser. Entre pulsions en mid tempo et soudains ralentissements de conscience, A Frightful Piece of Hate n’est que ressentiment et colère, impression accentuée par le chant vraiment véhément de Guillaume Nicolas qui semble puiser son ire dans le dédale de violence du NYHC. Outre des textes impliqués et concernés, on notera une participation active de la section rythmique, qui offre à l’ensemble une assise solide, permettant toutes les audaces, même si celles-ci prennent souvent la forme de modulations discrètes (un solo un peu thrashy sur « Crushed World » en étant un très bon exemple), plus que d’évidences frappantes. C’est évidemment carré, subtilement psyché sur les bords (l’intro de « Deathline » qui rappelle le MACHINE HEAD de Burn My Eyes), puissant comme un peuple tendant le poing pour manifester son mécontentement, et bien sûr, concentré comme une lucidité acquise à la force de caractère, mais aussi mouvant, sinueux et incroyablement méchant dans l’accroche (le riff gluant et bossu de « Master Of Thought » au sample d’intro menaçant). En gros, une sorte de melting-pot de violence crue, règlement de compte du samedi soir sous des néons urbains blafards. On pourrait même avec un peu de subjectivité y voir le pendant maléfique d’un MASS HYSTERIA débarrassé de ses obsessions électroniques, et plus concentré sur sa soif de liberté que sur ses arrangements synthétiques («La Ligue des Justiciers »). En gros, un peu de tout, mais arrangé à la sauce Hardcore moderne, ce qui ne fait que donner plus d’impact à des compositions souvent bâties sur le même principe, mais qui du haut de leur cohérence s’autorisent quelques menues digressions.

Et sans vouloir réduire l’effort à sa tranche la plus conséquente, c’est quand même « Freedom » qui marque les esprits, avec ses huit minutes de Metal extrême qui ne fait pas semblant de l’être…Construction en crescendo, structure à tiroir, pour un morceau qui ne manque pas d’ambitions et qui nous colle au plafond d’un lick vraiment grave et carton. On note avec plaisir des éléments de Dub, d’Electro, d’Ambient, qui offrent au final une conclusion étrange et onirique, comme si les PROTON BURST et SIN déambulaient dans les couloirs d’un cauchemar commun sans vraiment chercher la sortie. Notons pour la bonne bouche que cet EP en version physique se termine par un bonus-track, boucherie à la limite du Grind (« I’ll Never ») et jouissif au possible, et que sa version numérique est toujours disponible sur le Bandcamp du groupe. Alors de là, Sludge ou pas, la problématique n’a pas lieu d’être, puisque les FREEHOWLING prouvent avec A Frightful Piece of Hate qu’ils peuvent être plus lourds et méchants que n’importe qui, sauf qu’ils ne se contentent pas de ça. 


L'avis de Simony : 68%

A Frightful Piece Of Hate est le premier EP de FREEHOWLING, un groupe français qui est actif depuis 2015 autour de Samuel et Guillaume Nicolas, les guitaristes de ce combo œuvrant à 4. Un rapide tour d'horizon nous indique que la musique du groupe est traversée par le reggae (bon OK il y a un sample de Bob Marley sur "Master Of Thought), de Rock Psychédélique ou de Darkjazz, là j'ai pas trouvé ce qui ne veut pas dire que ces styles n'influencent pas l'écriture, soit ! Non, en fait, le groupe pratique un bon gros Groove Metal dans la trajectoire de MACHINE HEAD le plus récent, même si l'ambiance générale nous attire inlassablement vers une sorte de Hardcore très métallisé, et les paroles de ce premier EP autour de la dérive de l'Homme amène un sous-entendu social mais lorsque déboule "Master Of Thought", on comprend que ce n'est pas que dans la thématique que FREEHOWLING s'est acoquiné avec le Hardcore. Musicalement également, on se rapproche d'un HATEBREED avec une production très chargée en basse fréquence à la BIOHAZARD mais aussi à la CROWBAR dont certaines réminiscences peuvent être décelées ("Master Of Thought" toujours).

Des parties de jump clairement taillées pour le live se font entendre régulièrement, le groupe a eu l'intelligence de les intégrer pleinement dans la structure des morceaux pour éviter que ça ne débarque comme un cheveu sur la soupe et alors on imagine l'introduction d'un "La Ligue Des Justiciers" sur les planches, la fosse ne devrait pas tarder à bouillir car c'est surtout ça cet EP, l'efficacité et le headbanging !

Côté production, on reconnait bien les codes du Hardcore Metal, la caisse claire est sèche comme une femme prise de sécheresse vaginale continue, et il paraît qu'il existe des bonnes crèmes, très efficaces maintenant... pour la sécheresse bien entendu pas pour la caisse claire. Bref, la guitare est chargée en basse, la basse est bien ronde (ce "La Ligue Des Justiciers" est taillé pour Nicolas Guerrault, le bassiste), la voix clamée ne se fait pas sans un petit écho qui donne l'impression que le groupe joue en bas de la barre d'immeubles de Brooklyn alors que la voix saturée est légèrement sous-mixée. Les éléments les plus extrêmes (quelques riffs typés Death Metal) nous renvoient plus vers SLIPKNOT que DEICIDE, ils sont toujours emprunts d'un groove qui colle bien à la peau du groupe. Et d'ailleurs, si la musique du groupe se veut aussi directe, elle n'en reste pas moins bien mise en œuvre par ce quatuor qui ne surprend pas par son discours musical dans la trajectoire d'un MACHINE HEAD, SOULFLY, SLIPKNOT ou HATEBREED mais dont les parties de chant qui évitent l'écueil du chant clair à la DAGOBA (parce que musicalement, on est pas loin non plus) amènent un plus de brutalité qui donne un côté malsain à cette violence.

L'entrée en matière est des plus honnêtes pour ces français dont le potentiel scénique devrait très vite s'afirmé, que les amateurs de Groove écrasant se penche sur cet EP disponible en digital mais aussi en format physique où le CD contient un très court "I'll Never" pas très représentatif du reste du EP en bonus track !

Track-list :

  1. Children Of Society
  2. Crushed World
  3. Deathline
  4. Master Of Thought
  5. La Ligue Des Justiciers
  6. Extremist Terrorist
  7. Freedom
  8. I'll Never (bonus track)

Facebook

par Simony le 27/11/2018 à 07:20
73 %    170

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent