Inutile de tourner autour du pot, on le sait d’avance, les one-man-band lo-fi dans le BM sont souvent le ver qui infeste le fruit. Véritable excuse à un manque d’autodiscipline, complaisance de fond qui peine à masquer une pauvreté d’inspiration au nom de « l’éthique », instrumentation pauvre, production inexistante, la pollution est telle qu’il devient difficile de trouver un concept qui vaille la peine d’être abordé. Mais heureusement, certains artistes, dans leur coin, travailleur leur sujet pour proposer autre chose que de pauvres démos destinées à flatter les bas instincts de réfractaires au solfège et à l’intelligence. Il est donc facile de ranger dans la catégorie des véritables créateurs le projet WINDHELM, mené de gant solitaire depuis 2016 par Aldric (évoluant aussi seul au sein de son autre groupe KALDT HELVETE), qui en une poignée d’années est parvenu à trouver assez d’inspiration pour signer trois longue-durée, dont ce petit dernier, peaufiné depuis l’année dernière, Lugubre. Et lugubre, cet album l’est, puisque outre un BM assez raw et lancinant, il propose un Ambient mélodique mais oppressant, collant parfaitement à la thématique choisie. Laquelle ? Celle du cycle de la vie, qu’il décline en trois chapitres, tous empreints d’une atmosphère différente. En premier lieu, la dégénérescence, et les ténèbres qui étalent leur emprise sur le monde, avec leur lot de fléaux, dont la pauvreté, le repli sur soi, le rejet des valeurs. Puis la nuit, ou plus exactement la fin de la civilisation telle que nous la connaissons, avec l’extinction de la race humaine, pour terminer sur la renaissance d’un autre monde, moins égoïste, et plus en phase avec la nature. Un concept humaniste, légèrement nihiliste sur les bords, mais qui a le mérite d’être concret et de nous éloigner des sempiternelles obsessions du style et autres manies sataniques pour public adolescent.

Musicalement, l’auteur ne s’éloigne pas de ses influences d’origine, et continue de proposer un BM âpre et poisseux, parfois mâtiné d’accalmies mélodiques, mais qui garde tout son potentiel de puissance. On reconnaît dès les premières notes le style de WINDHELM, souvent lent et oppressant, parfois rapide, très même, puisque les morceaux violents font partie des plus véhéments de son répertoire. Si la production, at home, est encore une fois fluctuante, avec des pertes de dynamique et une guitare qui semble geindre pour réclamer un meilleur mixage, le tout reste cohérent en diable, et oppose la violence la plus crue au fatalisme le plus avoué, et nous entraîne sur la piste d’un Black très influencé par l’ancienne génération nordique, MAYHEM (des débuts s’entend, et jusqu’à De Mysteriis) et DARKTHRONE en tête de liste. Mais les références aux scènes française et canadienne sont aussi patentes, spécialement sur les morceaux les plus nuancés, qui mettent en avant un chant terriblement rauque et sous-mixé, et des guitares dures comme un hiver glacial. Ce qui frappe au-delà de l’effort consenti au niveau créatif, c’est la pertinence du propos, et la solidité des morceaux, qui loin d’être de simples prétextes à la débauche et au minimalisme, sont ordonnés, agencés, tout en respectant une spontanéité que les riffs directs soulignent avec une morgue assez justifiée. Et de fait, l’auteur a de quoi être fier de ce troisième longue-durée, qui s’il ne fait que prolonger les idées déjà émises sur les deux premiers, explore d’autres pistes qui nous portent à croire qu’Aldric a encore pas mal de choses à dire et à proposer.

Et si ses morceaux sont toujours aussi longs, ça n’est pas une excuse pour proposer un unique plan ad nauseam ou pour broder sur du vide. Ainsi, l’impeccable « Les Funérailles D'un Chêne » nous offre une vision assez complète du BM de tradition, avec son mélange de distorsion excessive et d’arpèges acides, que le son densifie encore plus pour en accentuer la mélancolie. Cette mélancolie est tangible même sur les inserts les plus brutaux, avec toujours une harmonie même rachitique qui traîne en arrière-plan, comme le fantôme d’une humanité qui aimerait bien renaître. D’un autre côté, le premier véritable morceau de l’album, « Quand La Nuit Emporte La Vie » développe après une intro digne du grand MAYHEM un propos beaucoup plus brutal et viscéral, sans se montrer moins intéressant pour autant, et rappelant même la naissance de la scène extrême européenne des années 80, avec les éternels BATHORY et HELLHAMMER en tête de liste. En rebondissant constamment sur ses propres idées, Aldric propose un album qui certes porte encore des stigmates d’amateurisme, notamment au niveau de la mise en place rythmique, pas toujours carrée, mais qui se montre culotté et intrigant, et parfois même mystique, sur « L’éternité », qui jongle entre des arpèges en son clair et un tempo très relevé, pour mettre en avant un chant très étouffé à la limite du murmure. Et en parlant de BATHORY, « Une Ombre Dans Le Sanctuaire » assume justement son legs, avec son mid tempo pilonné, et son riff minimal mais dense, qu’une basse ludique vient troubler de ses rebonds ronds et de son jeu de croches assez décalé. Nous sommes donc loin d’une produit fabriqué au hasard d’une nuit d’insomnie, et plus proche d’un concept traité avec sérieux et concentration, qui se permet parfois des écarts mélodiques hypnotiques (« La Montagne Au Loin », ou comment souiller de jolies notes d’un chant saturé de réverb’), pour mieux se recentrer sur une violence assumée (« Là Ou L'aube Renaitra »)

Les plus hermétiques argueront d’un son très inégal, et d’un classicisme qu’ils se complairont à pointer du doigt, mais les fans les plus rompus à l’exercice sauront reconnaître une œuvre complète, ambitieuse, n’utilisant pas l’Ambient comme gimmick, mais bien comme composante à part entière. Les plus-values sont apportées par une théâtralité vocale qui permet de s’accrocher au propos, pas si pessimiste qu’il n’en a l’air, et par une variété de ton qui étonne dans ce genre de production. A tel point qu’on se demande même ce que le résultat eut donné doté de moyens plus conséquents, même si l’autoproduction d’Aldric n’a pas à rougir de sa modestie. Certes, au niveau des petites approximations, on aurait aimé un final moins prévisible sur fond de synthé un peu monolithique, mais le caractère épuré de cette conclusion colle finalement assez bien à la peau du concept, et achève de convaincre l’auditeur potentiel de la richesse d’un album qui ne doit rien à personne. WINDHELM confirme donc les bons avis émis par l’underground, et continue son bonhomme de chemin, toujours aussi productif, et toujours aussi réactif. Une excellente surprise de noirceur, qui laisse quand même filtrer les rais d’un espoir embryonnaire, mais bien concret.       

 

Titres de l’album :

                           1. Le Concile Des Spectres

                           2. Quand La Nuit Emporte La Vie

                           3. Des Etoiles Tristes

                           4. Les Funérailles D'un Chêne

                           5. L'éternité

                           6. Une Ombre Dans Le Sanctuaire

                           7. La Montagne Au Loin

                           8. Dépression D'ete

                           9. Là Ou L'aube Renaitra

                          10. Réminiscence D'un Autre Age

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/04/2019 à 17:39
80 %    340

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


KaneIsBack
membre enregistré
30/04/2019 à 10:24:10
Theodor Kittelsen pour la pochette ?

NecroKosmos
@109.218.111.206
01/05/2019 à 08:28:00
Oui, Kittelsen. Musicalement, c'est tout à fait honorable. Glacial, triste,...

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.