Out of the Ashes into the Fire

Axewitch

30/04/2021

Pure Steel Records

Vraiment trop forts ces suédois. Lorsqu’ils ne nous envahissent pas avec une armée de petits jeunes aux lames affutées, ils envoient en première ligne des héros de guerre des années 80. Je ne suis pas sûr qu’il reste beaucoup de territoires à conquérir pour ce petit pays, mais si tel est le cas, leur tactique d’occupation permanente du terrain n’est pas à remettre en cause. Chaque semaine charrie son lot de débarquements divers, dans des domaines aussi éclectiques que le Hard-Synth, le Heavy symphonique, le Thrash ludique ou le mélodique qui tue. Mais 2021 est aussi l’occasion de redécouvrir l’un des soldats les plus héroïques de l’armada suédoise des années 80, puisque après trente-six ans de repos du guerrier, AXEWITCH reprend les armes pour combattre aux côtés de la nouvelle génération.

Pour ceux ayant sauté une classe dans les années 80, AXEWITCH incarnait l’un des espoirs les plus fiables de la scène Heavy scandinave, et peut aujourd’hui se targuer d’une discographie conséquente. Fondée à l’orée des années 80, le combo de Linköping a lâché coup sur coup à un an d’intervalle trois longue-durée de fortune et qualités diverses, avec en entame The Lord of Flies (1983), Visions of the Past (1984) et le plus connu Hooked on High Heels (1985), celui-là même qui me les fit connaître. Las, divers problèmes et divergences ont tiré le groupe vers le bas de l’oubli, malgré des tournées fructueuses et une énergie de tous les diables. Et c’est donc avec un plaisir certain que nous les retrouvons aujourd’hui, toujours aussi musclés et décidés malgré les longues années les séparant de leur âge d’or.

Mais cet âge d’or justement pourrait redémarrer, et même briller plus que jamais. Constitué aux quatre-cinquièmes d’un line-up d’époque, avec toujours en avant-plan les deux guitaristes Magnus Jarl et Mikael Johansson, le chanteur Anders Wallentoft et le batteur Mats Johansson, AXEWITCH peut également compter sur le fidèle bassiste Björn "Berta" Hernborg, intégré depuis 2012, mais surtout, sur un nouveau répertoire qui se montre largement compétitif. L’atout majeur du groupe est qu’il peut se permettre de sonner old-school sans paraître opportuniste. Avec une carrière largement ancrée dans les eighties, Out of the Ashes into the Fire - et son titre assez révélateur de son état d’esprit - dame le pion à cette nouvelle génération apprenant sur le tard, et se contentant souvent de reproduire les recettes et gimmicks de l’époque.

Ces recettes, les suédois les ont largement développées de leur côté, parvenant souvent à associer Heavy héroïque, Hard mélodique et Rock dynamique, et cet équilibre est toujours stable et intact trois décennies ou plus après l’émergence du quintet. Autant dire les choses comme elles sont, ce quatrième album qui n’était plus attendu par les fans depuis longtemps est une véritable révélation, et l’assise définitive de la suprématie scandinave sur le monde du Metal. Loin d’une réunion de vieux briscards revenus humer l’air nostalgique de la mode, Out of the Ashes into the Fire sonne frais, neuf, mais tout sauf ridicule dans une éventuelle tentative de rhabiller le groupe. Retrouvant son inspiration née des géants des années 70, AXEWITCH déroule le tapis rouge d’un boogie incandescent (« Boogie Of Death »), mais nous incendie aussi de ses hymnes purement Heavy, qui rallument le feu de la foi des années 80. Ainsi, l’ouverture de « The Pusher » explose d’une gerbe de riffs que sublime un solo homérique, avant que la machine up-tempo ne se mette en branle. L’envie, l’énergie, la pulsion originelle, tous les ingrédients sont là pour faire de ce comeback une réussite totale, et on adhère totalement au propos, et immédiatement. Le son est moderne, mais garde les stigmates d’une expérience passée, ne gonflant pas trop la rythmique pour sombrer dans le jeunisme. Le chant d’Anders Wallentoft n’a rien perdu de sa fermeté avec l’âge, et le frontman honore son rang de lignes hargneuses et mélodiques. Le tandem de guitaristes s’en donne à cœur vraiment joie, et riffe dru et velu, conférant à cette entame d’album la férocité dont elle avait impérativement besoin.

Out of the Ashes into the Fire n’a donc rien d’un phœnix honorifique renaissant de ces cendres éparses. On pouvait craindre de cette réunion qu’elle ne se repose que sur des poncifs éculés, hors, c’est un Metal hors du temps et superbement classique que le quintet suédois nous propose. Même les moments les plus plombés ne font pas appel à la facilité d’un démarquage du SAB ou de DIO, et « In Pitch Black Darkness » de délivrer un message d’ambition et de magnificence. Efficace, créatif dans le respect des codes, ce quatrième album fait méchamment honneur au blason d’AXEWITCH qui a retrouvé tout le tranchant de sa hache pour éviter une chasse aux sorcières rétrogrades.  

Chaque titre est un classique en puissance, avec ces nappes de chœurs bien mixées, ces parties de guitares agressives mais souples, et cette envie d’en découdre avec tous les représentants de la nouvelle caste royale suédoise.       

Ainsi, le très ACCEPT « Dues To Pay » en impose de sa lourdeur, tandis que le mid tempo « Let Sleeping Dogs Lie » nous rappelle la légèreté d’un groupe versatile. Tous les éléments du Hard n’Heavy de l’époque sont passés en revue, mais remis au goût du jour grâce à une interprétation joyeuse et une production sans failles. Le côté saignant est merveilleusement exploité, avec un « Losing You » nerveux en diable, ou ce « Going Down », plus plombé qu’une crise de virilité de METALLICA.

AXEWITCH se permet même de relooker deux anciens tubes, avec des nouvelles versions de « Nightmare » et de l’hymne éternel « Axewitch », qui rappellent pour la bonne bouche que le quintet était là bien avant beaucoup d‘autres. Une renaissance qui marque une nouvelle étape pour le groupe, prêt à reprendre les armes pur combattre aux côtés de ses alliés les plus jeunes. Un véritable bain de jouvence, et un juste retour des choses pour l’un des contributeurs les plus importants à l’exportation armée scandinave des années 80.  

No surrender !

    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Pusher

02. In Pitch Black Darkness

03. Dues To Pay

04. Let Sleeping Dogs Lie

05. Boogie Of Death

06. Losing You

07. Going Down

08. The Healer

09. Lie To Me

10. Violator

11. Nightmare (Bonus track)

12. Axewitch (Bonus track)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/10/2021 à 18:15
85 %    552

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08