Out of the Ashes into the Fire

Axewitch

30/04/2021

Pure Steel Records

Vraiment trop forts ces suédois. Lorsqu’ils ne nous envahissent pas avec une armée de petits jeunes aux lames affutées, ils envoient en première ligne des héros de guerre des années 80. Je ne suis pas sûr qu’il reste beaucoup de territoires à conquérir pour ce petit pays, mais si tel est le cas, leur tactique d’occupation permanente du terrain n’est pas à remettre en cause. Chaque semaine charrie son lot de débarquements divers, dans des domaines aussi éclectiques que le Hard-Synth, le Heavy symphonique, le Thrash ludique ou le mélodique qui tue. Mais 2021 est aussi l’occasion de redécouvrir l’un des soldats les plus héroïques de l’armada suédoise des années 80, puisque après trente-six ans de repos du guerrier, AXEWITCH reprend les armes pour combattre aux côtés de la nouvelle génération.

Pour ceux ayant sauté une classe dans les années 80, AXEWITCH incarnait l’un des espoirs les plus fiables de la scène Heavy scandinave, et peut aujourd’hui se targuer d’une discographie conséquente. Fondée à l’orée des années 80, le combo de Linköping a lâché coup sur coup à un an d’intervalle trois longue-durée de fortune et qualités diverses, avec en entame The Lord of Flies (1983), Visions of the Past (1984) et le plus connu Hooked on High Heels (1985), celui-là même qui me les fit connaître. Las, divers problèmes et divergences ont tiré le groupe vers le bas de l’oubli, malgré des tournées fructueuses et une énergie de tous les diables. Et c’est donc avec un plaisir certain que nous les retrouvons aujourd’hui, toujours aussi musclés et décidés malgré les longues années les séparant de leur âge d’or.

Mais cet âge d’or justement pourrait redémarrer, et même briller plus que jamais. Constitué aux quatre-cinquièmes d’un line-up d’époque, avec toujours en avant-plan les deux guitaristes Magnus Jarl et Mikael Johansson, le chanteur Anders Wallentoft et le batteur Mats Johansson, AXEWITCH peut également compter sur le fidèle bassiste Björn "Berta" Hernborg, intégré depuis 2012, mais surtout, sur un nouveau répertoire qui se montre largement compétitif. L’atout majeur du groupe est qu’il peut se permettre de sonner old-school sans paraître opportuniste. Avec une carrière largement ancrée dans les eighties, Out of the Ashes into the Fire - et son titre assez révélateur de son état d’esprit - dame le pion à cette nouvelle génération apprenant sur le tard, et se contentant souvent de reproduire les recettes et gimmicks de l’époque.

Ces recettes, les suédois les ont largement développées de leur côté, parvenant souvent à associer Heavy héroïque, Hard mélodique et Rock dynamique, et cet équilibre est toujours stable et intact trois décennies ou plus après l’émergence du quintet. Autant dire les choses comme elles sont, ce quatrième album qui n’était plus attendu par les fans depuis longtemps est une véritable révélation, et l’assise définitive de la suprématie scandinave sur le monde du Metal. Loin d’une réunion de vieux briscards revenus humer l’air nostalgique de la mode, Out of the Ashes into the Fire sonne frais, neuf, mais tout sauf ridicule dans une éventuelle tentative de rhabiller le groupe. Retrouvant son inspiration née des géants des années 70, AXEWITCH déroule le tapis rouge d’un boogie incandescent (« Boogie Of Death »), mais nous incendie aussi de ses hymnes purement Heavy, qui rallument le feu de la foi des années 80. Ainsi, l’ouverture de « The Pusher » explose d’une gerbe de riffs que sublime un solo homérique, avant que la machine up-tempo ne se mette en branle. L’envie, l’énergie, la pulsion originelle, tous les ingrédients sont là pour faire de ce comeback une réussite totale, et on adhère totalement au propos, et immédiatement. Le son est moderne, mais garde les stigmates d’une expérience passée, ne gonflant pas trop la rythmique pour sombrer dans le jeunisme. Le chant d’Anders Wallentoft n’a rien perdu de sa fermeté avec l’âge, et le frontman honore son rang de lignes hargneuses et mélodiques. Le tandem de guitaristes s’en donne à cœur vraiment joie, et riffe dru et velu, conférant à cette entame d’album la férocité dont elle avait impérativement besoin.

Out of the Ashes into the Fire n’a donc rien d’un phœnix honorifique renaissant de ces cendres éparses. On pouvait craindre de cette réunion qu’elle ne se repose que sur des poncifs éculés, hors, c’est un Metal hors du temps et superbement classique que le quintet suédois nous propose. Même les moments les plus plombés ne font pas appel à la facilité d’un démarquage du SAB ou de DIO, et « In Pitch Black Darkness » de délivrer un message d’ambition et de magnificence. Efficace, créatif dans le respect des codes, ce quatrième album fait méchamment honneur au blason d’AXEWITCH qui a retrouvé tout le tranchant de sa hache pour éviter une chasse aux sorcières rétrogrades.  

Chaque titre est un classique en puissance, avec ces nappes de chœurs bien mixées, ces parties de guitares agressives mais souples, et cette envie d’en découdre avec tous les représentants de la nouvelle caste royale suédoise.       

Ainsi, le très ACCEPT « Dues To Pay » en impose de sa lourdeur, tandis que le mid tempo « Let Sleeping Dogs Lie » nous rappelle la légèreté d’un groupe versatile. Tous les éléments du Hard n’Heavy de l’époque sont passés en revue, mais remis au goût du jour grâce à une interprétation joyeuse et une production sans failles. Le côté saignant est merveilleusement exploité, avec un « Losing You » nerveux en diable, ou ce « Going Down », plus plombé qu’une crise de virilité de METALLICA.

AXEWITCH se permet même de relooker deux anciens tubes, avec des nouvelles versions de « Nightmare » et de l’hymne éternel « Axewitch », qui rappellent pour la bonne bouche que le quintet était là bien avant beaucoup d‘autres. Une renaissance qui marque une nouvelle étape pour le groupe, prêt à reprendre les armes pur combattre aux côtés de ses alliés les plus jeunes. Un véritable bain de jouvence, et un juste retour des choses pour l’un des contributeurs les plus importants à l’exportation armée scandinave des années 80.  

No surrender !

    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Pusher

02. In Pitch Black Darkness

03. Dues To Pay

04. Let Sleeping Dogs Lie

05. Boogie Of Death

06. Losing You

07. Going Down

08. The Healer

09. Lie To Me

10. Violator

11. Nightmare (Bonus track)

12. Axewitch (Bonus track)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/10/2021 à 18:15
85 %    44

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35