Les suédois n’envisagent jamais les choses comme les autres. Musicalement parlant, quand ils jouent du Death, ça donne la première vague HM-2 qui aujourd’hui encore fait référence de sa froideur. Quand ils s’adonnent aux joies du Punk et du Hardcore, ça accouche de REFUSED et BREACH. Lorsqu’ils se penchent avec nostalgie sur les années 80, ils nous envahissent avec NIGHT FLIGHT ORCHESTRA. Et si d’aventure, ils se prennent de passion pour le sombre, le glauque et le flippant, ils nous hantent avec TERRA TENEBROSA. C’est ainsi qu’on a appris à les regarder d’un air bizarre, un peu de biais, pour tenter de comprendre leur mode de pensée si particulier. C’est comme si un air différent flottait sur Stockholm et les villes environnantes, contaminant les organismes, ou qu’une bactérie d’origine extraterrestre en remplaçait les habitants par des aliens appréhendant la musique avec leur propre sensibilité venue d’ailleurs. Quoiqu’il en soit, ce peuple à part souhaite le rester, et l’apparition sur la scène d’un groupe national est toujours un évènement en soi, tout du moins un espoir tangible d’écouter quelque chose de vraiment novateur, culotté, et inédit. C’est sans doute pour ça qu’en apprenant la sortie du premier album des LOWEST CREATURE, je n’ai pas hésité une seconde, spécialement en prenant note du style pratiqué. Pensez-donc, des swedes qui se targuent de jouer du Thrash/Crossover, ou bien du Thrash/Hardcore, ça allèche les babines, surtout quand on connaît l’aptitude des musiciens locaux à tout traduire dans leur idiome. Et au vu de la production pléthorique du genre, il est toujours bon de constater que des musiciens se refusent à piller les plus grandes références, pour briser des schémas un peu trop établis et y mettre leur grain de sable qui grippe les rouages.

Nous en venant d’Örebro, LOWEST CREATURE est en effet une assemblée de drôles de créatures, qui revendiquent leur background, mais qui ne peuvent s’empêcher de le travestir à leur convenance. S’adressant selon leur bio aux fans d’INTEGRITY et IRON AGE, ces cinq instrumentistes venus du froid (PhillipX - basse, Julius - batterie, Viktor & Philip - guitares et Toby - chant) n’hésitent pas à emprunter à EXODUS sa science imparable du riff circulaire qui tue, à ANTHRAX son don particulier pour les saccades enlevées, mais aussi à puiser dans le répertoire national de quoi alimenter leur singularité, qui se manifeste au travers d’une ambiance très spéciale, aussi débridée que confinée. Formé en 2013, le groupe a patienté avant de formaliser ses vues en longue-durée, et a d’abord privilégié des formats plus condensés. Une démo en 2014 (Certain Pain), un EP en 2016 (Ride Through the Battlefield), puis un autre en 2018 (Misery Unfolds), avant de lâcher ce premier LP d’abord à compte d’auteur, puis via les services du label germain Isolation Rec en version physique ultra limitée. Diffusion intimiste donc pour un quintet qui ose pourtant s’éloigner des sentiers battus, et proposer autre chose qu’un succédané de classiques instantané, sans pour autant renier les fondamentaux. Enregistré au Ljudkross Studio à Umeå, Sacrilegious Pain a bénéficié des bons soins de la légende Joel Grind (TOXIC HOLOCAUST et l’équivalent de Brad Boatright pour les thrasheurs), et dispense un Thrash à forts relents Hardcore qui tend vers le Crossover des années de Venice et de la Californie, mais qui ose justement aller un peu plus loin que la bête citation de D.R.I ou de SUICIDAL TENDENCIES (même si on en trouve des traces patentes dans les mélodies à la Rocky de « Blodets Meridian »).

Du culot donc, et une réelle volonté d’affirmer une identité, à tel point qu’on a parfois l’agréable sensation que le groupe est capable de faire évoluer le genre. Avec cette production massive mais légèrement asphyxiée, ce sens de l’emphase Heavy qui contrebalance des pulsions purement Thrash, et un art consommé de gonfler les riffs pour les rendre plus efficients, les LOWEST CREATURE se démarquent et marquent, des points et les esprits, et ce dès l’ouverture cavalante de « Preachers Pedestal ». Musique compacte mais épaisse, aux strates empilées, à tel point qu’on a parfois le sentiment que la scène D-beat locale s’est convertie aux joies du pogo made in California, ou que les DISCHARGE se sont reformés avec des ex-DBC. En quelques minutes, les différences sont prononcées, malgré une tradition respectée en termes de rythmes hachés et syncopés, mais entre le chant terriblement grave et atypique de Toby et des chœurs que la scène NYHC aurait adoubés, le résultat est en tout point compétitif, et surtout, authentique. Privilégiant la plupart du temps des mid et low tempi qui leur vont comme des casquettes, les suédois ne cherchent pas la violence à tout prix, mais bien l’efficacité, ce que prouve de son déhanché gluant « Sacrilegious Pain ». Suggérant une mémoire remontant jusqu’aux miraculeux LEEWAY, le quintet dispose d’armes de destruction massive, mais une destruction propre qui ne laisse qu’un champ de ruines aplani. On aime cette façon de bousculer l’auditeur sans le prendre pour un idiot, cette tendance à toujours trouver le plan fatal sans piquer aux copains, et surtout, cette sensation d’oppression cathartique qui se dégage d’un LP qui a déjà tout compris et qui se refuse d’appliquer des recettes trop usées.

Le beat plombé et appuyé pourra sans doute frustrer les amateurs de grande vitesse, mais cet album ne s’adressant pas à eux, nous les laisseront de côté. Non, ce disque a été pensé pour séduire les plus Hardcore des amateurs de Metal, sans tomber dans le piège vulgarisant du Metallic Hardcore, et « Reapers Fool » de se présenter comme l’un des trucs les plus virils et burnés de ces dix dernières et nostalgiques années. En moins de quarante minutes, le groupe ne s’est pas laissé le temps de traîner, et vise fort et juste, déclenchant parfois la tempête au milieu du chaos (« Let the Darkness Swallow Me Whole », les MADBALL après un stage de Crust/Thrash en Suède), annonçant un relâchement de contrôle sur la fin du LP. La cadence augmente et reste bloquée dans le rouge dès cet interlude, et les derniers titres de relâcher une saine colère, formalisée d’une voix revancharde et vraiment hargneuse, baignant dans un écho menaçant (« Spiritual Hypocrisy »), ou de boucles de haine qui tournoient comme des vautours avant d’achever leur proie (« Grave Digging »). Et plus qu’un simple témoignage nostalgique, ce premier LP des LOWEST CREATURE pourrait incarner le renouveau d’une scène old-school qui tourne en rond depuis longtemps, les suédois ayant peut-être trouvé la solution pour l’extirper de son marasme créatif. Putain de suédois. Vous n’êtes vraiment pas comme les autres, mais on vous adore pour ça.    

  

Titres de l’album :

                          1.Preachers Pedestal

                          2.Sacrilegious Pain

                          3.Reapers Fool

                          4.Breach of Peace

                          5.Let the Darkness Swallow Me Whole

                          6.Blodets Meridian

                          7.Suffer in Peace

                          8.Spiritual Hypocrisy

                          9.Grave Digging

                         10.Dragging This Chain

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/07/2019 à 15:13
88 %    184

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !


J'veux les voir a Avignon.


RIP il rejoint son fils perdu trop tôt.


+1 j'aurai bien fait les deux... du coup ce sera Testament et compagnie pour moi


YOTH IRIA : avec des anciens de ROTTING CHRIST et NECROMANTIA.


Sympa, cette brochette. Bon, un peu déçu par le SDI. Assassin, à ne pas confondre avec l'Allemand. Sympa, vu l'exotisme de la chose.


Le même jour qu'Exodus/Testament/Death Angel à Toulouse. Quel dommage !


Vivement leur prochain album !


Je les avais vus en 2012 sur une affiche anthologique, c'était bien Heavy et mélodique sur les bords.


Pareil, un grand album, comme tous les Heathen ! L'inédit vaut-il l'achat, pour ceux qui ont déjà l'album d'origine ?


'Victims of deception' est excellent !! Un groupe sous-estimé. J'en veux pour preuve la faible affluence devant la scène lors de leur passage au Hellfest. Mais, ayant déjà ce nouvel album (tout de même initialement paru en 2010), j'aimerais savoir ce que vaut l'inédit. Cela dit, ce disque, c'e(...)


Mon petit chouchou " Dark Night (of the Soul) " que j'écoute en boucle. superbe !