Après un premier EP à la pochette fort remarquée et remarquable (Darkness Process, 2017, Infernö Records), les grenoblois de SACRAL NIGHT nous en reviennent avec un LP dans la musette, distribué par le label italien Metal on Metal Records. Ancient Remains est donc le véritable premier jet de ce quatuor atypique au pedigree remarquable (Amphycion – basse/chant, SANCTUAIRE, ex-ALDAARON, ex-ELVENSTORM, ex-NECROWRETCH, ex-DIOKHAN, ex-DREAMING SOUL, ex-GHOST, ex-PRISONER, Mörkk – batterie, ALDAARON, ORDALIE, SANCTUAIRE, Laurent Buk – guitare, ELECTRIC SHOCK, et Marc Crapud – guitare, ASTAROTH, REGIMENT, CHAROGNE, ex-AORLHAC, ex-PESTE NOIRE), au line-up renouvelé mais à la foi intacte. Toujours aussi prompt à échapper aux étiquettes, les originaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes continuent donc leur exploration d’un Metal extrême pluriel, en convergence des courants, et entremêlant Heavy traditionnel, Death d’ambiance et Black de circonstance, proposant donc un cocktail occulte et fascinant. Sans vraiment s’ancrer dans un mouvement particulier, le groupe explore donc des possibilités, peaufinant la noirceur de sa musique tout en l’illuminant de mélodies prononcées, aboutissant à un Crossover assez troublant se situant à équidistance du Heavy épique et classique et de son pendant noirci contemporain, ce qui pourra déstabiliser les plus formalistes d’entre vous. Toujours truffé de riffs inventifs, le Metal des grenoblois a su créer son propre univers, sans références trop évidentes pour être remarquées, mais concrètement assez difficile d’accès pour ceux qui aiment une approche plus directe. Neuf morceaux, courts, concis, élaborés, simples dans les fondements mais complexes dans le rendu, qui hésitent entre puissance purement Death/Black à l’ancienne et tradition Heavy harmonique, et qui profitent d’un niveau instrumental individuel notable. Rien qui ne puisse bousculer la hiérarchie mondiale, mais de quoi passer un moment plus original que la moyenne.

Depuis le premier EP, c’est donc Amphycion qui se charge du chant, et voilà qui pourra gêner les plus féroces. La voix du bassiste/chanteur est en effet assez dramatique et théâtrale, et provoque un décalage avec les passages instrumentaux les plus sombres, un peu à la manière d’un DEATH SS soudainement converti aux joies des atmosphères BM des années 90. Le côté uniforme de l’album lui permet d’assurer une cohérence assez tangible, et j’admets avoir craqué pour ses intonations grandiloquentes qui affirment encore plus la singularité du projet, sans le handicaper d’un lyrisme malvenu. Et si les sites de référence aiment à rapprocher les français de groupes comme SATAN’S HOST ou TRIBULATION, il est assez difficile d’ancrer ce Heavy occulte à une mouvance particulière, puisqu’on peut y trouver des éléments de BM national par touches fugaces, des emprunts à MERCYFUL FATE, OPETH, à la vague old-school US du moment, mais aussi aux prémices de l’extrême français des nineties, sans aller jusqu’à évoquer la scène BM de la même époque. Mais le tout est intrigant, délicieusement sombre, et si le point faible de l’entreprise se cache derrière l’uniformité de morceaux qui finalement partagent bien des points communs, le tout se déguste comme une sorte de faux concept album voué à la noirceur musicale la plus absolue. Je parlais donc de décalage entre l’instrumentation et l’interprétation, et là est la véritable force d’Ancient Remains. Il est possible en effet d’y voir une tentative de groupe purement Heavy des eighties d’anticiper les vagues les plus violentes des années à suivre, avec une projection par divination des postures les plus agressives. Le tout est habile, extrêmement bien joué, évitant les ficelles des clichés les moins pardonnables, et lorsque la rythmique s’emballe, l’effet produit est hypnotique, semblant émaner de la fin des temps (« Unhinged Before Horror »). Tout ou presque est d’ailleurs formidablement bien résumé dans le titre d’ouverture qui instaure un climat de déliquescence purement Black Heavy, avec ce chant maniéré en arrière-plan, noyé dans l’écho de guitares occupant le premier plan de leurs motifs à la CANDLEMASS de pleine lune. Parfaitement en place, les musiciens connaissent leur partition, et la jouent avec conviction, profitant d’une production un peu passéiste à la basse sous-mixée, pour imposer des tableaux d’horreur ne sombrant toutefois pas dans les travers d’un Horror Metal trop cheap pour impressionner.

Outre ces lignes vocales qui rebuteront les amateurs de grognements moins créatifs, mais plus adaptés, l’uniformité des pistes pourra aussi représenter un obstacle insurmontable pour les plus pointus. Mais cette homogénéité justement permet à Ancient Remains de se montrer sous une lune cohérente, d’autant plus qu’une multitude de plans agitent la routine de constructions similaires. On a vraiment la sensation d’assister à la première d’une pièce en neuf actes, retraçant une tragédie ancienne quelconque, et s’accompagnant d’humeurs, parfois lumineuses, parfois ténébreuses, plaçant dans l’action des personnages parfaitement à leur place. Cette distanciation constante entre traditionalisme Heavy et modernisme extrême est résolument le point fort de cette réalisation, qui assume complètement son côté étrange et atypique, et qui séduit sans chercher l’effet putassier fédérateur. Encore perfectible (notamment dans la variation, qui pèche un peu), cette philosophie permet aux SACRAL NIGHT de se démarquer de la concurrence, en utilisant des riffs à la patine ancienne, mis en valeur par une rythmique versatile et un chant dramatique, et les inserts les plus incongrus (les blasts soudains de « The Blood Spattered Bride » par exemple) font ressortir le caractère singulier de l’ensemble. Et entre des approches purement Hard Rock mélodique (« Ancient Remains »), et une attitude frondeuse globale assimilant l’avancée comme la révélation d’un groupe de Heavy Doom de la NWOBHM découvrant les plaisirs de la violence musicale (on a parfois le sentiment d’écouter un CANDLEMASS énervé par le manque de vélocité de sa musique), Ancient Remains se pose en OVNI de la production actuelle, trop entreprenant pour s’affilier à la vague nostalgique, mais trop tourné vers le passé pour se vouloir complètement contemporain. Une jolie réussite qui laisse songeur quant à l’avenir, qui à n’en point douter nous réservera quelques surprises.              

               

Titres de l'album :

                             1. Silent Night, Bloody Night

                             2. The Blood Spattered Bride

                             3. Ancient Remains

                             4. By Sword, by Pick, by Axe

                             5. The Last Decade and Beyond

                             6. The Hexer’s Come

                             7. To Conquer

                             8. Unhinged Before Horror

                             9. The Cohort Rites

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/09/2019 à 14:53
78 %    187

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.


Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.