Après un premier EP à la pochette fort remarquée et remarquable (Darkness Process, 2017, Infernö Records), les grenoblois de SACRAL NIGHT nous en reviennent avec un LP dans la musette, distribué par le label italien Metal on Metal Records. Ancient Remains est donc le véritable premier jet de ce quatuor atypique au pedigree remarquable (Amphycion – basse/chant, SANCTUAIRE, ex-ALDAARON, ex-ELVENSTORM, ex-NECROWRETCH, ex-DIOKHAN, ex-DREAMING SOUL, ex-GHOST, ex-PRISONER, Mörkk – batterie, ALDAARON, ORDALIE, SANCTUAIRE, Laurent Buk – guitare, ELECTRIC SHOCK, et Marc Crapud – guitare, ASTAROTH, REGIMENT, CHAROGNE, ex-AORLHAC, ex-PESTE NOIRE), au line-up renouvelé mais à la foi intacte. Toujours aussi prompt à échapper aux étiquettes, les originaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes continuent donc leur exploration d’un Metal extrême pluriel, en convergence des courants, et entremêlant Heavy traditionnel, Death d’ambiance et Black de circonstance, proposant donc un cocktail occulte et fascinant. Sans vraiment s’ancrer dans un mouvement particulier, le groupe explore donc des possibilités, peaufinant la noirceur de sa musique tout en l’illuminant de mélodies prononcées, aboutissant à un Crossover assez troublant se situant à équidistance du Heavy épique et classique et de son pendant noirci contemporain, ce qui pourra déstabiliser les plus formalistes d’entre vous. Toujours truffé de riffs inventifs, le Metal des grenoblois a su créer son propre univers, sans références trop évidentes pour être remarquées, mais concrètement assez difficile d’accès pour ceux qui aiment une approche plus directe. Neuf morceaux, courts, concis, élaborés, simples dans les fondements mais complexes dans le rendu, qui hésitent entre puissance purement Death/Black à l’ancienne et tradition Heavy harmonique, et qui profitent d’un niveau instrumental individuel notable. Rien qui ne puisse bousculer la hiérarchie mondiale, mais de quoi passer un moment plus original que la moyenne.

Depuis le premier EP, c’est donc Amphycion qui se charge du chant, et voilà qui pourra gêner les plus féroces. La voix du bassiste/chanteur est en effet assez dramatique et théâtrale, et provoque un décalage avec les passages instrumentaux les plus sombres, un peu à la manière d’un DEATH SS soudainement converti aux joies des atmosphères BM des années 90. Le côté uniforme de l’album lui permet d’assurer une cohérence assez tangible, et j’admets avoir craqué pour ses intonations grandiloquentes qui affirment encore plus la singularité du projet, sans le handicaper d’un lyrisme malvenu. Et si les sites de référence aiment à rapprocher les français de groupes comme SATAN’S HOST ou TRIBULATION, il est assez difficile d’ancrer ce Heavy occulte à une mouvance particulière, puisqu’on peut y trouver des éléments de BM national par touches fugaces, des emprunts à MERCYFUL FATE, OPETH, à la vague old-school US du moment, mais aussi aux prémices de l’extrême français des nineties, sans aller jusqu’à évoquer la scène BM de la même époque. Mais le tout est intrigant, délicieusement sombre, et si le point faible de l’entreprise se cache derrière l’uniformité de morceaux qui finalement partagent bien des points communs, le tout se déguste comme une sorte de faux concept album voué à la noirceur musicale la plus absolue. Je parlais donc de décalage entre l’instrumentation et l’interprétation, et là est la véritable force d’Ancient Remains. Il est possible en effet d’y voir une tentative de groupe purement Heavy des eighties d’anticiper les vagues les plus violentes des années à suivre, avec une projection par divination des postures les plus agressives. Le tout est habile, extrêmement bien joué, évitant les ficelles des clichés les moins pardonnables, et lorsque la rythmique s’emballe, l’effet produit est hypnotique, semblant émaner de la fin des temps (« Unhinged Before Horror »). Tout ou presque est d’ailleurs formidablement bien résumé dans le titre d’ouverture qui instaure un climat de déliquescence purement Black Heavy, avec ce chant maniéré en arrière-plan, noyé dans l’écho de guitares occupant le premier plan de leurs motifs à la CANDLEMASS de pleine lune. Parfaitement en place, les musiciens connaissent leur partition, et la jouent avec conviction, profitant d’une production un peu passéiste à la basse sous-mixée, pour imposer des tableaux d’horreur ne sombrant toutefois pas dans les travers d’un Horror Metal trop cheap pour impressionner.

Outre ces lignes vocales qui rebuteront les amateurs de grognements moins créatifs, mais plus adaptés, l’uniformité des pistes pourra aussi représenter un obstacle insurmontable pour les plus pointus. Mais cette homogénéité justement permet à Ancient Remains de se montrer sous une lune cohérente, d’autant plus qu’une multitude de plans agitent la routine de constructions similaires. On a vraiment la sensation d’assister à la première d’une pièce en neuf actes, retraçant une tragédie ancienne quelconque, et s’accompagnant d’humeurs, parfois lumineuses, parfois ténébreuses, plaçant dans l’action des personnages parfaitement à leur place. Cette distanciation constante entre traditionalisme Heavy et modernisme extrême est résolument le point fort de cette réalisation, qui assume complètement son côté étrange et atypique, et qui séduit sans chercher l’effet putassier fédérateur. Encore perfectible (notamment dans la variation, qui pèche un peu), cette philosophie permet aux SACRAL NIGHT de se démarquer de la concurrence, en utilisant des riffs à la patine ancienne, mis en valeur par une rythmique versatile et un chant dramatique, et les inserts les plus incongrus (les blasts soudains de « The Blood Spattered Bride » par exemple) font ressortir le caractère singulier de l’ensemble. Et entre des approches purement Hard Rock mélodique (« Ancient Remains »), et une attitude frondeuse globale assimilant l’avancée comme la révélation d’un groupe de Heavy Doom de la NWOBHM découvrant les plaisirs de la violence musicale (on a parfois le sentiment d’écouter un CANDLEMASS énervé par le manque de vélocité de sa musique), Ancient Remains se pose en OVNI de la production actuelle, trop entreprenant pour s’affilier à la vague nostalgique, mais trop tourné vers le passé pour se vouloir complètement contemporain. Une jolie réussite qui laisse songeur quant à l’avenir, qui à n’en point douter nous réservera quelques surprises.              

               

Titres de l'album :

                             1. Silent Night, Bloody Night

                             2. The Blood Spattered Bride

                             3. Ancient Remains

                             4. By Sword, by Pick, by Axe

                             5. The Last Decade and Beyond

                             6. The Hexer’s Come

                             7. To Conquer

                             8. Unhinged Before Horror

                             9. The Cohort Rites

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/09/2019 à 14:53
78 %    127

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Fanthrash

Kill the Phoenix

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Monolord / Firebreather [La Cartonnerie - Reims]

Simony / 08/10/2019
Stoner Doom Metal

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bof bof OVERKILL. Quelques albums d'enfer, quelques trucs pas mal et pas mal de trucs fades. 75 % de leur discographie est à oublier.


Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.


Le clip donne le mal de mer. Quant au reste...


Mouais...

Je retourne m'écouter Burn my Eyes.


Bof... Le début sous influences hardcore se laisse écouter, mais dès que le tempo ralentit, c'est un peu la catastrophe.


Il a oublié Struck a Nerve le père et d'autre titre.


Pourquoi ne pas avoir gardé Kontos et Logan...


Ce festival est risible depuis l'épisode World Of Warcraft


Quelqu'un peut compter pour moi le nombre de "fucking fuck fucker"? Il me manque des doigts.


C'est vraiment bon...


Putain !!!
GORGON en live quoi !
Si c'était pas si loin de chez moi bordel...
Je croise les doigts pour qu'ils fomentent une prochaine tournée les bougres... ... ...


pop corn time !


Et pas un mot sur l'hommage à Chirac par Fange ?


Hallucinant live report . un torchon ! traiter le public de "beauf" venu soutenir des groupes avec presque 20 ans de carrière, ça c'est bof


Effectivement, pas très convaincu par ce report.

Je suis au moins d'accord sur un point : un chanteur français qui s'adresse en Anglais à un public parisien c'est con comme un film de Luc Besson.

Après j'ai ausssi pas les mêmes "goûts" que le chroniqueur, par exemple (...)


Sans vouloir être condescendant, j'aimerai bien connaître l'âge et le parcours musical du chroniqueur.
C'est assez récent d'associer stage diving et apéro metal quand même. C'est pourtant une pratique très courante depuis des décennies dans le metal extreme et n'a rien d'une pratique f(...)