Desiderata (latin desiderata, de desiderare, regretter l'absence de) : ce que l’on souhaite voir se réaliser, souhaits, vœux. (Larousse)

Alors, qu’est-ce qu’un groupe de Death tout ce qu’il y a de plus traditionnel peut bien souhaiter voir se réaliser ? La destruction de la planète, l’extinction de la race humaine ? De voir des millions de cadavres revenir à la vie pour s’en prendre aux rares survivants radioactifs ? Un holocauste nucléaire ? Une table de dissection toute neuve avec canalisations renforcées et matériel stérilisé ? Non, car sous des atours hirsutes et sous une épaisse couche de grognements de plantigrade, les musiciens évoluant dans le Death Metal font partie des plus gros nounours de l’histoire de la musique, et ne vous souhaitent aucun mal autre que celui causé par leur barouf. Et les français de DEATH AGONY, malgré leur patronyme sans détour ne font pas exception à la règle. Et tout ce qu’ils souhaitent, c’est pouvoir apporter leur modeste contribution au monolithe de genre, de continuer à enregistrer des albums pour pouvoir les défendre sur la route. Rien de plus, ni de moins. Et il est certain qu’à l’instar de leurs compagnons de route Thrash, les ardents défenseurs de la cause régurgitative n’ont pas tâche facile, puisque les œuvres s’empilent sur les étagères de l’histoire bestiale, et qu’il est toujours plus difficile de s’y faire une place enviable. Il faut dire qu’en considérant le point de départ de cette scène en 1987 et la sortie du premier et séminal album de DEATH, la production a pris des proportions homériques, et que chaque album doit défendre son bout de gras pour ne pas se faire bouffer par le voisin de l’indifférence. Les DEATH AGONY sont tout à fait conscients de ça, eux qui depuis presque quinze ans se dépatouillent avec les affres du destin, et tentent contre vents et marées de rester debout, malgré une discographie assez maigrichonne. Pensez-donc, existant depuis 2005, le groupe n’en est qu’à son second longue-durée, et a semble-t-il connu des périodes de silence forcé, puisqu’on prend acte des sept années séparant ce Desiderata de leur premier effort, Carcinogenic Memories, publié en 2012. Mais sans vraiment savoir ce qu’il leur est arrivé durant ce laps de temps, je peux au moins affirmer que leur retour va faire grand bruit et leur permettre de reprendre la route dans les meilleures conditions possibles.

Financé par une campagne Ulele, Desiderata : A Devastating Revelation sent l’ouvrage peaufiné dans ses moindres détails, et se présente sous une lumière tamisée assez étrange. Si Carcinogenic Memories n’était quasiment que violence et chaos, ce second long joue plus volontiers l’ambiguïté, se permettant pas mal d’ambiances étranges, de breaks dissonants, et même de morceaux entiers dédiés à l’étrangeté d’un Death qui semble puiser dans toutes les époques son inspiration. Et à vrai dire, les différences entre les deux tomes sont palpables sans même avoir écouté la moindre note, ne serait-ce qu’en jetant un coup d’œil au tracklisting. Des trente-huit minutes de leur entame, les originaires de Maubeuge sont passés à plus de cinquante minutes, et ont considérablement rallongé le timing de certains titres, qui ne se gênent pas pour dépasser les sept ou huit minutes, sans se montrer redondant pour autant. Mais en fait, dès « Too Late for Innocence » et son intro malsaine de cour d’école en destin funeste, les choses sont mises au point assez clairement. Le DEATH AGONY actuel est beaucoup moins immédiat et lapidaire que celui de son passé plus ou moins lointain, et c’est avec plaisir que nous comprenons que l’accent n’a pas seulement été mis sur la vitesse et la violence, mais aussi sur l’originalité, l’intensité et le décalage harmonique. Archétype de la composition à tiroir intelligente et fertile, cette première intervention montre le quatuor sous un jour assez fascinant (Matt : Chant - Guitare ; Phil : Guitare; Rémi : Basse; Thomas: Batterie), le rapprochant même d’un Death technique et évolutif du meilleur niveau. Certes, le chant de Matt est grave comme l’annonce médicale d’une maladie incurable, bien sûr, les blasts se taillent une bonne part du butin, mais les guitares, entre stridences, pesanteur et oppression jouent une partition impeccable que de petits arrangements de basse subliment du mieux qu’ils le peuvent. En un seul morceau, le quartet valide son retour et surtout justifie sa longue absence, qui se retrouve comblée par un surplus d’inventivité qui fait franchement plaisir à entendre dans la monotonie actuelle.

Se revendiquant toujours des mêmes et classiques influences (SIX FEET UNDER, SLAYER, CANNIBAL CORPSE, BEHEMOTH, VADER, TORTURE KILLER, OBITUARY, DEBAUCHERY, GRAVE), DEATH AGONY s’en éloigne sans les renier, et propose avec Desiderata : A Devastating Revelation une sorte de synthèse globale des courants en vogue dans les années 90, période qui leur tient le plus à cœur. Ce qui implique donc des changements de tempo fréquents, et une recherche d’atmosphères assez probante, qui permet aux onze interventions de se montrer aussi riches que pertinentes. Parlons production, puisque le son de ce second LP est des plus riches, avec sa basse qui ondule en arrière-plan pour mieux s’imposer au premier, ce chant grogné mais clair, cette caisse claire qui percute vraiment, et ces guitares aussi effectives en riff tranché qu’en circulaires envolées. Le travail accompli par les quatre musiciens est d’intérêt, puisqu’ils ont puisé au fond des coffres de leur inspiration les richesses indispensables à la constitution d’un répertoire de valeur, et si certains actes restent classiques dans le fond et la forme, ils disposent tous d’une idée ou d’une astuce qui les différencie de la masse habituelle de hurlements sur fond de tronçonnage. Les plus extrêmes des fans regretteront peut-être justement qu’aucun titre ne s’emballe du début à la fin, mais la mystique globale est beaucoup plus pertinente qu’une simple course à la bestialité, ce qui rend cet album encore plus précieux. D’ailleurs, une simple écoute au long et pénétrant « Catalysing Perpetual Anguish » suffit à comprendre que le groupe a définitivement renoncé aux tics les plus systématiques du créneau, développant de longues intro sombres pour construire une progression logique et dense, utilisant les graves pour instaurer un climat, avant de fracasser la pénombre de coups de colère parfaitement cohérents et puissants. Souvent lourd, toujours oppressant, le Death des français est d’une créativité louable, et leur permet même de viser le podium d’une compétition toujours plus ardue. On aime ces répétitions qui tiennent lieu de mantras morbides, mais on aime aussi ces soudains accès de fièvre qui nous ramènent au meilleur de VADER ou SIX FEET UNDER (« Macabre », en version courte, la magie opère aussi, avec toujours cette basse en pulsion qui dynamise la rythmique), et finalement, le choix de mettre en avant telle ou telle piste devient impossible.

Mais sans jouer les indécis, autant dire que le final gargantuesque « Heading the Symphony of Death » fait largement office de tête de gondole. Judicieusement placé en clôture, ce morceau est une épopée mortelle à lui seul, et met en exergue tout le professionnalisme acquis durant les sept années de silence. Et il se pose en épitaphe parfaite d’une renaissance annoncée, et comme témoignage d’un groupe transcendé, qui a quitté l’automatisme pour privilégier un pilotage manuel, et qui ainsi, nous offre un survol Death assez mouvementé, mais incroyablement enivrant. Gageons qu’avec un tel album à défendre, les DEATH AGONY vont voir tous leurs souhaits, même les plus inavouables se réaliser. Et ce sera amplement mérité.             

               

Titres de l'album :

                          1.Too Late for Innocence

                          2.The Silence of the Dead

                          3.Burial

                          4.Catalysing Perpetual Anguish

                          5.My Own Funeral

                          6.Eulogy of a Tragedy

                          7.Entering the Room of the Two Maats

                          8.Scars from a Past Life

                          9.Macabre

                         10.Massacre

                         11.Heading the Symphony of Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/04/2019 à 16:05
85 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mama's Gun

Mama's Gun

King Gizzard

Infest the Rats' Nest

Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mdr mais c'est ça.

Je vous propose mon festival avec les affiches suivante.

Cradle of Deicide (Extreme Death sympho atmo)
Morbid Suffocation (Death Metal)
Paradise of Tragedy (Metal Goth)
Napalm Obituary (Death/grind)
Immortal Emperor (Black Metal)<(...)


Sadistic Sabbath !


Please welcome mon nouveau groupe : Carcass Terrorizer ! :-)


Ils ne se font plus chier les groupes pour trouver leur nom maintenant: tu prends le nom de deux groupes, tu les mélanges et c'est fait.


Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !