Desiderata (latin desiderata, de desiderare, regretter l'absence de) : ce que l’on souhaite voir se réaliser, souhaits, vœux. (Larousse)

Alors, qu’est-ce qu’un groupe de Death tout ce qu’il y a de plus traditionnel peut bien souhaiter voir se réaliser ? La destruction de la planète, l’extinction de la race humaine ? De voir des millions de cadavres revenir à la vie pour s’en prendre aux rares survivants radioactifs ? Un holocauste nucléaire ? Une table de dissection toute neuve avec canalisations renforcées et matériel stérilisé ? Non, car sous des atours hirsutes et sous une épaisse couche de grognements de plantigrade, les musiciens évoluant dans le Death Metal font partie des plus gros nounours de l’histoire de la musique, et ne vous souhaitent aucun mal autre que celui causé par leur barouf. Et les français de DEATH AGONY, malgré leur patronyme sans détour ne font pas exception à la règle. Et tout ce qu’ils souhaitent, c’est pouvoir apporter leur modeste contribution au monolithe de genre, de continuer à enregistrer des albums pour pouvoir les défendre sur la route. Rien de plus, ni de moins. Et il est certain qu’à l’instar de leurs compagnons de route Thrash, les ardents défenseurs de la cause régurgitative n’ont pas tâche facile, puisque les œuvres s’empilent sur les étagères de l’histoire bestiale, et qu’il est toujours plus difficile de s’y faire une place enviable. Il faut dire qu’en considérant le point de départ de cette scène en 1987 et la sortie du premier et séminal album de DEATH, la production a pris des proportions homériques, et que chaque album doit défendre son bout de gras pour ne pas se faire bouffer par le voisin de l’indifférence. Les DEATH AGONY sont tout à fait conscients de ça, eux qui depuis presque quinze ans se dépatouillent avec les affres du destin, et tentent contre vents et marées de rester debout, malgré une discographie assez maigrichonne. Pensez-donc, existant depuis 2005, le groupe n’en est qu’à son second longue-durée, et a semble-t-il connu des périodes de silence forcé, puisqu’on prend acte des sept années séparant ce Desiderata de leur premier effort, Carcinogenic Memories, publié en 2012. Mais sans vraiment savoir ce qu’il leur est arrivé durant ce laps de temps, je peux au moins affirmer que leur retour va faire grand bruit et leur permettre de reprendre la route dans les meilleures conditions possibles.

Financé par une campagne Ulele, Desiderata : A Devastating Revelation sent l’ouvrage peaufiné dans ses moindres détails, et se présente sous une lumière tamisée assez étrange. Si Carcinogenic Memories n’était quasiment que violence et chaos, ce second long joue plus volontiers l’ambiguïté, se permettant pas mal d’ambiances étranges, de breaks dissonants, et même de morceaux entiers dédiés à l’étrangeté d’un Death qui semble puiser dans toutes les époques son inspiration. Et à vrai dire, les différences entre les deux tomes sont palpables sans même avoir écouté la moindre note, ne serait-ce qu’en jetant un coup d’œil au tracklisting. Des trente-huit minutes de leur entame, les originaires de Maubeuge sont passés à plus de cinquante minutes, et ont considérablement rallongé le timing de certains titres, qui ne se gênent pas pour dépasser les sept ou huit minutes, sans se montrer redondant pour autant. Mais en fait, dès « Too Late for Innocence » et son intro malsaine de cour d’école en destin funeste, les choses sont mises au point assez clairement. Le DEATH AGONY actuel est beaucoup moins immédiat et lapidaire que celui de son passé plus ou moins lointain, et c’est avec plaisir que nous comprenons que l’accent n’a pas seulement été mis sur la vitesse et la violence, mais aussi sur l’originalité, l’intensité et le décalage harmonique. Archétype de la composition à tiroir intelligente et fertile, cette première intervention montre le quatuor sous un jour assez fascinant (Matt : Chant - Guitare ; Phil : Guitare; Rémi : Basse; Thomas: Batterie), le rapprochant même d’un Death technique et évolutif du meilleur niveau. Certes, le chant de Matt est grave comme l’annonce médicale d’une maladie incurable, bien sûr, les blasts se taillent une bonne part du butin, mais les guitares, entre stridences, pesanteur et oppression jouent une partition impeccable que de petits arrangements de basse subliment du mieux qu’ils le peuvent. En un seul morceau, le quartet valide son retour et surtout justifie sa longue absence, qui se retrouve comblée par un surplus d’inventivité qui fait franchement plaisir à entendre dans la monotonie actuelle.

Se revendiquant toujours des mêmes et classiques influences (SIX FEET UNDER, SLAYER, CANNIBAL CORPSE, BEHEMOTH, VADER, TORTURE KILLER, OBITUARY, DEBAUCHERY, GRAVE), DEATH AGONY s’en éloigne sans les renier, et propose avec Desiderata : A Devastating Revelation une sorte de synthèse globale des courants en vogue dans les années 90, période qui leur tient le plus à cœur. Ce qui implique donc des changements de tempo fréquents, et une recherche d’atmosphères assez probante, qui permet aux onze interventions de se montrer aussi riches que pertinentes. Parlons production, puisque le son de ce second LP est des plus riches, avec sa basse qui ondule en arrière-plan pour mieux s’imposer au premier, ce chant grogné mais clair, cette caisse claire qui percute vraiment, et ces guitares aussi effectives en riff tranché qu’en circulaires envolées. Le travail accompli par les quatre musiciens est d’intérêt, puisqu’ils ont puisé au fond des coffres de leur inspiration les richesses indispensables à la constitution d’un répertoire de valeur, et si certains actes restent classiques dans le fond et la forme, ils disposent tous d’une idée ou d’une astuce qui les différencie de la masse habituelle de hurlements sur fond de tronçonnage. Les plus extrêmes des fans regretteront peut-être justement qu’aucun titre ne s’emballe du début à la fin, mais la mystique globale est beaucoup plus pertinente qu’une simple course à la bestialité, ce qui rend cet album encore plus précieux. D’ailleurs, une simple écoute au long et pénétrant « Catalysing Perpetual Anguish » suffit à comprendre que le groupe a définitivement renoncé aux tics les plus systématiques du créneau, développant de longues intro sombres pour construire une progression logique et dense, utilisant les graves pour instaurer un climat, avant de fracasser la pénombre de coups de colère parfaitement cohérents et puissants. Souvent lourd, toujours oppressant, le Death des français est d’une créativité louable, et leur permet même de viser le podium d’une compétition toujours plus ardue. On aime ces répétitions qui tiennent lieu de mantras morbides, mais on aime aussi ces soudains accès de fièvre qui nous ramènent au meilleur de VADER ou SIX FEET UNDER (« Macabre », en version courte, la magie opère aussi, avec toujours cette basse en pulsion qui dynamise la rythmique), et finalement, le choix de mettre en avant telle ou telle piste devient impossible.

Mais sans jouer les indécis, autant dire que le final gargantuesque « Heading the Symphony of Death » fait largement office de tête de gondole. Judicieusement placé en clôture, ce morceau est une épopée mortelle à lui seul, et met en exergue tout le professionnalisme acquis durant les sept années de silence. Et il se pose en épitaphe parfaite d’une renaissance annoncée, et comme témoignage d’un groupe transcendé, qui a quitté l’automatisme pour privilégier un pilotage manuel, et qui ainsi, nous offre un survol Death assez mouvementé, mais incroyablement enivrant. Gageons qu’avec un tel album à défendre, les DEATH AGONY vont voir tous leurs souhaits, même les plus inavouables se réaliser. Et ce sera amplement mérité.             

               

Titres de l'album :

                          1.Too Late for Innocence

                          2.The Silence of the Dead

                          3.Burial

                          4.Catalysing Perpetual Anguish

                          5.My Own Funeral

                          6.Eulogy of a Tragedy

                          7.Entering the Room of the Two Maats

                          8.Scars from a Past Life

                          9.Macabre

                         10.Massacre

                         11.Heading the Symphony of Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/04/2019 à 16:05
85 %    179

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.