Ils sont trois (Pachu – chant/basse, G.I Joe – guitare/chant, et Piffy – batterie), sont Italiens (de Lodi plus exactement, en Lombardie), deux hommes, une femme, un chanteur/bassiste, un guitariste, une batteuse, et surtout, ils sont animés d’intentions horrifiques à votre sujet.

Non ce ne sont pas des psychopathes déguisés en musiciens (quoi que…), mais ils sont fascinés par ce qu’on appelle avec un peu de dédain le « Horror Metal », ou « Horror Punk », ce genre né de l’esprit fécond et malfaisant des MISFITS, et propagé en Italie dès la fin des seventies par Steve Sylvester et son DEATH SS.

Alors, tout le monde vous dira qu’il connaît ce style, et qu’il connaît surtout ses limites, notamment d’un point de vue technique, mais aussi d’une inspiration assez monotone, plus graphique et textuelle que musicale d’ailleurs, mais ce serait mal connaître les capacités des DEAD & BREAKFAST.

Et si vous connaissez le film du même nom, vous feriez bien de l’oublier derechef, puisque nos amis transalpins du jour n’évoluent pas vraiment dans le même créneau.

Autant la pellicule se voulait gentiment potache et subtilement Gore, autant Rebirth prend les choses avec le sérieux qui s’impose, et propose une musique solide, pas forcément portée sur les débordements de tripaille et les facilités rythmiques d’usage.

D’ailleurs, dans ce secteur très réducteur, les DEAD & BREAKFAST font figure de trublions à ambitions, sans non plus oublier leur univers de base.

Mais leur musique est aussi efficace que variée, aussi versatile que cohérente, qualités qui font souvent défaut aux acteurs du créneau qui pensent souvent que l’imagerie est au moins plus importante que le contenu.

Ce qui vous en conviendrez, n’est pas vraiment le cas.

Evacuons d’emblée le cas de cette pochette au graphisme grossier, qui elle non plus n’est pas vraiment fidèle aux morceaux qu’elle dissimule. Certains penseront d’ailleurs qu’il s’agit là d’un des traits les plus grossiers et malhabiles qu’ils ont pu observer, mais je pense à contrario qu’elle est tout à fait adaptée à ce Heavy Metal un peu pataud et légèrement teinté de Punk qui finalement, tient assez chaud.

Mais le trio n’en est pas à son coup d’essai avec Rebirth, qui fait suite à deux précédents LP, The Zombie Show en octobre 2010 et Worst Case Scenario en novembre 2013. Dix ans de carrière au compteur pour les conteurs d’horreur Italiens, qui avec ce troisième essai se détachent sans mal de la masse de gloutonneurs Gore qui ne voient pas plus loin que le bout d’un accord de mi planté dans la jambe d’un zombie. Et sur les sept morceaux de ce court épisode, pas grand-chose à jeter, puisque chaque titre fait avancer le scénario, qui avouons-le est loin d’être le pire du trio.

Ça joue, carré, vite et sans fioritures, mais pourtant, on sent les instrumentistes affutés, la guitare bien limée, la basse chromée et la batterie polie, et l’osmose entre les trois comparses fait plaisir à voir.

Déambulant dans les cimetières Italiens du Post Punk à tendance Metal ricain, les DEAD & BREAKFAST vous offrent la crypte et le découvert avec un sourire d’enfer, et suggèrent autant d’un clin d’œil en forme de citation, les BLACK SABBATH, les CRAMPS, WEDNESDAY 13, que les MISFITS, les MURDERDOLLS, mais aussi Rob ZOMBIE évidemment, et pas seulement à cause de son patronyme.

Leur graveyard party prend d’ailleurs parfois des allures d’orgie boogie, un peu comme si des corps sans vie s’agitaient les membres pendants sur un trépignement Psychobilly, avec un démentiel et torrentiel (pluie acide évidemment) « Dead & Breakfast » qui donne envie de se joindre au carnage de son tempo virevoltant et de son refrain terriblement entêtant. Un hit d’outre-tombe ?

Evidemment !

Mais à vrai dire, Rebirth est vraiment à l’image de son titre, et semble fêter à chaque chapitre une nouvelle escapade d’une sépulture de campagne, tant chacune de ses entrées est pertinente et porteuse de thèmes et mélodies accrocheuses.

Le trio a parfaitement compris que le Horror Metal se devait de hisser ses obsessions graphiques à la hauteur d’une musique atypique, et même si la rugosité Punk gratte et infecte les plaies des morts-vivants, c’est bien le Hard-Rock et le Metal qui ramassent les fausses dents.

Ainsi, l’implacable et Speed Metal « Tarentula » cavale sur ses huit pattes comme une arachnide dérangée derrière un mausolée, tout en assumant un chorus parfaitement Heavy qui part du bon pied.

A l’inverse, « Timmy » se la joue Blues funèbre au pas très lent, procession de l’étrange aux arpèges qui démangent, avec chant/litanie susurré d’une voix de maudit, qui explose soudain dans un torrent de guitares en fusion, pour un crescendo de douleur qu’on guérit d’une balle dans le cœur.

Sans trop s’éterniser, les DEAD & BREAKFAST temporisent sans se répéter, et osent les mélanges qui frappent fort et les cocktails qui réveillent les morts, nous rappelant même le DANZIG le plus efficace dans l’art de la grimace Heavy’n’Core à corps (« Inch By Inch », et son refrain très WEDNESDAY 13).

Mais ils savent aussi se montrer révérencieux de l’art ancien et sentencieux du Hard-Rock un peu boueux et subtilement vintage, art dont ils perpétuent les figures sur un « Nightmare » qui justement rappelle leurs illustres aïeuls de DEATH SS, la fronde de la jeunesse en plus. 

Et donc, entre une ouverture fracassée d’un beat chaloupé (« The Devil Inside », entre MOTORHEAD et les MURDERDOLLS) et un final en dernier coup de pelle fatal (« Rebirth », son lick diabolique, son pattern en kick limpide, et son union basse/guitare cimentée par une double grosse caisse amusée), ce troisième album des Italiens est en passe de devenir un modèle du genre, de ceux qui servent de référence aux générations en partance, et qui définissent de nouvelles limites.

Un disque qui jamais ne lasse, et qui se veut exubérant tout en restant intéressant. Loin des gimmicks archi usés du genre, Rebirth se veut apothéose de multiplicité, et se montre aussi efficace qu’enjoué.

Du Metal qui n’a retenu du Punk que sa liberté et sa franchise, puissant mais léger, rapide mais appuyé, et qui offre de véritables idées et des compositions bien travaillées.

Finalement, les DEAD & BREAKFAST sont de fins esthètes de l’embaumement de fête. Mais ils vous préfèrent vivants et enchantés que morts et enterrés. Histoire d’apprécier leur musique qu’ils n’ont pas fini de nous chanter, un beau soir d’été, dans un vieux cimetière abandonné…


Titres de l'album:

  1. The Devil Inside
  2. Nightmare
  3. Tarantula
  4. Timmy
  5. Dead & Breakfast
  6. Inch by Inch
  7. Rebirth

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/04/2017 à 14:45
80 %    460

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon