New Waves Of Cynicism

Slaves Of Imperium

15/03/2024

M O Music

On avait la NWOBHM, la NWOAHM, la NWOSDM, et quelques autres exemples plus ou moins probants, mais voici que débarque les NWOC, les New Waves Of Cynicism, qui ne viennent ni d’Amérique, ni d’Angleterre, mais bien de…Bretagne. Il est certain que le cynisme est en vogue depuis quelques années, le dernier exemple en date étant notre cher Bruno Le Maire appelant à sabrer dans les comptes publics pour faire des économies alors que sa propre épouse a occupé un emploi fictif pendant un bon moment…Le cynisme a ceci de particulier qu’il se nourrit du malheur des autres pour faire son propre bonheur. Pourtant, aucun cynisme chez les SLAVES OF IMPERIUM, bien au contraire.

Une belle franchise, et surtout, une façon de tout vous balancer à la tronche sans édulcorer le propos, mais sans non plus hurler comme un bambin braillard de chez braillard.

Le quintet (Cedric Sebastian: chant, David Pene: guitare, Kristen Gachet: batterie, Matthew Barry: guitare, Raphael Fournier: basse), présent sur la scène depuis 2019 nous avait déjà prévenus par le biais d’un tonitruant Observe Analyse Sanitize il y a deux ans, et ce premier méfait avait des airs d’oracle de destruction, dans un créneau de métissage assez équilibré.  Entre Thrash et Death, la bande n’avait pas choisi, et se sentait bien dans l’entre deux, pourvu qu’il soit nappé de mélodies discernables et de pauses notables. Néanmoins, l’avertissement manquait encore de maturité. Nous attendions donc que le moment soit venu pour juger avec plus de recul et de méticulosité ces capacités remarquées, et l’heure est aujourd’hui la bonne. L’heure du cynisme dans toute sa splendeur, mis en musique avec pugnacité et motivation.

Cette teinte bleutée qui repose le regard cache en fait l’un des albums les plus explosifs de ce mois de mars. La poignée de main hypocrite de la pochette est en quelque sorte la métaphore parfaite pour désigner notre époque, et les chansons proposées par les bretons sont une bande-son très crédible de leur énergie palpable et de leur furie en contrôle total.

David et Matthew s’en donnent donc à cœur joie en multipliant les riffs qui citent le Death, le Thrash, le Melodeath et même le Black par instant, bien que l'instrumental reste tout à fait raisonnable, mais quand même méchamment Heavy. Si le répertoire est classique, l’ambiance n’en est pas moins froide, comme une promesse cachant un sale coup fourré. Jouant sur des registres différents, SLAVES OF IMPERIUM rappelle parfois nos chers NO RETURN, et plus généralement, les années extrêmes du Metal français de l’orée des nineties, lorsque nos représentants éclataient à un niveau européen. Mais on trouve aussi des traces de MACHINE HEAD, de GRIP INC, et plus simplement, les éléments cités par la courte bio disponible sur le site du label.

Sont ainsi nommés BEHEMOTH, AT THE GATES, HAVOK, mais aussi dans le domaine littéraire Poe, Zola, Nietzsche, Freud et Lovecraft, pour offrir un packaging complet aux fans. Les thématiques, repérables par les intitulés des titres sont évidemment liées à note société, l’individu qui se croit au centre des débats, l’ego, les sentiments contraires, et évidemment l’égoïsme dont font preuve les hommes lorsque le temps des fleurs sur les tombes est venu.

Mais pas de dénonciation facile, pas de slogan choc ou de formule toute faite, SLAVES OF IMPERIUM est au-dessus de tout ça, et bien trop talentueux pour céder au plus évident. En écoutant le superbe « Beating Session » justement, on pense à OPETH, mais aussi à PARADISE LOST, MY DYING BRIDE, sans que le quintet ne sombre dans les affres du Gothique ou du spleen Doom. Le champ d’action est aussi large qu’un éventail andalou, et l’ennui s’ennuie justement ferme, bloqué devant la porte du studio, et interdit de séjour. Les bretons attaquent, observent, analysent, et attaquent de nouveau au bon moment, grâce au talent d’un batteur qui n’a pas les baguettes plantées dans son biniou.

On pourra toutefois regretter que le tempo ne s’emballe pas plus souvent, pour nous procurer des sensations plus fortes, mais la tension permanente, les arrangements éthérés et les mouvements de biais permettent d’éviter l’écueil de la redite maladroite, sans glisser le long du toboggan de l’expérimentation.

« Parasites » en forme d’accueil direct dans le foie est d’une efficacité incroyable, « Aftermath » est cruel comme du CELTIC FROST période Pandemonium croisé avec AT THE GATES, tandis que « Awakening Of The Cynic » pulvérise tout sur son passage. Le métrage est donc intelligemment composé, proposant un nombre conséquent de déviations et digressions, procédé qui se cristallise sur « Equation Of The Void » au parfum très HEXX de fin de première carrière.

Explosif mais réfléchi, épidermique mais lucide, New Waves Of Cynicism est un deuxième album très crédible, rond, au son sec, mais aux rebonds profonds. Le choix de privilégier parfois un chant clair nostalgique permet aux titres de taquiner la vague Néo-romantique gothique des années 90, mais la mainmise des growls garde le cap de la violence sans que la boussole ne tourne folle.

Bien vu de la part des bretons d’avoir jeté leurs forces dans une guerre de position, alternant les blitzkriegs et les tranchées avec beaucoup de clairvoyance. Quelques soli notables, des breaks tout sauf jetables, un lick mémorable, et New Waves Of Cynicism de s’imposer sans forcer, mais avec des armes bien huilées.                  

      


Titres de l’album:

01. Parasites

02. Sarmat

03. Open The Gates Of Madness

04. Mating Season

05. Beating Session

06. Aftermath

07. Awakening Of The Cynic

08. Equation Of The Void

09. God Is A Son Of A Bitch

10. Toxic Consciousness Of Self Destruction

11. Observe, Analyse, Sanitize (Acoustic Version)


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 24/03/2024 à 19:27
80 %    463

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35