En jouant avec les codes et l’identité artistique, Dino Jelusick fait preuve d’un certain culot. Mais le fait d’avoir reproduit à sa sauce le célébrissime American Gothic de Grant Wood en dit long sur sa soif de reconnaissance hors de ses frontières et de son envie de mettre l’Amérique à genoux. Mais en lieu et place de la fameuse ferme, de l’air complètement neutre des personnages dépeints et de cette fourche si symbolique de l’Amérique rurale, le preux chanteur a choisi une ville à l’agonie, des regards défiants et une batte de base-ball pour bien indiquer qu’il ne compte pas adopter des bonnes manières pour se faire accepter. Mais après tout, depuis le début de sa jeune carrière, l’artiste n’a pas vraiment fait profil bas. Après l’Eurovision junior en 2003, des albums originaux et de reprises et des vidéos balancées sur Youtube avec son groupe ANIMAL DRIVE, des montées sur scène avec TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA, et une incursion sur les œuvres de RESTLESS SPIRITS, ce premier album est une suite tout ce qu’il y a de plus logique, et surtout, la preuve s’il en était besoin que le tempétueux vocaliste est bien l’une des têtes les plus recherchées des DRH musicaux. Il n’est donc guère surprenant de retrouver le bonhomme au catalogue déjà fourni de la turbine Frontiers, qui n’est jamais la dernière à chauffer pour les surprises bien préparées. Alors, si jusque-là le jeune Jelusick nous avait impressionnés de sa voix chaude et puissante, il lui manquait encore un écrin pour la mettre en valeur, et surtout, un orfèvre pour la tailler comme un diamant vingt-quatre carats, histoire de gommer les imperfections et trouver la forme pour qu’elle s’épanouisse pleinement. Et après de nombreux contacts avec des stars du Metal international, c’est aux côtés de l’hyper-productif George LYNCH que nous retrouvons notre nouveau héros du micro, par le truchement d’une association élaborée par ce bon vieux Serafino. Mais la combinaison de deux énormes talents suffit-elle à produire un grand album ? Non, et la simple évocation du naufrage Coverdale/Page suffirait à prouver cette assertion, sauf que les ego s’accordent parfois pour trouver le meilleur terrain d’entente.

Profondément attaché au patrimoine eighties (spécialement ses représentants les plus mélodiques, AEROSMITH, EUROPE, BON JOVI, etc…), Dino Jelusick s’est donc offert les services du meilleur sidekick qui soit sur le marché, sauf qu’il serait injuste d’ignorer la contribution 90’s de Lynch à notre musique préférée. Certes, c’est bien de DOKKEN dont on se souvient le plus facilement, eu égard au pedigree du groupe, mais en déduire que DIRTY SHIRLEY ne serait qu’une vaste affaire de nostalgie de plus serait une erreur impardonnable. Car le fantasque guitariste a prouvé depuis le premier split de son ancien groupe qu’il était largement capable d’adapter son jeu aux époques qu’il traverse, que ce soit au sein de LYNCH MOB, KXM, SWEET & LYNCH, THE END MACHINE ou en solo. Avec une discographie qui pourrait bien faire rougir bien des artistes plus capés que lui, George était donc le parfait parner in crime pour cette opération de survol d’un patrimoine qui ne s’est pas limité à une décade bien précise. Et la collaboration entre l’un des guitaristes les plus doués de sa génération et un chanteur dont la réputation commence largement à dépasser ses frontières a donné l’un des albums les plus excitants et frais de ce nouveau siècle, et au moins aussi probant que n’importe quel chapitre de la saga BLACK COUNTRY COMMUNION. L’entente musicale entre les deux hommes frappe d’ailleurs les sens dès l’ouverture flamboyante de « Here Comes The King ». Avec ce titre en forme d’aveu d’ambition démesurée, Dino Jelusick abandonne immédiatement toute mesure et toute tendance présumée à l’humilité pour s’affirmer comme le vocaliste d’exception qu’il est. Lourde batterie à la LED ZEP, riff qui rappelle les plus grandes heures rebelles des seventies, pour un démarcage de luxe de la vague Rock dru, avec des allusions multiples à Coverdale, à DEEP PURPLE, CACTUS, et tous les seigneurs passés. Certes, l’entrée en matière est classique, et joue sur du velours, mais la portée émotionnelle du titre est indéniable, profonde, et laisse des séquelles délicieuses dans la mémoire auditive. Avec son timbre chaud et lyrique qui rappelle les plus grands du micro, de David à Ian en passant par Ronnie James, Jelusick lâche la performance d’une vie, et nous convainc du bien-fondé des opinions dithyrambiques à son sujet. De son côté, Lynch fait du Lynch, assombrit ses riffs et peaufine ses soli, le duo de tête se sachant très bien épaulé par une section rythmique unique. Avec l’assise de Trevor Roxx à la basse et Will Hunt (EVANESCENCE) à la batterie, George et Dino peuvent se permettre toutes les audaces, et passer d’une décade à l’autre en bons caméléons qu’ils sont. Et si les seventies marquent de leur empreinte indélébile les deux premiers morceaux du disque, les arrangements modernes de « Dirty Blues » prouve que les musiciens n’ont pas l’intention de s’enfermer dans une période précise.

Chaloupé, œillades énamourées au WHITESNAKE des années 80, sans oublier quelques astuces électroniques des nineties, le cocktail est corsé, le ton donné, et l’ambiance plantée. Les deux alliés n’ont pas leur pareil pour tenter le Crossover global, et mixer les décades avec bonheur. C’est donc de cette façon qu’ils échappent à une étiquette encombrante de nostalgic band, avec en exergue des thèmes hérités de la scène alternative des années 90 (« I Disappear »), qui se retrouvent fondus dans une humeur bluesy, la marque de fabrique de Lynch depuis le premier au-revoir de DOKKEN. Onze morceaux pour une heure de musique, c’est assez long pour une introduction, et pourtant, rien ne vient gâcher la fête. Avec un peu de diversité et des digressions plus légères, DIRTY SHIRLEY se montre sous son véritable jour, celui d’un groupe uni et non d’un simple tremplin pour un chanteur en manque de reconnaissance, et les saillies moins emphatiques comme « The Dying », qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un inédit récent de EUROPE, ou l’épileptique « Siren Song », qui de son titre aiguille sur une fausse piste ZEP prouvent que le duo peut tout évoquer, tout aborder, se montrer à l’aise dans tous les registres comme si des années d’expérience reliaient les deux musiciens. On savait depuis longtemps Lynch capable du meilleur, mais ce premier album prouve qu’il est toujours capable de se remettre en question pour adapter son talent à son environnement. Sans abandonner ses propres références, le guitariste est toujours aussi prompt à s’approprier un matériau de légende pour le faire sien. C’est ainsi qu’il singe les meilleurs tics de WHITESNAKE pour un long shuffle suintant (« The Voice Of A Soul »), tout en retrouvant ses syncopes 90’s qui tranchent toujours autant (« Cold »).

Habitué des grands et fantasques chanteurs, Lynch n’a donc eu aucun problème pour offrir à Dino les décors dont il avait besoin pour s’imposer, et si chaque titre est une démonstration de force, ils n’en restent pas moins individuellement des moments de plaisir, comme le post-Grunge « Escalator », ou le final surprenant, acoustique et tribal « Grand Master ». Et entre un EUROPE moderne, un DOKKEN transcendé, un WHITESNAKE dopé et tout simplement un DIRTY SHIRLEY juste né, ce premier album est bien plus que la célébration de l’avènement d’un des meilleurs chanteurs de son temps. Il est une œuvre complète, témoignage d’un instant T où le talent de deux artistes n’en a plus formé qu’un seul.                                                       

Titres de l’album :

                            01. Here Comes The King

                            02. Dirty Blues

                            03. I Disappear

                            04. The Dying

                            05. Last Man Standing

                            06. Siren Song

                            07. The Voice Of A Soul

                            08. Cold

                            09. Escalator

                            10. Higher

                            11. Grand Master

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/02/2020 à 18:35
90 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)