C’est par une courte intro folk et champêtre que nous entrons de plain-pied dans l’univers sans cesse renouvelé de HORN, le one-man-project du multi-instrumentiste et compositeur Nerrath. Pour ceux n’étant pas encore familiers avec l’univers du créatif allemand, sachez qu’il se montre assez productif, puisque ce dernier né en courte durée fait suite à une série consécutive de sept albums studios, de Jahreszeiten en 2005, encore assez empreint de mélodies païennes et de folklore bucolique, au plus nuancé Turm Am Hang, publié l’année dernière, et qui se posait en synthèse d’un parcours personnel impeccable. Car après avoir traversé quelques zones de turbulences le rapprochant d’un BM plus aride, le musicien de Paderborn a petit à petit évolué vers une musique beaucoup plus complexe que le Pagan Black habituel, refusant de fait ces « gentilles mélodies Viking » qui le caractérisent depuis quelques années. L’homme, malgré son obsession récurrente pour la nature et la relation qui l’unit à elle n’en est pas moins resté musicalement très lucide, et si ce nouveau chapitre n’offre rien de neuf au regard de sa production passée, il n’en constitue pas moins une belle continuité, et surtout, une nouvelle preuve de l’imagination de Nerrath que rien ne semble pourvoir enrayer. On y retrouve donc tout ce qui a fait l’attrait de Turm Am Hang, sans pour autant que Retrograd ne sombre dans la redite inutile et bavarde, et ces six nouveaux morceaux, intro et interlude compris, ont le charme efficace des réalisations abruptes combinant la force d’un BM épique et implacable, et la douceur d’harmonies pastorales entonnées en chœur processionnel. Difficile donc de résister à cette démonstration de subtilité, qui combine le meilleur de tous les mondes, et qui ne verse jamais dans la cruauté gratuite, ni dans la mièvrerie déplacée. Et la réussite est bien évidemment au rendez-vous, comme le démontre le premier véritable morceau, « Retrograd ».

Situé au gré des références de la toile en convergence des projets WALDGEFLÜSTER, DRUDKH, FALKENBACH, ISENGARD ou KRODA, et amalgamé par son label dans un flot d’allusions évoquant les NOCTERNITY, KAWIR, FRONT BEAST, DISHARMONY, BLOOD TYRANT, RUNESPELL, ITHAQUA, NAUDIZ ou MOONBLOOD, HORN n’en est pas moins une individualité à part entière, ce qu’une longue et riche carrière a prouvé depuis longtemps. Mais cela permet au moins aux néophytes de situer le projet sur une carte artistique, bien que ce Retrograd échappe probablement à toute catégorisation trop précise. En nous subjuguant de folklore païen et d’accès de violence maîtrisée, Nerrath reste fidèle à son éthique, et perfectionne encore plus son approche, nous offrant sur un lit de lierre une petite demi-heure de BM presque progressif dans l’esprit, mais résolument cathartique dans les faits. Les secteurs de jeu sont tous impressionnants de maîtrise, et la production confère à cet EP une patine grandiloquente, tout en respectant l’intimisme de son concept. Conjugaison difficile s’il en est, qui démontre la grande pertinence d’un nouveau volet qui a parfaitement sa place dans la saga de l’allemand, et qui laisse augurer d’un prochain LP s’annonçant aux proportions dantesques. Rythmiques évolutives, guitares en « son de sirène », mais redoutablement affutées et tranchantes, souvent mélodiques, rythmique parfaitement en place, pour une symphonie qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le IRON MAIDEN le plus progressif, spécialement sur le splendide et heurté « Garant ».

Séduction vénéneuse pour affection majeure, Retrograd multiplie les allusions à son glorieux aîné, mais se tourne aussi vers un avenir luxuriant, lorsque résonne un gigantesque « De Einder » posé en clôture/épiphanie. Entame dramatique au chant guttural lyrique, pour une avancée lente et mélancolique, évoquant les MY DYING BRIDE, sans pour autant chatouiller la corde gothique la plus vulgaire, pour arrangements de cordes d’un violon fatigué. La mélodie nous caresse les tympans, alors que la majestuosité ample de la composition déroule son lourd manteau de velours, jusqu’à ce crescendo final laissant de nouveau place à une puissance effective, s’incarnant autour d’un mid tempo appuyé et d’un riff acide. On pense Folk, on pense Doom, on pense Black Metal, mais on pense surtout musique et art, puisque la plénitude atteinte par ce nouvel effort est totale, et révélatrice du caractère individualiste de son auteur. Car si les références affluent à la surface de la mémoire, on a sincèrement du mal à les identifier, et les noms que l’on pourrait citer en exemple deviennent flous, pour laisser la place à celui de HORN, qui n’a besoin d’aucun parallèle pour exister ou asseoir sa crédibilité. Et sans trahir aucunement son inspiration habituelle, Nerrath parvient quand même à dégager de nouvelles pistes pour défricher le terrain, et sans doute aller encore plus loin dans l’année à venir, pour notre plus grand plaisir. Mais sans aller jusqu’à dessiner une projection probable, Retrograd reste un EP qui s’apprécie par lui-même et en tant que tel, et qui se veut tout autant regard sur le passé que déviation vers l’avenir. Une charmante façon de nous rappeler que le Pagan Black peut éviter toute niaiserie harmonique inutile pour se montrer aussi décoiffant qu’une charge classic BM en règle, sans pour autant en adopter le radicalisme. Et c’est un réfractaire à la cause qui vous l’affirme, c’est dire si cet avis est objectif !


Titres de l'album:

  1. Retrograd - Einleitung
  2. Retrograd
  3. Bocksfuß - Einleitung
  4. Bocksfuß
  5. Garant
  6. De Einder

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/03/2018 à 14:03
85 %    142

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !