C’est par une courte intro folk et champêtre que nous entrons de plain-pied dans l’univers sans cesse renouvelé de HORN, le one-man-project du multi-instrumentiste et compositeur Nerrath. Pour ceux n’étant pas encore familiers avec l’univers du créatif allemand, sachez qu’il se montre assez productif, puisque ce dernier né en courte durée fait suite à une série consécutive de sept albums studios, de Jahreszeiten en 2005, encore assez empreint de mélodies païennes et de folklore bucolique, au plus nuancé Turm Am Hang, publié l’année dernière, et qui se posait en synthèse d’un parcours personnel impeccable. Car après avoir traversé quelques zones de turbulences le rapprochant d’un BM plus aride, le musicien de Paderborn a petit à petit évolué vers une musique beaucoup plus complexe que le Pagan Black habituel, refusant de fait ces « gentilles mélodies Viking » qui le caractérisent depuis quelques années. L’homme, malgré son obsession récurrente pour la nature et la relation qui l’unit à elle n’en est pas moins resté musicalement très lucide, et si ce nouveau chapitre n’offre rien de neuf au regard de sa production passée, il n’en constitue pas moins une belle continuité, et surtout, une nouvelle preuve de l’imagination de Nerrath que rien ne semble pourvoir enrayer. On y retrouve donc tout ce qui a fait l’attrait de Turm Am Hang, sans pour autant que Retrograd ne sombre dans la redite inutile et bavarde, et ces six nouveaux morceaux, intro et interlude compris, ont le charme efficace des réalisations abruptes combinant la force d’un BM épique et implacable, et la douceur d’harmonies pastorales entonnées en chœur processionnel. Difficile donc de résister à cette démonstration de subtilité, qui combine le meilleur de tous les mondes, et qui ne verse jamais dans la cruauté gratuite, ni dans la mièvrerie déplacée. Et la réussite est bien évidemment au rendez-vous, comme le démontre le premier véritable morceau, « Retrograd ».

Situé au gré des références de la toile en convergence des projets WALDGEFLÜSTER, DRUDKH, FALKENBACH, ISENGARD ou KRODA, et amalgamé par son label dans un flot d’allusions évoquant les NOCTERNITY, KAWIR, FRONT BEAST, DISHARMONY, BLOOD TYRANT, RUNESPELL, ITHAQUA, NAUDIZ ou MOONBLOOD, HORN n’en est pas moins une individualité à part entière, ce qu’une longue et riche carrière a prouvé depuis longtemps. Mais cela permet au moins aux néophytes de situer le projet sur une carte artistique, bien que ce Retrograd échappe probablement à toute catégorisation trop précise. En nous subjuguant de folklore païen et d’accès de violence maîtrisée, Nerrath reste fidèle à son éthique, et perfectionne encore plus son approche, nous offrant sur un lit de lierre une petite demi-heure de BM presque progressif dans l’esprit, mais résolument cathartique dans les faits. Les secteurs de jeu sont tous impressionnants de maîtrise, et la production confère à cet EP une patine grandiloquente, tout en respectant l’intimisme de son concept. Conjugaison difficile s’il en est, qui démontre la grande pertinence d’un nouveau volet qui a parfaitement sa place dans la saga de l’allemand, et qui laisse augurer d’un prochain LP s’annonçant aux proportions dantesques. Rythmiques évolutives, guitares en « son de sirène », mais redoutablement affutées et tranchantes, souvent mélodiques, rythmique parfaitement en place, pour une symphonie qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le IRON MAIDEN le plus progressif, spécialement sur le splendide et heurté « Garant ».

Séduction vénéneuse pour affection majeure, Retrograd multiplie les allusions à son glorieux aîné, mais se tourne aussi vers un avenir luxuriant, lorsque résonne un gigantesque « De Einder » posé en clôture/épiphanie. Entame dramatique au chant guttural lyrique, pour une avancée lente et mélancolique, évoquant les MY DYING BRIDE, sans pour autant chatouiller la corde gothique la plus vulgaire, pour arrangements de cordes d’un violon fatigué. La mélodie nous caresse les tympans, alors que la majestuosité ample de la composition déroule son lourd manteau de velours, jusqu’à ce crescendo final laissant de nouveau place à une puissance effective, s’incarnant autour d’un mid tempo appuyé et d’un riff acide. On pense Folk, on pense Doom, on pense Black Metal, mais on pense surtout musique et art, puisque la plénitude atteinte par ce nouvel effort est totale, et révélatrice du caractère individualiste de son auteur. Car si les références affluent à la surface de la mémoire, on a sincèrement du mal à les identifier, et les noms que l’on pourrait citer en exemple deviennent flous, pour laisser la place à celui de HORN, qui n’a besoin d’aucun parallèle pour exister ou asseoir sa crédibilité. Et sans trahir aucunement son inspiration habituelle, Nerrath parvient quand même à dégager de nouvelles pistes pour défricher le terrain, et sans doute aller encore plus loin dans l’année à venir, pour notre plus grand plaisir. Mais sans aller jusqu’à dessiner une projection probable, Retrograd reste un EP qui s’apprécie par lui-même et en tant que tel, et qui se veut tout autant regard sur le passé que déviation vers l’avenir. Une charmante façon de nous rappeler que le Pagan Black peut éviter toute niaiserie harmonique inutile pour se montrer aussi décoiffant qu’une charge classic BM en règle, sans pour autant en adopter le radicalisme. Et c’est un réfractaire à la cause qui vous l’affirme, c’est dire si cet avis est objectif !


Titres de l'album:

  1. Retrograd - Einleitung
  2. Retrograd
  3. Bocksfuß - Einleitung
  4. Bocksfuß
  5. Garant
  6. De Einder

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/03/2018 à 14:03
85 %    117

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !