C’est par une courte intro folk et champêtre que nous entrons de plain-pied dans l’univers sans cesse renouvelé de HORN, le one-man-project du multi-instrumentiste et compositeur Nerrath. Pour ceux n’étant pas encore familiers avec l’univers du créatif allemand, sachez qu’il se montre assez productif, puisque ce dernier né en courte durée fait suite à une série consécutive de sept albums studios, de Jahreszeiten en 2005, encore assez empreint de mélodies païennes et de folklore bucolique, au plus nuancé Turm Am Hang, publié l’année dernière, et qui se posait en synthèse d’un parcours personnel impeccable. Car après avoir traversé quelques zones de turbulences le rapprochant d’un BM plus aride, le musicien de Paderborn a petit à petit évolué vers une musique beaucoup plus complexe que le Pagan Black habituel, refusant de fait ces « gentilles mélodies Viking » qui le caractérisent depuis quelques années. L’homme, malgré son obsession récurrente pour la nature et la relation qui l’unit à elle n’en est pas moins resté musicalement très lucide, et si ce nouveau chapitre n’offre rien de neuf au regard de sa production passée, il n’en constitue pas moins une belle continuité, et surtout, une nouvelle preuve de l’imagination de Nerrath que rien ne semble pourvoir enrayer. On y retrouve donc tout ce qui a fait l’attrait de Turm Am Hang, sans pour autant que Retrograd ne sombre dans la redite inutile et bavarde, et ces six nouveaux morceaux, intro et interlude compris, ont le charme efficace des réalisations abruptes combinant la force d’un BM épique et implacable, et la douceur d’harmonies pastorales entonnées en chœur processionnel. Difficile donc de résister à cette démonstration de subtilité, qui combine le meilleur de tous les mondes, et qui ne verse jamais dans la cruauté gratuite, ni dans la mièvrerie déplacée. Et la réussite est bien évidemment au rendez-vous, comme le démontre le premier véritable morceau, « Retrograd ».

Situé au gré des références de la toile en convergence des projets WALDGEFLÜSTER, DRUDKH, FALKENBACH, ISENGARD ou KRODA, et amalgamé par son label dans un flot d’allusions évoquant les NOCTERNITY, KAWIR, FRONT BEAST, DISHARMONY, BLOOD TYRANT, RUNESPELL, ITHAQUA, NAUDIZ ou MOONBLOOD, HORN n’en est pas moins une individualité à part entière, ce qu’une longue et riche carrière a prouvé depuis longtemps. Mais cela permet au moins aux néophytes de situer le projet sur une carte artistique, bien que ce Retrograd échappe probablement à toute catégorisation trop précise. En nous subjuguant de folklore païen et d’accès de violence maîtrisée, Nerrath reste fidèle à son éthique, et perfectionne encore plus son approche, nous offrant sur un lit de lierre une petite demi-heure de BM presque progressif dans l’esprit, mais résolument cathartique dans les faits. Les secteurs de jeu sont tous impressionnants de maîtrise, et la production confère à cet EP une patine grandiloquente, tout en respectant l’intimisme de son concept. Conjugaison difficile s’il en est, qui démontre la grande pertinence d’un nouveau volet qui a parfaitement sa place dans la saga de l’allemand, et qui laisse augurer d’un prochain LP s’annonçant aux proportions dantesques. Rythmiques évolutives, guitares en « son de sirène », mais redoutablement affutées et tranchantes, souvent mélodiques, rythmique parfaitement en place, pour une symphonie qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le IRON MAIDEN le plus progressif, spécialement sur le splendide et heurté « Garant ».

Séduction vénéneuse pour affection majeure, Retrograd multiplie les allusions à son glorieux aîné, mais se tourne aussi vers un avenir luxuriant, lorsque résonne un gigantesque « De Einder » posé en clôture/épiphanie. Entame dramatique au chant guttural lyrique, pour une avancée lente et mélancolique, évoquant les MY DYING BRIDE, sans pour autant chatouiller la corde gothique la plus vulgaire, pour arrangements de cordes d’un violon fatigué. La mélodie nous caresse les tympans, alors que la majestuosité ample de la composition déroule son lourd manteau de velours, jusqu’à ce crescendo final laissant de nouveau place à une puissance effective, s’incarnant autour d’un mid tempo appuyé et d’un riff acide. On pense Folk, on pense Doom, on pense Black Metal, mais on pense surtout musique et art, puisque la plénitude atteinte par ce nouvel effort est totale, et révélatrice du caractère individualiste de son auteur. Car si les références affluent à la surface de la mémoire, on a sincèrement du mal à les identifier, et les noms que l’on pourrait citer en exemple deviennent flous, pour laisser la place à celui de HORN, qui n’a besoin d’aucun parallèle pour exister ou asseoir sa crédibilité. Et sans trahir aucunement son inspiration habituelle, Nerrath parvient quand même à dégager de nouvelles pistes pour défricher le terrain, et sans doute aller encore plus loin dans l’année à venir, pour notre plus grand plaisir. Mais sans aller jusqu’à dessiner une projection probable, Retrograd reste un EP qui s’apprécie par lui-même et en tant que tel, et qui se veut tout autant regard sur le passé que déviation vers l’avenir. Une charmante façon de nous rappeler que le Pagan Black peut éviter toute niaiserie harmonique inutile pour se montrer aussi décoiffant qu’une charge classic BM en règle, sans pour autant en adopter le radicalisme. Et c’est un réfractaire à la cause qui vous l’affirme, c’est dire si cet avis est objectif !


Titres de l'album:

  1. Retrograd - Einleitung
  2. Retrograd
  3. Bocksfuß - Einleitung
  4. Bocksfuß
  5. Garant
  6. De Einder

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/03/2018 à 14:03
85 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)