C’est par une courte intro folk et champêtre que nous entrons de plain-pied dans l’univers sans cesse renouvelé de HORN, le one-man-project du multi-instrumentiste et compositeur Nerrath. Pour ceux n’étant pas encore familiers avec l’univers du créatif allemand, sachez qu’il se montre assez productif, puisque ce dernier né en courte durée fait suite à une série consécutive de sept albums studios, de Jahreszeiten en 2005, encore assez empreint de mélodies païennes et de folklore bucolique, au plus nuancé Turm Am Hang, publié l’année dernière, et qui se posait en synthèse d’un parcours personnel impeccable. Car après avoir traversé quelques zones de turbulences le rapprochant d’un BM plus aride, le musicien de Paderborn a petit à petit évolué vers une musique beaucoup plus complexe que le Pagan Black habituel, refusant de fait ces « gentilles mélodies Viking » qui le caractérisent depuis quelques années. L’homme, malgré son obsession récurrente pour la nature et la relation qui l’unit à elle n’en est pas moins resté musicalement très lucide, et si ce nouveau chapitre n’offre rien de neuf au regard de sa production passée, il n’en constitue pas moins une belle continuité, et surtout, une nouvelle preuve de l’imagination de Nerrath que rien ne semble pourvoir enrayer. On y retrouve donc tout ce qui a fait l’attrait de Turm Am Hang, sans pour autant que Retrograd ne sombre dans la redite inutile et bavarde, et ces six nouveaux morceaux, intro et interlude compris, ont le charme efficace des réalisations abruptes combinant la force d’un BM épique et implacable, et la douceur d’harmonies pastorales entonnées en chœur processionnel. Difficile donc de résister à cette démonstration de subtilité, qui combine le meilleur de tous les mondes, et qui ne verse jamais dans la cruauté gratuite, ni dans la mièvrerie déplacée. Et la réussite est bien évidemment au rendez-vous, comme le démontre le premier véritable morceau, « Retrograd ».

Situé au gré des références de la toile en convergence des projets WALDGEFLÜSTER, DRUDKH, FALKENBACH, ISENGARD ou KRODA, et amalgamé par son label dans un flot d’allusions évoquant les NOCTERNITY, KAWIR, FRONT BEAST, DISHARMONY, BLOOD TYRANT, RUNESPELL, ITHAQUA, NAUDIZ ou MOONBLOOD, HORN n’en est pas moins une individualité à part entière, ce qu’une longue et riche carrière a prouvé depuis longtemps. Mais cela permet au moins aux néophytes de situer le projet sur une carte artistique, bien que ce Retrograd échappe probablement à toute catégorisation trop précise. En nous subjuguant de folklore païen et d’accès de violence maîtrisée, Nerrath reste fidèle à son éthique, et perfectionne encore plus son approche, nous offrant sur un lit de lierre une petite demi-heure de BM presque progressif dans l’esprit, mais résolument cathartique dans les faits. Les secteurs de jeu sont tous impressionnants de maîtrise, et la production confère à cet EP une patine grandiloquente, tout en respectant l’intimisme de son concept. Conjugaison difficile s’il en est, qui démontre la grande pertinence d’un nouveau volet qui a parfaitement sa place dans la saga de l’allemand, et qui laisse augurer d’un prochain LP s’annonçant aux proportions dantesques. Rythmiques évolutives, guitares en « son de sirène », mais redoutablement affutées et tranchantes, souvent mélodiques, rythmique parfaitement en place, pour une symphonie qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le IRON MAIDEN le plus progressif, spécialement sur le splendide et heurté « Garant ».

Séduction vénéneuse pour affection majeure, Retrograd multiplie les allusions à son glorieux aîné, mais se tourne aussi vers un avenir luxuriant, lorsque résonne un gigantesque « De Einder » posé en clôture/épiphanie. Entame dramatique au chant guttural lyrique, pour une avancée lente et mélancolique, évoquant les MY DYING BRIDE, sans pour autant chatouiller la corde gothique la plus vulgaire, pour arrangements de cordes d’un violon fatigué. La mélodie nous caresse les tympans, alors que la majestuosité ample de la composition déroule son lourd manteau de velours, jusqu’à ce crescendo final laissant de nouveau place à une puissance effective, s’incarnant autour d’un mid tempo appuyé et d’un riff acide. On pense Folk, on pense Doom, on pense Black Metal, mais on pense surtout musique et art, puisque la plénitude atteinte par ce nouvel effort est totale, et révélatrice du caractère individualiste de son auteur. Car si les références affluent à la surface de la mémoire, on a sincèrement du mal à les identifier, et les noms que l’on pourrait citer en exemple deviennent flous, pour laisser la place à celui de HORN, qui n’a besoin d’aucun parallèle pour exister ou asseoir sa crédibilité. Et sans trahir aucunement son inspiration habituelle, Nerrath parvient quand même à dégager de nouvelles pistes pour défricher le terrain, et sans doute aller encore plus loin dans l’année à venir, pour notre plus grand plaisir. Mais sans aller jusqu’à dessiner une projection probable, Retrograd reste un EP qui s’apprécie par lui-même et en tant que tel, et qui se veut tout autant regard sur le passé que déviation vers l’avenir. Une charmante façon de nous rappeler que le Pagan Black peut éviter toute niaiserie harmonique inutile pour se montrer aussi décoiffant qu’une charge classic BM en règle, sans pour autant en adopter le radicalisme. Et c’est un réfractaire à la cause qui vous l’affirme, c’est dire si cet avis est objectif !


Titres de l'album:

  1. Retrograd - Einleitung
  2. Retrograd
  3. Bocksfuß - Einleitung
  4. Bocksfuß
  5. Garant
  6. De Einder

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/03/2018 à 14:03
85 %    172

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent