Thorax Hallways

Gorlock

31/10/2019

Autoproduction

Quand on choisit ses albums de façon aléatoire, en fonction d’une inclinaison passagère ou de la séduction graphique d’une pochette plus aguicheuse que les autres, on prend le risque de se retrouver à écouter n’importe quoi. C’est une attitude qu’il faut assumer, mais qui entraîne parfois des découvertes sinon fondamentales, du moins intéressantes. Et c’est en regardant la cover du dernier LP des américains de GORLOCK que je me suis décidé à leur laisser une chance et leur offrir une tribune. Je l’avoue, je ne connaissais rien d’eux avant d’écouter leur musique sur ce troisième longue-durée, qui mérite parfaitement cette appellation. Constatant assez rapidement que le trio avait à ce point bourré les sillons numériques de son œuvre au point de lui faire atteindre la durée plus qu’excessive d’une heure et quarante minutes, je me posais alors cette question avant d’en avoir entendu la moindre note. Etait-ce bien utile de nous inonder de quatre-vingt-dix-neuf minutes de sons tournoyants pour faire passer leur message, déjà bien exposé sur les deux LP précédents ? Car l’approche de GORLOCK n’est pas des plus faciles d’accès, et leur style n’est pas des plus simples à définir. Si les auteurs se rangent dans la catégorie vaste et floue de l’Horror Metal, et si The Metal Archives se contente de les caser dans un créneau Black/Death, la réalité est plus complexe que les étiquettes. Tout au plus pouvons-nous affirmer que le trio US produit une musique étrange, parfois envoutante, souvent répétitive, presque en forme de mantra ou de Drone, une musique qui refuse toute contrainte ou contexte restrictif, et qui s’appréhende plus en forme de tout que de parties. Un rapide coup d’œil à la bio du groupe suffit à comprendre qu’ils ne sont pas adeptes de la concision et de la synthèse. Chacun de leur chapitre est long, très long, et Thorax Hallways se pose même en acmé de cette philosophie, avec ses treize titres dont deux dépassent les dix minutes, deux autres les neufs, le reste s’étalant entre cinq et huit, histoire de bien boucher les trous…Mais en définitive, tout ceci est-il utile ? Créatif ? Convaincant ? Pas totalement, même si l’ensemble à des airs de messe noire célébrée du plus profond des enfers.

Inutile de jouer les comparaisons, même si certains aspects de cette musique évoquent une sorte de Black atmosphérique, de Dark Ambient compressé, voire les deux à la fois lorsque les paramètres s’alignent parfaitement. Cette convergence ne se manifeste que par épisodes, notamment sur le pénétrant et mystique « Left in Years », qui se libère enfin du carcan bruitiste et grondant de quelques mélodies de chant bienvenues. Formé par les frères Adam et Eric Moore en 2006, GORLOCK est devenue une entité encore plus étrange dès l’adjonction de Buer aux textes et au chant. Depuis, le trio n’a eu de cesse de prôner un minimalisme créatif paradoxalement incarné par une densité temporelle, qui propose au public une idée fixe ou très peu modulable étirée à l’infinie. On pense à d’autres groupes du cru, qu’il est inutile de nommer, et qui eux aussi ont tenté de repousser les limites de l’abstraction, mais on se demande parfois si toute la problématique n’aurait pas pu être quelque peu résumée et ramenée à des proportions plus modestes. Car en effet, malgré les atmosphères travaillées, malgré l’envie d’utiliser le temps comme facteur de pression, la tactique ne marche que par intermittence, la plupart des morceaux étant beaucoup trop longs par eux-mêmes, et de facto, encore plus longs une fois assemblés et collés les uns aux autres. Individuellement, certains segments ne manquent pas de charme. La superposition de textures graves et ambiantes et d’un chant éthéré sortant de nulle part est plutôt une bonne idée, même si peu pérenne sur la distance. Thorax Hallways finalement, a de faux airs d’expérience ultime, de disque que l’on met en arrière-plan pour instaurer un climat de paranoïa et d’oppression, mais pas d’album stricto sensu dont chaque chanson peut s’apprécier individuellement. On songe parfois à un mélange d’ABRUPTUM et ENCOFFINATION, avec des strates d’arrangements atmosphériques à la ARCTURUS, mais on se demande sincèrement où veut en venir le groupe en étirant déraisonnablement ses titres au point de les rendre irritants et pénibles. Même les collaborations avec des participants extérieurs ne garantissent pas une ouverture de fond, sauf en termes d’exagération, ce que démontre le caverneux « The Roots of Woe », au-delà de la limite d’un Raw-Black extrême. Sauf que huit minutes pour laisser expirer le même riff dans un linceul de mélodies désincarnées d’arrière-plan n’est pas le meilleur moyen de convaincre les profanes du caractère artistique du concept. Mais cet aspect Black underground nuancé d’harmonies d’outre-tombe est certainement plus séduisant que les longues litanies inamovibles qui constellent ce troisième longue-durée, et qui sont beaucoup trop linéaires et interchangeables pour vraiment séduire…

On trouve sur Thorax Hallways des implications plus dodues, puisque le beau Phil Anselmo vient prêter main forte sur le titre « Lurking Birds Were Sparse, But Sored », l’un des plus intéressants du lot. Sortant un peu de leur zone d’inconfort, les trois musiciens osent enfin s’aventurer plus en avant sur les terres d’un BM âpre et méchamment bourrin, ce qui a le mérite de réveiller notre attention. Difficile alors de ne pas penser à une version encore plus alourdie d’un enfant illégitime entre INCANTATION et ENCOFFINATION, mais cette lourdeur oppressante est de loin le centre d’intérêt d’un album qui a la fâcheuse tendance à répéter les mêmes réflexes à outrance. Sauf qu’une fois passé ce morceau plus vif que les autres, il vous faudra encore encaisser une demi-heure de musique, demi-heure comblée par dix minutes d’Ambient vraiment glauque (« Beyond All Darkness », mais il y a de la beauté dans la laideur obscure), de lenteur processionnelle poussée à son paroxysme (« Ritual Ash », une redite sympathique au demeurant), et de treize minutes de conclusion cryptiques, multipliant les bourdonnements, les cassures atmosphériques, les chœurs sentencieux, pour un mantra infernal pas forcément susceptible de vous faire accéder à un stade de compréhension supérieur. Trop long, trop répétitif, ce troisième album des américains de GORLOCK est plus à prendre comme une curiosité pour amateurs d’extrême se voulant arty et glauque, ou comme une expérience qui aurait pu être fascinante en étant subtilement resserrée.                

                          

Titres de l’album :

                         01. Magister Dimensions

                         02. Withering Lines

                         03. Red August for Touch

                         04. Beyond the Hexagram Body

                         05. Nightmares a River of Cancer

                         06. Without Form in Color (Featuring Skidgore)

                         07. Left in Years

                         08. Funerals in Sound

                         09. The Roots of Woe (Featuring Zodiac)

                         10. Lurking Birds Were Sparse, But Sored (Featuring Philip Anselmo)

                         11. Beyond All Darkness

                         12. Ritual Ash

                         13. Throax Hallways

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/01/2022 à 15:20
50 %    60

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Oui, cela doit avoir un lien avec ce retour de Dark Angel qui semble, cette fois, plus concret que la première tentative... Prions, dans l'attente de la Résurrection...Je n'avais pas réalisé qu'il était resté si longtemps dans Testam(...)

25/01/2022, 00:41

Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01