Euroshima

Kotok

07/02/2021

Kotoxik Records

Les one-mand-band se multiplient dans le Thrash, alors même que la configuration en solo était plutôt réservée aux musiciens évoluant dans le Black Metal. Et à l’instar du suédois prolifique Anders Lindberg et son vecteur d’expression GASLARM, c’est aujourd’hui au tour de la Finlande de nous présenter l’un de ses artistes, qui lui aussi a préféré l’optique misanthropique pour donner corps à sa vision artistique. J’ai donc le plaisir de vous présenter Joonas Koto, que certains d’entre vous connaissent bien pour avoir suivi le parcours de TO/DIE/FOR, l’un de ses groupes emblématiques. Guitariste du combo depuis 1999, le musicien a donc largement eu le temps de roder son expérience pour proposer des choses personnelles, mais on le retrouve aussi au casting des MALPRACTICE, ensemble de Metal Progressif, ce qui prouve que ce cher Joonas n’a pas sa guitare dans sa poche ni son éclectisme coincé dans le placard des idées. Et aujourd’hui, c’est sous son propre chef qu’il publie le premier longue-durée de son nouveau concept Thrash KOTOK, qui achève de démontrer l’ouverture d’esprit de cet homme pluridisciplinaire et doué, qui n’hésite pas à s’attaquer en 2021 au patrimoine européen de la violence modérée.

Avouons immédiatement que KOTOK incarne un exutoire sympathique pour le finlandais, qui n’a d’autre prétention que de se faire plaisir, et de NOUS faire plaisir. C’est ainsi qu’il montre une autre facette de son talent via ce médium très influencé par la Bay Area des pionniers, plus que par la violence en vogue outre-Rhin ans les années 80. Excellent guitariste, et compositeur capable, Joonas n’a donc pas cédé à la bestialité, et reste dans une lignée de maîtrise totale de son sujet, même si Euroshima n’apportera pas grand-chose à la cause nostalgique de son formalisme et de sa production légèrement déficiente.

Très conscient des impératifs d’un style qu’il n’a approché que de loin, Joonas a donc joué la sécurité, et propose une digression assez séduisante sur les thèmes autrefois abordés par EXODUS, MEGADETH et autres références intemporelles. Et dès l’entame franche de « Flow Irreversible », les éléments sont tous en place, malgré une intro précise pour le moins originale. Mais qui dit modération de la méchanceté ne dit pas absence de vélocité. Et c’est donc un tempo très rapide qui nous cueille à froid, soutenu par une dissonance de riffs assez appréciable. Le timbre de voix éraillé du maître de cérémonie propose une alternative viable aux modulations de Steve Souza et David Wayne, sans que le chanteur d’occasion ne s’envole dans les aigus. Pour l’occasion, le finlandais a évidemment tout pris en charge, de la composition à l’écriture, en passant par l’interprétation. Outre sa fidèle guitare, Joonas a donc manié la basse, mais aussi la programmation rythmique, en sus des textes et de la musique. C’est donc un travail complet que l’artiste nous offre, et qui souffre évidemment des mêmes travers que nombre d’œuvres proposées par des hommes seuls.

Si les morceaux se montrent solides, si les riffs sont convaincants, si les soli sont évidemment très performants et mélodiques (dans l’optique d’un TESTAMENT), et si le chant est adapté au propos, la programmation souffre d’un son trop synthétique qui confère un aspect un peu plastique à l’ensemble, comme une démo enregistrée en solitaire pour dénicher un contrat de distribution et de production. Mais à travers KOTOK, Joonas fait preuve de sincérité, et de véritable amour d’un genre qu’il respecte au point d’en recycler les codes avec flair. On sent que l‘homme à la culture de son sujet, et qu’il ne se contente pas d’aligner les plans éculés pour faire genre. Il fait partie de la famille, ce qu’on comprend en égrenant le tracklisting, et si le fond est plus conséquent en mid tempo qu’en montant dans les BPM, le tout dégage un parfum de franchise assez agréable.

Ainsi, « Submission » aurait pu en son temps être adopté par LAAZ ROCKIT ou EXODUS, tandis que le rouleau-compresseur de « Hategrown » rappelle le KREATOR des années 2000, le sens de l’expérimentation en moins. Assez prolixe, le musicien n’hésite pas à développer son propos et à proposer des inserts conséquents, qui ne manquent pas d’idées. Ainsi, « Screams » s’étale sur plus de six minutes sans souffrir de baisse de régime, tandis que « The Stance » en appelle au ressenti le plus Metal pour nous persuader de son bien-fondé. Ce qu’on retient, outre l’enthousiasme ambiant, c’est cette facilité qu’a Joonas à pondre des licks très crédibles, et à se fondre dans la peau d’un thrasheur dans avoir besoin d‘un costume jean/basket acheté dans une friperie californienne. Le tout est évidemment aussi léger qu’un plaisir occasionnel, mais fait du bien de ses saccades, et nous retiendrons plus particulièrement les parties de guitare très soignées, qui pourraient en remontrer à bien des ouvriers capés de l’industrie Thrash mondiale actuelle.

Entrainant comme du ANNIHILATOR décomplexé et en week-end (« Justice After All »), complet et dense lorsque vient le moment de tirer sa révérence (« Euroshima »), ce premier et peut-être unique album du concept solitaire KOTOK est donc un plaisir fugace qu’on écoute sans apriori ni attente particulière.         

       

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Flow Irreversible

02. Submission          

03. Hategrown

04. Screams   

05. Fuel for War        

06. The Stance           

07. Justice After All  

08. Euroshima


Facebook officiel


par mortne2001 le 18/05/2022 à 14:25
70 %    58

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32