A force de se coltiner des trucs toujours plus excentriques et de subir la vague nostalgique de plein fouet, on finit par en oublier deux ou trois infos en route. Tiens, à titre d’exemple pas du tout gratuit, la Fusion, quelqu’un s’en rappelle encore ? Mais si, vous savez, ce crossover très malin entre Rock, Metal, Funk, voire Pop qui avait méchamment bien distrait la charnière 80’s/90’s via les RED HOT, les LIVING COLOUR, SCATTERBRAIN ou même les DAN REED NETWORK, vous n’avez pas oublié quand même ? On en avait même des versions plus mainstream dans le genre EXTREME histoire de faire craquer les charts…Mais il faut avouer que depuis l’émergence de la mouvance old-school, on avait un peu laissé le genre se mourir de sa belle mort, ou se transformer en une créature hybride et loufoque plus avide de prouesses nonsensiques que d’un amour du groove qui en représentait quand même l’essence principale. Alors, un petit flashback vous intéresserait-il ? Remarquez, je vous pose la question mais ne vous laisse pas le choix de la réponse, puisqu’en traitant du cas éminemment obscur des THE MOOD GROOVE, j’oriente votre décision à dessein. Mais faites-moi confiance, avec ces mecs-là, vous n’allez pas perdre votre temps…Fondé par le duo Ed Balldinger (Chant, guitare) et JK Northrup (guitares, claviers), ce groupe s’est vite étoffé d’une section rythmique ad hoc, composée de Glenn Hicks à la batterie et de Larry Hart à la basse, et nous offre aujourd’hui via le label anglais Escape Music un album débordant de stupre Funk et dégoulinant de désir Rock. Et si la pochette nous ramène délicatement aux années peace & love, ne pensez pas pour autant que ces lascars se croient revenus à la bonne époque du flower-power. Car même s’ils effeuillent la marguerite de la pluralité musicale, ils n’en sont pas pour autant de gentils babas barbus avides de contemplation musicale et de méditation transcendantale.

La pluralité, tel est le moteur principal d’un groupe et d’un album éponyme qui jouent la variété, mais aussi la qualité. Il faut dire que si leurs noms vous semblent inconnus, leur personnalité et leur talent ne le sont pas vraiment. En prenant le cas éminent de JK Northrup, on retrouve sur son CV les empreintes de Paul Shortino, des XYZ, de KING KOBRA et de dizaines d’autres intervenants consacrés, dont il a croisé le chemin et le fer au cours des longues années de sa carrière. Vous pouvez donc compter sur lui pour bourrer ce LP de guitares évolutives, aux motifs mouvants et collants, qui propulsent donc des chansons hétéroclites dans des univers parallèles pas vraiment bien balisés. On pense même parfois à une version vraiment chafouine des travaux les plus accessibles de MÖRGLBL, trempés dans l’acide de la culture ricaine des nineties, bien qu’aucune époque ne puisse servir d’accroche temporelle au projet. Mais foin de tels arguments, puisque la musique parle d’elle-même, en puisant dans le labyrinthe de sa propre schizophrénie de quoi survivre à la routine ambiante. N’hésitant jamais à se servir de toutes les armes à leur disposition, les THE MOOD GROOVE piochent dans le Rock, le Funk, mais aussi le Blues, et tentent même quelques percées dadaïstes en convoquant l’esprit de Zappa aux agapes de son propre fils, histoire de faire le lien entre différentes couches de passé. Et ce qui passe très vite en leur compagnie, c’est justement le temps, puisqu’en à peine quarante minutes, les quatre acolytes couvrent un maximum de terrain, s’essayant même à quelques dérives psychédéliques de fort bon aloi (« Launching Pad »).

Ce qui ne les empêche nullement de s’aventurer en terre Pop planante à l’occasion du très mélodique et ludique « Moon Calling Sun » qui évoque tout autant les RUSH que DAN REED NETWORK, ou de sombrer dans des délires syntaxiques agrémentés de samples dignes de l’époque glorieuse des DE LA SOUL (« I’m A Pharmacist »). Ed Balldinger en profite pour prouver ses talents d’auteur, puisque ses textes et ses mots se hissent à la hauteur d’un univers musical qu’il épouse comme une cause de liberté à défendre. Mais pour les non-anglophones, ce sera évidemment la musique qui parlera en premier lieu, et les tubes s’enchaînent justement, créant une symphonie de douce folie que les années 2000 ont oubliée en route. D’un niveau technique assez bluffant, les quatre musiciens s’en donnent donc à cœur joie, et réconcilient l’esprit de Tom WAITS et l’âme des RED HOT, à l’occasion d’un terriblement suintant « I Just Wanna Sit Down », sorte de Boogie Blues en soixante-douze mesures, aussi trainant qu’un plan drague qui s’éternise, mais aussi gluant que des promesses faites au petit matin encore embrumé de l’alcool ingurgité. Mais tout ça ne serait rien sans une grosse dose de fantaisie colorée, et « We Are The Mushroom Men » d’emprunter à « Give It Away » son thème de basse pour se livrer à une joute verbale/musicale en pleine forêt. Aussi impressionnant que drôle, aussi efficace que souple, The Mood Groove va effectivement caler votre humeur sur celle du groove, en allant déterrer du côté de la Nouvelle-Orléans de quoi ressusciter le cadavre encore frais des MINDFUNK pour le remettre entre les amis du prêtre vaudou LIVING COLOUR.

Pas un seul morceau à mettre de côté, encore moins à jeter, cet album se transforme vite en tour de force, prônant la fête et l’éclectisme musical, le métissage et le passage en revue de toutes les caractéristiques du Rock à tendance Hard moderne. Incantations trépidantes entonnées d’une voix de baryton démoniaque (« Stone Dead Men », rituel faussement Bluesy et sadiquement Soul qui laisse soudain un harmonica nous chatouiller les pieds), artifices et arrangements subtilement électroniques pour une fausse ballade sucrée qui pétille mais défonce (« Disintegrating Gods », ou comment saluer Mike Patton au travers des persiennes de Dweezil Zappa), pour se finir sur un véritable Blues bien méchant, qui dégouline de feeling et qui nous laisse engoncé dans notre fauteuil, exténué, mais ravi d’avoir retrouvé le sens de la fête en chemin. Plus qu’un album, ce témoignage des THE MOOD GROOVE est un manifeste de vie, un geyser de bonne humeur, et plus encore, le plus bel hommage fusionnel à une musique qui souvent, nous manque terriblement. Bouffée d’oxygène dans une époque gangréné par le dioxyde de Carbone de la conformité, The Mood Groove transforme le soleil en lune, et le nord en sud, mais ne nous perd jamais sur le chemin de l’errance. Un disque qui sait ce qu’il veut, et qui le propose sans l’imposer, mais qui séduit sur la durée. Tiens, du coup, je suis de bonne, bonne, bonne humeur ce matin. Y’a des matins comme ça…


Titres de l'album:         

  1. Funk Soul Sister
  2. Launching Pad
  3. Moon Calling Sun
  4. I'm a Pharmacist
  5. I Just Wanna Sit Down
  6. We Are the Mushroom Men
  7. Never Count the Cost
  8. Stone Dead Man
  9. Disintegrating Gods
  10. Leaning Too Far In

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2018 à 17:35
88 %    354

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.