A force de se coltiner des trucs toujours plus excentriques et de subir la vague nostalgique de plein fouet, on finit par en oublier deux ou trois infos en route. Tiens, à titre d’exemple pas du tout gratuit, la Fusion, quelqu’un s’en rappelle encore ? Mais si, vous savez, ce crossover très malin entre Rock, Metal, Funk, voire Pop qui avait méchamment bien distrait la charnière 80’s/90’s via les RED HOT, les LIVING COLOUR, SCATTERBRAIN ou même les DAN REED NETWORK, vous n’avez pas oublié quand même ? On en avait même des versions plus mainstream dans le genre EXTREME histoire de faire craquer les charts…Mais il faut avouer que depuis l’émergence de la mouvance old-school, on avait un peu laissé le genre se mourir de sa belle mort, ou se transformer en une créature hybride et loufoque plus avide de prouesses nonsensiques que d’un amour du groove qui en représentait quand même l’essence principale. Alors, un petit flashback vous intéresserait-il ? Remarquez, je vous pose la question mais ne vous laisse pas le choix de la réponse, puisqu’en traitant du cas éminemment obscur des THE MOOD GROOVE, j’oriente votre décision à dessein. Mais faites-moi confiance, avec ces mecs-là, vous n’allez pas perdre votre temps…Fondé par le duo Ed Balldinger (Chant, guitare) et JK Northrup (guitares, claviers), ce groupe s’est vite étoffé d’une section rythmique ad hoc, composée de Glenn Hicks à la batterie et de Larry Hart à la basse, et nous offre aujourd’hui via le label anglais Escape Music un album débordant de stupre Funk et dégoulinant de désir Rock. Et si la pochette nous ramène délicatement aux années peace & love, ne pensez pas pour autant que ces lascars se croient revenus à la bonne époque du flower-power. Car même s’ils effeuillent la marguerite de la pluralité musicale, ils n’en sont pas pour autant de gentils babas barbus avides de contemplation musicale et de méditation transcendantale.

La pluralité, tel est le moteur principal d’un groupe et d’un album éponyme qui jouent la variété, mais aussi la qualité. Il faut dire que si leurs noms vous semblent inconnus, leur personnalité et leur talent ne le sont pas vraiment. En prenant le cas éminent de JK Northrup, on retrouve sur son CV les empreintes de Paul Shortino, des XYZ, de KING KOBRA et de dizaines d’autres intervenants consacrés, dont il a croisé le chemin et le fer au cours des longues années de sa carrière. Vous pouvez donc compter sur lui pour bourrer ce LP de guitares évolutives, aux motifs mouvants et collants, qui propulsent donc des chansons hétéroclites dans des univers parallèles pas vraiment bien balisés. On pense même parfois à une version vraiment chafouine des travaux les plus accessibles de MÖRGLBL, trempés dans l’acide de la culture ricaine des nineties, bien qu’aucune époque ne puisse servir d’accroche temporelle au projet. Mais foin de tels arguments, puisque la musique parle d’elle-même, en puisant dans le labyrinthe de sa propre schizophrénie de quoi survivre à la routine ambiante. N’hésitant jamais à se servir de toutes les armes à leur disposition, les THE MOOD GROOVE piochent dans le Rock, le Funk, mais aussi le Blues, et tentent même quelques percées dadaïstes en convoquant l’esprit de Zappa aux agapes de son propre fils, histoire de faire le lien entre différentes couches de passé. Et ce qui passe très vite en leur compagnie, c’est justement le temps, puisqu’en à peine quarante minutes, les quatre acolytes couvrent un maximum de terrain, s’essayant même à quelques dérives psychédéliques de fort bon aloi (« Launching Pad »).

Ce qui ne les empêche nullement de s’aventurer en terre Pop planante à l’occasion du très mélodique et ludique « Moon Calling Sun » qui évoque tout autant les RUSH que DAN REED NETWORK, ou de sombrer dans des délires syntaxiques agrémentés de samples dignes de l’époque glorieuse des DE LA SOUL (« I’m A Pharmacist »). Ed Balldinger en profite pour prouver ses talents d’auteur, puisque ses textes et ses mots se hissent à la hauteur d’un univers musical qu’il épouse comme une cause de liberté à défendre. Mais pour les non-anglophones, ce sera évidemment la musique qui parlera en premier lieu, et les tubes s’enchaînent justement, créant une symphonie de douce folie que les années 2000 ont oubliée en route. D’un niveau technique assez bluffant, les quatre musiciens s’en donnent donc à cœur joie, et réconcilient l’esprit de Tom WAITS et l’âme des RED HOT, à l’occasion d’un terriblement suintant « I Just Wanna Sit Down », sorte de Boogie Blues en soixante-douze mesures, aussi trainant qu’un plan drague qui s’éternise, mais aussi gluant que des promesses faites au petit matin encore embrumé de l’alcool ingurgité. Mais tout ça ne serait rien sans une grosse dose de fantaisie colorée, et « We Are The Mushroom Men » d’emprunter à « Give It Away » son thème de basse pour se livrer à une joute verbale/musicale en pleine forêt. Aussi impressionnant que drôle, aussi efficace que souple, The Mood Groove va effectivement caler votre humeur sur celle du groove, en allant déterrer du côté de la Nouvelle-Orléans de quoi ressusciter le cadavre encore frais des MINDFUNK pour le remettre entre les amis du prêtre vaudou LIVING COLOUR.

Pas un seul morceau à mettre de côté, encore moins à jeter, cet album se transforme vite en tour de force, prônant la fête et l’éclectisme musical, le métissage et le passage en revue de toutes les caractéristiques du Rock à tendance Hard moderne. Incantations trépidantes entonnées d’une voix de baryton démoniaque (« Stone Dead Men », rituel faussement Bluesy et sadiquement Soul qui laisse soudain un harmonica nous chatouiller les pieds), artifices et arrangements subtilement électroniques pour une fausse ballade sucrée qui pétille mais défonce (« Disintegrating Gods », ou comment saluer Mike Patton au travers des persiennes de Dweezil Zappa), pour se finir sur un véritable Blues bien méchant, qui dégouline de feeling et qui nous laisse engoncé dans notre fauteuil, exténué, mais ravi d’avoir retrouvé le sens de la fête en chemin. Plus qu’un album, ce témoignage des THE MOOD GROOVE est un manifeste de vie, un geyser de bonne humeur, et plus encore, le plus bel hommage fusionnel à une musique qui souvent, nous manque terriblement. Bouffée d’oxygène dans une époque gangréné par le dioxyde de Carbone de la conformité, The Mood Groove transforme le soleil en lune, et le nord en sud, mais ne nous perd jamais sur le chemin de l’errance. Un disque qui sait ce qu’il veut, et qui le propose sans l’imposer, mais qui séduit sur la durée. Tiens, du coup, je suis de bonne, bonne, bonne humeur ce matin. Y’a des matins comme ça…


Titres de l'album:         

  1. Funk Soul Sister
  2. Launching Pad
  3. Moon Calling Sun
  4. I'm a Pharmacist
  5. I Just Wanna Sit Down
  6. We Are the Mushroom Men
  7. Never Count the Cost
  8. Stone Dead Man
  9. Disintegrating Gods
  10. Leaning Too Far In

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2018 à 17:35
88 %    453

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever