A force de se coltiner des trucs toujours plus excentriques et de subir la vague nostalgique de plein fouet, on finit par en oublier deux ou trois infos en route. Tiens, à titre d’exemple pas du tout gratuit, la Fusion, quelqu’un s’en rappelle encore ? Mais si, vous savez, ce crossover très malin entre Rock, Metal, Funk, voire Pop qui avait méchamment bien distrait la charnière 80’s/90’s via les RED HOT, les LIVING COLOUR, SCATTERBRAIN ou même les DAN REED NETWORK, vous n’avez pas oublié quand même ? On en avait même des versions plus mainstream dans le genre EXTREME histoire de faire craquer les charts…Mais il faut avouer que depuis l’émergence de la mouvance old-school, on avait un peu laissé le genre se mourir de sa belle mort, ou se transformer en une créature hybride et loufoque plus avide de prouesses nonsensiques que d’un amour du groove qui en représentait quand même l’essence principale. Alors, un petit flashback vous intéresserait-il ? Remarquez, je vous pose la question mais ne vous laisse pas le choix de la réponse, puisqu’en traitant du cas éminemment obscur des THE MOOD GROOVE, j’oriente votre décision à dessein. Mais faites-moi confiance, avec ces mecs-là, vous n’allez pas perdre votre temps…Fondé par le duo Ed Balldinger (Chant, guitare) et JK Northrup (guitares, claviers), ce groupe s’est vite étoffé d’une section rythmique ad hoc, composée de Glenn Hicks à la batterie et de Larry Hart à la basse, et nous offre aujourd’hui via le label anglais Escape Music un album débordant de stupre Funk et dégoulinant de désir Rock. Et si la pochette nous ramène délicatement aux années peace & love, ne pensez pas pour autant que ces lascars se croient revenus à la bonne époque du flower-power. Car même s’ils effeuillent la marguerite de la pluralité musicale, ils n’en sont pas pour autant de gentils babas barbus avides de contemplation musicale et de méditation transcendantale.

La pluralité, tel est le moteur principal d’un groupe et d’un album éponyme qui jouent la variété, mais aussi la qualité. Il faut dire que si leurs noms vous semblent inconnus, leur personnalité et leur talent ne le sont pas vraiment. En prenant le cas éminent de JK Northrup, on retrouve sur son CV les empreintes de Paul Shortino, des XYZ, de KING KOBRA et de dizaines d’autres intervenants consacrés, dont il a croisé le chemin et le fer au cours des longues années de sa carrière. Vous pouvez donc compter sur lui pour bourrer ce LP de guitares évolutives, aux motifs mouvants et collants, qui propulsent donc des chansons hétéroclites dans des univers parallèles pas vraiment bien balisés. On pense même parfois à une version vraiment chafouine des travaux les plus accessibles de MÖRGLBL, trempés dans l’acide de la culture ricaine des nineties, bien qu’aucune époque ne puisse servir d’accroche temporelle au projet. Mais foin de tels arguments, puisque la musique parle d’elle-même, en puisant dans le labyrinthe de sa propre schizophrénie de quoi survivre à la routine ambiante. N’hésitant jamais à se servir de toutes les armes à leur disposition, les THE MOOD GROOVE piochent dans le Rock, le Funk, mais aussi le Blues, et tentent même quelques percées dadaïstes en convoquant l’esprit de Zappa aux agapes de son propre fils, histoire de faire le lien entre différentes couches de passé. Et ce qui passe très vite en leur compagnie, c’est justement le temps, puisqu’en à peine quarante minutes, les quatre acolytes couvrent un maximum de terrain, s’essayant même à quelques dérives psychédéliques de fort bon aloi (« Launching Pad »).

Ce qui ne les empêche nullement de s’aventurer en terre Pop planante à l’occasion du très mélodique et ludique « Moon Calling Sun » qui évoque tout autant les RUSH que DAN REED NETWORK, ou de sombrer dans des délires syntaxiques agrémentés de samples dignes de l’époque glorieuse des DE LA SOUL (« I’m A Pharmacist »). Ed Balldinger en profite pour prouver ses talents d’auteur, puisque ses textes et ses mots se hissent à la hauteur d’un univers musical qu’il épouse comme une cause de liberté à défendre. Mais pour les non-anglophones, ce sera évidemment la musique qui parlera en premier lieu, et les tubes s’enchaînent justement, créant une symphonie de douce folie que les années 2000 ont oubliée en route. D’un niveau technique assez bluffant, les quatre musiciens s’en donnent donc à cœur joie, et réconcilient l’esprit de Tom WAITS et l’âme des RED HOT, à l’occasion d’un terriblement suintant « I Just Wanna Sit Down », sorte de Boogie Blues en soixante-douze mesures, aussi trainant qu’un plan drague qui s’éternise, mais aussi gluant que des promesses faites au petit matin encore embrumé de l’alcool ingurgité. Mais tout ça ne serait rien sans une grosse dose de fantaisie colorée, et « We Are The Mushroom Men » d’emprunter à « Give It Away » son thème de basse pour se livrer à une joute verbale/musicale en pleine forêt. Aussi impressionnant que drôle, aussi efficace que souple, The Mood Groove va effectivement caler votre humeur sur celle du groove, en allant déterrer du côté de la Nouvelle-Orléans de quoi ressusciter le cadavre encore frais des MINDFUNK pour le remettre entre les amis du prêtre vaudou LIVING COLOUR.

Pas un seul morceau à mettre de côté, encore moins à jeter, cet album se transforme vite en tour de force, prônant la fête et l’éclectisme musical, le métissage et le passage en revue de toutes les caractéristiques du Rock à tendance Hard moderne. Incantations trépidantes entonnées d’une voix de baryton démoniaque (« Stone Dead Men », rituel faussement Bluesy et sadiquement Soul qui laisse soudain un harmonica nous chatouiller les pieds), artifices et arrangements subtilement électroniques pour une fausse ballade sucrée qui pétille mais défonce (« Disintegrating Gods », ou comment saluer Mike Patton au travers des persiennes de Dweezil Zappa), pour se finir sur un véritable Blues bien méchant, qui dégouline de feeling et qui nous laisse engoncé dans notre fauteuil, exténué, mais ravi d’avoir retrouvé le sens de la fête en chemin. Plus qu’un album, ce témoignage des THE MOOD GROOVE est un manifeste de vie, un geyser de bonne humeur, et plus encore, le plus bel hommage fusionnel à une musique qui souvent, nous manque terriblement. Bouffée d’oxygène dans une époque gangréné par le dioxyde de Carbone de la conformité, The Mood Groove transforme le soleil en lune, et le nord en sud, mais ne nous perd jamais sur le chemin de l’errance. Un disque qui sait ce qu’il veut, et qui le propose sans l’imposer, mais qui séduit sur la durée. Tiens, du coup, je suis de bonne, bonne, bonne humeur ce matin. Y’a des matins comme ça…


Titres de l'album:         

  1. Funk Soul Sister
  2. Launching Pad
  3. Moon Calling Sun
  4. I'm a Pharmacist
  5. I Just Wanna Sit Down
  6. We Are the Mushroom Men
  7. Never Count the Cost
  8. Stone Dead Man
  9. Disintegrating Gods
  10. Leaning Too Far In

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2018 à 17:35
88 %    479

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.