Sans jouer les élitistes ou les obtus, lorsqu’on pense Thrash allemand, certains noms viennent plus facilement à l’esprit que d’autres. Ainsi, les inévitables références mises sur le tapis sont toujours les mêmes, KREATOR, DESTRUCTION et SODOM pour les meneurs, LIVING DEATH, HOLY MOSES, DEATHROW et TANKARD pour les suiveurs, et parfois, quelques autres dont la carrière n’a pas été aussi significative, sans qu’ils ne représentent une portion congrue qu’on se plaît à ignorer par condescendance. Pourtant, certains vivent et jouent depuis presque aussi longtemps que les combos susmentionnés, un peu dans l’ombre certes, mais tout à fait capables de se faire une place au soleil de leur persévérance et professionnalisme. Pour qui s’est intéressé de près à l’histoire de l’extrême allemand, un autre nom brûle les lèvres et les tympans avec une régularité presque métronomique, mais que le grand public occulte pour cause de flou artistique dans la violence ne permettant pas vraiment de les affilier pleinement à la génération du Thrash-boom des années 80. Mais les NECRONOMICON, et leur patronyme classique font pourtant partie eux-aussi de l’arrière garde de la sidérurgie allemande, au même titre que n’importe quelle influence d’obédience historique, et un simple coup d’œil à leur discographie suffit à le comprendre…Je les avais découverts moi-même un peu sur le tard, grâce à une compilation sortie en France à l’époque, qui proposait deux de leurs morceaux. Et j’avais fait la connaissance d’un groupe de facture traditionnelle, honnête et travailleur, dénué de cette petite étincelle de sauvagerie dont ses aînés étaient les dépositaires légaux. Mais d’album en album, de période de prolixité en disette artistique, les originaires de Lörrach ont fini par se constituer une œuvre résolument à part, mais non moins digne d’intérêt.

Si le fan lambda aura surtout retenu d’eux leurs trois premiers albums, parus en temps en en heure, les plus curieux se seront aussi penché sur le cas très typique d’œuvres postérieures, celles publiées après le comeback 2K, occultant de fait l’épisode pourtant intéressant de Screams, seul disque ayant surnagé dans les eaux troubles de nineties vouées à l’alternatif et au Nu-Metal. Mais depuis le début des années 2000, les allemands ont patiemment construit leur retour, alignant les sorties impeccables, de Construction of Evil à Pathfinder…Between Heaven and Hell il y a trois ans, en passant par les intermédiaires Revenge Of The Beast et Invictus…Nous étions sans nouvelles de nos héros d’un plus si underground que ça depuis trois ans, mais Unleashed Bastards vient enfin nous extirper de notre torpeur, en alignant douze morceaux pour cinquante minutes de Metal en fusion, toujours aussi peu prompt à choisir son église pour prêcher plusieurs dogmes, s’affiliant tous à un Heavy germain plein d’allant et de certitudes, et refusant de sombrer dans les tics les plus systématiques d’un Thrash prévisible, quoique souvent cathartique. Neuvième album donc pour le quatuor (Freddy - chant/guitare, Mike - guitare/chœurs, Chris - batterie et Marco - basse/chœurs), et une jolie façon de revenir sur le devant d’une scène qu’ils n’ont jamais occupée, à l’inverse de leurs voisins géographiques de DESTRUCTION. Le nom est lâché, et les comparaisons entre les deux groupes sont légion, et pas seulement parce qu’ils sont proches l’un de l’autre dans leur propre pays. Musicalement parlant, les deux entités ont toujours partagé ce sentiment d’ambivalence, restant à la frontière d’un Speed se voulant plus mordant que la moyenne, sans vraiment avouer des accointances plus violentes pourtant assez frappantes. Mais là où DESTRUCTION semble s’égarer en chemin depuis quelques années, au point de diluer son talent dans des side-projects anecdotiques, les NECRONOMICON continuent leur chemin sans trahir leur idéaux, ce que Unleashed Bastards prouve de ses rythmiques claquantes et de ses soli percutants.

Mais si le travail accompli est notable sur chaque piste de ce neuvième album, les qualités et les défauts des allemands sont toujours aussi voyants. En préférant rester sur la berge de la mesure, le quatuor nous laisse parfois sur notre faim, et préfère se consacrer à un Metal non modéré, mais bridé, qui ne demande parfois qu’à exploser pour nous laisser jubiler. Et si les analogies avec la bande à Schmier sont parfois plus que probantes (« Forbid me from Living », qu’on aurait pu trouver sur le controversé Release From Agony sans être surpris), on sent quand même que les accointances mélodiques de la bande leur permettent de s’éloigner de la masse grouillante des bruitistes d’outre-Rhin, et de revendiquer une place à part sur la scène radicale nationale. Fins musiciens, compositeurs parfois habiles et exigeants, les NECRONOMICON n’ont toujours pas l’intention de radicaliser leur propos, ce qui les condamne souvent à glisser sur la pente de la mièvrerie Heavy, à l’image sonore de ce très dispensable « Unleashed », leur proposant une place sur le banc des remplaçants OVERKILL/HELLOWEEN, qui eux aussi connurent quelques problèmes de franchise par le passé. Heureusement, ce genre d’épisode un peu malheureux reste minoritaire sur l’ensemble de ce neuvième LP, et « Burn And Fall » d’en représenter une ouverture majeure, catapultée par un riff sombre et des accélérations dignes du meilleur LIVING DEATH. La voix de Freddy, toujours aussi proche de celle de son ami Schmier fait le job à merveille, avec ce mélange d’agressivité et de roublardise qui permet de jouer la nuance, tandis que sa guitare se complète parfaitement avec celle de son compagnon d’armes Mike, pour un unisson parfois terriblement symptomatique de l’école mélodique allemande.

Et si « Leave the Lights on » refuse d’éteindre les lumières pour nous permettre d’apprécier le spectacle ronronnant et concentrique, nous entraînant sur les traces d’un « Eternal Ban » sans jouer le plagiat, d’autres, plus ambitieux comme « Malevolent » osent l’approche progressive, et distillent un climat en demi-teinte. Harmonies ténébreuses, construction en évolution, refus du choc frontal, pour une ambiance un peu étrange, idées plus creusées et facilité radicale mise de côté, afin de prouver que le quatuor est bien plus qu’un simple Thrash-act à l’économie, mais bien un groupe à la créativité affirmée, qui refuse de se laisser piéger dans un cage, et qui est capable de réconcilier en quelques minutes la préciosité d’un METAL CHURCH et la puissance d’un DEATHROW. Les exemples comme celui-ci ne manquent pas, de la percussion de « Imperial Hunger », classique en puissance, à la bourrasque Thrash lapidaire soufflée par « Total Rejection », jusqu’à la conclusion hystérique et héroïque de « The Nightmare Continues » nous rappelant au bon souvenir des HOLY MOSES. Admettons pour être honnête que l’album connaît un méchant passage à vide en son milieu, cédant parfois à la facilité ventripotente d’un Heavy allemand un peu trop roboratif, mais en le prenant globalement, et en excusant quelques chutes de pression, Unleashed Bastards reste quand même une jolie réussite pour les NECRONOMICON, réussite symptomatique de leur comeback des années 2000. Quant à savoir s’ils réussiront à rejoindre dans les livres d’histoire leurs contemporains plus révérés, la question reste en suspens et ne trouvera peut-être jamais de réponse.    


Titres de l'album :

                        1. Burn and Fall

                        2. Leave the Lights on

                        3. Total Rejection

                        4. Malevolent

                        5. We did, We do

                        6. Imperial Hunger

                        7. My Name is Vengeance

                        8. Forbid me from Living

                        9. Unleashed

                       10. Religion live Fast

                       11. Personal Enemy

                       12. The Nightmare Continues

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/10/2018 à 16:37
78 %    258

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.