Sans jouer les élitistes ou les obtus, lorsqu’on pense Thrash allemand, certains noms viennent plus facilement à l’esprit que d’autres. Ainsi, les inévitables références mises sur le tapis sont toujours les mêmes, KREATOR, DESTRUCTION et SODOM pour les meneurs, LIVING DEATH, HOLY MOSES, DEATHROW et TANKARD pour les suiveurs, et parfois, quelques autres dont la carrière n’a pas été aussi significative, sans qu’ils ne représentent une portion congrue qu’on se plaît à ignorer par condescendance. Pourtant, certains vivent et jouent depuis presque aussi longtemps que les combos susmentionnés, un peu dans l’ombre certes, mais tout à fait capables de se faire une place au soleil de leur persévérance et professionnalisme. Pour qui s’est intéressé de près à l’histoire de l’extrême allemand, un autre nom brûle les lèvres et les tympans avec une régularité presque métronomique, mais que le grand public occulte pour cause de flou artistique dans la violence ne permettant pas vraiment de les affilier pleinement à la génération du Thrash-boom des années 80. Mais les NECRONOMICON, et leur patronyme classique font pourtant partie eux-aussi de l’arrière garde de la sidérurgie allemande, au même titre que n’importe quelle influence d’obédience historique, et un simple coup d’œil à leur discographie suffit à le comprendre…Je les avais découverts moi-même un peu sur le tard, grâce à une compilation sortie en France à l’époque, qui proposait deux de leurs morceaux. Et j’avais fait la connaissance d’un groupe de facture traditionnelle, honnête et travailleur, dénué de cette petite étincelle de sauvagerie dont ses aînés étaient les dépositaires légaux. Mais d’album en album, de période de prolixité en disette artistique, les originaires de Lörrach ont fini par se constituer une œuvre résolument à part, mais non moins digne d’intérêt.

Si le fan lambda aura surtout retenu d’eux leurs trois premiers albums, parus en temps en en heure, les plus curieux se seront aussi penché sur le cas très typique d’œuvres postérieures, celles publiées après le comeback 2K, occultant de fait l’épisode pourtant intéressant de Screams, seul disque ayant surnagé dans les eaux troubles de nineties vouées à l’alternatif et au Nu-Metal. Mais depuis le début des années 2000, les allemands ont patiemment construit leur retour, alignant les sorties impeccables, de Construction of Evil à Pathfinder…Between Heaven and Hell il y a trois ans, en passant par les intermédiaires Revenge Of The Beast et Invictus…Nous étions sans nouvelles de nos héros d’un plus si underground que ça depuis trois ans, mais Unleashed Bastards vient enfin nous extirper de notre torpeur, en alignant douze morceaux pour cinquante minutes de Metal en fusion, toujours aussi peu prompt à choisir son église pour prêcher plusieurs dogmes, s’affiliant tous à un Heavy germain plein d’allant et de certitudes, et refusant de sombrer dans les tics les plus systématiques d’un Thrash prévisible, quoique souvent cathartique. Neuvième album donc pour le quatuor (Freddy - chant/guitare, Mike - guitare/chœurs, Chris - batterie et Marco - basse/chœurs), et une jolie façon de revenir sur le devant d’une scène qu’ils n’ont jamais occupée, à l’inverse de leurs voisins géographiques de DESTRUCTION. Le nom est lâché, et les comparaisons entre les deux groupes sont légion, et pas seulement parce qu’ils sont proches l’un de l’autre dans leur propre pays. Musicalement parlant, les deux entités ont toujours partagé ce sentiment d’ambivalence, restant à la frontière d’un Speed se voulant plus mordant que la moyenne, sans vraiment avouer des accointances plus violentes pourtant assez frappantes. Mais là où DESTRUCTION semble s’égarer en chemin depuis quelques années, au point de diluer son talent dans des side-projects anecdotiques, les NECRONOMICON continuent leur chemin sans trahir leur idéaux, ce que Unleashed Bastards prouve de ses rythmiques claquantes et de ses soli percutants.

Mais si le travail accompli est notable sur chaque piste de ce neuvième album, les qualités et les défauts des allemands sont toujours aussi voyants. En préférant rester sur la berge de la mesure, le quatuor nous laisse parfois sur notre faim, et préfère se consacrer à un Metal non modéré, mais bridé, qui ne demande parfois qu’à exploser pour nous laisser jubiler. Et si les analogies avec la bande à Schmier sont parfois plus que probantes (« Forbid me from Living », qu’on aurait pu trouver sur le controversé Release From Agony sans être surpris), on sent quand même que les accointances mélodiques de la bande leur permettent de s’éloigner de la masse grouillante des bruitistes d’outre-Rhin, et de revendiquer une place à part sur la scène radicale nationale. Fins musiciens, compositeurs parfois habiles et exigeants, les NECRONOMICON n’ont toujours pas l’intention de radicaliser leur propos, ce qui les condamne souvent à glisser sur la pente de la mièvrerie Heavy, à l’image sonore de ce très dispensable « Unleashed », leur proposant une place sur le banc des remplaçants OVERKILL/HELLOWEEN, qui eux aussi connurent quelques problèmes de franchise par le passé. Heureusement, ce genre d’épisode un peu malheureux reste minoritaire sur l’ensemble de ce neuvième LP, et « Burn And Fall » d’en représenter une ouverture majeure, catapultée par un riff sombre et des accélérations dignes du meilleur LIVING DEATH. La voix de Freddy, toujours aussi proche de celle de son ami Schmier fait le job à merveille, avec ce mélange d’agressivité et de roublardise qui permet de jouer la nuance, tandis que sa guitare se complète parfaitement avec celle de son compagnon d’armes Mike, pour un unisson parfois terriblement symptomatique de l’école mélodique allemande.

Et si « Leave the Lights on » refuse d’éteindre les lumières pour nous permettre d’apprécier le spectacle ronronnant et concentrique, nous entraînant sur les traces d’un « Eternal Ban » sans jouer le plagiat, d’autres, plus ambitieux comme « Malevolent » osent l’approche progressive, et distillent un climat en demi-teinte. Harmonies ténébreuses, construction en évolution, refus du choc frontal, pour une ambiance un peu étrange, idées plus creusées et facilité radicale mise de côté, afin de prouver que le quatuor est bien plus qu’un simple Thrash-act à l’économie, mais bien un groupe à la créativité affirmée, qui refuse de se laisser piéger dans un cage, et qui est capable de réconcilier en quelques minutes la préciosité d’un METAL CHURCH et la puissance d’un DEATHROW. Les exemples comme celui-ci ne manquent pas, de la percussion de « Imperial Hunger », classique en puissance, à la bourrasque Thrash lapidaire soufflée par « Total Rejection », jusqu’à la conclusion hystérique et héroïque de « The Nightmare Continues » nous rappelant au bon souvenir des HOLY MOSES. Admettons pour être honnête que l’album connaît un méchant passage à vide en son milieu, cédant parfois à la facilité ventripotente d’un Heavy allemand un peu trop roboratif, mais en le prenant globalement, et en excusant quelques chutes de pression, Unleashed Bastards reste quand même une jolie réussite pour les NECRONOMICON, réussite symptomatique de leur comeback des années 2000. Quant à savoir s’ils réussiront à rejoindre dans les livres d’histoire leurs contemporains plus révérés, la question reste en suspens et ne trouvera peut-être jamais de réponse.    


Titres de l'album :

                        1. Burn and Fall

                        2. Leave the Lights on

                        3. Total Rejection

                        4. Malevolent

                        5. We did, We do

                        6. Imperial Hunger

                        7. My Name is Vengeance

                        8. Forbid me from Living

                        9. Unleashed

                       10. Religion live Fast

                       11. Personal Enemy

                       12. The Nightmare Continues

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/10/2018 à 16:37
78 %    112

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)