Within Death

The Plague

30/04/2021

Bitter Loss Records

Les suédois jouent comme des américains, les américains comme des européens, les polonais jouent comme des brésiliens, les brésiliens comme des australiens et les australiens comme des suédois. Voici la boucle mondiale bouclée en célébrant la sortir du premier album de THE PLAGUE, entité démoniaque née du côté de Sydney. Assemblé en 2016, ce concept morbide né du cerveau légèrement dérangé d’une poignée de musiciens fascinés par la putréfaction et le vent gelé des côtes suédoises, a déjà publié il y a quatre ans un manifeste courte-durée avec cinq morceaux sous la forme d’un EP, très justement intitulé Mass Genocide. On y découvrait alors un ensemble totalement obsédé par le son des studios Sunlight et de la pédale HM-2, et quatre ans plus tard, nous prenons acte d’une stabilité du marasme créatif. Car THE PLAGUE, c’est un peu l’hommage absolu, la citation dans le texte à la virgule près du Necronomicon, et une façon de prendre le chemin de gauche en marchant dans les pas des premiers pèlerins de l’extrême. Les mecs n’y vont d’ailleurs pas avec le dos de la cuillère, puisqu’ils assument leur mimétisme dans leur bio même, en plaquant un lapidaire :

THE PLAGUE is a swedish inspired old school death metal band from sydney with members of BLUDGEONER, ROADSIDE BURIAL, RAMPAGE, MURDER WORLD, PARALYSIS…

 

Avec un tel avertissement, pas moyen de se gaufrer, et en écoutant les dix pistes de ce premier long sobrement baptisé Within Death, on se rend compte qu’effectivement, les influences de ces cinq-là sont criantes dès le départ. A l’image d’un LIK qui ne fait pas grand mystère de ses obsessions, ces cinq embaumeurs appliqués (Will - basse, Dan - batterie, Chinch & Shane - guitares et Mike - chant) affichent leur passion comme un dossard sur une veste en jean, et honorent la mémoire d’ENTOMBED, GRAVE, DISMEMBER et autres fossoyeurs de l’histoire qui dès le départ, ont privilégié l’épaisseur à la substance, nous inondant de tripailles encore gelées par une météo capricieuse.  

De là, rien de neuf à se mettre dans le gosier, mais une puissance phénoménale à profaner les cimetières les plus surveillés et protégés de Stockholm. Doté d’un son gigantesque, ce premier album excuse presque son formalisme de sa puissance, et livre une partition aussi inspirée que celle d’un tribute-band à la gloire de Lars Goran et les siens. Mais malgré ces emprunts plus que notables, on se laisse séduire par ce travail de reconstitution qui nous plonge dans un épisode des Experts consacré à des meurtres à la suédoise, et cherchant la piste d’un meurtrier qui ne fait rien pour dissimuler sa culpabilité. Celle de THE PLAGUE est de reprendre note pour note des morceaux déjà popularisés par les quelques groupes déjà cités, qui se sentiront honorés d'une telle admiration. Et dès « Mind Eraser » et son intro horrifique cheap, les éléments sont en place, comme dans un slasher classique, et l’apparition du boogeyman ne se fait pas attendre. Après quelques notes de synthés sobres mais prenantes, le riff prend enfin son envol et nous renvoie à l’époque glaciale su séminal Left Hand Path et du monstrueux Like an Ever Flowing Stream.

Une fois encore, la Xerox a frappé de ses vingt pages minutes, et le processus de copie intégrale nous renvoie à la vague la plus fidèle des dogmes établis il y a quelques décennies. On peut évidemment se lasser d’un tel respect des codes, mais il est difficile de ne pas apprécier cette débauche de violence crue, mise en exergue par des morceaux brefs et incisifs. D’autant que le groupe ne lésine pas sur la vitesse et la barbarie rigide, avec des crises de démence vraiment effrayantes (« Spawn of Monstrosity », sorte de « Skin Her Alive » encore plus bourrin mais moins misogyne), mais aussi des temporisations post-mortem assez tendues (« Festering in Sickness »). Bien sûr, des intitulés des morceaux à leur interprétation, tout empeste le plagiat dans une fosse commune des idées repiquées, mais l’énergie dont font preuve les australiens pour ternir leur soleil d’une nappe glaciale scandinave mérite et force le respect, et Within Death d’atteindre un niveau de qualité impressionnant dans la reproduction.   

Alors, allez-y, envoyez-vous le compressé et oppressant « Hand of Greed », piochez dans les sacs à cadavres ouverts par « Dismal Solitude », et admirez la lande désolée du haut d’une colline située dans la périphérie de Sydney, comme si vous preniez en pleine face le vent sur une des côtes de Suède. On peut ne pas cautionner ce genre d’entreprise de relecture un peu trop fidèle, mais on ne peut nier la sincérité d’un groupe qui a tout compris à son sujet. On espère juste que la prochaine incarnation sera plus personnelle, et un peu moins empruntée sous peine de réserver un caveau de famille à mi-chemin de Stockholm et Sydney pour y enterrer ces plagiaires plus ou moins futés.       

             

                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Mind Eraser                    

02. Torment the Living                     

03. Spawn of Monstrosity                

04. Effigy of the Rotten                   

05. Hand of Greed                

06. Drones                 

07. Slave to Addiction                     

08. Dismal Solitude              

09. Within Death                  

10. Festering in Sickness


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/05/2022 à 14:23
78 %    58

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32