Leviathan

Dawohl

22/04/2022

Dolorem Records

Nouveau venu sur la scène nationale ? Pas vraiment, puisque les origines de DAWOHL remontent à la terre des années 2009, lorsque Maxime Guillemain plante le concept. Avec un line-up complété, la formule se permet un premier EP en 214 sur Trendkill Records, avant de se terrer dans l’ombre pour préparer une invasion à plus grande échelle. Et c’est justement cette invasion que nous propose de découvrir le label Dolorem Records, en nous explosant en pleine face le premier LP de cette horde très portée sur la violence instrumentale matinée de précision chirurgicale.

Accompagné d'Eloi Nicod (THE SCALAR PROCESS) et de Florian Delbart aux guitares et basse ainsi que de Thomas « Blastum » Hennequin à la batterie (RITUALIZATION, MERRIMACK, ANTAEUS), Maxime Guillemain peut donc laisser sa gorge s’exprimer d’une saine colère au travers des huit morceaux de ce premier album qui frappe un grand coup dans l’underground brutal et bestial.

Mixé et masterisé par Frédéric Gervais au Henosis Studio (CREEPING FEAR), et flanqué d’un admirable artwork signé de la main de Business for Satan (SVART CROWN), Leviathan est une sérieuse affaire de crossover entre deux styles hautement complémentaires, que vous aurez évidemment déjà identifiés. Et lorsque mes oreilles se sont posées sur le premier single, « Telos - Immanent Orthogenesis », j’ai immédiatement été happé par cette puissance incroyable, amplifiée par un sens du détail instrumental rangeant le groupe assez près de tous les représentants techniques de sa génération.

En avouant des influences faisant partie des deux camps, unissant ZYKLON, HATE ETERNAL et INFERNAL WAR, ARKHON ou INFAUSTUS, DAWOHL joue évidemment la préciosité dans la débauche Death, mais aussi la noirceur Black, au point que cette étiquette accolée de « Blackened Death » ne fait que vulgariser leur démarche, qui mérite plus d’attention. Sans vraiment bousculer l’ordre mondial de la violence, le quatuor impose sa griffe sur les croix du cimetière, et propose une sorte de panaché entre nostalgie et envie d’aller de l’avant, faisant constamment référence aux anciens des nineties et des années 2000.

Enrobé dans une production incroyablement profonde, qui sert admirablement bien ces compositions complexes truffées de plans s’enchainant logiquement, ce premier longue-durée (toutefois modeste et égale au séminal Reign in Blood de qui-vous-savez) n’a qu’une seule intention : frapper fort pour laisser un souvenir impérissable d’acouphènes dans les oreilles de fans potentiels. Et c’est après une courte intro que la tempête commence à souffler, via « Statolatria » qui ne ménage ni les blasts, ni les énormes riffs gluants qui furent l’apanage de la scène américaine des années 90.

Instantanément, on prend acte des capacités d’un batteur incroyable qui n’a sans doute pas été surnommé « Blastum » par ironie. Ce cher Thomas nous gratifie d’un numéro de cirque à lui seul, multipliant les fills surréalistes et les parties supersoniques à décorner un Hellhammer cocu. L’homme est donc le pivot de cette réalisation, son poumon, et permet au duo de guitaristes de lâcher leurs plans les plus formels, mais aussi les plus efficaces. Car ici, aucune place n’est laissée à l’approximation ou au doute : seules les idées les plus porteuses sont conservées, et seuls les enchainements les plus logiques et rapides imposés.       

   

En six morceaux originaux, une intro et une reprise, DAWOHL nous ouvre donc les portes d’un univers dystopien, qu’il prend beaucoup de plaisir à décrire.

Dystopie amorale où les individus sont façonnés dans leur chair ainsi que dans leur esprit pour servir les objectifs d'une entité supérieure qu'ils ont créée : l'État

 

Ceci correspond peu ou prou à la réalité que nous vivons chaque jour, et l’ambiance développée par l’album, entre rage primale et absence de sentiments clinique, sert admirablement bien le propos, qui se propose de déshumaniser l’humain pour le rendre servile à loisir. Alors, les cris résonnent dans l’écho de l’indifférence, les mélodies se voient torturées par la brutalité ambiante, et les spectres d'Aldus Huxley et Thomas Hobbes agitent les pages de leurs livres en guise de salut ironique.

« Institutionalized Hatred », concentré de haine terriblement assourdissant, « Subjugation », en prenant le contrepied d’une lourdeur moite, et « Macro Apoptosis » osant le pire des deux mondes - ou le meilleur, selon le point de vue - font de cet album une tornade futuriste dont les effets dévastateurs se ressentent dans l’instant présent. Et comme le groupe a la gentillesse de nous laisser sur une boucherie en forme de reprise de nos chers MERCYLESS, on comprend assez facilement que le monde d’aujourd’hui les répugne au plus haut point.

Professionnel, ultraviolent et aussi sauvage que peaufiné, Leviathan vous écorche les tympans pendant moins d‘une demi-heure pour illustrer la situation catastrophique d’un monde qui reste fantasmée artistiquement, mais terriblement concrète humainement.    

        

                                                                                                                                                                                                           

Titres de l’album:

01. Canticum Belli

02. Statolatria

03. Institutionalized Hatred

04. Voluntary Servitude

05. Subjugation

06. Telos - Immanent Orthogenesis

07. Macro Apoptosis

08. I Vomit This World (MERCYLESS Cover)


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/04/2022 à 15:27
80 %    152

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02