Trapped By Yourself

Rest In Chaos

22/05/2020

Autoproduction

Direction le Brésil pour terminer une matinée placée sous le signe du Thrash et du Hardcore, pour y faire la connaissance d’un groupe de…Crossover. Si les REST IN CHAOS aiment à se définir comme un ensemble de Thrashcore, leur musique elle semble indiquer que la jonction Thrash/Hardcore est l’optique la plus viable pour parler de leur approche. Formé en 2016 du côté de Florianópolis, Santa Catarina, le groupe a déjà proposé un premier EP en 2017, Worship Machines, avant de prendre son temps et lâcher une bordée de singles annonçant la sortie imminente d’un premier long, qui se matérialise aujourd’hui sous la forme de dix titres concis et rapides unis sous la bannière Trapped By Yourself. Sans nommer d’influences particulières, ni s’épancher sur son passé, le groupe nous laisse donc seul juge de sa pertinence, pertinence qui éclate comme une évidence sur les premiers morceaux de ce premier long, qui ne l’est pas tant que ça d’ailleurs. Trapped By Yourself n’accuse même pas une demi-heure au compteur, et fait partie de ces albums qui frappent fort et très vite afin de laisser l’auditeur au tapis, K.O pour le compte. Articulé autour de quatre musiciens en pleine osmose (Gustavo Novloski : chant, Juliano dos Santos : guitare,  Adriano Alves : basse et Marlon Joy : batterie), REST IN CHAOS semble vouloir synthétiser la puissance typiquement nord-américaine des BIOHAZARD et la bestialité plus symptomatique de l’Amérique du Sud, tout en jouant la fluidité. Très viril dans les faits, mais pluriel dans le fond, ce premier tome fait la part belle aux ambiances belligérantes, et nous assomme immédiatement d’un énorme « I Need A Reset » qui cavale d’une vélocité mélodique assez caractéristique de la vague AT THE GATES/SOILWORK, sans tomber dans la séduction mélodique scandinave à outrance.

Rythmique en place et volubile, guitare grasse qui répand ses riffs comme des slogans belliqueux, chant rauque et terriblement âpre, pour une envolée de violence contrôlée et méchamment professionnelle. Très en place, le quatuor va à l’essentiel, ne perd pas son temps en fioritures, ne retient que ses idées les plus percutantes, tout en aménageant des breaks assez efficaces dans un temps imparti très court. Certes, l’ensemble est si homogène que le fan éventuel arguera d’une linéarité de surface, mais envisagé comme un bloc indivisible, l’album fonctionne au premier degré comme un énorme uppercut dans la face. Avec des bourrasques de la trempe de «Shallow Happiness », les brésiliens ne craignent pas la concurrence et apportent leur pierre à l’édifice d’un Thrash teinté de Hardcore moderne, mais clairement influencé par les nineties les plus féroces. Doté d’une production musclée et ample qui laisse la basse claquer gravement, Trapped By Yourself est un concentré de violence intelligente, un peu Indus sur les bords lorsque les fréquences atteignent toutes un pic, et chacun des morceaux respecte la limite des trois minutes imparties, comme si l’effet choc était le leitmotiv de la bande. C’est furieux, parfois plus Hardcore métallique que la moyenne (« Let Me Rest »), éminemment violent et brutal, mais fluide, logique, impitoyable, avec des passages accrocheurs en diable (« Bells of Destruction »). Le groupe reprend même dans son cheminement d’anciens morceaux qu’on trouvait déjà sur son premier EP, histoire d’actualiser le tout, et de proposer un LP synthétique mais ouvert sur l’avenir. C’est ainsi que Trapped By Yourself se révèle n’être qu’un complément au premier format court sorti, dont il reprend les six morceaux, agrémentés ici de quatre nouveaux titres.

Mais le subterfuge n’est pas condamnable, tant ces anciennes chansons sont toujours aussi efficaces, les nouvelles pistes semblant s’orienter vers un surplus de brutalité démente, avec en exergue un terrifiant « Ego Riser » aux blasts tétanisants. Alternant les tempi pour ne pas lasser, misant sur la pertinence de chœurs toujours très vindicatifs, laissant la guitare essayer toutes les techniques d’approche, la fin de l’album se pose en acmé d’une philosophie de brutalité, avec cette double grosse caisse un peu compressée qui écrase les tympans. On se prend d’ailleurs à penser à une forme très personnelle de Metalcore sur la fin, avec une précision diabolique sur « Artificial ». Epaisseur du Metal, violence du Thrash, radicalisme du Hardcore, le tableau est complet et l’effet recherché maximal, le groupe nous lâchant ses bombes les plus puissantes en fin de parcours (« Look At Me »). A défaut d’être totalement original, ce premier LP n’en est pas moins personnel, et mélange les fragrances sans perdre de son impact, bénéficiant d’une force de persuasion accentuée par la brièveté de l’expérience. Et alors que nous étions logiquement en droit d’attendre un épilogue encore plus féroce que ce qui précédait, le quatuor choisit l’Ambient pour fermer ce premier chapitre, avec un venteux et oppressant instrumental qui laisse sur une impression bizarre. Efficace, direct, capable, technique mais franc, REST IN CHAOS présente une nouvelle facette de l’underground brésilien qui se détache de ses origines les plus évidentes pour s’ouvrir sur le chaos d’un monde environnant.              

  

Titres de l’album :

01. I Need A Reset

02. Shallow Happiness

03. Let Me Rest

04. Bells of Destruction

05. Worship Machines

06. The Perfection

07. Ego Riser

08. Artificial

09. Look At Me

10. Unfollow


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/09/2022 à 17:45
75 %    85

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51