Restos Sin Gloria

Restos Sin Gloria

01/05/2017

Fragment Records

Comme je l’affirmais récemment, l’Espagne est en train de devenir l’un des grands d’Europe en matière de Hardcore et dérivés, et pas seulement au niveau des grandes agglomérations. Mais on le sait, les ibères ont toujours eu ce je-ne-sais-quoi qui transforme le moindre de leurs groupes Punk/Hardcore en machine de guerre anarchiste susceptible de damer le pion aux plus grandes formations du genre. Tonalités sombres, chant en idiome local, crossover léger leur permettant de croiser les styles, et surtout, une diabolique énergie presque palpable qui semble s’échapper des haut-parleurs pour contaminer le mensonge d’un virus de la vérité Core se propageant à la vitesse des slogans utilisés.

Aurais-je sous la main un nouvel exemple de cette vivacité ? Evidemment, sinon, je ne serais pas là à vous tenir le crachoir. Aujourd’hui, direction Burgos, au nord de l’Espagne, pour y faire la rencontre d’un quatuor local qui a choisi de fouiller dans les poubelles du Crust pour y trouver les leitmotivs indispensables à leur art séculaire.

Crust, certes, Néo Crust selon les bio, mais surtout, beaucoup de hargne, et aussi pas mal de nuances à remarquer dès les premières écoutes. Loin de se contenter de recycler des idées déjà périmées après le second album de DISCHARGE, les RESTOS SIN GLORIA s’autorisent quelques incursions métalliques assez écrasantes en l’état, insufflant à ce premier LP éponyme un air vicié qui nous prend aux tripes, et qui nous rapproche parfois d’un Metalcore troussé à la haine calibrée (« Ogro », riffs millimétrés et harmoniques Metal aiguisées).

Beaucoup de Hardcore et de violence donc, mais aussi pas mal d’intelligence histoire de ne pas rester monolithiques et lassant sur la durée. Bien sûr, la trame de fond se penche du côté Crust où elle risque de nous faire tomber, mais nombre de morceaux jouent l’ambivalence, histoire de ne pas se faire raccrocher au premier wagon passé.

Les Espagnols sont en colère, et l’exhortent via un médium multiple et plus complet qu’il n’en a l’air sur les premières interventions.

Tous les secteurs de jeu sont optimisés, de la rythmique en chien de fusil qui ne renâcle pas à tenter des breaks plus Heavy que Core, guitare qui mouline finement, et chant braqué qui se racle les cordes vocales jusqu’à les user à jamais.

Difficile de raccorder les fils de Restos Sin Gloria à une centrale électrique de relais, puisque parfois, les influences nous ramènent même vers les côtes de la scène Néo Death suédoise des 90’s (« Mente Escindida », « El Camino », mélange de SOILWORK et AT THE GATES, troublant de mimétisme).

Dotés en sus d’une production vraiment pro jusqu’au bout des cordes et des baguettes, les RESTOS SIN GLORIA déroulent les agressions et varient les pulsations, et font preuve d’une audace qui force le respect. En jouant le coup du diptyque « Requiem I et II », les Espagnols virevoltent dans un maelstrom de blasts, avant de pilonner un up tempo à l’avancée brisée, sans fricoter avec le Chaotic Core ou le Mathcore, et en restant toujours d’une puissance bluffante.

Empoignant l’efficacité d’une main de puissance soufflante, les RESTOS SIN GLORIA varient leur jeu et manipulent leurs propres cartes à loisir, histoire de nous jeter une quinte flush royale quasiment à chaque tour. Oscillant entre Crust vraiment mélodique et Death hautement Core, ils ne retirent que la substantifique moelle de chaque genre qu’ils abordent, pour finalement poser les bases d’un énorme crossover. Tout y passe, des riffs immédiats et écrasants, aux arpèges harmoniques séduisants mais inquiétants, en passant par des breaks presque apaisants et Heavy pour finalement nous imposer des accélérations Néo Crust qui nous laissent sur le tapis. Tapis dont ils raflent la mise sans forcer leur talent (« El Futuro Que Elegimos », hybride de Proto Death/Grind si futé qu’on se laisse avaler par sa méchanceté), mise qu’ils empochent fièrement d’un Crust oppressant et pourtant virevoltant (« Esclavos En Vida »).

Les originaires de Burgos terminent même leur effort sur une ultime tentative de métissage global (« Restos Sin Gloria », hymne définitif), qui une fois encore reprend les principes énoncés pour les faire avancer, et nous perdre encore plus dans une tentative désespérée de classement à l’arraché.

Alors, Hardcore, Crust, Metalcore, Thrashcore, Néo Death, ou je ne sais quoi encore ?

La question ne se pose pas et la réponse est sans importance. Tout ce qu’il y a à savoir sur Restos Sin Gloria est contenu dans ses sillons virtuels, et inutile de chercher autre chose histoire d’avoir la conscience de journaliste tranquille.

Les espagnols sont aussi virulents qu’ils sont intelligents, et proposent donc un survol générique et atypique de la scène extrême Européenne, sans choisir un autre camp que le leur.

Ils ont la véhémence du Hardcore, la vitesse du Crust, les mélodies du Death et la puissance du Metalcore, sans jamais privilégier une option plutôt qu’une autre.

Et de fait, leur premier album se pose en première pierre d’un édifice de carrière qu’on imagine aux proportions d’une tour de Babel qui ne vacillera pas tant qu’ils garderont leur lucidité.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Les RESTOS SIN GLORIA se veulent exact opposé de cet adage éculé. Et gageons qu’avec un tel premier jet, l’histoire de l’extrême n’est pas prête à les enterrer.


Titres de l'album:

  1. Nuestros valores son impuestos
  2. El Camino
  3. Escalvos en Vida
  4. Ogro
  5. Mente Escindida
  6. Requiem I
  7. Requiem II
  8. El Futuro que Elegimos
  9. Restos sin Gloria

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/06/2017 à 14:19
79 %    583

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Membre du groupe Restos Sin Gloria
@195.101.183.1
13/06/2017, 09:53:55
Je viens de lire votre article et j'ai été agréablement surpris de líntérêt que vous portez à notre groupe.
C'est un plaisir d'apparaître dans votre page web, et je m'etonne de voir que le disque a passé les frontières.
Actuellement nous préparons une vague de concerts sur le territoire national mais nous sommes ouvert à toute opportunité pour aller jouer en France.

Merci beaucoup. Au plaisir de vous rencontrer prochainement.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38

metalrunner

D ici la il peut se passer tellement de chose.

29/10/2020, 09:17

Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21

Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57