Comme je l’affirmais récemment, l’Espagne est en train de devenir l’un des grands d’Europe en matière de Hardcore et dérivés, et pas seulement au niveau des grandes agglomérations. Mais on le sait, les ibères ont toujours eu ce je-ne-sais-quoi qui transforme le moindre de leurs groupes Punk/Hardcore en machine de guerre anarchiste susceptible de damer le pion aux plus grandes formations du genre. Tonalités sombres, chant en idiome local, crossover léger leur permettant de croiser les styles, et surtout, une diabolique énergie presque palpable qui semble s’échapper des haut-parleurs pour contaminer le mensonge d’un virus de la vérité Core se propageant à la vitesse des slogans utilisés.

Aurais-je sous la main un nouvel exemple de cette vivacité ? Evidemment, sinon, je ne serais pas là à vous tenir le crachoir. Aujourd’hui, direction Burgos, au nord de l’Espagne, pour y faire la rencontre d’un quatuor local qui a choisi de fouiller dans les poubelles du Crust pour y trouver les leitmotivs indispensables à leur art séculaire.

Crust, certes, Néo Crust selon les bio, mais surtout, beaucoup de hargne, et aussi pas mal de nuances à remarquer dès les premières écoutes. Loin de se contenter de recycler des idées déjà périmées après le second album de DISCHARGE, les RESTOS SIN GLORIA s’autorisent quelques incursions métalliques assez écrasantes en l’état, insufflant à ce premier LP éponyme un air vicié qui nous prend aux tripes, et qui nous rapproche parfois d’un Metalcore troussé à la haine calibrée (« Ogro », riffs millimétrés et harmoniques Metal aiguisées).

Beaucoup de Hardcore et de violence donc, mais aussi pas mal d’intelligence histoire de ne pas rester monolithiques et lassant sur la durée. Bien sûr, la trame de fond se penche du côté Crust où elle risque de nous faire tomber, mais nombre de morceaux jouent l’ambivalence, histoire de ne pas se faire raccrocher au premier wagon passé.

Les Espagnols sont en colère, et l’exhortent via un médium multiple et plus complet qu’il n’en a l’air sur les premières interventions.

Tous les secteurs de jeu sont optimisés, de la rythmique en chien de fusil qui ne renâcle pas à tenter des breaks plus Heavy que Core, guitare qui mouline finement, et chant braqué qui se racle les cordes vocales jusqu’à les user à jamais.

Difficile de raccorder les fils de Restos Sin Gloria à une centrale électrique de relais, puisque parfois, les influences nous ramènent même vers les côtes de la scène Néo Death suédoise des 90’s (« Mente Escindida », « El Camino », mélange de SOILWORK et AT THE GATES, troublant de mimétisme).

Dotés en sus d’une production vraiment pro jusqu’au bout des cordes et des baguettes, les RESTOS SIN GLORIA déroulent les agressions et varient les pulsations, et font preuve d’une audace qui force le respect. En jouant le coup du diptyque « Requiem I et II », les Espagnols virevoltent dans un maelstrom de blasts, avant de pilonner un up tempo à l’avancée brisée, sans fricoter avec le Chaotic Core ou le Mathcore, et en restant toujours d’une puissance bluffante.

Empoignant l’efficacité d’une main de puissance soufflante, les RESTOS SIN GLORIA varient leur jeu et manipulent leurs propres cartes à loisir, histoire de nous jeter une quinte flush royale quasiment à chaque tour. Oscillant entre Crust vraiment mélodique et Death hautement Core, ils ne retirent que la substantifique moelle de chaque genre qu’ils abordent, pour finalement poser les bases d’un énorme crossover. Tout y passe, des riffs immédiats et écrasants, aux arpèges harmoniques séduisants mais inquiétants, en passant par des breaks presque apaisants et Heavy pour finalement nous imposer des accélérations Néo Crust qui nous laissent sur le tapis. Tapis dont ils raflent la mise sans forcer leur talent (« El Futuro Que Elegimos », hybride de Proto Death/Grind si futé qu’on se laisse avaler par sa méchanceté), mise qu’ils empochent fièrement d’un Crust oppressant et pourtant virevoltant (« Esclavos En Vida »).

Les originaires de Burgos terminent même leur effort sur une ultime tentative de métissage global (« Restos Sin Gloria », hymne définitif), qui une fois encore reprend les principes énoncés pour les faire avancer, et nous perdre encore plus dans une tentative désespérée de classement à l’arraché.

Alors, Hardcore, Crust, Metalcore, Thrashcore, Néo Death, ou je ne sais quoi encore ?

La question ne se pose pas et la réponse est sans importance. Tout ce qu’il y a à savoir sur Restos Sin Gloria est contenu dans ses sillons virtuels, et inutile de chercher autre chose histoire d’avoir la conscience de journaliste tranquille.

Les espagnols sont aussi virulents qu’ils sont intelligents, et proposent donc un survol générique et atypique de la scène extrême Européenne, sans choisir un autre camp que le leur.

Ils ont la véhémence du Hardcore, la vitesse du Crust, les mélodies du Death et la puissance du Metalcore, sans jamais privilégier une option plutôt qu’une autre.

Et de fait, leur premier album se pose en première pierre d’un édifice de carrière qu’on imagine aux proportions d’une tour de Babel qui ne vacillera pas tant qu’ils garderont leur lucidité.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Les RESTOS SIN GLORIA se veulent exact opposé de cet adage éculé. Et gageons qu’avec un tel premier jet, l’histoire de l’extrême n’est pas prête à les enterrer.


Titres de l'album:

  1. Nuestros valores son impuestos
  2. El Camino
  3. Escalvos en Vida
  4. Ogro
  5. Mente Escindida
  6. Requiem I
  7. Requiem II
  8. El Futuro que Elegimos
  9. Restos sin Gloria

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/06/2017 à 14:19
79 %    393

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Membre du groupe Restos Sin Gloria
@195.101.183.1
13/06/2017 à 09:53:55
Je viens de lire votre article et j'ai été agréablement surpris de líntérêt que vous portez à notre groupe.
C'est un plaisir d'apparaître dans votre page web, et je m'etonne de voir que le disque a passé les frontières.
Actuellement nous préparons une vague de concerts sur le territoire national mais nous sommes ouvert à toute opportunité pour aller jouer en France.

Merci beaucoup. Au plaisir de vous rencontrer prochainement.

Ajouter un commentaire


Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Necrodeath

Defragments Of Insanity

October Tide

In Splendor Below

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Live-report HELLFEST 2019 / Samedi

Jus de cadavre / 06/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)


@Humungus et Simony : ils ont été remplacé par SABATON, qui étaient restés sur site après leur show au Knotfest pour voir MANOWAR justement. Ils se sont spontanément proposés pour les remplacer. A noter que Leur chanteur s'est pété la voix la veille, du coup c'est l'un des gratteux qui l'a(...)


"Je n'ai pas vu passer le set même sans être fan, tellement le quintet illustre parfaitement ce qu'est le Thrash Metal, pour l'éternité, et non pas un simple phénomène de génération il y a une grosse trentaine d'années."
Je plussoie totalement. Municipal Waste sur scène c'est juste e(...)


"Soigner sa mort (…) JOY DIVISION"...
Putain Simony, si tu souhaites cette fin à tous les groupes cultes en pleine gloire, v'là l'hécatombe !
(sic)


Remplacés par personne, en tout cas à ma connaissance, on est d'accord... mais ce n'est pas grave, personne ne sera en mesure de remplacer IRON MAIDEN et beaucoup d'autres grands noms mais c'est ce qui les rendra intemporels et indémodables, on continuera à parler des albums aux nouveaux Metalhe(...)


Et pas vraiment besoin de le rappeler mais le tribunal ne prendra pas en compte un "manowar c'est des cons irrespectueux ! ". Ce qui rentrera en compte c'est les contrats signés entre les 2 parties.
Je rajouterai pour finir que ce serait tout de même très étonnant qu'un groupe (même eux,(...)


Ce n'est pas une question de boulette de l'orga (enfin selon mes infos qui je le rappelle ne sont "qu'une" des vérités), mais plutôt de chamboulement du programme "à cause" du Knotfest en fait. Qui a été annoncé bien après la présence de Manowar. Or il était convenu depuis le départ que M(...)