Comme je l’affirmais récemment, l’Espagne est en train de devenir l’un des grands d’Europe en matière de Hardcore et dérivés, et pas seulement au niveau des grandes agglomérations. Mais on le sait, les ibères ont toujours eu ce je-ne-sais-quoi qui transforme le moindre de leurs groupes Punk/Hardcore en machine de guerre anarchiste susceptible de damer le pion aux plus grandes formations du genre. Tonalités sombres, chant en idiome local, crossover léger leur permettant de croiser les styles, et surtout, une diabolique énergie presque palpable qui semble s’échapper des haut-parleurs pour contaminer le mensonge d’un virus de la vérité Core se propageant à la vitesse des slogans utilisés.

Aurais-je sous la main un nouvel exemple de cette vivacité ? Evidemment, sinon, je ne serais pas là à vous tenir le crachoir. Aujourd’hui, direction Burgos, au nord de l’Espagne, pour y faire la rencontre d’un quatuor local qui a choisi de fouiller dans les poubelles du Crust pour y trouver les leitmotivs indispensables à leur art séculaire.

Crust, certes, Néo Crust selon les bio, mais surtout, beaucoup de hargne, et aussi pas mal de nuances à remarquer dès les premières écoutes. Loin de se contenter de recycler des idées déjà périmées après le second album de DISCHARGE, les RESTOS SIN GLORIA s’autorisent quelques incursions métalliques assez écrasantes en l’état, insufflant à ce premier LP éponyme un air vicié qui nous prend aux tripes, et qui nous rapproche parfois d’un Metalcore troussé à la haine calibrée (« Ogro », riffs millimétrés et harmoniques Metal aiguisées).

Beaucoup de Hardcore et de violence donc, mais aussi pas mal d’intelligence histoire de ne pas rester monolithiques et lassant sur la durée. Bien sûr, la trame de fond se penche du côté Crust où elle risque de nous faire tomber, mais nombre de morceaux jouent l’ambivalence, histoire de ne pas se faire raccrocher au premier wagon passé.

Les Espagnols sont en colère, et l’exhortent via un médium multiple et plus complet qu’il n’en a l’air sur les premières interventions.

Tous les secteurs de jeu sont optimisés, de la rythmique en chien de fusil qui ne renâcle pas à tenter des breaks plus Heavy que Core, guitare qui mouline finement, et chant braqué qui se racle les cordes vocales jusqu’à les user à jamais.

Difficile de raccorder les fils de Restos Sin Gloria à une centrale électrique de relais, puisque parfois, les influences nous ramènent même vers les côtes de la scène Néo Death suédoise des 90’s (« Mente Escindida », « El Camino », mélange de SOILWORK et AT THE GATES, troublant de mimétisme).

Dotés en sus d’une production vraiment pro jusqu’au bout des cordes et des baguettes, les RESTOS SIN GLORIA déroulent les agressions et varient les pulsations, et font preuve d’une audace qui force le respect. En jouant le coup du diptyque « Requiem I et II », les Espagnols virevoltent dans un maelstrom de blasts, avant de pilonner un up tempo à l’avancée brisée, sans fricoter avec le Chaotic Core ou le Mathcore, et en restant toujours d’une puissance bluffante.

Empoignant l’efficacité d’une main de puissance soufflante, les RESTOS SIN GLORIA varient leur jeu et manipulent leurs propres cartes à loisir, histoire de nous jeter une quinte flush royale quasiment à chaque tour. Oscillant entre Crust vraiment mélodique et Death hautement Core, ils ne retirent que la substantifique moelle de chaque genre qu’ils abordent, pour finalement poser les bases d’un énorme crossover. Tout y passe, des riffs immédiats et écrasants, aux arpèges harmoniques séduisants mais inquiétants, en passant par des breaks presque apaisants et Heavy pour finalement nous imposer des accélérations Néo Crust qui nous laissent sur le tapis. Tapis dont ils raflent la mise sans forcer leur talent (« El Futuro Que Elegimos », hybride de Proto Death/Grind si futé qu’on se laisse avaler par sa méchanceté), mise qu’ils empochent fièrement d’un Crust oppressant et pourtant virevoltant (« Esclavos En Vida »).

Les originaires de Burgos terminent même leur effort sur une ultime tentative de métissage global (« Restos Sin Gloria », hymne définitif), qui une fois encore reprend les principes énoncés pour les faire avancer, et nous perdre encore plus dans une tentative désespérée de classement à l’arraché.

Alors, Hardcore, Crust, Metalcore, Thrashcore, Néo Death, ou je ne sais quoi encore ?

La question ne se pose pas et la réponse est sans importance. Tout ce qu’il y a à savoir sur Restos Sin Gloria est contenu dans ses sillons virtuels, et inutile de chercher autre chose histoire d’avoir la conscience de journaliste tranquille.

Les espagnols sont aussi virulents qu’ils sont intelligents, et proposent donc un survol générique et atypique de la scène extrême Européenne, sans choisir un autre camp que le leur.

Ils ont la véhémence du Hardcore, la vitesse du Crust, les mélodies du Death et la puissance du Metalcore, sans jamais privilégier une option plutôt qu’une autre.

Et de fait, leur premier album se pose en première pierre d’un édifice de carrière qu’on imagine aux proportions d’une tour de Babel qui ne vacillera pas tant qu’ils garderont leur lucidité.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Les RESTOS SIN GLORIA se veulent exact opposé de cet adage éculé. Et gageons qu’avec un tel premier jet, l’histoire de l’extrême n’est pas prête à les enterrer.


Titres de l'album:

  1. Nuestros valores son impuestos
  2. El Camino
  3. Escalvos en Vida
  4. Ogro
  5. Mente Escindida
  6. Requiem I
  7. Requiem II
  8. El Futuro que Elegimos
  9. Restos sin Gloria

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/06/2017 à 14:19
79 %    436

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Membre du groupe Restos Sin Gloria
@195.101.183.1
13/06/2017 à 09:53:55
Je viens de lire votre article et j'ai été agréablement surpris de líntérêt que vous portez à notre groupe.
C'est un plaisir d'apparaître dans votre page web, et je m'etonne de voir que le disque a passé les frontières.
Actuellement nous préparons une vague de concerts sur le territoire national mais nous sommes ouvert à toute opportunité pour aller jouer en France.

Merci beaucoup. Au plaisir de vous rencontrer prochainement.

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...