Bon ben allez, tant qu’à faire. Pourquoi pas après tout ? Autant garder la tête haute et continuer sa route comme si de rien n’était.

Mais quand même les mecs, entre La Rochelle et Asbury Park, y’a une sacrée trotte quand même non ? Et puis comparer la Charente-Maritime au New-Jersey, faut pas déconner non plus…OK, le port est sympa, mais on ne peut pas dire que le climat et la végétation soient vraiment du même tonneau.

Le vôtre par contre est toujours plein, même s’il ressemble à un gros fût de bière qu’on déguste à même le robinet, et puisque votre devise semble être un truc du genre « party til you puke », alors allons-y, et foulons du pied la sacro-sainte légende du boss Springsteen, qui je n’en doute pas, serait amusé du clin d’œil.

Une pochette, c’est une chose, un contenu, c’en est une autre. Et celui du deuxième EP officiel des Rochelais de OVER THE TOP est fameux, pas amer pour deux sous, mais assez corsé dans son approche légère d’un Rock west coast, un peu punky sur les bords, mais sans faux-col, et avec de sales airs de Stoner/Power-Pop qui donne le tournis le samedi soir, une fois les potes réunis.

Les potes justement, ce sont toujours les mêmes. Nico à la guitare et au chant, fort de son passage au sein de l’excellent collectif  7 WEEKS récemment, Tonio à la batterie, Franky à la gratte aussi, et Livio à la basse. Quatre mecs qui ne se prennent pas la tête et encore moins la vôtre, et qui sous couvert d’une passion dévorante pour la culture musicale US vous font passer de très bons moments depuis 2010, et leur EP éponyme.

Depuis, un split partagé avec les TANTRUM, quelques années de silence, mais pour eux, il n’est pas d’or et seuls comptent les décibels, répandus avec une sauvagerie toute personnelle, qui ménage la chèvre et éloigne le mou, pour une fête en Rock US majeure.

Ce Rock, est parfois Garage, parfois un peu plus Heavy que la moyenne, parfois d’ailleurs très proche de celui que les 7 WEEKS pratiquaient en début de carrière (« Black Aura »), mais toujours sincère, et gorgé de mélodies Californiennes qui ramèneraient presque les girls de David Lee Roth en une des magazines.

Enthousiasme ? Oui, celui d’écouter une musique simple, mais pas simpliste. Dans une époque où tout le monde semble vouloir se mettre en avant en se basant sur une modernité de ton et de son, les OVER THE TOP via Greetings From n’ont cure des modes, et jouent un truc qui balance, qui avance, à son rythme, souvent up, parfois mid, mais qui donne envie de se remuer sur une vieille palette pendant que les mecs se débarrassent de quelques pellicules en arrière-plan.

Le quatuor, toujours mené par la voix un peu rocailleuse de Nico et sa guitare teigneuse, nous propose donc six nouveaux morceaux, qui répondent toujours à une philosophie de plaisir personnel partagé avec leurs fans. Pas de mystère, l’ambiance est conviviale, le ton jovial, même si quelques percées plus sombres que d’habitude font tomber les persiennes de la fiesta pour un Heavy Rock estampillé 70’s jusqu’au nombril (« The Queen Is Sick »).

OVER THE TOP, c’est l’assurance de toujours fourrer le nez dans une mine de hits pas si mineurs que ça. Cette fois-ci, deux morceaux se taillent le bikini des playmates, avec en tête de gondole un « Puppets » qui tire les ficelles pour faire tomber les maillots et faire swinguer les filles au son d’une Power Pop à grosse tendance Punk soft.

Riff délié qui dénoue, rythmique en up tempo, basse qui brille et ronfle, c’est du tout bon, comme une adaptation US des NERVES en version upfront, et sans aucun complexe.

Mais pourquoi en auraient-ils ces beaux gosses de la côte ? Alors ils insistent, et en ouverture en sus, pourboire inclus, avec un morceau dont le titre ne laisse planer aucun doute sur son approche, et « Abrasive » de lâcher les watts avec la patate, pour un motif porteur aussi accrocheur d’un coup de poignet de Keith Richards passé au bubble-gum.

Refrain qui sonne, chœurs qui détonnent, et solo qui étonne, le tout avec une concision qui sent bon l’amitié et la saine et commune passion.

D’ailleurs, ils conseillent eux-mêmes de garder le rythme avec un « Keep Pace » qui ose des guitares à la REM avant de trépigner sur une basse gironde qui épouse les formes d’une pin-up de passage aux formes un peu rondes. Quatre minutes de leçon Rock par la méthode assimil Pop, et encore une fois, un refrain qu’on entonne jusqu’au lendemain.

Et histoire de solder des comptes et d’effacer l’ardoise, les brigands se défoulent sur un « Sonic And Iconic » qui pourrait avoir encore coincé dans les partitions le séminal « New Rose » des DAMNED, tant la puissance Punk radicale qui s’en dégage évoque un cocktail corsé entre le Punk londonien et la Power Pop des Américains.

Léger mais consistant, remué mais insistant, Greetings From est une jolie carte postale envoyée par les OVER THE TOP au monde de leurs fans, et des autres, et qui s’écoute comme on lit des souvenirs de vacances. Mais pas celles passées avec tonton Marcel à la Baule, non, celles qu’on a finies défoncés sur la tôle un petit matin d’été, entouré de bouteilles vides et de potes affalés. Sur une plage Californienne de préférence, mais après tout, ces six morceaux peuvent aussi s’apprécier à l’ombre puisqu’ils ramènent la lumière dès leurs premières secondes.

 Un EP pour bronzer. En novembre, vous oseriez refuser ?


Titres de l'album:

  1. Abrasive
  2. Black Aura
  3. Keep Pace
  4. Puppets
  5. Sonic and Iconic
  6. The Queen is Sick

Bandcamp officiel




par mortne2001 le 10/11/2016 à 19:17
75 %    451

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !