C’est un peu la merde en perfide Albion en ce moment. Entre les attentats qui multiplient les victimes, les incendies qui en font tout autant, et Theresa May qui fait à peu près ce qu’elle veut et surtout n’importe quoi, le climat n’est pas à la détente, et le flegme semble céder le pas à la colère et au ras le bol général.

Je comprends ça, il faut avouer que l’Angleterre n’a pas été épargnée par le sort ces dernières années, et pas étonnant que la scène Core en soit affectée de manière durable.

On sait déjà depuis fort longtemps que les courants les plus extrêmes sont pratiquement tous nés là-bas, et ce depuis l’avènement du Punk londonien, mais aujourd’hui, c’est du côté de Lincoln, East Midlands qu’un traquenard nous est tendu sous la forme d’un premier EP assez cryptique, qui lui aussi mise sur la violence amalgamée.

Pas grand-chose à vous dire sur les SKINLOVER, que j’ai connus ce matin même, et qui ne perdent pas de temps en bio inutile sur leur Bandcamp, qui est d’ailleurs leur unique page officielle.

Un EP donc, d’une bonne dizaine de minutes, qui se souvient de son patrimoine national, tout en louchant du côté du Darkcore allemand où il semble tomber.

Une musique rigide, froide comme un soir de décembre anglais, qui sait pourtant se montrer rapide et expéditive lorsque l’ambiance l’exige, mais qui ne se borne pas à tirer dans tous les coins sans économiser ses balles.

Musicalement, l’affaire est concentrée, mais variée. Violente, mais remuée. Hardcore, mais métallisée. Tout ceci ne doit certainement pas vous aiguiller sur une piste quelconque, mais je ne crois pas que le but de Lyn Skyvver soit de mettre les choses au clair pour vous faire vous sentir à l’aise. C’est au contraire un EP qui aime secouer et déranger, en mélangeant les genres pour en extraire leur essence la plus noire, et multiplier les cassures de rythmes, les changements d’humeur, etc…

Alors, ça joue très vite ou très lentement, mais toujours très fort. A cheval entre un Darkcore vraiment gras, tirant même parfois sur un Sludge maladif limite Doom (« Lyn Skyvver » justement, aux riffs gras et suintants comme un front en été). Les morceaux sont tous courts mais incroyablement intenses et souvent malsains, comme le démontre avec véhémence « Humanity », qui semble dresser un constat assez pessimiste de notre situation mondiale. Une voix hurlée légèrement résignée dans la colère, une rythmique qui évolue et sinue entre les accélérations et décélérations, et une guitare qui lacère des riffs vraiment méchants histoire de rester dans le ton. Difficile toutefois de comparer ces anglais à des troupes connues, puisqu’ils prennent un malin plaisir à brouiller les cartes, néanmoins, ce premier jet fait preuve d’un professionnalisme certain dans la désillusion, et bénéficie d’une énorme production un peu sourde qui nous rappelle le DISCHARGE le plus cruel et abyssal (« Crippled and Caged »).

Nous passons donc allégrement de saillies brèves mais qui bousculent grave (« A Consumerist Hedonist », qui saute d’un tempo à l’autre sans vergogne), à des interventions plus développées aux monochromes denses (« Man Is The Cancer », son feedback qui troue les tympans et ses percussions tribales ondulantes).

Implications qui rassurent quant à l’investissement des musiciens dans une réalité assez éprouvante (« We Care », et ce son si caractéristique d’un gros Punk à tendance Doom de l’orée des 90’s), pour une dualité ambiante assez intéressante dans le rendu, qui permet aux SKINLOVER de ne jamais lasser sans pour autant se perdre dans des conjectures contradictoires.

C’est parfois assourdissant de violence (« The Great Hunter »), ou péremptoire dans l’écrasement d’un Crust par un énorme coup de massue Darkcore (« Don’t Like It. Change It ! », au parfum légèrement GODFLESH), et de temps à autres faussement mélodique, mais franchement écrasant et amer (« Life », avec ce chant qui semble enfin sortir ses tripes sur une bourrasque Crust massive, soudainement catapultée par quelques blasts surprenants).

En gros, du travail de sadiques qui ne vous laissent voir la vie et la société que sous leurs angles les plus abjects et perturbants.

Lyn Skyvver n’est pas vraiment un EP rassurant, mais il se veut constat lucide d’une époque qui exorcise ses démons dans un consumérisme ambiant pour ne pas regarder la vérité en face. Une musique parfaitement en adéquation avec des temps troubles, où la vie disparaît aussi vite qu’elle n’est créée.

Pas super chaleureux, mais puissant, distordu, dissonant, un peu cacophonique, encore très impulsif, mais terriblement rationnel.

Une autre façon d’envisager un Crossover entre tous les genres les plus abrupts pour les rendre encore plus perturbants.

A écouter avec un moral au beau fixe sous peine de se jeter du pont le plus proche.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Humanity
  3. Crippled And Caged
  4. Don't Like It.Change It!
  5. We Care
  6. The Great Hunter
  7. Lyn Skyvver
  8. Life
  9. A Consumerist Hedonist
  10. Man Is The Cancer

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/07/2017 à 14:47
70 %    48

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Grind Against Trump

Motorhead

Under Cover

Angels Cut

Sick Sick Sick

Ceaseless Torment

Forces Of Evil

Grizzlor

Destructoid

Kee Of Hearts

Kee Of Hearts

The Rinn

Stories of the Green Fairy

Cannabis Corpse

Left Hand Pass

The Donner Party

Pizza Patrol

Lynch Mob

The Brotherhood

Leucosis

Liminal

Hedger

Unshaped Thoughts / With Eyes Unbound

Horde Victorieuse (horde V.)

Horde Victorieuse

Peropero

Lizards

Janet Gardner

Janet Gardner

Black Bleeding

The Awakening

Integrity

Howling, For The Nightmare Shall Consume

Excöriator

Horned Is The Hunger

Yards

Excitation Thresholds

Muscadeath Festival XVI

Jus de cadavre / 25/09/2017
Death Metal

Gogol Premier + The Rhinogrades

Sheb / 21/09/2017
Punk

MetallicA + Kvelertak

RBD / 13/09/2017
Thrash Metal

Les Tambours du Bronx + Mountain Men

RBD / 29/08/2017
Blues Rock

Motocultor Festival 2017

Jus de cadavre / 24/08/2017
Heavy Metal

Concerts à 7 jours

Ufomammut + Usnea

01/10 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Satyricon

01/10 : Mjc De Reze, Nantes (44)

Evergrey

01/10 : La Boule Noire, Paris (75)

Ensiferum + Wolfheart + Skyclad

01/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Satyricon

02/10 : Le Metronum, Toulouse (31)

Alcest + Anathema

02/10 : La Cartonnerie, Reims (51)

Evergrey

02/10 : Marché Gare, Lyon (69)

Archgoat + Bölzer + Svartidauði

02/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Alcest + Anathema

03/10 : L'etage, Rennes (35)

Tagada Jones + Urban Blaster + Headcharger

29/09 : L'etage, Rennes (35)

Bellator + Scum + Smerter

30/09 : La Jument Pavoisée, Rennes (35)

+ Pulmonary Fibrosis + Defenestration

30/09 : T'es Rock Coco, Angers (49)

Ufomammut + Usnea

30/09 : La Boule Noire, Paris (75)

Satyricon

30/09 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Joli plateau ! C'est intéressant d'avoir la vision de quelqu'un de plus jeune sur Mercyless, qui était l'une des institutions de la première scène, puis qui avait cherché une évolution musicale très audacieuse aujourd'hui gommée méthodiquement des mémoires. Cela m'amuserait de revoir Carca(...)


Il est clair qu'il y a bon nombre d'albums de MOTÖRHEAD sur lesquels se pencher avant de s'attarder sur celui-là.


Ouais l'affiche se démarque réellement du festival Metal lambda. Pour moi c'est loin mais j'espère que le côté ouest et le sud de la France vont se bouger en masse pour supporter ce fest


Pour répondre à ma propre question le batteur de Benighted c'était Kevin Paradis (Svart Crown etc...). Merci à Carcariass et Red Dawn pour la réponse ;)


Le très gros défaut de cet album est que je ne vois pas quel public il vise. Pour ceux comme moi qui ont chez eux la plupart des albums du groupe, il n'apporte pas grand chose (un des rares trucs que j'aurais aimé récupérer car probablement la reprise la plus inspirée et pas la plus facile à (...)