Lyn Skyvver

Skinlover

14/06/2017

Autoproduction

C’est un peu la merde en perfide Albion en ce moment. Entre les attentats qui multiplient les victimes, les incendies qui en font tout autant, et Theresa May qui fait à peu près ce qu’elle veut et surtout n’importe quoi, le climat n’est pas à la détente, et le flegme semble céder le pas à la colère et au ras le bol général.

Je comprends ça, il faut avouer que l’Angleterre n’a pas été épargnée par le sort ces dernières années, et pas étonnant que la scène Core en soit affectée de manière durable.

On sait déjà depuis fort longtemps que les courants les plus extrêmes sont pratiquement tous nés là-bas, et ce depuis l’avènement du Punk londonien, mais aujourd’hui, c’est du côté de Lincoln, East Midlands qu’un traquenard nous est tendu sous la forme d’un premier EP assez cryptique, qui lui aussi mise sur la violence amalgamée.

Pas grand-chose à vous dire sur les SKINLOVER, que j’ai connus ce matin même, et qui ne perdent pas de temps en bio inutile sur leur Bandcamp, qui est d’ailleurs leur unique page officielle.

Un EP donc, d’une bonne dizaine de minutes, qui se souvient de son patrimoine national, tout en louchant du côté du Darkcore allemand où il semble tomber.

Une musique rigide, froide comme un soir de décembre anglais, qui sait pourtant se montrer rapide et expéditive lorsque l’ambiance l’exige, mais qui ne se borne pas à tirer dans tous les coins sans économiser ses balles.

Musicalement, l’affaire est concentrée, mais variée. Violente, mais remuée. Hardcore, mais métallisée. Tout ceci ne doit certainement pas vous aiguiller sur une piste quelconque, mais je ne crois pas que le but de Lyn Skyvver soit de mettre les choses au clair pour vous faire vous sentir à l’aise. C’est au contraire un EP qui aime secouer et déranger, en mélangeant les genres pour en extraire leur essence la plus noire, et multiplier les cassures de rythmes, les changements d’humeur, etc…

Alors, ça joue très vite ou très lentement, mais toujours très fort. A cheval entre un Darkcore vraiment gras, tirant même parfois sur un Sludge maladif limite Doom (« Lyn Skyvver » justement, aux riffs gras et suintants comme un front en été). Les morceaux sont tous courts mais incroyablement intenses et souvent malsains, comme le démontre avec véhémence « Humanity », qui semble dresser un constat assez pessimiste de notre situation mondiale. Une voix hurlée légèrement résignée dans la colère, une rythmique qui évolue et sinue entre les accélérations et décélérations, et une guitare qui lacère des riffs vraiment méchants histoire de rester dans le ton. Difficile toutefois de comparer ces anglais à des troupes connues, puisqu’ils prennent un malin plaisir à brouiller les cartes, néanmoins, ce premier jet fait preuve d’un professionnalisme certain dans la désillusion, et bénéficie d’une énorme production un peu sourde qui nous rappelle le DISCHARGE le plus cruel et abyssal (« Crippled and Caged »).

Nous passons donc allégrement de saillies brèves mais qui bousculent grave (« A Consumerist Hedonist », qui saute d’un tempo à l’autre sans vergogne), à des interventions plus développées aux monochromes denses (« Man Is The Cancer », son feedback qui troue les tympans et ses percussions tribales ondulantes).

Implications qui rassurent quant à l’investissement des musiciens dans une réalité assez éprouvante (« We Care », et ce son si caractéristique d’un gros Punk à tendance Doom de l’orée des 90’s), pour une dualité ambiante assez intéressante dans le rendu, qui permet aux SKINLOVER de ne jamais lasser sans pour autant se perdre dans des conjectures contradictoires.

C’est parfois assourdissant de violence (« The Great Hunter »), ou péremptoire dans l’écrasement d’un Crust par un énorme coup de massue Darkcore (« Don’t Like It. Change It ! », au parfum légèrement GODFLESH), et de temps à autres faussement mélodique, mais franchement écrasant et amer (« Life », avec ce chant qui semble enfin sortir ses tripes sur une bourrasque Crust massive, soudainement catapultée par quelques blasts surprenants).

En gros, du travail de sadiques qui ne vous laissent voir la vie et la société que sous leurs angles les plus abjects et perturbants.

Lyn Skyvver n’est pas vraiment un EP rassurant, mais il se veut constat lucide d’une époque qui exorcise ses démons dans un consumérisme ambiant pour ne pas regarder la vérité en face. Une musique parfaitement en adéquation avec des temps troubles, où la vie disparaît aussi vite qu’elle n’est créée.

Pas super chaleureux, mais puissant, distordu, dissonant, un peu cacophonique, encore très impulsif, mais terriblement rationnel.

Une autre façon d’envisager un Crossover entre tous les genres les plus abrupts pour les rendre encore plus perturbants.

A écouter avec un moral au beau fixe sous peine de se jeter du pont le plus proche.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Humanity
  3. Crippled And Caged
  4. Don't Like It.Change It!
  5. We Care
  6. The Great Hunter
  7. Lyn Skyvver
  8. Life
  9. A Consumerist Hedonist
  10. Man Is The Cancer

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/07/2017 à 14:47
70 %    609

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35