C’est un peu la merde en perfide Albion en ce moment. Entre les attentats qui multiplient les victimes, les incendies qui en font tout autant, et Theresa May qui fait à peu près ce qu’elle veut et surtout n’importe quoi, le climat n’est pas à la détente, et le flegme semble céder le pas à la colère et au ras le bol général.

Je comprends ça, il faut avouer que l’Angleterre n’a pas été épargnée par le sort ces dernières années, et pas étonnant que la scène Core en soit affectée de manière durable.

On sait déjà depuis fort longtemps que les courants les plus extrêmes sont pratiquement tous nés là-bas, et ce depuis l’avènement du Punk londonien, mais aujourd’hui, c’est du côté de Lincoln, East Midlands qu’un traquenard nous est tendu sous la forme d’un premier EP assez cryptique, qui lui aussi mise sur la violence amalgamée.

Pas grand-chose à vous dire sur les SKINLOVER, que j’ai connus ce matin même, et qui ne perdent pas de temps en bio inutile sur leur Bandcamp, qui est d’ailleurs leur unique page officielle.

Un EP donc, d’une bonne dizaine de minutes, qui se souvient de son patrimoine national, tout en louchant du côté du Darkcore allemand où il semble tomber.

Une musique rigide, froide comme un soir de décembre anglais, qui sait pourtant se montrer rapide et expéditive lorsque l’ambiance l’exige, mais qui ne se borne pas à tirer dans tous les coins sans économiser ses balles.

Musicalement, l’affaire est concentrée, mais variée. Violente, mais remuée. Hardcore, mais métallisée. Tout ceci ne doit certainement pas vous aiguiller sur une piste quelconque, mais je ne crois pas que le but de Lyn Skyvver soit de mettre les choses au clair pour vous faire vous sentir à l’aise. C’est au contraire un EP qui aime secouer et déranger, en mélangeant les genres pour en extraire leur essence la plus noire, et multiplier les cassures de rythmes, les changements d’humeur, etc…

Alors, ça joue très vite ou très lentement, mais toujours très fort. A cheval entre un Darkcore vraiment gras, tirant même parfois sur un Sludge maladif limite Doom (« Lyn Skyvver » justement, aux riffs gras et suintants comme un front en été). Les morceaux sont tous courts mais incroyablement intenses et souvent malsains, comme le démontre avec véhémence « Humanity », qui semble dresser un constat assez pessimiste de notre situation mondiale. Une voix hurlée légèrement résignée dans la colère, une rythmique qui évolue et sinue entre les accélérations et décélérations, et une guitare qui lacère des riffs vraiment méchants histoire de rester dans le ton. Difficile toutefois de comparer ces anglais à des troupes connues, puisqu’ils prennent un malin plaisir à brouiller les cartes, néanmoins, ce premier jet fait preuve d’un professionnalisme certain dans la désillusion, et bénéficie d’une énorme production un peu sourde qui nous rappelle le DISCHARGE le plus cruel et abyssal (« Crippled and Caged »).

Nous passons donc allégrement de saillies brèves mais qui bousculent grave (« A Consumerist Hedonist », qui saute d’un tempo à l’autre sans vergogne), à des interventions plus développées aux monochromes denses (« Man Is The Cancer », son feedback qui troue les tympans et ses percussions tribales ondulantes).

Implications qui rassurent quant à l’investissement des musiciens dans une réalité assez éprouvante (« We Care », et ce son si caractéristique d’un gros Punk à tendance Doom de l’orée des 90’s), pour une dualité ambiante assez intéressante dans le rendu, qui permet aux SKINLOVER de ne jamais lasser sans pour autant se perdre dans des conjectures contradictoires.

C’est parfois assourdissant de violence (« The Great Hunter »), ou péremptoire dans l’écrasement d’un Crust par un énorme coup de massue Darkcore (« Don’t Like It. Change It ! », au parfum légèrement GODFLESH), et de temps à autres faussement mélodique, mais franchement écrasant et amer (« Life », avec ce chant qui semble enfin sortir ses tripes sur une bourrasque Crust massive, soudainement catapultée par quelques blasts surprenants).

En gros, du travail de sadiques qui ne vous laissent voir la vie et la société que sous leurs angles les plus abjects et perturbants.

Lyn Skyvver n’est pas vraiment un EP rassurant, mais il se veut constat lucide d’une époque qui exorcise ses démons dans un consumérisme ambiant pour ne pas regarder la vérité en face. Une musique parfaitement en adéquation avec des temps troubles, où la vie disparaît aussi vite qu’elle n’est créée.

Pas super chaleureux, mais puissant, distordu, dissonant, un peu cacophonique, encore très impulsif, mais terriblement rationnel.

Une autre façon d’envisager un Crossover entre tous les genres les plus abrupts pour les rendre encore plus perturbants.

A écouter avec un moral au beau fixe sous peine de se jeter du pont le plus proche.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Humanity
  3. Crippled And Caged
  4. Don't Like It.Change It!
  5. We Care
  6. The Great Hunter
  7. Lyn Skyvver
  8. Life
  9. A Consumerist Hedonist
  10. Man Is The Cancer

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/07/2017 à 14:47
70 %    290

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Coma

Disorder

Hellraiser

Heritage

Obsidian Sea

Strangers

Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Iron Bastards + Paranoid Cats + Sweeping Death

31/08 : Millenium, Haguenau ()

Photo Stream

Derniers coms

Ohlàlà, Runemagick ! Des années que j'avais pas écouté ce truc ! Clair que les deux premiers albums sont assez excellents dans leur genre.

M'en vais aller dépoussiérer l'opus, tiens !


@Buck : oui j'ai vu ça... Là ça fout les boules quand même !
Autant je n'aime vraiment pas Megadeth, mais les caler en dessous de cette bouse appelé Five finger machin, c'est juste une honte. Littéralement le monde à l'envers...


La situation à te faire péter un câble...


J'ai en tête un morceau des CLASH, "I'm so bored with the USA" et aussi un titre d'EXPLOITED plus explicite...pour cette chère administration "pussy grabbin" trumpesque :-)


Où Megadeth en première partie de Five finger death punch?


Behemoth qui ouvre pour Slipknot... Et pourquoi pas Metallica en guest de KoRn ou Black Sabbath en 1re partie de Limp Bizkit ?


Slipknot et Behemoth a ouais lol deux salles deux ambiances.


Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)