L’Italie toujours, la dolce vita, Rome, Venise, sa douceur de vivre, les studios Cinecitta, Anita Ekberg dans sa fontaine de Trévise tentant de séduire le playboy Marcello…Des images de carte-postale, mais qui évoquent bien les fantasmes d’un pays de romantisme qui n’en finit plus de séduire les amoureux du monde entier, au même titre que Paris… Mais l’Italie, c’est aussi un autre versant artistique moins porté sur les arabesques romantiques et les dépliants de guides, une Italie qui ne partage pas ses pâtes du bout des dents, et qui a plutôt tendance à se faire les siennes sur un Metal extrême parfaitement pertinent, mais qui rappelle méchamment des influences d’un autre continent. Si vous avez connu cette vague Thrash hautement technique venue conjointement d’Allemagne, de Suisse et des Etats-Unis, vous n’avez certainement pas pu passer à côté des prouesses de marathoniens du riff de mathématiciens des WATCHTOWER, CORONER, ATHEIST, et surtout TOXIK, dont nos trois héros du jour semblent avoir été marqués par les exactions millimétrées. C’est certainement la référence la plus patente sous laquelle placer ce premier EP des italiens de CENTRIPETAL FORCE, qui en effet éclaboussent de leur talent et de leur technique tout ce qui les entoure. Formé en 2010 par Stefano Saroglia (guitare) et Andrea Carratta (batterie), acteurs de l’underground de Turin depuis 1993, et en période d’inactivité forcée, ce trio (en y ajoutant John Knight au chant) ne cache en rien son admiration pour le Techno-Thrash de la fin des années 80, qu’il remet au goût du jour en accentuant ses aspects les plus émérites, donnant ainsi le change aux sempiternels DREAM THEATER et PERIPHERY de leur hargne métallique beaucoup plus pertinente, mais tout aussi ambitieuse.

Trois titres seulement sur la carte de visite qu’est Eidetic, ce qui est amplement suffisant pour juger du potentiel énorme d’une formation qui a placé la démonstration en exergue et qui accumule les performances de plan en équilibre, sans pour autant faire baisser la pression Thrash d’un seul cran. Il serait même possible de voir en ce premier jet une démarcation habile et encore plus inextricable du premier méfait des élèves de Berkley, When Dream And Day Unite, spécialement lorsque le chant de John atteint des notes aigues, rappelant de fait les envolées lyriques de Charlie Dominici. Mais la complexité des œuvres présentées les juxtaposerait plutôt aux côtés de chefs-d’œuvre comme Control And Resistance ou Think This, des inoubliables orfèvres en la matière WATCHTOWER et TOXIK, qui à l’époque, ne craignaient pas de tremper leur Thrash dans un Free-Jazz hautement mélodique, mais indéniablement concentrique. Plagiat ? Certes, parfois, les plans et arrangements retrouvent les mêmes impulsions, mais parlons plutôt d’admiration et de travail de réactualisation de LP’s n’ayant jamais trouvé d’équivalent depuis leur sortie, et restant fermement accrochés à la playlist d’esthètes outragés de n’avoir jamais eu (ou presque dans le cas des WATCHTOWER) de suite à s’offrir à ces aventures calculées. Les trois italiens se placent donc en directe lignée de leur aînés d’outre-Atlantique, et nous offrent un festival d’idées qui entre en collision comme des électrons libres tournant fou, et se percutant à une vitesse déraisonnable. Pourtant, impossible de résister à cette débauche de technique assumée tant l’ensemble tient debout, et ne joue jamais les serviles disciples.   

En trois morceaux de cinq minutes, suffisamment denses pour qu’on en passe le triple à essayer d’en dénouer l’écheveau, CENTRIPETAL FORCE démontre son habilité à singer les tics les plus prononcés des chevaliers du riff calibré susnommés, et se permet même quelques interventions en solo évoquant les UZEB, spécialement sur le spatial « Centripetal Force », qui nous embarque aux confins de la galaxie Techno-Thrash, parvenant même lorsque les tonalités médiums s’imposent à évoquer l’esprit magique d’un Alan Tecchio au sommet de ses possibilités vocales. L’ombre de CYNIC plane aussi au-dessus du projet, sous une forme bien moins contemplative, puisque les trois italiens n’ont pas oublié la puissance au placard, même si elle s’articule la plupart du temps autour de patterns rythmiques propices à des céphalées carabinées. Mais les mélodies sont bien présentes, et l’envie aussi, ce qui transforme ce premier essai en quasi sans-fautes, imperfectible tout autant dans sa forme que dans son fond. Dans ce style aussi extrême, les analogies de plans sautent évidemment aux yeux, et on souhaitera à l’avenir des espaces plus aérés, sous peine de côtoyer la redondance d’une démonstration trop prononcée, mais en à peine un quart d’heure, pas grand-chose à regretter, ni à reprocher à des instrumentistes suivant leur partition à la perfection. Les accros aux sextolets, aux mesures impaires et autres numéros de funambule des cadors en la matière seront certainement comblés par ce puzzle aux pièces disparates, mais assemblées avec flair, et agrémentées de mélodies subtiles et autres effets ludiques.

Si l’Italie se propose maintenant d’incarner la relève d’un genre qui n’a jamais supporté la médiocrité, c’est que ce pays est décidément sur de ses propres valeurs, qui ne sont plus à démontrer. Mais en substance, et en attendant un LP au format plus développé, Eidetic nous permet de retrouver le souffle épique de réalisations uniques, qui ont usé il y a presque trente ans les diamants de nos platines de leurs aspirations ataviques.


Titres de l'album:

  1. Centripetal Force
  2. Eidetic Memory
  3. Death of a Marionette

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/01/2018 à 14:58
85 %    360

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.