Tunnels

Worship

17/07/2020

Autoproduction

Se lever le matin, avaler une tartine de saindoux arrosée de jus de viande et trempée dans du café froid de la veille, en regardant les dernières catastrophes aux infos. Enfiler sa tenue de travail, et arpenter les tunnels d’un vieux système d’égouts fluviaux à la recherche de saloperies obstruant les canalisations. Sentir les excréments, la pourriture, traîner ses bottes dans une eau croupie, parler avec les collègues du dernier gel des salaires. Penser à l’hypothèque sur la maison et à sa femme qui n’en peut plus de cette vie morne et qui commence à loucher sur son collègue de boulot. Sortir de ce trou à rat à une heure avancée, prendre une douche vite fait, manger un repas surgelé préparé sans amour. Dire bonne nuit à des gosses qui ne rêvent plus depuis longtemps. Regarder les dernières catastrophes aux infos du soir. Aller se coucher, et embrasser sa femme qui pense à un autre. Recommencer le tout le lendemain matin en attendant un weekend qui n’apportera rien de meilleur qu’un barbecue avec des amis que vous n’en pouvez plus de fréquenter, parce qu’ils vous ressemblent. Sentir le moisi partout, voir la décrépitude d’un monde qui part à vau-l’eau. Regarder les murs décatis au papier peint qui se décolle et qui révèle une peinture maculée de salpêtre. Mener une vie qui a déjà des allures de mort annoncée, affronter les virus, les compressions de personnel, les émotions stériles, les réflexes de politesse, l’indifférence des siens et de la plèbe. Faire semblant de croire qu’on se lève pour une raison, qui n’est autre que celle de survivre à une journée insipide de plus. Le bilan vous semble-t-il assez juste en fin de compte, lorsque vous y réfléchissez bien ? Je ne sais pas s’il vous correspond, mais ce sont les images qui sont venues titiller mon esprit malade en écoutant le nouvel album des californiens de WORSHIP

Nous étions sans nouvelles des originaires de Salinas depuis 2015 et la sortie de All Too Human. Nous les pensions peut-être trop fatigués et résignés pour continuer à avancer, mais il semblerait que leur désespoir développe une énergie leur permettant d’enregistrer à nouveau. Mais pas d’illusions, leur musique est toujours aussi éprouvante, et la lourdeur de leur approche déprimante. Se réclamant d’un Sludge à touches Post Hardcore, les WORSHIP visent juste sur la cible de leur inspiration, et nous évoquent une version encore plus maladive de NEUROSIS, plus condensée aussi, mais pas moins poétique dans le cauchemar. Josh (guitare), Andrew (chant), Kyle (batterie) et Richard (basse) aiment mélanger les genres pour créer leur magma poisseux qui ressemble à s’y méprendre à toute la saloperie qui flotte sous nos pieds, dans les grandes agglomérations. Leurs riffs sont tels des paquets de cheveux, de carton, de déchets qui se mélange dans les eaux croupies de la désillusion, et le chant d’Andrew ressemble à s’y méprendre au soliloque d’un désespéré qui crie sa rage, mais dont la colère s’étouffe sur l’écueil de la réalité. A quoi bon après tout ? A quoi bon évoquer l’influence de CONVERGE, BOTCH, CAVE IN, ISIS, NEUROSIS, BORIS, SUNN O))), groupes qui ont déjà été impliqués dans tant de créations qu’ils en deviennent des icônes usées par le temps ? Et lorsqu’on découvre la lancinance du diptyque immédiat « Paralyze » et « Tunnels », on pense immanquablement à la bande de Scott Kelly, et cette façon de traiter un riff Doom pour le transformer en souffrance permanente. Heureusement parfois, la rage semble éclore aux lèvres de la haine, et « Without » d’accélérer encore un peu les choses pour qu’on le ressente dans notre envie de revanche. Le son est sec comme un coup de trique UNSANE, le propos aussi plombé qu’un lundi matin sous la pluie, on sent encore un peu de vie là-dessous, des réminiscences de CANDIRIA, mais surtout, une échine courbée sous le poids d’un destin peu enclin à ranimer vos rêves de jeunesse.

Dans la musique proposée par Tunnels, il n’y a aucun rêve, même pas une petite illusion de fin de journée, quand on est trop fatigué pour accepter la lucidité. Il n’y a que l’horreur du quotidien, l’enclume de la fatigue du matin qui vous frappe le crane jusqu’à en faire exploser le moindre neurone, les soudaines crises de panique quand on se rend compte que l’avenir est en noir et blanc, et que le passé n’a jamais été en couleur. Il y a plus prosaïquement du Post-hardcore confronté à la rudesse du Sludge et du Doom, des parties de batterie qui jouent parfois la déconstruction et les fills pour relancer la machine, des répétitions héritées de l’Indus grave et gras des années 90 (« Searching For Light »), du SWANS confronté à du ISIS et NEUROSIS, et puis surtout, un court cheminement vers une apocalypse finale, développée en plus de huit minutes, comme si le reste n’avait pas déjà été assez dur à supporter. De fait, « The Cave », est une pièce sombre de l’âme dans laquelle l’homme vient se réfugier pour laisser libre court à ses instincts les moins avouables. Une pièce qui s’ouvre sur fond de feedback gangréné, de basse distordue qui fait grincer les gonds, et d’une soudaine poussée d’Ambient sombre et suintant qui ne change rien pendant de longues minutes, avant qu’un crescendo final n’emmène l’homme aux confins de la folie. C’est à ce moment-là je crois qu’il a pris la décision d’ôter la vie à sa famille, avant de se pendre sur une poutre rongée par les termites. Mais la poutre a tenu, et le souffle en a été coupé suffisamment longtemps pour agoniser.

Tout ceci est évidemment une histoire inventée, mais elle pourrait arriver, un jour ou l’autre, à n’importe qui. A moi, à vous, à quelqu’un que personne ne connaît plus depuis qu’il ne parle plus. Et les californiens de WORSHIP tournent le dos au soleil de leur état pour contempler l’ombre globale. Et le tableau n’est pas des plus réjouissants. C’est donc ça, la tristesse palpable qui flotte entre les murs de l’indifférence ? Un tunnel sans fin sous couvert d’une nuit qui ne se termine jamais vraiment, à tel point qu’on se demande si on a vraiment existé autrement qu’à travers la mémoire faussée de ceux qui ne vous ont jamais entouré.    

   

Titres de l’album:

                   01. Serpents

                   02. Paralyze

                   03. Tunnels

                   04. Without

                   05. Searching For Light

                   06. The Cave


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/03/2021 à 18:01
80 %    134

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52