Oronodromozro

Prophets Of Yahweh

19/02/2019

Autoproduction

Du Metal indien, voilà qui permet pour une fois de s’éloigner des épicentres un peu trop classiques du Metal extrême, même si des preuves patentes de l’éveil de certaines régions commencent à s’accumuler. Mais du côté de Cochin-Kerala, personne ne s’étonne de l’émergence des PROPHETS OF YAHWEH, qui en agitent les murs depuis 2012, et qui ont donc largement eu le temps d’imposer leur nom sur la scène locale et nationale. Et pas seulement en tant que curiosité, mais plutôt par leur talent, qui leur permet aujourd’hui d’exploser de rage sur la scène internationale qui va bien être obligée de prendre en compte leurs capacités créatives éclatantes sur ces huit morceaux éclectiques. Car plusieurs fois étant coutume, il est très difficile de baliser le terrain couvert par ces quatre indiens, trop Death pour être vraiment Metal, mais trop puissants pour n’adhérer qu’aux théories progressives dont ils se réclament pourtant. Fondé par le guitariste/chanteur/compositeur Jithin Peter il y a sept ans, le projet PROPHETS OF YAHWEH se propose d’incarner un éveil spirituel, une élévation par la violence, omniprésente sur les trente-huit minutes de cet album qui ne ménage pas ses efforts pour nous persuader de son bien-fondé. De là à penser que vous pourrez léviter après écoute de l’œuvre en question, il y a un pas que la méditation transcendantale ne me permet pas de franchir au regard de la violence de la musique en question. Mais il est toujours possible d’ouvrir sa perception et d’atteindre un stade supérieur de compréhension en acceptant la cruauté et les injustices du monde, sans en occulter la beauté parfois cachée dans les méandres de l’égoïsme et de la vénalité. Etymologiquement, ce groupe peut faire référence à deux concepts radicalement opposés. Le plus évident étant bien sûr les prophètes de Jésus, et ces témoignages sortis de nulle part qui ont contribué à l’élaboration de la doctrine religieuse telle qu’on la connaît depuis le cinquième siècle. Le moins évident et plus anecdotique se réfère à Ramon Watkins, plus connu aux Etats-Unis sous le nom de The Prophet Yahweh, qui assurait à qui voulait bien l’entendre qu’il avait la possibilité de communiquer avec les extra-terrestres en utilisant des passages de la Bible. De l’un ou de l’autre de ces deux références, inutile de savoir laquelle est la plus pertinente, puisque l’axe religieux les unit. Mais musicalement parlant autant vous dire que ces prophètes-là ne se gênent pas pour hurler leur message au son d’une musique étrange et mystique, qui en appelle tout autant au Death le plus brutal qu’au plus évolutif.

Quatuor (Jithin Peter - guitare/chant, Robin Xavier - guitare, Chris Martin - basse et Gokul VG - batterie), PROPHETS OF YAHWEH ne se réclame que d’un seul culte, celui de la musique, qu’ils considèrent comme la seule religion viable. Et en huit morceaux, ils prouvent leurs dires, argumentant de la véhémence globale à l’aide d’une complexité de ton qui en appelle au Death le plus progressif et intrigant. Difficile toutefois de les classer dans une frange particulière de l’extrême, puisqu’ils en utilisent tous les codes, passant sans vergogne de la force de frappe philosophique des GOJIRA à l’étrangeté d’un GORGUTS encore plus inextricable qu’à l’ordinaire, sans renier quelques dogmes enseignés par STRAPPING YOUNG LAD ou même DODECAHEDRON, sans toutefois se perdre sur les chemins blasphématoires du BM. Difficile donc d’expliquer avec précision l’optique choisie par les indiens, qui sont capables sur trois minutes et des poussières de caser plus d’idées que bien des combos en un album entier (« The Mighty March »). Brutaux, impénétrables, les quatre musiciens n’en oublient pas pour autant d’être musicaux, et surtout, suffisamment versatiles pour ne pas nous ennuyer au bout de quelques instants. Et si l’ouverture dantesque de « Oronodromozro » place les débats sur le terrain de l’éclectisme avec son intro harmonieuse, nous sommes vite fixés sur les intentions violentes du quatuor qui tisse un canevas de riffs gravissimes. Le crescendo proposé par cette entame rapproche donc Oronodromozro d’une vision très personnelle du Metal extrême le plus élaboré, évidemment très proche d’un Néo-Death contemporain et conscient de ses capacités techniques, mais largement assez intelligent pour imposer des structures logiques. Pas de débordement chaotique à craindre donc, même si l’intensité globale prend parfois des airs de second big-bang, mais de la musicalité, et une habileté instrumentale permettant toutes les audaces. Dissonances bienvenues, voix abyssale, motifs de guitare qui tournoient, pour mieux laisser place à des arrangements éthérés, et un voyage aux confins des croyances et des convictions qui pénètre la conscience comme un mantra unique. Et en privilégiant des formats courts, les indiens ont fait le bon choix, eux qui justement n’ont pas besoin de dix minutes pour offrir des plans conséquents et pertinents.

Quelques blasts assurent le surplus d’énergie dont certains morceaux ont besoin, et nous atteignons parfois des pics de densité assez effrayants, à l’instar de ceux érigés par le terrifiant « Critical » qui sonne comme un avertissement athée aux grondements inquiétants. Et avec quelques inserts orientaux en filigrane discret, le concept global offre un dépaysement dans la brutalité que les plus ouverts sauront apprécier, d’autant qu’on se demande souvent si l’on foule une terre Heavy sacrée ou un sol aride Death et blasphématoire. Mais entre une toile de riffs aux mailles serrées et un accompagnement de chant qui fait plus office de troisième ligne rythmique qu’autre chose, pas vraiment le temps de se poser de questions inutiles, d’autant plus qu’aucune réponse ne nous sera prodiguée. Il suffit de faire confiance à nos guides spirituels pour nous aiguiller sur le chemin de la rédemption artistique, dont ils connaissent les principes, se partageant sans cesse entre ascétisme harmonique et déchaînement rythmique. Les pauses sont donc bienvenues, et tout sauf gratuites, évoquant alors plus directement une forme humble de progressif des années 90 qui accepterait le temps qui passe et la cruauté instrumentale qui en découle, un peu comme si le Djent de PERIPHERY s’accommodait du Death des GORGUTS sans perdre son identité propre (« No More »). Performances individuelles notables et conséquentes, inclinaisons Néo-Thrash rappelant même parfois la nouvelle école scandinave du genre (« WW3 », plus efficace qu’un duo entre AT THE GATES et SOILWORK), pour un final processionnel qui pousse les paroxysmes à leur niveau le plus élevé, dans une acmé de clôture qui en dit long sur les compétences de ces musiciens. La production très ample permet de décoller vers les cieux les plus striés d’éclairs, et « Lucid Dream » d’utiliser les cris les plus excessifs comme instrument à part entière, pour souligner l’écrasement d’un Heavy porté à ébullition Death.

Progressif bien sûr, eut égard à la somme d’idées et de digressions proposées, Death à cause de cette intensité omniprésente et jamais démentie, Heavy pour ces guitares qui ne renoncent jamais à une forme de traditionalisme traduite dans un vocable moins engoncé, Oronodromozro est une expérience personnelle que l’on partage avec d’autres pour atteindre un degré supérieur de conscience musicale. Difficile de savoir si les PROPHETS OF YAHWEH le seront en leur pays ou ailleurs, mais leurs discours vaut bien tous les évangiles et versets de l’histoire, puisque finalement, la musique reste la seule religion honnête et sincère que l’on puisse vénérer.      

  

Titres de l'album :

                        1.Oronodromozro

                        2.Critical

                        3.Exodus

                        4.No More

                        5.The Mighty March

                        6.Cure

                        7.WW3

                        8.Lucid Dream

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/04/2019 à 18:27
80 %    369

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06

POMAH

Hum je te comprends 

26/09/2020, 04:18

LeMoustre

Un certain côté Toxik/Realm, pour sûr. Ca speede bien sur ce titre. Curieux de découvrir ce groupe qui m'a l'air intéressant, pas bien loin d'un Sacral Rage, tiens.

25/09/2020, 20:38

Hammer Pils

15 pesos c’est pas donné, même si je comprends qu’ils doivent remplir la gamelle à la fin du mois surtout dans leurs pays où tu n’a ni assurance santé, ni chômage.... Mais à la limite plutôt qu’un streaming qui sera vite(...)

25/09/2020, 19:08

Sphincter Desecrator

"Trois concerts en "live stream" filmés en studio"... Sauf que pour moi, s'il n'y a pas de public, ce n'est pas un concert. CQFD.Ceci dit, le contexte est particulier, et je comprends cette recherche d'un nouveau format, s(...)

25/09/2020, 18:54

Moshimosher

Perso, en ces temps difficiles, ça ne me choque pas... Maintenant, faut voir les conditions du streaming, les difficultés du groupe et des individus qui le composent, et l'impact que ça peut avoir sur tout ce qui n'est pas ce streaming mais se rapporte au groupe... (...)

25/09/2020, 18:27

Kairos

@satantu te trompe je pense, c’est bien les bonnes prestations de cradle qui se compte sur les doigts d’une main. je ne les ai vu que 2 fois sur scene mais je confirme que cradle en live, c’est problématique.Cradle a été conspué pend(...)

25/09/2020, 17:44

Oliv

oui c’est   plus un soutien au groupe qu’autre chose car des lives d’Obituary , t’en a un paquet sur YouTube 

25/09/2020, 17:29

Buck Dancer

Oui, bien cool !! 

25/09/2020, 16:29

Jus de cadavre

Pareil je trouve ça trop cher. Mais attention ce sont des ricains donc :- business is business (oui même pour du Death Metal)- aux États-Unis tu taf pas, t'a pas de revenu c'est pas comme chez nous... (pas de statuts d'intermintents là-bas) (...)

25/09/2020, 16:27

Simony

Merci Wolf88, bien vu !

25/09/2020, 15:58

Simony

L'objectif est d'en faire une mensuellement, donc oui ça devrait revenir.Merci et content que ça vous plaise.

25/09/2020, 15:48

Wolf88

Bonjour,Ce n'est pas Finlande mais à DanemarkBandcamp: https://septage.bandcamp.com/releasesFacebook: https://www.facebook(...)

25/09/2020, 15:26

Buck Dancer

Je ne payerais pas non plus pour ça, mais je suis curieux du troisième concert. 

25/09/2020, 15:08

Jefflonger

Très  belle chro, album varié et pourtant direct dans le pif

25/09/2020, 15:02

Kairos

Moi j’ai backé parceque les mag à kro, news et interviews n’ont plus vraiment beaucoup d'interêt a l’heure du net

25/09/2020, 14:10