Imaginons que vous aimiez le Grind et l’Allemagne. Oui, je sais, mon hypothèse est un peu tirée par les cheveux, mais si d’aventure vous y répondiez par l’affirmative, alors je serais en droit de vous proposer un EP fait pour vous, paru il y a quelques mois.

Pour ça, direction Berlin, histoire de faire la connaissance d’une bande de malades du bruit, qui depuis août 2012 triment sans relâche pour développer un hybride de Grind et de Powerviolence vraiment velu.

Les EQUES sont beaucoup plus fins qu’il n’y paraît, même si leur musique s’enfonce à chaque seconde dans un marigot de violence sourde et brutale.

Les gus sont quatre (Danny – basse,  Lasse – guitare, Philipp – batterie et Chris – chant et vociférations), ont déjà publié une démo et un EP éponyme, et ont donc lâché en cette funeste année 2016 un joli pamphlet extrême enveloppé dans une pochette aussi menaçante que sobre.

Quel est donc ce chien que les Berlinois veulent nous faire affronter ? Un molosse à la bave bien coulée ? Un petit roquet qui aboie avant de détaler ? Ou un gentil poilu un peu pataud qui n’a d’autre envie que celle de jouer ?

La première option semble être la bonne, quoique le quadrupède n’est pas foncièrement mauvais à cent pour cent, et qu’il affectionne les parties de balle et de cache-cache dans les fourrés. Le canidé à l’art du coup de folie bien placé, et n’hésite pas à ramper avant de partir dans des embardées, et semble même parfois tourner sur lui-même pour se bouffer la queue, sans avoir l’air ridicule pour autant.

Ses maîtres ne l’ont pas vraiment bien dressé, et il a totale liberté pour gambader, jusqu’au moment où la laisse l’étrangle un peu et qu’il fasse du sur place en jappant à la mort.

Si les EQUES n’hésitent pas et foudroient l’auditeur de blasts qui nous brisent l’échine, ils savent aussi lâcher du lest sans pour autant verser dans la tendresse. Ce troisième témoignage de leurs méthodes et visiblement très ambivalent et complètement fou, à l’instar de cette démonstration de démence « Magnum Justice », qui évoque tout autant le Powerviolence un peu chafouin que le Grind assez malsain.

Valse rythmique pour une adaptation jusque-boutiste d’un Thrashcore trop trempé dans l’acide, ce Beware of The Dog n’est rien de moins qu’une succession de plans qui s’imbriquent à une vitesse hallucinante, un peu comme si les FULL OF HELL se tapaient un bataille sur la table en jetant les cartes à la face d’un CHIENS hilare.

C’est sombre, un peu glauque parfois, mais très inventif dans le refus de la stabilité et des conventions. Brutal et dérangeant dans son alternance de caresses et de grosses claques, cet EP est un condensé de véhémence débridée qui ne se fixe jamais sur un point de vue et qui apporte un gros vent de folie dans un univers convenu.

Un peu comme si le chien en question vous léchait la main avant de vous la mordre, pour finalement piquer sa crise dans les bosquets de fleurs pour les réduire à néant.

Démonstration ?

Enchaînez le terrifiant « P.O.D » qui fait passer les AGATHOCLES pour de gentils dresseurs du dimanche et « Void » qui se répand en stridences et autres agacements de feedback pesants, avant de partir en vrille sur un numéro d’hystérie collective. La rythmique schizophrène abonde les plans acrobatiques avant d’imposer une pesanteur moite, la voix se dédouble, triple ses efforts, tandis que les guitares restent fixées sur un thème noir et fort, comme un expresso du matin un peu trop corsé.

Mais l’intro « Beware of The Dog » explique déjà tout avant d’aller plus en avant, et affirme dès le départ une basse atypique qui roule et boule de ses cordes maboules, qui se permettent même de croquer les fréquences de guitare de leurs intonations sourdes.

Une pirouette constante qui ne se calme jamais et ne marque aucune absence, des allusions au Fastcore, au Hardcore, le tout enroulé dans une bonne humeur déviante, pour une bordée de titres en free-lance qui ne dépassent jamais la minute de latence.

Bouillonnant comme un Mike Patton perdu dans un festival de Powerviolence, mélodique sans vraiment le faire exprès (« Fisherman »), grondant comme un combo de Grind qui court après le préposé au courrier (« ACAB », là quand même, ça va loin dans les hurlements et autres constructions de petits malins), et finalement totalement libre une fois que le collier est desserré (« TV-Zombie », ou comment conclure en aidant le vétérinaire à forcer les propriétaires à piquer le molosse dézingué).

En somme, un bon quart d’heure de jeu dans une prairie perdue, en compagnie d’un clébard fondu, qui finit par bouffer la balle avant de la restituer par le trou sur une pelouse pas vraiment bien tondue.

J’aime quand le Powerviolence atteint ce degré d’immaturité et refuse les conventions trop bien ciblées.

Et puis, un peu de bave et de caca sur les mains n’a jamais tué personne.

 Mais méfiance, ce chien est vraiment vilain. Plus pitbull mal réveillé le matin que Rintintin.


Titres de l'album:

  1. Beware of the dog
  2. Frog
  3. Rainbow Army
  4. Fisherman
  5. P.O.D.
  6. Void
  7. Trumphole
  8. Magnum Justice
  9. ACAB
  10. TV-Zombie

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/12/2016 à 16:46
70 %    242

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Enfin pas les 3 quart, mais je me comprend (de ceux que je veux voir quoi...).


LeMoustre : peut être pas faux concernant le public, mais bon le Motoc étant à 1h de chez moi... et puis allant au Netherland Deathfest en mai, j'y verrais les 3 quart des groupes présent au Metal Mean. :). Mais un jour j'en serais sans soucis ;)


Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)