Imaginons que vous aimiez le Grind et l’Allemagne. Oui, je sais, mon hypothèse est un peu tirée par les cheveux, mais si d’aventure vous y répondiez par l’affirmative, alors je serais en droit de vous proposer un EP fait pour vous, paru il y a quelques mois.

Pour ça, direction Berlin, histoire de faire la connaissance d’une bande de malades du bruit, qui depuis août 2012 triment sans relâche pour développer un hybride de Grind et de Powerviolence vraiment velu.

Les EQUES sont beaucoup plus fins qu’il n’y paraît, même si leur musique s’enfonce à chaque seconde dans un marigot de violence sourde et brutale.

Les gus sont quatre (Danny – basse,  Lasse – guitare, Philipp – batterie et Chris – chant et vociférations), ont déjà publié une démo et un EP éponyme, et ont donc lâché en cette funeste année 2016 un joli pamphlet extrême enveloppé dans une pochette aussi menaçante que sobre.

Quel est donc ce chien que les Berlinois veulent nous faire affronter ? Un molosse à la bave bien coulée ? Un petit roquet qui aboie avant de détaler ? Ou un gentil poilu un peu pataud qui n’a d’autre envie que celle de jouer ?

La première option semble être la bonne, quoique le quadrupède n’est pas foncièrement mauvais à cent pour cent, et qu’il affectionne les parties de balle et de cache-cache dans les fourrés. Le canidé à l’art du coup de folie bien placé, et n’hésite pas à ramper avant de partir dans des embardées, et semble même parfois tourner sur lui-même pour se bouffer la queue, sans avoir l’air ridicule pour autant.

Ses maîtres ne l’ont pas vraiment bien dressé, et il a totale liberté pour gambader, jusqu’au moment où la laisse l’étrangle un peu et qu’il fasse du sur place en jappant à la mort.

Si les EQUES n’hésitent pas et foudroient l’auditeur de blasts qui nous brisent l’échine, ils savent aussi lâcher du lest sans pour autant verser dans la tendresse. Ce troisième témoignage de leurs méthodes et visiblement très ambivalent et complètement fou, à l’instar de cette démonstration de démence « Magnum Justice », qui évoque tout autant le Powerviolence un peu chafouin que le Grind assez malsain.

Valse rythmique pour une adaptation jusque-boutiste d’un Thrashcore trop trempé dans l’acide, ce Beware of The Dog n’est rien de moins qu’une succession de plans qui s’imbriquent à une vitesse hallucinante, un peu comme si les FULL OF HELL se tapaient un bataille sur la table en jetant les cartes à la face d’un CHIENS hilare.

C’est sombre, un peu glauque parfois, mais très inventif dans le refus de la stabilité et des conventions. Brutal et dérangeant dans son alternance de caresses et de grosses claques, cet EP est un condensé de véhémence débridée qui ne se fixe jamais sur un point de vue et qui apporte un gros vent de folie dans un univers convenu.

Un peu comme si le chien en question vous léchait la main avant de vous la mordre, pour finalement piquer sa crise dans les bosquets de fleurs pour les réduire à néant.

Démonstration ?

Enchaînez le terrifiant « P.O.D » qui fait passer les AGATHOCLES pour de gentils dresseurs du dimanche et « Void » qui se répand en stridences et autres agacements de feedback pesants, avant de partir en vrille sur un numéro d’hystérie collective. La rythmique schizophrène abonde les plans acrobatiques avant d’imposer une pesanteur moite, la voix se dédouble, triple ses efforts, tandis que les guitares restent fixées sur un thème noir et fort, comme un expresso du matin un peu trop corsé.

Mais l’intro « Beware of The Dog » explique déjà tout avant d’aller plus en avant, et affirme dès le départ une basse atypique qui roule et boule de ses cordes maboules, qui se permettent même de croquer les fréquences de guitare de leurs intonations sourdes.

Une pirouette constante qui ne se calme jamais et ne marque aucune absence, des allusions au Fastcore, au Hardcore, le tout enroulé dans une bonne humeur déviante, pour une bordée de titres en free-lance qui ne dépassent jamais la minute de latence.

Bouillonnant comme un Mike Patton perdu dans un festival de Powerviolence, mélodique sans vraiment le faire exprès (« Fisherman »), grondant comme un combo de Grind qui court après le préposé au courrier (« ACAB », là quand même, ça va loin dans les hurlements et autres constructions de petits malins), et finalement totalement libre une fois que le collier est desserré (« TV-Zombie », ou comment conclure en aidant le vétérinaire à forcer les propriétaires à piquer le molosse dézingué).

En somme, un bon quart d’heure de jeu dans une prairie perdue, en compagnie d’un clébard fondu, qui finit par bouffer la balle avant de la restituer par le trou sur une pelouse pas vraiment bien tondue.

J’aime quand le Powerviolence atteint ce degré d’immaturité et refuse les conventions trop bien ciblées.

Et puis, un peu de bave et de caca sur les mains n’a jamais tué personne.

 Mais méfiance, ce chien est vraiment vilain. Plus pitbull mal réveillé le matin que Rintintin.


Titres de l'album:

  1. Beware of the dog
  2. Frog
  3. Rainbow Army
  4. Fisherman
  5. P.O.D.
  6. Void
  7. Trumphole
  8. Magnum Justice
  9. ACAB
  10. TV-Zombie

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/12/2016 à 16:46
70 %    218

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !