Beware Of The Dog

Eques

29/05/2016

Autoproduction

Imaginons que vous aimiez le Grind et l’Allemagne. Oui, je sais, mon hypothèse est un peu tirée par les cheveux, mais si d’aventure vous y répondiez par l’affirmative, alors je serais en droit de vous proposer un EP fait pour vous, paru il y a quelques mois.

Pour ça, direction Berlin, histoire de faire la connaissance d’une bande de malades du bruit, qui depuis août 2012 triment sans relâche pour développer un hybride de Grind et de Powerviolence vraiment velu.

Les EQUES sont beaucoup plus fins qu’il n’y paraît, même si leur musique s’enfonce à chaque seconde dans un marigot de violence sourde et brutale.

Les gus sont quatre (Danny – basse,  Lasse – guitare, Philipp – batterie et Chris – chant et vociférations), ont déjà publié une démo et un EP éponyme, et ont donc lâché en cette funeste année 2016 un joli pamphlet extrême enveloppé dans une pochette aussi menaçante que sobre.

Quel est donc ce chien que les Berlinois veulent nous faire affronter ? Un molosse à la bave bien coulée ? Un petit roquet qui aboie avant de détaler ? Ou un gentil poilu un peu pataud qui n’a d’autre envie que celle de jouer ?

La première option semble être la bonne, quoique le quadrupède n’est pas foncièrement mauvais à cent pour cent, et qu’il affectionne les parties de balle et de cache-cache dans les fourrés. Le canidé à l’art du coup de folie bien placé, et n’hésite pas à ramper avant de partir dans des embardées, et semble même parfois tourner sur lui-même pour se bouffer la queue, sans avoir l’air ridicule pour autant.

Ses maîtres ne l’ont pas vraiment bien dressé, et il a totale liberté pour gambader, jusqu’au moment où la laisse l’étrangle un peu et qu’il fasse du sur place en jappant à la mort.

Si les EQUES n’hésitent pas et foudroient l’auditeur de blasts qui nous brisent l’échine, ils savent aussi lâcher du lest sans pour autant verser dans la tendresse. Ce troisième témoignage de leurs méthodes et visiblement très ambivalent et complètement fou, à l’instar de cette démonstration de démence « Magnum Justice », qui évoque tout autant le Powerviolence un peu chafouin que le Grind assez malsain.

Valse rythmique pour une adaptation jusque-boutiste d’un Thrashcore trop trempé dans l’acide, ce Beware of The Dog n’est rien de moins qu’une succession de plans qui s’imbriquent à une vitesse hallucinante, un peu comme si les FULL OF HELL se tapaient un bataille sur la table en jetant les cartes à la face d’un CHIENS hilare.

C’est sombre, un peu glauque parfois, mais très inventif dans le refus de la stabilité et des conventions. Brutal et dérangeant dans son alternance de caresses et de grosses claques, cet EP est un condensé de véhémence débridée qui ne se fixe jamais sur un point de vue et qui apporte un gros vent de folie dans un univers convenu.

Un peu comme si le chien en question vous léchait la main avant de vous la mordre, pour finalement piquer sa crise dans les bosquets de fleurs pour les réduire à néant.

Démonstration ?

Enchaînez le terrifiant « P.O.D » qui fait passer les AGATHOCLES pour de gentils dresseurs du dimanche et « Void » qui se répand en stridences et autres agacements de feedback pesants, avant de partir en vrille sur un numéro d’hystérie collective. La rythmique schizophrène abonde les plans acrobatiques avant d’imposer une pesanteur moite, la voix se dédouble, triple ses efforts, tandis que les guitares restent fixées sur un thème noir et fort, comme un expresso du matin un peu trop corsé.

Mais l’intro « Beware of The Dog » explique déjà tout avant d’aller plus en avant, et affirme dès le départ une basse atypique qui roule et boule de ses cordes maboules, qui se permettent même de croquer les fréquences de guitare de leurs intonations sourdes.

Une pirouette constante qui ne se calme jamais et ne marque aucune absence, des allusions au Fastcore, au Hardcore, le tout enroulé dans une bonne humeur déviante, pour une bordée de titres en free-lance qui ne dépassent jamais la minute de latence.

Bouillonnant comme un Mike Patton perdu dans un festival de Powerviolence, mélodique sans vraiment le faire exprès (« Fisherman »), grondant comme un combo de Grind qui court après le préposé au courrier (« ACAB », là quand même, ça va loin dans les hurlements et autres constructions de petits malins), et finalement totalement libre une fois que le collier est desserré (« TV-Zombie », ou comment conclure en aidant le vétérinaire à forcer les propriétaires à piquer le molosse dézingué).

En somme, un bon quart d’heure de jeu dans une prairie perdue, en compagnie d’un clébard fondu, qui finit par bouffer la balle avant de la restituer par le trou sur une pelouse pas vraiment bien tondue.

J’aime quand le Powerviolence atteint ce degré d’immaturité et refuse les conventions trop bien ciblées.

Et puis, un peu de bave et de caca sur les mains n’a jamais tué personne.

 Mais méfiance, ce chien est vraiment vilain. Plus pitbull mal réveillé le matin que Rintintin.


Titres de l'album:

  1. Beware of the dog
  2. Frog
  3. Rainbow Army
  4. Fisherman
  5. P.O.D.
  6. Void
  7. Trumphole
  8. Magnum Justice
  9. ACAB
  10. TV-Zombie

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/12/2016 à 16:46
70 %    628

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41