Degrees Of Isolation

Banisher

29/02/2020

Selfmadegod Records

Pologne, Death Metal. Avec ça, tous les débats sont clôt et les initiés renseignés. Depuis les années 90, la Pologne se taille le bout de gras le plus conséquent de la boucherie européenne d’ultraviolence. Je ne retranscrirai pas ici toutes les preuves à charge d’un pays qui a tout compris à la brutalité maîtrisée, mais les connaisseurs savent. D’ailleurs, ces mêmes connaisseurs savent qu’un label comme Selfmadegod n’engage pas sa crédibilité sur un coup de tête, d’autant plus que les BANISHER ne sont pas nés de la dernière pluie d’acide. Non, en 2020, le groupe en est déjà à son quatrième longue-durée, chiffre assez faible au regard de leur quinze années d’existence. Mais une fois encore, la quantité ne prend pas le pas sur la qualité, et les quatre longue-durée lâchés par les originaires de Rzeszów sont de niveau égal, et d’une propension à la bestialité proportionnée. Respectant toujours un délai de trois ou quatre années entre chaque effort, les polonais nous en reviennent donc avec quarante minutes de ce mélange unique entre puissance et technique, sans nous les briser avec des aspirations intellectuelles ni nous plomber avec une gaudriole de tripailles. Et quatre ans après Oniric Delusions, Degrees Of Isolation vient replacer la Pologne sur l’échiquier mondial en bougeant le fou sur tout le plateau : et pour cause, les mouvements sont toujours aussi logiques, et la partie menée de main de maître. Pour les étourdis, BANISHER est/était constitué de membres ou anciens membres de DECAPITATED, BELPHEGOR, VITAL REMAINS, HATE, REDEMPTOR ou SHODAN, ce qui vous permet de situer un peu mieux les capacités des gus. En 2020, Hubert Więcek, seul membre originel encore présent à son poste est toujours secondé par le gosier de Szczepan Inglot, hurleur depuis 2015. A la rythmique, les deux petits derniers, au palmarès impressionnant, Piotr Kołakowski à la basse (VIOLENT CREED, ex-NEYRA, ex-EMPATIC, ex-HATE (live), ex-VEDONIST (live)) et surtout Eugene Ryabchenko à la batterie (CASTRUM, LOCRACY, ANGERSEED (live), BELPHEGOR (live), FLESHGOD APOCALYPSE (live), OBLITERATE (live), AFGRUND, ex-POSTHUMOUS BLASPHEMER, ex-WALDSCHRAT, ex-DECAPITATED (live), ex-VANE (live), ex-VITAL REMAINS) assurent le service après-vente, et propulsent les idées de Więcek dans une dimension d’ultraviolence et de manque d’empathie total. Et de fait, sans surprise, Degrees Of Isolation est une boucherie chirurgicale intégrale.

On connaît la propension du Death polonais à manier avec excellence toutes les composantes d’un style multiple. Sous cet aspect des choses, BANISHER est l’un des groupes les plus polonais de Pologne. Quinze ans après sa naissance, les choses n’ont pas vraiment changé, et ces huit nouveaux morceaux offrent une continuité dans le changement, ou l’inverse. Une sorte de logique implacable qui reprend les éléments d’Oniric Delusions tout en leur conférant un éclairage nouveau. Le son d’abord, est impeccable, la batterie à cet écho mat des meilleurs albums de BM, tandis que la guitare mouline en arrière-plan, parvenant de temps à autres à imposer un motif bien catchy et Thrash. Aussi technique qu’un album supportable et humble peut l’être, ce quatrième effort des polonais est un modèle d’équilibre. Equilibre entre les compositions, qui jouent la brièveté et la longueur, équilibre au sein même des morceaux qui osent les plans complémentaires, équilibre global qui trouve un juste milieu entre la violence crue et la brutalité millimétrée. On en trouve le parangon sur le long et emphatique « Lockdown » qui en huit minutes résume tout un pan d’histoire de l’extrême, utilisant des éléments typiques de GOJIRA, VITAL REMAINS ou DECAPITATED pour passer en revue toutes les possibilités. Les dissonances, très présentes, apportent le climat malsain qu’on est en droit d’attendre d’une telle réalisation, tandis que la guitare multiplie les bends, les harmoniques et les glissandos pour ne pas se contenter de riffs prémâchés. Avec ses lignes de chant doublées et ses chœurs démoniaques, ce titre est une acmé en lui-même. Il synthétise tout l’esprit d’un groupe qui a toujours mis sur un pied d’égalité la brutalité la plus ouverte et la finesse la plus avouée, pour tenter de proposer aux fans un Death barbare, mais intelligent. Intelligent dans ses motifs, qui se retiennent, intelligent dans ses mélodies, qui apportent une réelle plus-value. Mais tout ceci est palpable dès l’ouverture dantesque de « Actors And Accomplices » qui sous couvert d’une accroche immédiate, rend hommage à la scéne Néo-Death scandinave des nineties. Ça peut surprendre sur le coup, mais les BANISHER ne traînent jamais très longtemps dans le même coin, et les blasts ne tardent pas à tout bousculer pour tout remettre en ordre. « Devil In ISO 5 » densifie les débats, précise la technique, mais ne perd pas en efficacité ce qu’il gagne en nuance. Nous évoluons toujours en terrain heurté, et les cascades de guitare sont tout bonnement impressionnantes et révélatrices de l’importance de MORBID ANGEL encore aujourd’hui.

Les non-initiés vous diront, « ouais, ça mule, mais ? ». Les passionnés leur répondront « écoute donc « Extradition » et essaie de comprendre ». Et leur argument sera le bon. On retrouve le meilleur de VITAL REMAINS sur ce morceau, mixé à la complexité oppressante de MORBID ANGEL, le tout sous couvert d’une débauche de vélocité DECAPITATED. D’ailleurs, le label pour mieux cerner les choses recommande cet album aux fans de SUFFOCATION, HATE ETERNAL, PESTILENCE, DEATH, THE FACELESS, et CRYPTOPSY. C’est certes en partie justifié, mais terriblement réducteur dans son accumulation de références. Car si BANISHER à l’immédiateté de SUFFOCATION et les aspirations personnelles et instrumentales de CRYPTOPSY, son nom seul aujourd’hui suffit à situer la problématique. Oh, rien qui ne remette en cause l’ordre mondial de la débauche sonore, mais largement de quoi se considérer comme un leader quelque part, entre l’instinct qui prime sur la réflexion (« Apotheosis », le plus radical de l’ensemble) et la réflexion qui ne bride pas les instincts (« Echoes », avec encore une fois cette utilisation d’un mid tempo catchy qui permet de capter l’attention des plus sensibles). Avec Degrees Of Isolation, BANISHER devient de moins en moins isolé sur la carte du Death européen et offre un peu de fraicheur dans le classicisme. Du Death polonais qui en est, et du meilleur, mais qui est plus que ça.                 

                                               

Titres de l’album :

                        01. Actors And Accomplices

                        02. Devil In ISO 5

                        03. Extradition

                        04. Illusory Enslavement

                        05. Sacred Rules

                        06. Lockdown

                        07. Apotheosis

                        08. Echoes

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/07/2020 à 14:12
82 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38

metalrunner

D ici la il peut se passer tellement de chose.

29/10/2020, 09:17

Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21

Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57