Mantras Within Ascending Fire

Serpent Spells

31/05/2016

Godz Ov War Productions

La tendance depuis quelques années est au métissage extrême. Le Blackened Death n’échappe bien sûr pas à la règle, et se nourrit de la violence sourde du BM et de la vitesse crue du Death, agrémentant la technique d’une bonne couche de sensations épidermiques, un peu comme si MAYHEM travaillait de concert ses messes noires en compagnie de SUFFOCATION. 

Le résultat produit dépend bien sûr de l’imagination des musiciens, de leur niveau technique, de leur créativité implicite, mais avouons-le tout de go, un peu à l’instar du Deathcore ou du Metalcore, les standards sont souvent les mêmes et l’équation résolue assez facilement.

Des riffs graves et précis, un chant tirant sur le Black le plus véhément, et une rythmique qui ose affoler le palpitant en proposant une multitude de plans, si possibles rapides et millimétrés.

Tout ça n’est plus nouveau depuis longtemps, mais sait parfois se montrer efficace et ambivalent, ce qui est le cas des SERPENT SPELLS qui avec Mantras Within Ascending Fire nous proposent leur premier EP quatre titres, intro incluse/recluse.

Si l’on en juge par leur concept, leur volonté serait de nous baigner dans la rébellion et la lutte spirituelle à travers le blasphème, l’érotisme et les ténèbres, en brassant des thèmes chers à l’occultisme, notamment la gnose de Qliphoth, forces maléfiques opposées aux sephirots de la Kabbale.

En gros, parce que le sujet ne m’est pas spécialement familier, la représentation de l’arbre de mort, par reflet négatif de l’arbre de vie.

Je ne discute pas le crédo, mais il trouve illustration dans une musique assez inspirée pour captiver, même si l’originalité n’est pas flagrante.

De leur Bangladesh natal, de Dhaka plus précisément, Krypthoth (chant, guitare et écritures), Impaler (batterie) et Mal'akh (basse), brossent un tableau assez complet du Death à tendance Black contemporain, en osant trois véritables morceaux assez progressifs et envoutants, qui n’hésitent pas à jouer avec les limites de temps en dépassant les cinq minutes assez souvent.

Production massive, interprétation agressive, le rendu est puissant et ample, et les arrangements purement instrumentaux savent conférer aux pistes une atmosphère poisseuse et inquiétante. Les influences sont multiples, et on pense parfois à une version ambitieuse d’un DISSECTION confronté à l’esprit d’un EMPEROR encore plus emphatique qu’à l’habitude (« Mantras Within Ascending Fire », le plus efficace du lot selon votre serviteur).

Niveau rythmique, le boulot abattu est impressionnant, et admettons sans hésitation qu’Impaler donne de sa personne dans des plans d’une vélocité parfois sidérante, accumulant les blasts réguliers et les breaks déroulés. Une fois associé à la guitare acide et au chant déviant de Krypthoth, la combinaison fonctionne à plein régime, même si la basse semble avoir été oubliée au mix, mais comme le tout ne manque pas d’écho, l’absence n’en est pas pour autant dérangeante.

Mais dans un registre de Death très technique et relativement violent, assombri de tonalités Black, les SERPENT SPELLS se placent parmi les découvertes les plus intéressantes du moment, et soignent même une intro pluvieuse aux glaçantes incantations occultes passant à travers un prisme de chants grégoriens malsains.

Une fois l’ondée traversée, ce sont de subtiles et graciles cordes acoustiques qui nous font passer les portes de Mantras Within Ascending Fire, en nous propulsant sans ménagement au milieu du maelstrom « Piercing the Cervix of Nehemah ».

Déluge de riffs tournoyants et de blasts virevoltants, ce premier véritable morceau se place à la jonction d’un ANAAL NATHRAKH naissant et d’un MORBID ANGEL indécent, avec ses multiples breaks jonchant ses six minutes et trente secondes de douche bouillante, qui se permet même un mid tempo central tout à fait accrocheur et séduisant.

Les originaires de Dhaka prouvent qu’ils maîtrisent les codes du Death et du Black à la perfection, et résument d’ailleurs les deux courants au sein de cette même entame qui accumule les atmosphères ténébreuses et délictueuses, dans un ballet étourdissant de dextérité, qui pourtant sait offrir des thèmes bien maniés qui ne cèdent pas à la facilité.

Quelques approximations sont encore notables, mais pour un jeu en trio, l’intensité tient chaud, et il est assez rare de regarder sa montre tandis qu’eux la jouent sans cesse. Tout ça cavale à une vitesse sidérante, mais distille quelques cassures d’ambiance poisseuses et vénéneuses, pour un rendu optimal qui suggère un avenir un peu moins banal que la tendance générale du cru.

Quelques efforts sont encore à faire pour se démarquer et abandonner quelques pilotages automatiques un peu éculés (« Scourge Heretic Consecration » et ses mélodies un peu trop mièvres, handicapées de plus par des soli un peu naïfs au son trop aigrelet), mais en dehors de ces quelques reproches somme toute mineurs, ce premier EP est d’une qualité certaine.

A réserver aux fans d’un Death opacifié par une grosse approche Black thématique et pratique, qui ne crachent pas sur un brin de technique pas trop démonstrative, et quelques allusions au passé (le plan très MASSACRE au centre de « Scourge Heretic Consecration », assez bien senti).

 Pas de quoi crier à la cabale, ni se convertir à l’occultisme, mais une vingtaine de minutes qui passent aussi vite que les baguettes d’Impaler sur son kit.


Titres de l'album:

  1. Prism of Flesh (Entrance)
  2. Piercing the Cervix of Nehemah
  3. Scourge Heretic Consecration
  4. Mantras Within Ascending Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/01/2017 à 17:41
70 %    591

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
31/01/2017, 14:22:16
Super chronique, pour l'avoir écouté également, j'y retrouve totalement ce que j'ai vécu.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50