La tendance depuis quelques années est au métissage extrême. Le Blackened Death n’échappe bien sûr pas à la règle, et se nourrit de la violence sourde du BM et de la vitesse crue du Death, agrémentant la technique d’une bonne couche de sensations épidermiques, un peu comme si MAYHEM travaillait de concert ses messes noires en compagnie de SUFFOCATION. 

Le résultat produit dépend bien sûr de l’imagination des musiciens, de leur niveau technique, de leur créativité implicite, mais avouons-le tout de go, un peu à l’instar du Deathcore ou du Metalcore, les standards sont souvent les mêmes et l’équation résolue assez facilement.

Des riffs graves et précis, un chant tirant sur le Black le plus véhément, et une rythmique qui ose affoler le palpitant en proposant une multitude de plans, si possibles rapides et millimétrés.

Tout ça n’est plus nouveau depuis longtemps, mais sait parfois se montrer efficace et ambivalent, ce qui est le cas des SERPENT SPELLS qui avec Mantras Within Ascending Fire nous proposent leur premier EP quatre titres, intro incluse/recluse.

Si l’on en juge par leur concept, leur volonté serait de nous baigner dans la rébellion et la lutte spirituelle à travers le blasphème, l’érotisme et les ténèbres, en brassant des thèmes chers à l’occultisme, notamment la gnose de Qliphoth, forces maléfiques opposées aux sephirots de la Kabbale.

En gros, parce que le sujet ne m’est pas spécialement familier, la représentation de l’arbre de mort, par reflet négatif de l’arbre de vie.

Je ne discute pas le crédo, mais il trouve illustration dans une musique assez inspirée pour captiver, même si l’originalité n’est pas flagrante.

De leur Bangladesh natal, de Dhaka plus précisément, Krypthoth (chant, guitare et écritures), Impaler (batterie) et Mal'akh (basse), brossent un tableau assez complet du Death à tendance Black contemporain, en osant trois véritables morceaux assez progressifs et envoutants, qui n’hésitent pas à jouer avec les limites de temps en dépassant les cinq minutes assez souvent.

Production massive, interprétation agressive, le rendu est puissant et ample, et les arrangements purement instrumentaux savent conférer aux pistes une atmosphère poisseuse et inquiétante. Les influences sont multiples, et on pense parfois à une version ambitieuse d’un DISSECTION confronté à l’esprit d’un EMPEROR encore plus emphatique qu’à l’habitude (« Mantras Within Ascending Fire », le plus efficace du lot selon votre serviteur).

Niveau rythmique, le boulot abattu est impressionnant, et admettons sans hésitation qu’Impaler donne de sa personne dans des plans d’une vélocité parfois sidérante, accumulant les blasts réguliers et les breaks déroulés. Une fois associé à la guitare acide et au chant déviant de Krypthoth, la combinaison fonctionne à plein régime, même si la basse semble avoir été oubliée au mix, mais comme le tout ne manque pas d’écho, l’absence n’en est pas pour autant dérangeante.

Mais dans un registre de Death très technique et relativement violent, assombri de tonalités Black, les SERPENT SPELLS se placent parmi les découvertes les plus intéressantes du moment, et soignent même une intro pluvieuse aux glaçantes incantations occultes passant à travers un prisme de chants grégoriens malsains.

Une fois l’ondée traversée, ce sont de subtiles et graciles cordes acoustiques qui nous font passer les portes de Mantras Within Ascending Fire, en nous propulsant sans ménagement au milieu du maelstrom « Piercing the Cervix of Nehemah ».

Déluge de riffs tournoyants et de blasts virevoltants, ce premier véritable morceau se place à la jonction d’un ANAAL NATHRAKH naissant et d’un MORBID ANGEL indécent, avec ses multiples breaks jonchant ses six minutes et trente secondes de douche bouillante, qui se permet même un mid tempo central tout à fait accrocheur et séduisant.

Les originaires de Dhaka prouvent qu’ils maîtrisent les codes du Death et du Black à la perfection, et résument d’ailleurs les deux courants au sein de cette même entame qui accumule les atmosphères ténébreuses et délictueuses, dans un ballet étourdissant de dextérité, qui pourtant sait offrir des thèmes bien maniés qui ne cèdent pas à la facilité.

Quelques approximations sont encore notables, mais pour un jeu en trio, l’intensité tient chaud, et il est assez rare de regarder sa montre tandis qu’eux la jouent sans cesse. Tout ça cavale à une vitesse sidérante, mais distille quelques cassures d’ambiance poisseuses et vénéneuses, pour un rendu optimal qui suggère un avenir un peu moins banal que la tendance générale du cru.

Quelques efforts sont encore à faire pour se démarquer et abandonner quelques pilotages automatiques un peu éculés (« Scourge Heretic Consecration » et ses mélodies un peu trop mièvres, handicapées de plus par des soli un peu naïfs au son trop aigrelet), mais en dehors de ces quelques reproches somme toute mineurs, ce premier EP est d’une qualité certaine.

A réserver aux fans d’un Death opacifié par une grosse approche Black thématique et pratique, qui ne crachent pas sur un brin de technique pas trop démonstrative, et quelques allusions au passé (le plan très MASSACRE au centre de « Scourge Heretic Consecration », assez bien senti).

 Pas de quoi crier à la cabale, ni se convertir à l’occultisme, mais une vingtaine de minutes qui passent aussi vite que les baguettes d’Impaler sur son kit.


Titres de l'album:

  1. Prism of Flesh (Entrance)
  2. Piercing the Cervix of Nehemah
  3. Scourge Heretic Consecration
  4. Mantras Within Ascending Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/01/2017 à 17:41
70 %    505

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
31/01/2017 à 14:22:16
Super chronique, pour l'avoir écouté également, j'y retrouve totalement ce que j'ai vécu.

Ajouter un commentaire


Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)


"Prends Sabaton dont on cause, ça y est tout le temps, idem pour AudreyHorne, qui y figure encore dans ce numéro. Ou des trucs type Rush, Opeth, ces trucs là... "
On est complétement d'accord, je me cherche juste quelques "excuses" pour justifier le fait que je l'achète encore de temps en(...)


+1 RBD


@LeMoustre : non sur la compile, c'est le EP No Comment de 1990 avec des titres bonus en live ou en studio, dont certains issus d'Antichrist President, mais il n'y a pas l'album.

Et si plus de chroniques comme celle ci vous intéresse, j'en ai plein ma musette ;)


Y'a pas l'album, sur la compile No Comment ?


En partie d'accord avec toi, JdC. Ok sur le côté "faut assurer le coup pour payer être à l'équilibre financier", normal, et je me dote bien qu'une couv' avec Nightwish ou Metallica sera toujours plus vendeuse qu'une autre avec un groupe extrême que 15 gus connaissent en tout en France. idem po(...)


Chez Rock Hard, financièrement ça doit pas être tous les jours facile je pense (c'est indépendant, c'est une musique de "niche", les ventes papiers diminuent pour tout le monde, eux compris...). Donc si ils veulent continuer, je pense qu'ils n'ont pas vraiment le choix : il faut causer de ce qui(...)


Vu en téléchargement ce numéro. Ça faisait bien 5/7 ans que j'en avais pas lu un. Eh ben, ça donne pas envie du tout. Le choix éditorial mou comme un pet de vache folle et toujours bloqués dans les mêmes sempiternels trucs soit de vieux soit pleins de camphre (Sabaton, non mais ils ont des p(...)


Une bien bonne chronique à laquelle je souscris. Un album certes classique, sans prise de risque par rapport au genre, un album charnière aussi (l'abandon des parties BM sera définitif maintenant je pense...). Mais un album qui s'écoute bien et qui fait le taf pour moi. Après je peux comprendre(...)


Une tuerie ce morceau de Cattle..., pas loin d'être la meilleure chanson de l'album, pour moi.


La date de sortie de l'album a été repoussée au 12 juin, les précommandes sont toujours ouvertes...


Belle mise ne lumière d'un album méconnu. Merci pour cette chronique


Ah c’est marrant pour moi c’est à partir de fiction, comme quoi chacun a son curseur de tolérance


Le groupe fait de la soupe depuis Damage done, c'est pas glorieux d'y être resté si longtemps.


Je suis abonné à RockHard depuis quelques années et j'ai fais un don hier.

Je ne veux pas voir ce mensuel disparaître.

Et d'accord avec toi concernant Metallian. Je n'aurais pas dis les genoux mais les pieds concernant leurs chroniques d'albums parce que certaines puent(...)


Trepalium m'accompagne depuis que j'écoute du metal. Album après album et sur scène, des claques.
Ils ont su conjuguer une rage instinctive avec le regard décalé du jazz. Il fallait les avoir bien accrochées pour se lancer là-dedans et y parvenir.
Mais cet album, je ne sais pas. J(...)


Impossible de voir ce canard crever des dommages collatéraux du con-vide 19.

Je déteste leur mode de notation des skeuds, mes achats sont assez espacés, mais soutien malgré tout ! (et c'est quand même d'un autre niveau que Metallian, que j'ai racheté hier par hasard et dont pas ma(...)


Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.