Pour une surprise c’en est une bien belle que nous ont réservé les copains de Riffeater, en effet bien que la formation bordelaise n’ait pas forcément d’actualité particulière en ce moment, c’est ni plus ni moins que Seth qui vient nous rendre visite ce soir et le moins que l’on puisse dire c’est que les amateurs de black metal dont je fais parti sont ravis !
En effet ce n’est pas tous les jours qu’on a le plaisir de recevoir à la maison un groupe culte de la scène française… Culte, loin d’être usurpé ce statut est indéniablement mérité quand on parle de Seth car quand bien même le black français est capable de s’exporter et d’être reconnu hors de nos frontières, rares sont les formations jouissantes d’une aura similaire, à pouvoir afficher une telle longévité depuis sa formation en 1995 et tant de kilomètres parcourus au compteur mais surtout une discographie quasi sans faille, honorée au passage d’une collaboration avec Fenriz himself ou par leur présence sur le célèbre tribute à Mayhem « Originators Of Northern Darkness » aux cotés de formation légendaires comme Emperor, Immortal, Vader ou encore Behemoth, excusez du peu !

 En ce samedi soir, c’est désormais familier des lieux et avec un réel plaisir que je reviens trainer mes guêtres au El Diablo, cette fort sympathique salle lilloise qui s’est définitivement imposée comme « the place to be » pour la scène métallique qui se respecte.

Pour ceux qui auraient connu les riches heures de la défunte « Chimère » sur Lille, la présence aux commandes de Benjamin et Larry n’y est bien sûr pas étrangère… mais je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, alors fi de la nostalgie revenons au présent pour le meilleur, à savoir la date de ce soir !



J’arrive malheureusement un peu trop tard sur place pour assister à la prestation du groupe Mortier. Une toute nouvelle formation lilloise qui effectue ici sa toute première date mais qui n’est pas pour autant constituée d’inconnus puisqu’on retrouve notamment l’ami Xavier, ancien bassiste d’Edremerion…  cependant les absents ayant toujours tort, je vais plutôt laisser à Sheb le soin de s’exprimer à ce sujet ;-)

Sheb: Je ne garde pas un grand souvenir de MORTIER, non pas que leur musique n'ait pas été digne d'intérêt mais j'étais trop occupé à essayer de trouver les bons réglages de mon nouvel appareil photo, dont vous pouvez d'ailleurs admirer les performances dans cet article.
Ceci dit MORTIER, qui comme vous l'a dit mon collègue n'est pas composé de perdreaux de l'année mais de gars ayant déjà un peu de bouteille propose une musique intéréssante savant mélange de doom et de sludge emmené par une voix hurlée convaincante. A revoir.

Leur show venant de s’achever, je profite de cette brève accalmie pour me rincer le gosier et fêter les retrouvailles avec les nombreux copains présents. Je ne manque d’ailleurs pas l’occasion de saluer le très sympathique Alsvid, rencontré cet été lors de la venue d’Ad Patres (redoutable formation Death Metal signée chez Kaotoxin dont il est aussi le batteur), sans oublier bien sûr l’ami Flo aka Heimoth, le brillant guitariste compositeur de nos blackeux du jour. Mais déjà la soirée se poursuit et c’est au tour de Hemelbestormer de fouler les planches à son tour.


Cet exercice est quelque peu périlleux pour ma part car ceux-ci officient dans un registre post-metal instrumental aux lourdes tendances doom/sludge. Alors bien sûr les savoir signés chez Debemur Morti est plutôt rassurant en soi mais pour autant je vous avouerai que le risque est bien présent étant donné que je n’ai eu l’occasion d’en écouter la moindre note, or personnellement avec ce style de musique c’est quitte ou double, soit ça passe, soit je me casse car je me fais royalement chier ! Bien heureusement ce ne fut pas le cas ce soir, bien au contraire même…Les belges auront en effet réussi à me transporter avec leur musique complexe, en perpétuel équilibre instable, oscillant entre des passages à la lourdeur pachydermique et des instants de pur grâce mélodique sur le fil du rasoir. Le groupe en effet maitrise l’art de jouer sur les contrastes avec une écriture efficace qui réussit à me faire voyager tout le long de leur prestation. Vous voyez cette impression, en fermant les yeux, de vivre la musique avec des mélodies qui m’emmènent loin et me font perdre mes repères spatiotemporelles juste avant de me rappeler durement à la réalité par une batterie écrasante !Pari réussi haut la main donc pour cette talentueuse formation au fort pouvoir évocateur, à tel point que quand arrive la fin du set et que les lumières se rallument, je reste quelques instants comme sonné par la jolie claque assénée…

La bière coule à flot désormais, mais mû par une curiosité légitime, je me dépêche de rejoindre les premiers rangs, bien décidé à ne pas perdre une miette du show qui s’annonce.On sent l’excitation monter d’un cran car ne nous voilons pas la face, si la majorité du public a répondu massivement présent ce soir, c’est bien sûr pour assister maintenant au retour dans notre région de ce fleuron du black français. Un retour quasi inattendu puisqu’on était pour ainsi dire sans réelles nouvelles du groupe depuis le très bon et peut être un peu sous-estimé « The Howling Spirit » qui date déjà de 2013. Alors bien sûr on imagine aisément que les mecs n’ont pas chômé pendant ce temps-là, Heimoth s’étant notamment illustré, à la basse cette fois ci, au sein de Sinsaenum, cet all-star band de l’extrême au casting de malade, qui réunit en son sein Frédéric Leclercq (Dragon Force), Joey Jordisson (ex Slipknot), Stéphane Buriez (Loudblast), Sean Zatorsky (Dââth) et le monstrueux Attila Csihar (Mayhem, Sunn O))), rien que ça !
Faute d’activité discographique, à quoi s’attendre donc ? A un show best of ?
Et bien oui, loin de me déplaire mais ce fut le cas ce soir, dans le fond comme dans la forme !

Premier constat, le son est bon, très bon même et on distingue sans peine les deux grattes qui constituent assurément l’un des atouts majeurs de la formation, chaque guitariste complétant à merveille le jeu de l’autre, qu’il s’agisse de rythmiques diablement efficaces comme des lignes mélodiques, l’exécution est sans faille. Un autre atout de poids ce soir à n’en point douter est la présence derrière le micro de Monsieur Saint Vincent, l’éminent vocaliste de Blacklodge, Vorkreist ou autre TAOS ayant eu l’excellente idée de rejoindre le groupe en 2016 et quelle riche idée !C’est simple, moi qui pensais bien connaitre le groupe, je suis juste bluffé par sa prestation.Il faut dire que le chanteur fait preuve d’un charisme à la fois naturel et bien personnel, nous démontrant par la même occasion qu’il n’est point besoin d’en faire des caisses pour convaincre son auditoire. Son propos est intelligible (fait important pour être souligné quand on connait le soin apporté aux textes) et son interprétation impressionnante de conviction, encore une fois sans trop forcer le trait. Je ne pense d’ailleurs pas me tromper en disant que cette formule live qui nous a été présentée ce soir est probablement l’une des meilleures incarnations du groupe qu’il m’ait été donnée de voir. Qu’il s’agisse encore du bassiste ou du batteur, personne n’est en reste, tout le monde est bien à sa place et surtout bien en place ! Il en résulte une dynamique et une fluidité de tous les instants, le groupe enchainant les morceaux de bravoure d’un bout à l’autre du concert.
Je suis comme hypnotisé par le spectacle qui se déroule sous mes yeux, à tel point que quand résonnent les premières notes de l’hymne « Die Weihe » je n’y tiens plus et, survolté, me mets à chanter les paroles à l’unisson de l’impressionnant vocaliste !
Car oui mea culpa, j’ai oublié de le préciser mais le groupe nous livre une set-list aux petits oignons, piochant allègrement dans sa riche discographie, du dernier album en date donc jusqu’à réveiller les fantômes du passé en nous offrant un magnifique « A la mémoire de nos frères » issu du mythique « Les Blessures de l’Âme » de 1998.
Malheureusement toute bonne chose à une fin, et c’est sous une ovation amplement méritée que Seth abandonne à son triste sort un El Diablo devenu fournaise. J’ai comme un goût de trop peu dans la bouche mais cette impression est purement subjective, les corpses paints coulants des musiciens m’en soient témoins, c’est juste que quand on aime on ne compte pas, et ce soir j’ai tout simplement assisté à ce qui restera l’un de mes meilleurs concerts de 2016 !

L’occasion étant trop tentante, j’irais féliciter de vive voix les musiciens pour la leçon reçue et je profite également ici aujourd’hui de la tribune qui m’est offerte pour remercier une fois de plus RIffeater et El Diablo d’avoir rendu ce show possible…Set list en béton, son au poil, prestation et interprétation sans faille (tout en faisant preuve d’un certain classicisme avec Classe), tout ce qu’on est en droit de fantasmer d’une formation de cette envergure, bref il faudrait vraiment être le dernier des ingrats pour oser cracher dans la soupe !
Veni, vidi, vici… Seth est venu ce soir en terres lilloises récupérer sa couronne et rappeler aux inconscients qui en douteraient, pourquoi il est aujourd’hui encore l’un des meilleurs groupes de black metal français qui soit, point barre !

 News de dernière minute : on vient d’apprendre de sources sures il y a quelques jours à peine que la salle El Diablo est tombée sous le coup d’une fermeture administrative pour remise aux normes de sécurité… Une bien douloureuse nouvelle pour la scène métallique lilloise qui n’en avait vraiment pas besoin à une heure où les structures accueillantes disparaissent les unes après les autres.

Croisons les doigts pour que cette fermeture ne soit réellement que temporaire et que nous puissions rapidement retrouver le chemin de cette salle, en attendant je leur offre tout mon soutien !



par James le 01/02/2017 à 17:00
   787

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


James
@80.215.206.193
01/02/2017 à 18:06:44
Canon les photos Sheb !

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)