Il est toujours intéressant de découvrir la culture musicale d’un pays dont peu de groupes nous sont connus. Ainsi, le Hard Rock soviétique connut un gros boom dans les années 80 suite à la Perestroïka, et l’Europe put tendre ses oreilles sur des groupes comme KRUIZ, SHAH et surtout GORKY PARK. Le Brésil connut plus de fascination encore quelques années auparavant par l’entremise de sa scène Death/Thrash et ses dignes représentants SEPULTURA, DORSAL ATLANTICA, CHAKAL, SARFOFAGO et RATOS DE PORAO. Le Heavy japonais, lancé par les immanquables LOUDNESS permit aux EZO de bénéficier d’une certaine couverture, et au-delà de l’exotisme de la découverte, le public médusé se rendit compte que les musiciens des quatre coins du monde, parfois avec des moyens terriblement chiches pouvaient se montrer aussi créatifs que les plus grandes légendes anglaises, américaines et allemandes. Et personne au départ ne songeait qu’un groupe issu d’un tiers monde artistique puisse devenir un leader, ce qui indiquait une certaine méconnaissance géographique ainsi qu’une condescendance inconsciente liée à l’apprentissage proposé par les magazines grand public qui n’avaient cure de cette forme d’exotisme. Et c’est bien d’exotisme dont il faut parler, cet exotisme de carte postale qui fait envisager une culture comme un plaisir un peu cocasse, alors même que la richesse artistique d’un pays ne dépend pas forcément de sa location. Qui aurait pu penser que le Rock asiatique allait un jour devenir une référence mondiale, alors même que dans les sixties, le Rock là-bas était traité comme une bête inconnue et indomptable ? Mais à l’heure d’Internet, les frontières ne sont plus que des concepts illusoires, et tout le monde à sa chance, ce que semble vouloir nous démontrer le label finlandais Svart records avec cette excellente compilation regroupant les plus grands groupes du…Botswana.

Oui, on joue du Metal en Afrique, et oui, ce pays de la taille de la France et ceinturé par l’Afrique du Sud, la Namibie et le Zimbabwe a une longue histoire musicale derrière lui, ce que le documentaire Freedom in the Dark s’est évertué à démontrer de ses images et de son reportage en immersion. Pour synthétiser le propos de ce documentaire, disons qu’il remonte aux racines du patrimoine du pays en situant l’apparition du premier vrai groupe national dans les années 70, avec l’émergence de NOSEY ROAD, le premier combo à composer une musique originale. Formé par des émigrés italiens, NOSEY ROAD jouait alors une forme très light de Hard Rock classique, mais reste le pionnier du Rock au Botswana, puisqu’il fallut attendre vingt ans pour que des héritiers présumés reprennent leur flambeau. C’est ainsi que METAL ORIZON naquit dans les années 90, avec son mélange de folklore traditionnel, de grosses guitares et de chant grogné. Ces deux groupes ont donc représenté les influences de la nouvelle scène nationale, et dans les années 2000, la télévision et le Net permirent à d’autres musiciens de se faire entendre, des musiciens plus radicaux dans leur démarche, et plus portés sur l’extrême que leurs aînés. Avec un peu de retard sur la locomotive, apparurent les WRUST, premier gang estampillé Death Metal du pays, rapidement suivi par les STANE (2005), CRACKDUST (2006), PMMA (2008), et OVERTHRUST (2008). Ce sont donc ces six derniers groupes qui se partagent le timing de cette compilation Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana, qui plus qu’un simple témoignage ludique présente la fertilité et l’énergie de la scène nationale du Botswana, un pays encore relativement peu connu pour ses exactions métalliques pourtant bien présentes.

Autant l’avouer immédiatement, aucune épiphanie musicale ne vous attend sur ce sampler pourtant diablement intelligent et exhaustif. Il est certes plaisant de découvrir un mouvement peu connu des amateurs de sensations fortes, mais aucun des groupes à l’affiche ne peut prétendre à un quelconque leadership sur le marché mondial. Les six groupes sont presque tous bâtis sur le même moule, à l’exception de METAL ORIZON, qui fait un peu office d’épouvantail dans le champ de cadavres. METAL ORIZON est en effet le seul groupe typiquement Hard Rock du lot, et ose avec ses deux compos se démarquer de ses homologues. Fondé en 1991, le trio (Selaelo Slaezah “Stroke“ Selaelo - batterie, Bophelo Santos Thabakgolo - chant/basse et Dumisani "Rock Dawg" Matiha - chant/guitare) est celui qui a la carrière et la discographie la plus fournie, avec pas moins de quatre LP, et si « Ungazetted Mortuary » s’ancre dans une tradition 90’s de Fusion entre Death et Thrash rythmique, « We're Rolling » est beaucoup plus incongru, avec son mélange de Country et de Rock light, ressemblant même à une version locale des DEL AMITRI ou d’un obscur groupe Grunge africain imitant les DINOSAUR JR. Sympathique contraste et mélange assez amusant, pour une des seules notes un peu légères de cette compilation décidément vouée aux gémonies d’un Death Metal omniprésent. Omniprésent, mais pas seulement, puisque les étranges PMMA (POLYMETHYL METHACRYLATE BAND) avec « Imprisoned to Death » se distinguent aussi de leur cocktail biscornu entre Pop-Rock mélodique et Fusion Indus un peu biaisée. Si ce morceau est assez étonnant dans le fond, il n’est pas vraiment convaincant dans les faits, la production déficiente, et les fréquentes sorties de route vocales d’un chanteur ne maîtrisant pas vraiment ses cordes vocales dans les aigus rendant l’écoute assez difficile…

Le reste du tracklisting oscille donc entre Death musclé, Death renforcé et Death bousculé, et les STANE, CRACKDUST, WRUST et OVERTHRUST de s’affronter sur le terrain de l’extrême avec leurs propres armes, et autant dire que les botswanais se débrouillent aussi bien que les autres pour élaborer des ambiances délétères et mortifères sans avoir besoin de beaucoup d’artifices. Tous formés dans les années 2000, et disposant d’au moins une longue-durée dans leurs bagages, ces quatre combos se montrent d’une efficacité redoutable au moment de plaquer leur barouf sur bande, et avec les CRACKDUST en intro, difficile de ne pas craquer pour ces sonorités délibérément US et européennes, évoquant les MASSACRE ou nos LOUDBLAST. Ce sont selon moi les plus performants sur cette compile, quoique les légendaires WRUST s’en tirent plus que bien avec leur Death technique inspiré de SUFFOCATION et MORBID ANGEL. Plus classiques et médians, les OVERTHRUST jouent la modération, et se reposent sur des riffs éprouvés et un chant très raclé, avec quelques accélérations typiques du Brésil des années 80/90. Quant aux STANE, les plus professionnels dans le son, leur Death légèrement étouffé ne manque pas d’intérêt, mais une production un peu trop clean empêche de vraiment apprécier leur optique qui mériterait plus d’attention en studio. Et l’un dans l’autre, il est plaisant de constater que des pays comme le Botswana bénéficient aujourd’hui d’un peu de promotion hors de ses frontières, et cette compilation tombe donc à point nommé pour parfaire votre culture extrême internationale. Peut-être un peu anecdotique artistiquement parlant, mais plaisante à l’écoute, elle offre une petite tribune à des groupes méritants qui défendent le Metal dans leur pays, à l’image de cowboys luttant contre le mal avec des instruments en guise de flingues.       

   

Titres de l’album :

Crackdust: Deranged Psychopath

Crackdust: Desecrate

Metal Orizon: Ungazetted Mortuary

Metal Orizon: We're Rolling

Overthrust: Psychosomatic Torture

Overthrust: Slay the Spectator

PMMA: Imprisoned to Death

Stane: Dictator

Stane: Run For Your Life

Wrust: God of the Insane

Wrust: The Day of the Sacrifice


par mortne2001 le 20/10/2019 à 14:46
78 %    133

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...