Tears

Cvlt Of Grace

10/08/2016

Unquiet Records

Encore une découverte intéressante en provenance d’Europe centrale, qui décidément semble s’éveiller aux courants extrêmes en vogue dans le monde entier et bénéficier de moyens suffisants pour exprimer ses vues sur une musique beaucoup moins linéaire que celle de ses homologues scandinaves ou américains.

Direction Pécs, en Hongrie, pour y rencontrer un trio adepte du mélange des genres, et qui n’hésite pas à incorporer des éléments de Hardcore sombre dans son BM opaque, en traitant le tout via un prisme de Sludge et Post Black assez fascinants dans les faits et intelligents dans la démarche.

Rencontrons donc ce matin les membres du trio CVLT OF GRACE (Zoli – basse/chant, May – guitare/chant et Matyi – batterie), qui selon la bible Encyclopaedia Metallum ont sorti en août de l’année dernière leur premier EP cinq titres, qui pourrait bien représenter le point de départ d’une longue et riche carrière, entre et hors de leurs frontières on l’espère.

Sous une pochette à l’esthétisme antique et morbide se cache donc un EP très riche, qui finalement brouille toutes les pistes et offre un point de vue glauque et opaque sur le Metal extrême contemporain, en osant aller plus loin qu’un simple BM dénaturé de Hardcore.

A l’écoute de ce Tears, il est évident qu’on n’en versera aucune tant le mélange est homogène et efficace, évoquant tout autant les TRAP THEM (une des influences du groupe) que les UNSANE ou BOTCH et la ligue des MARTYRDOD ou CULT LEADER, soit la crème de la crème de la liberté violente et décadente de ces dix dernières années, sans aucun complexe. 

Mais loin de recycler des influences déjà épuisées par bon nombre de leurs frères d’armes, les CVLT OF GRACE préfèrent se poser en tant que nouveaux chantres d’un Post Metal encore plus dense et nihiliste que la plupart de la production, triturant les sons pour n’en retenir que les plus abrasifs et provoquants.

Post Metal dans un nouveau sens du terme, car inutile de s’attendre à de longues digressions stériles et faussement mélodiques censées caractériser un spleen harmonique souvent très pauvre musicalement. L’efficacité et la véhémence sont les objectifs principaux de ce trio qui ne fait rien comme les autres, et qui finalement suggère une nouvelle catégorie, celle du Chaotic Post Black, à mi-chemin entre un Sludgecore vraiment suintant à la PRIMITIVE MAN maltraité par un maniement instrumental sans concession à la BOTCH, cloué au lit par une fièvre Post Black refilée par les salauds de LITURGY.

L’image vous semble abstraite et quelque peu absconse ? Ne vous inquiétez pas, la musique proposée sur les cinq morceaux de cet EP est beaucoup plus simple à appréhender qu’il n’y paraît, et place en exergue un sens rythmique suffocant doublé d’une efficacité de riffs pourtant roublards qui pillent le répertoire Urban Hardcore des nineties sans aucune retenue. Du BM sale et pourrissant, aux derniers réflexes musculaires Sludgecore, qui se traînent dans les caniveaux et bas-fonds de l’humanité avec un dernier accès de rage Chaotic Core, tel est le tableau dépeint par ce Tears, qui en effet semble pleurer le destin d’une humanité qui n’en est plus que de nom.

Fondé en 2011 et passé de l’état de quintette à celui de trio, les CVLT OF GRACE ont d’ailleurs perdu leur bassiste durant l’enregistrement de cet EP, ce qui a conforté les trois membres restants dans l’idée que la formulation la plus resserrée leur convenait à merveille.

Et il est certain qu’à trois, ils n’ont besoin de personne pour exprimer leurs vues sur des thèmes variés, d’actualité évidemment, avec leur opinion sur la crise des migrants les plaçant en porte à faux avec leur propre gouvernement, mais à vrai dire, ils préfèrent de loin, que chacun puisse se faire son propre avis sur leurs textes, ainsi que sur leur musique, assez difficile à situer comme je l’ai déjà expliqué.

Il est de plus évident qu’en évitant de citer trop d’influences, les trois musiciens ont pris le parti de laisser parler leur originalité, qui passe par une diversité de climats et de tempi, comme le démontrent les deux premiers titres de l’album, indissociables et complémentaires.

« From Hell (Land of Anxiety) » et « To Hell (Land of Ignorance) » est justement le diptyque focalisé sur la situation catastrophique de ces populations fuyant un enfer pour en rejoindre un autre, le premier physique et moral et le second philosophique et d’opinion, se voyant rejetés de leur propre pays en guerre pour en atteindre un autre où ils sont perçus comme des envahisseurs encombrants.

Pour accompagner cette analyse, les CVLT OF GRACE ont choisi d’amalgamer la puissance chaotique du Hardcore et du Crust, la violence sourde du BM, et la véhémence lourde du Sludgecore, pour obtenir un résultat qui dérange et provoque, de ses soudaines accélérations épidermiques rompant la monotonie d’un beat monolithique et atonal.

« Dogfaced Children » de son côté pourrait s’apparenter à une forme nouvelle de Blackened Hardcore, ou de Sludge opacifié de Post BM désincarné, mais les fulgurance Crust et D-beat nous aiguillent sur un autre terrain une fois de plus, un terrain mouvant où la chute est toujours possible et même inévitable.

Mais les trois Hongrois restent fermement campés sur leurs positions aussi fluctuantes soient-elles, ce que confirment les deux segments finaux, plus compacts et unidirectionnels et qui se vautrent dans un Crust sale et boueux, ralentissant pour atteindre des sommets d’oppression.

Basse gigantesque et rauque, qui claque sur les écrasements d’une batterie qui en profite pour redécoller de plus belle, tandis que la guitare aux intonations profondes évoque un Sludge vraiment nauséeux, à des années lumières de son équivalent NOLA, empreint de Blues.

Ici, les accents mélodiques n’ont pas droit de cité, et seules la brutalité sourde et la vilénie instrumentale sont reines, sans que la pertinence du propos musical n’en pâtisse, bien au contraire.

Tears est un EP qui n’est pas beau, mais qui assume sa laideur et la transcende pour en déformer les codes. Il est surtout le fruit d’années passées sur la route à observer, et à roder une musique en compagnie d’autres ensembles partageant plus ou moins la même philosophie.

Non, la réalité ne fait pas de cadeau, mais les CVLT OF GRACE parviennent quand même à en extirper des idées fertiles.

Et si vous aimez plus que tout vous réveiller le matin en vous disant que cette journée sera pire que la précédente, alors servez-vous de Tears comme alarme. Il ne contredira en rien votre état d’esprit résigné.


Titres de l'album:

  1. From Hell (Land of Anxiety)
  2. To Hell (Land of Ignorance)
  3. Dogfaced Children
  4. Black Sack
  5. Stones and Knives

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/04/2017 à 17:35
80 %    641

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
lolipop

Ce melo death groove moderne est bien poussif...

19/06/2021, 20:47

lolipop

Tant qu'ils laissent la tente avec les tapis pour la prière il y aura du monde.

19/06/2021, 20:46

kiloa

A chier des extraits. Ils auraient du arreter apres Surgical Steel.

19/06/2021, 20:43

Mdski

Surgical Steel était très bon. Les extraits de celui ci sont bon pour cet extrait et mauvais pour les autres. 

19/06/2021, 20:40

Ronchon

Frais et fun, un album réussi. La nouvelle voix claire amène un bon renouveau au style du groupe.

19/06/2021, 17:22

Jus de cadavre

Dans la continuité de Surgical Steel, même si on note une touche un peu plus old-school je trouve.

19/06/2021, 12:47

Kairos

Elle est loin la pochette de reek of putrefaction

19/06/2021, 11:33

Bones

A mais c'est clair, on parle d'un w-e qui revient vite à 400 boules tout compris. Pour faire la queue partout, se marcher sur les arpions et repartir le dimanche soir en détestant son prochain.   :-))))Je préfère me taper 10 concerts locaux pour c(...)

19/06/2021, 10:46

Oliv

trop chère pour moi 289 + trajet et tout le reste je serai bien content deja de retourner en concert en salle pres de chez moi 

19/06/2021, 00:58

Simony

@Amer Smashed Pils : j'avais prévenu... âmes sensibles...

18/06/2021, 12:58

Capsf1team

Un peu étonné par contre du système de billetterie. Ceux qui en ont déjà pour 2020 ne seront-ils pas tentés de prendre des 2022 même s'ils ne peuvent pas s'y rendre, et faire ainsi un peu de spécul ?... Les pass sont vendus en une j(...)

18/06/2021, 12:31

Amer Smashed Pils

C’est effrayant toute cette verdure et ce ciel bleu, ça m’a mis la gerbe 

18/06/2021, 11:15

grinder92

Alors, c'est certain qu'il n'ont absolument rien inventé !Mais bordel que c'est bon ! 

18/06/2021, 10:11

rasdq

copycat médiocre et sans aucun interet

18/06/2021, 09:13

steelvore 666

C'est bon ça ! Un groupe que j'aime beaucoup.

18/06/2021, 09:03

Humungus

Effectivement...Y'a du lourd...Je rejoins totalement Simony sur le fait que le HELLFEST, bah ce sont des cadors point barre.@Kerry King, dans mon souvenir KING DIAMOND a déjà joué au HELLFEST sous une tente il y a quelques années de(...)

18/06/2021, 08:55

Buck Dancer.

Fallait au moins ça pour rattraper les deux années de perte 

17/06/2021, 22:41

Simony

Réunir un tel line-up en tout cas, bravo ! Ce n'est pas fait pour moi,  je suis trop vieux pour ces conneries comme disait l'autre... mais il faut savoir reconnaitre le travail des équipes du Hellfest.

17/06/2021, 21:21

Kerry King

Mercyful Fate pas en Mainstage...Hum c'est un cador absolu du genre pour une ultime réformation.Le reste rien à dire chapeau. 

17/06/2021, 20:02

Simony

L'annonce de Metallica est parue avant celle du Hellfest donc oui c'est à supposer que les parties se sont mis d'accord pour une communication du festival en premier.

17/06/2021, 18:40