Horrid Pestilence of Death

Rotting Grave

29/04/2019

Death In Pieces Records

Bienvenue aux 10èmes championnats du monde des embaumeurs de l’extrême, où nous aurons le plaisir de retrouver l’ensemble des épreuves qui nous ont tellement enchantés au travers des années. Mise en bière éclair, maquillage post-mortem, test des liquides d’embaumement, lavage de mains à l’acide chlorhydrique, combat de pelles, reconnaissance des divers stades de putréfaction, profanation de tombe en pleine nuit, rapports sexuels avec corps froid et rigide, et bien d’autres étapes qui réjouiront les plus morbides d’entre vous. Et si le titre semble une fois encore acquis à certains participants qui récoltent les lauriers fanés depuis une bonne décennie, nous célébrons l’arrivée cette année d’un outsider qui a sa carte à jouer, et qui pourrait bien se révéler dangereux, spécialement lors des défis les plus nauséeux. Un concurrent que rien ne dégoûte, pas plus l’ignominie que l’indécence, et qui est prêt à plonger ses mains dans les viscères humaines pour les retirer encore chaudes d’une carcasse. Ce nouvel opposant sans peur ni phobie nous en vient donc du Mexique, connu pour produire du psychopathe médico-légal au kilomètre, de la ville de Guadalajara, dans laquelle il a vu la nuit un beau jour cauchemardesque de juin 2018. Comportant dans ses rangs des membres de blocs opératoires underground, mais réputés (MORBID MESSIAH, PORTRAIT OF RUIN, HUMAN TRASH et ICTIOSIS), ROTTING GRAVE est donc la dernière sensation à la mode dans les milieux nécrophages, et se propose de nous développer quelques théories fumeuses sur son premier EP, très justement intitulé Horrid Pestilence of Death. Très justement, car ce premier EP n’est rien de moins qu’un jus épais qui coule d’un macchabé pas très frais, et qui tombe sur le sol en blocs compacts, souillant le carrelage de la compétition de ses émanations putrides.

Très au fait des méthodes en vogue dans les cabinets d’entraînement internationaux, les quatre mexicains (Roberto Trejo - guitare, Pablo Aceves - guitare/chant, Néstor Márquez - basse et Saúl Anzaldo - batterie) se sont donc plutôt concentrés sur une technique old-school, inspirée des enseignements les plus nauséabonds des immondes nineties, à base d’accélérations fatales, de décélérations létales, de grognements à l’avenant, et de riffs qui sniffent bon la putréfaction, histoire de brosser un tableau fidèle de pathologistes en mal de sévices douteux. Se vautrant dans le Death vintage comme des nécrophiles dans les rapports intimes condamnables, ces quatre musiciens ne nous évitent aucun cliché, mais parviennent miraculeusement à se montrer catchy et entraînant, malgré le caractère glauque de leur approche sans concessions. Signés sur le label national Death In Pieces Records, les ROTTING GRAVE sont donc de dignes héritiers de la scène sud-américaine des années 90 et 2000, et proposent donc six morceaux construits, basés sur des thématiques connues mais poussées à leurs extrêmes, et développent un joli sens du macabre qui permet à leurs morceaux de tremper dans la poésie la moins complaisante. Rien de bien neuf sous le soleil, mais de quoi rendre l’ancien champion (et toujours vert) AUTOPSY fier de ses héritiers, puisqu’on retrouve sur ce premier EP le même genre d’ambiance que sur les premiers albums de Chris Reifert, un truc poisseux qui fait du mal à l’optimisme et qui ne tolère que les philosophies les plus nihilistes et terminales.

Mais loin de se contenter du minimum syndical à base de lourdeur suffocante et de parfums agressant les naseaux auditifs, Horrid Pestilence of Death vit et meurt les choses à fond, et se triture les méninges pour réconcilier MORTICIAN et les rigoristes suédois les moins enclins à l’empathie (GRAVE en première ligne). Tout en acceptant le legs du Death/Black sud-américain le plus absolu et farouche, ROTTING GRAVE propose une sorte de synthèse des tendances les moins supportables du Death underground d’il y a vingt ans, osant des blasts surgis de nulle part (et pas toujours à la croche près), et s’en remettant à une production exhumée des tréfonds de l’inhumanité pour faire passer son message. C’est particulièrement manifeste sur « Necrossession », qui ne fait pas grand cas de son message, et qui aligne les riffs les plus déprimants pour se libérer lors d’un orgasme rythmique giclant partout sur les murs de la pièce. C’est crade, suintant, pas vraiment gai mais pas plombé pour autant, en on sent en filigrane un vrai sadisme de jouer une musique opaque, noire, aux motifs visqueux et à la mentalité déviante, rappelant les premières exactions brésiliennes en terme de violence crue et de virilité drue.

Sauf qu’à la différence de leur petits camarades/opposants, les mexicains savent parfois faire preuve d’intelligence dans la séduction nécrophile, et nous troussent de véritables petits hymnes aux perversions les moins avouables, sous la forme d’un Death très sourd et diffus (« Rotting Grave », le prochain tube de l’hiver des nécrophages en tout genre). On note donc des efforts pour développer des accroches mémorisables, et une réelle envie de s’extirper du marigot bouillonnant du Noise facile et futile, et comme en plus leurs tranches de mort ont la bonté de ne pas excéder les trois minutes, ils s’en sortent avec plus que les horreurs. « Corpse Profanation » d’incarner une sorte de décalque des atrocités passées, « Eaten Alive » de rendre hommage aux saillies les moins pardonnables (avec encore une fois cette grosse basse libidineuse qui s’insère dans tous les trous), et les vingt minutes de démonstration de passer de vie à trépas sans qu’aucune décharge électrique ne vous ramène dans le monde des vivants.

Une 10ème édition qui a donc réservé des surprises, et qui a vu un outsider monter sur le podium provocant l’étonnement général. Gageons qu’à l’avenir, l’outsider en question sera surveillé de près, l’embaumement musical étant un art que personne ne prend à la légère.


Titres de l'album :

                        1.Into the Rotten Burial

                        2.Necrossession

                        3.Rotting Grave

                        4.Corpse Profanation

                        5.Eaten Alive

                        6.Abhorrent Slayer

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/06/2019 à 14:50
78 %    407

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Pablood
@187.205.218.106
03/07/2019, 19:38:28
Thank you for this excellent review!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57