Perfect Storm

White Heat

24/11/2023

Rock Road Records

WHITE HEAT est un sympathique combo venu d’Angleterre, et incarne en quelque sorte la quintessence de ces bar-bands que l’on croise un vendredi soir quelconque dans un pub. Un groupe sympathique, à la musique calibrée, ne prenant aucun risque inutile, mais offrant beaucoup à un public inévitablement conquis. Et ces musiciens aux sourires contagieux sont des habitués de la scène, des habitués des couvertures de magazines spécialisés, qui ne se reposent pas sur leurs petits lauriers, et qui continuent de composer pour séduire une audience de plus en plus large, et osons-le terme, internationale.

Je ne vais certainement pas me la jouer, mais même si je connaissais plusieurs WHITE HEAT, celui-ci m’était complètement étranger. C’est donc avec une grande joie que je l’ai découvert, sans vraiment connaître son parcours. Je traiterai donc de cet album indépendamment d’éventuelles autres sorties antérieures, la qualité de la musique justifiant parfaitement ce choix.

Entre Classic Rock et Hard-Rock, ce quintet énergique (Simon Atack – chant, Gary Evitts & Wayne Dabner – guitares, Jonny Sismey – basse et Roy Reed – batterie) n’hésite pas et prend le meilleur des deux ou trois mondes, quelque part entre l’approche WHITESNAKE des seventies, DEEP PURPLE, mais aussi la vague Hard-Rock américaine des années 80, loin de cette NWOBHM qui n’a de cesse de revenir hanter l’actualité. Mais on trouve quand même quelques réminiscences de tierces et autres soli gorgés de feeling dans cet album, qui fait montre d’ambitions certaines.

WHITE HEAT chauffe donc la salle avec ce Perfect Storm, qui s’il n’est pas le tempête prévue, n’en demeure pas moins un exutoire fabuleux à la grisaille ambiante. Avec en point de focalisation deux guitares qui ne gardent pas leurs riffs dans les poches, un chanteur au timbre chaud et bluesy, et une rythmique solide et inventive, WHITE HEAT s’appuie donc sur un collectif solide comme le Rock. De fait, les chansons proposées sonnent aussi authentiques et traditionnelles qu’un Rock à l’américaine, celui de Bob Seger, Tom Petty, tout en se montrant allusif aux anglais les plus marqués par le Blues électrifié.

Du plaisir. C’est tout ce que cet album vous promet, et il met un point d’honneur à respecter ce principe de son entrée à sa sortie. En alternant avec beaucoup d’intelligence les plages puissantes et les accalmies plus mélodiques, WHITE HEAT s’offre une variété de nuances larges, entre laidback costaud et agressivité en distorsion maitrisée (« Midnight Moon »).

Et comme les anglais se sont payé le luxe d’une production immaculée (on a vraiment la sensation d’être en studio avec eux, les médiums étant d’une précision rare), Perfect Storm se détache sans forcer de la production old-school actuelle en refusant justement de s’ancrer dans une période bien définie. Tout au plus soulignerons-nous un amour inconditionnel pour le Blues Rock des eighties, entre Gary Moore et Scott Henderson, et quelques allusions au passé/présent de Glenn Hughes, entre le PURPLE et BLACK COUNTRY COMMUNION.

Et entre ces morceaux simples et concis, sublimés par une interprétation passionnée et sincère, nous attend un gros morceau coupant l’album en deux. « Mary Celeste », histoire d’un navire abandonné découvert au large des Açores le 4 décembre 1872, est un petit chef d’œuvre de Progressif simple mais riche, qui en plus de dix minutes nous embarque pour une aventure au long-cours, pleine de rebondissements, de tension et de mysticisme. Ce qui prouve donc que les anglais n’ont pas leurs ambitions dans la boîte à gants, et qu’ils sont capables de s’éloigner de leur Classic-Rock pour se frotter à l’évolutif dense.

Efficaces en quelques minutes bien tapées, convaincants lorsque le format déborde du cadre, capables de taquiner le Hard-Funk et la Fusion sur quelques mesures bien chaloupées (« When You Look At Me That Way », monstre de concert), et de défier les cadors du Hard Rock seventies d’un up tempo frénétique (« What Is Mine »), les cinq musiciens affichent une forme détonante et une confiance en béton.

La conclusion est donc inévitable, et la sentence évidente : WHITE HEAT est le groupe du moment, celui qui transcende les différences pour réconcilier tous les publics. Entre scène étroite pour inconditionnels et grands festivals en plein air, le quintet louvoie avec un brio incroyable, et fait preuve de panache même lorsque les citations à l’anglaise deviennent plus prononcées.

En ces temps de photocopie systématique, et de conformisme systémique, un disque de la trempe de Perfect Storm fait un bien fou. Au moral, aux pieds, et à la chronique. Après tout, on ne peut raisonnablement pas se contenter d’un gros Thrash qui tâche ou d’un Death putride et qui fâche à longueur de journée.

Le Rock sait aussi faire son petit effet.   

   

    

Titres de l’album:

01. Kiss From The Devil

02. Feel The Heat

03. Guess I’m Still In Love With You

04. Chile Rose

05. Midnight Moon

06. Mary Celeste

07. When You Look At Me That Way

08. What Is Mine

09. Feel The Heat (Radio Edit)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/01/2024 à 16:50
85 %    124

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faudrait descendre un peu et faire la prochaine édition au stade rochelais   

16/04/2024, 08:30

Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52