La veille au soir, j'assistais à EVERGREY au Gibus, vu un peu plus d'un an auparavant à la Boule Noire... Ce soir, je suis suis au Basckstage by the Mill devant SOEN, vu il y a un an et demi à la Boule Noire également... Certains hasards de la vie sont cocasses... Méritait-ce d'être souligné ? Je vous en laisserai juge...

Posté à l'entrée de la salle pour remplir mes fonctions de propagandistes acharnés car je distribue des flyers pour propager la bonne parole des concerts et festivals, apportant joie et bonne humeur sur mon passage (ce qui n'est pas une mince affaire dans la configuration surréaliste de ce concert ! J'y reviens dans un instant.)

Je n'entendrai les groupes d'ouvertures qu'au travers de la porte battante séparant la salle de concert du pub-concert, car oui, aussi surprenant que cela puisse paraître la salle est une enclave au sein d'un pub qui recevait lui-même des musiciens pour égayer ses consommateurs, occasionnant à chaque ouverture des portes un mélange des genres qui s'avérera une nuisance plutôt qu'une plus-value. L'assistance fera fi de l'incommodité et portera son attention sur ce qu'elle est venue voir plus que sur la cacophonie éphémère naissant d'un mauvais hasard de calendrier.

WHEEL ouvre le bal et à ce que j'en entends officie dans un registre évoquant KLONE à mes oreilles de franchouillard... La comparaison tiendra la route a posteriori et, croyez-bien, que ce n'est pas un maigre compliment de ma part et je rappelle que l'essentiel du set est filtré par une porte. Comptez-moi curieux de découvrir ce groupe dans un futur imminent !

GHOST IRIS quant à lui n'aura pas su me séduire, le fourre-tout death, prog-hard core à tendance mélodique ne me charme pas... Encore une fois, le prisme de mon activité de flyage  ne m'offre aucun espoir d'objectivité quelconque... Cependant, le défi ayant été relevé par WHEEL, je ne pense pas que GHOST IRIS parviendra me le faire voir autrement.

J'entre pour SOEN, découvert sur scène il y a peu, de nouveau dans une petite salle presque comble. Totalement friand de leur savant mélange prog mélancolique aux relents de KATATONIA et TOOL, c'est avec une impatience certaine que j'attends le début du set en déambulant devant le merch... Très homogène quel que soit le stand observé : tout est très cher et (à mes yeux) très moche ! Je me contenterai donc de la musique que SOEN me prodiguera généreusement.

Ouvrant sur Covenant du dernier album Lotus, suivi de l'inénarrable Opal, le constat sera aussi rapide que déroutant... Le son ne sera pas au rendez-vous pour rendre justice à la richesse musicale que le groupe propose. Guitares rythmiques mal déterminées, grosse caisse «pic-pic» dénotant avec la chaleur générale des morceaux et, volume bien trop élevé... Il faudra faire contre mauvaise fortune, bon cœur et s'efforcer de chercher dans le mix les petites fioritures guitaristes et les ghost-notes de ce bon Lopez... Côté rythmique, on est pas mal servi (même si ça reste trop fort pour mes petites esgourdes), grattes lourdes, basse bien présente et claviers juste où il faut – pas besoin de tendre l'oreille pour l'entendre et jamais il ne couvre l'ensemble. Les soli percent le mix comme on attend qu'elles le fassent...

 La part belle est faite à Lykaia et Lotus (les deux se partageant dix titres d'un set de treize), Tellurian aurait été laissé pour compte si Tabula Rasa n'était pas incontournable (je n'aurais pas rechigner à entendre The Other Fall personnellement...). Ce sera donc majoritairement un va-et-vient entre les deux derniers albums, agrémenté de menues vieilleries, si j'ose m'exprimer ainsi...

En dépit de ces problèmes de son, l'atmosphère semi religieuse s'installe graduellement et se trouve soutenue par cette attitude sobre du Père Ekelof (on m'a fait remarqué qu'il avait des airs de prêtre sur scène, je n'arrive pas à me défaire de cette image depuis!), impeccable dans ses vocalises, précis, touchant et impressionnant de facilité... Il en va de même pour chaque musicien dont l'éloge de la maîtrise n'est plus à faire  (NB : je ne sais pas qui était le bassiste ce soir là, mais il ne faisait clairement pas tâche!).

La prestation s’achèvera par le morceau titre du dernier album devant des ouailles ravies, personnellement l'acoustique aura dévalué le concert et une setlist moins promotionnelle m'aurait vraiment fait passer un meilleur moment mais on ne peut qu'être respectueux devant le professionnalisme des musiciens de SOEN. Au plaisir, de le voir à nouveau dans une salle à la hauteur de leur musique. Ite missa est.

Page Facebook officielle

Setlist : 

  1. Covenant
  2. Opal
  3. Rival
  4. Tabula Rasa
  5. Lascivious
  6. Jinn
  7. Lucidity
  8. Opponent
  9. Martyrs
  10. Slithering
  11. Savia
  12. Sectarian
  13. Lotus
par Kamel le 20/04/2019 à 09:00
   101

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.